Plenumvergadering

Séance plénière

 

van

 

Dinsdag 18 december 2018

 

Namiddag

 

______

 

 

du

 

Mardi 18 décembre 2018

 

Après-midi

 

______

 

 


De vergadering wordt geopend om 14.20 uur en voorgezeten door de heer Siegfried Bracke.

La séance est ouverte à 14.20 heures et présidée par M. Siegfried Bracke.

 

De voorzitter: De vergadering is geopend.

La séance est ouverte.

 

Een reeks mededelingen en besluiten moeten ter kennis gebracht worden van de Kamer. Zij worden op de website van de Kamer en in de bijlage bij het integraal verslag van deze vergadering opgenomen.

Une série de communications et de décisions doivent être portées à la connaissance de la Chambre. Elles seront reprises sur le site web de la Chambre et insérées dans l'annexe du compte rendu intégral de cette séance.

 

Aanwezig bij de opening van de vergadering zijn de ministers van de federale regering:

Ministres du gouvernement fédéral présents lors de l’ouverture de la séance:

 

Charles Michel, Kris Peeters, Alexander De Croo, Pieter De Crem, Maggie De Block, Daniel Bacquelaine, Denis Ducarme.

 

Berichten van verhindering

Excusés

 

Michel Corthouts, Luc Gustin, gezondheids­redenen / raisons de santé.

 

01 Demandes d'avis du Conseil d'État

01 Verzoeken tot advies van de Raad van State

 

01.01  Ahmed Laaouej (PS): Monsieur le président, je souhaite vous annoncer le dépôt d'amendements dont je demande le renvoi au Conseil d'État.

 

Le premier a trait au projet de loi introduisant le Code des sociétés et des associations et portant des dispositions diverses. L'amendement vise à clarifier la situation juridique des sociétés coopératives dans un ensemble de dispositions particulières. Nous souhaitons avoir l'avis du Conseil d'État à son sujet.

 

Le deuxième amendement, qui sera présenté par Mme Onkelinx, concerne le projet de loi instaurant la Brussels International Business Court.

 

Le président: Si je vous ai bien compris, monsieur Laaouej, un amendement concerne le premier projet figurant à notre ordre du jour. Un second amendement a trait au deuxième point de notre ordre du jour et c'est Mme Onkelinx qui est chargée de le présenter.

 

01.02  Laurette Onkelinx (PS): Monsieur le président, nous savons combien la justice vit une cure d'austérité sans précédent et combien ce gouvernement a mis à mal l'accès à la justice. L'état des bâtiments et le problème du personnel judiciaire sont criants. Alors qu'il y a cette cure d'austérité, ce gouvernement vient avec un projet créant une cour d'affaires pour entreprises multinationales que d'aucuns ont appelé la "cour caviar". Cela nous semble être un scandale au regard de ce que vivent les gens. Le pouvoir judiciaire s'en est lui-même offusqué dans toutes ses composantes et, au premier chef, la Cour de cassation. Un recours à la Cour est prévu par le projet que ladite Cour regrette elle-même.

 

Nous demandons donc que ce projet inacceptable puisse être, à nouveau, examiné par le Conseil d'État, et notamment cet amendement relatif à la Cour de cassation.

 

01.03  Meyrem Almaci (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, ik wil namens onze fractie vragen om onze amende­menten op het wetsontwerp met betrekking op het nieuwe wetboek van vennootschappen en verenigingen en diverse bepalingen naar de Raad van State te sturen. De argumentatie is eigenlijk heel eenvoudig. We hebben gemerkt dat bij de verschillende debatten over het wetsontwerp sommige punten nog verdere reflectie behoeven. We vragen de reflectie van de Raad van State heel specifiek rond een apart wetboek voor de coöperatieven. Wij vragen ook om onze amendementen over een betere CO2-balans en man/vrouwverdeling te laten toetsen door de Raad van State. Vandaar onze vraag.

 

De voorzitter: Mevrouw Almaci, er is enige onduidelijkheid over welke amendementen het gaat.

 

01.04  Meyrem Almaci (Ecolo-Groen): Wij zullen het hele pakket onmiddellijk indienen.

 

De voorzitter: We hadden ze nog niet gezien, maar dat kon dus ook niet.

 

Ik neem aan dat de collega's die een amendement hebben ingediend en het advies van de Raad van State vragen, beschikken over het vereiste aantal leden, namelijk vijftig. Ik constateer ook dat in verband met de aangehaalde ontwerpen, zowel het eerste als het tweede, er geen urgentie is. Ik neem aan dat wij bijgevolg probleemloos het advies van de Raad van State kunnen vragen? (Instemming)

 

Bijgevolg zal de voorzitter het advies van de Raad van State vragen, met toepassing van artikel 98, nr. 3, 2e lid, van het Reglement, over de ingediende amendementen nrs. 3119/16 en 3072/12.

En conséquence, le président demandera l'avis du Conseil d'État, en application de l'article 98, n° 3, alinéa 2, du Règlement, sur les amendements déposés n°s 3119/16 et 3072/12.

 

02 Agenda

02 Ordre du jour

 

Overeenkomstig het advies van de Conferentie van voorzitters van 18 december 2018, stel ik u voor op de agenda

- van deze namiddag het volgende punt in te schrijven:

. het wetsontwerp houdende diverse bepalingen inzake burgerlijk recht en tot vereenvoudiging van de bepalingen van het Burgerlijk Wetboek en het Gerechtelijk Wetboek betreffende de onbekwaamheid, en van de wet van 17 maart 2013 tot hervorming van de regelingen inzake onbekwaamheid en tot instelling van een nieuwe beschermingsstatus die strookt met de menselijke waardigheid, nrs. 3303/1 tot 10

. het wetsvoorstel (de heer Stefaan Van Hecke cs) tot wijziging van het Gerechtelijk Wetboek teneinde verenigingen een vorderingsrecht toe te kennen ter verdediging van collectieve belangen, nr. 466/1

. het wetsvoorstel (de dames Sonja Becq en Nahima Lanjri en de heren Servais Verherstraeten en Raf Terwingen) tot wijziging van het Burgerlijk Wetboek wat de aanwijzing van een voogd betreft, nrs. 794/1 en 2

. het wetsvoorstel (mevrouw Carina Van Cauter) tot wijziging van het Gerechtelijk Wetboek wat de onderhouds­bijdragen betreft, nrs. 2904/1 tot 3

. het wetsvoorstel (mevrouw Carina Van Cauter) tot wijziging van het Burgerlijk Wetboek, wat de onderhouds­kosten van kinderen betreft, nrs. 2905/1 tot 3

- van donderdag de volgende punten in te schrijven:

. het wetsontwerp tot wijziging van bepalingen betreffende het wetenschapsbeleid, de geïntegreerde politie en defensie, nrs. 3406/1 tot 3

. het wetsontwerp houdende bekrachtiging van de koninklijke besluiten genomen krachtens de wet van 29 april 1999 betreffende de organisatie van de elektriciteitsmarkt en de wet van 12 april 1965 betreffende het vervoer van gasachtige producten en andere door middel van leidingen, nrs. 3407/1 tot 3

. het voorstel van resolutie (de heer Jean-Marc Nollet, mevrouw Meyrem Almaci, de heren Kristof Calvo en Georges Gilkinet en de dames Sarah Schlitz en Véronique Caprasse) tot herpositionering van België in het klimaat­debat, nrs. 3416/1 tot 3.

Conformément à l'avis de la Conférence des présidents du 18 décembre 2018, je vous propose d’inscrire à l’ordre du jour

- de cet après-midi le point suivant:

. le projet de loi portant dispositions diverses en matière de droit civil et portant simplification des dispositions du Code civil et du Code judiciaire en matière d'incapacité, et de la loi du 17 mars 2013 réformant les régimes d'incapacité et instaurant un nouveau statut de protection conforme à la dignité humaine, nos 3303/1 à 10

. la proposition de loi (M. Stefaan Van Hecke et consorts) modifiant le Code judiciaire en vue d'accorder aux associations le droit d'introduire une action d'intérêt collectif, n° 466/1

. la proposition de loi (Mmes Sonja Becq et Nahima Lanjri et MM. Servais Verherstraeten et Raf Terwingen) modifiant le Code civil en ce qui concerne la désignation d'un tuteur, nos 794/1 et 2

. la proposition de loi (Mme Carina Van Cauter) modifiant le Code judiciaire en ce qui concerne les contributions alimentaires, nos 2904/1 à 3

. la proposition de loi (Mme Carina Van Cauter) modifiant le Code civil en ce qui concerne les frais d'entretien des enfants, nos 2905/1 à 3

- de jeudi les points suivants:

. le projet de loi modifiant des dispositions relatives à la politique scientifique, la police intégrée et la défense, nos 3406/1 à 3

. le projet de loi portant confirmation des arrêtés royaux pris en vertu de la loi du 29 avril 1999 relative à l'organisation du marché de l'électricité et de la loi du 12 avril 1965 relative au transport de produits gazeux et autres par canalisations, nos 3407/1 à 3

. la proposition de résolution (M. Jean-Marc Nollet, Mme Meyrem Almaci, MM. Kristof Calvo et Georges Gilkinet et Mmes Sarah Schlitz et Véronique Caprasse) visant à repositionner la Belgique dans le débat climatique, nos 3416/1 à 3.

 

Geen bezwaar? (Nee)

Aldus zal geschieden.

 

Pas d'observation? (Non)

Il en sera ainsi.

 

Interpellations

Interpellaties

 

03 Interpellations jointes de

- M. Daniel Senesael au premier ministre sur "la révision à la hausse des ambitions belges pour lutter contre le dérèglement climatique" (n° 293)

- M. Jean-Marc Nollet au premier ministre sur "la position que le gouvernement fédéral défend quant aux ambitions de la Belgique en matière climatique" (n° 300)

- M. Michel de Lamotte au premier ministre sur "la position de la Belgique sur le climat et particulièrement à la conférence internationale à Katowice" (n° 306)

- M. Marco Van Hees au premier ministre sur "les ambitions belges et la position belge à la COP24" (n° 310)

- Mme Karin Temmerman au premier ministre sur "les ambitions climatiques belges" (n° 312)

03 Samengevoegde interpellaties van

- de heer Daniel Senesael tot de eerste minister over "de opvoering van de Belgische ambities om de klimaatontregeling tegen te gaan" (nr. 293)

- de heer Jean-Marc Nollet tot de eerste minister over "het door de federale regering aangehouden standpunt in verband met de ambities van ons land omtrent het klimaat" (nr. 300)

- de heer Michel de Lamotte tot de eerste minister over "het standpunt van België in verband met het klimaat, inzonderheid op de internationale conferentie van Katowice" (nr. 306)

- de heer Marco Van Hees tot de eerste minister over "de ambities van België in klimaataangelegenheden en het standpunt van ons land op de COP24" (nr. 310)

- mevrouw Karin Temmerman tot de eerste minister over "de Belgische klimaatambities" (nr. 312)

 

Collega's, ik herinner u aan de gemaakte afspraken.

 

Le premier orateur, M. Senesael, disposera de dix minutes de temps de parole, les interpellants suivants, de cinq minutes. Ensuite viendront la réponse du gouvernement et les répliques. Ceux qui n'ont pas introduit d'interpellation peuvent prendre la parole après les répliques pendant cinq minutes. C'est ce qui a été convenu.

 

03.01  Daniel Senesael (PS): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, mesdames et messieurs les ministres, chers collègues, voilà quatre ans que votre gouvernement mène une politique qui va à l'encontre de l'urgence climatique.

 

Il suffit de regarder votre politique d'austérité qui attaque le rail pour s'en convaincre. Alors que le transport routier est l'une des sources principales de production de gaz à effet de serre, le gouvernement Michel a choisi de faire trois milliards d'économie sur le dos du rail. Comment imaginer que les gens vont laisser tomber leurs voitures individuelles alors que le gouvernement désinvestit dans la ponctualité et la qualité des trains? Pour moi et pour notre groupe, il faut rompre définitivement avec de telles décisions, qui sont tout simplement incompatibles avec les constats scientifiques produits par le GIEC.

 

Ce n'est pas le seul exemple qui illustre le fait que le gouvernement fédéral est à la traîne sur le climat. On se souvient tous qu'à peine 48 heures après la marche pour le climat du 2 décembre dernier, la Belgique a voté contre les directives européennes relatives à l'efficacité énergétique et aux énergies propres. Sur les 28 pays de l'Union européenne, seuls deux pays, la Belgique et la Tchéquie, ont voté contre la directive sur l'efficacité énergétique. C'est lamentable de voir notre pays se démarquer comme l'un des pays européens les plus rétrogrades en matière de climat.

 

Et cela s'est encore reproduit lors de la COP24. Depuis des mois, de nombreux gouvernements européens disent que l'Union européenne doit revoir à la hausse ses ambitions pour être à la hauteur des engagements pris lors de l'accord de Paris. Lors de la COP24, cette coalition de pays ambitieux s'est encore élargie mais la Belgique ne les a pas rejoints alors qu'on avait déjà voté le 25 octobre une résolution interparlementaire demandant à la Belgique de rejoindre la coalition des pays ambitieux. Cela est resté une nouvelle fois lettre morte à Katowice.

 

À nouveau, le gouvernement s'est montré incapable d'amener la Belgique dans le peloton de tête européen. En votre qualité de premier ministre, vous aviez le devoir de réunir les Régions pour empêcher notre isolement sur la scène européenne et mondiale. La conséquence de votre inaction est la détérioration de l'image de notre pays.

 

Et cela continue! Pas plus tard qu'aujourd'hui, nous apprenons par la voix de Jean-Pascal van Ypersele que Mme Marghem était absente lors de la négociation finale à Katowice. Au regard de votre bilan après quatre années d'exercice du pouvoir, comment pouvons-nous encore vous accorder notre confiance quand vous déclarez que le climat constitue désormais votre priorité? Alors que vous ne vous en êtes pas préoccupée pendant quatre ans, ce thème deviendrait prioritaire à vos yeux pour les quatre derniers mois de la législature? Permettez-moi d'exprimer les plus grands doutes.

 

Cependant, le chaos provoqué par votre gouvernement ne doit pas empêcher notre Parlement de relayer les demandes de la population, et notamment celles exprimées par les 75 000 marcheurs pour le climat.

 

Monsieur le premier ministre, c'est le troisième débat sur ce thème auquel nous participons depuis la marche du 2 décembre dernir. Alors qu'une très large majorité parlementaire soutient une politique climatique plus ambitieuse, je regrette de constater que notre pays continue de porter le bonnet d'âne sur la scène européenne. Il est temps à présent de prendre des initiatives fortes et de rendre claire la position du gouvernement fédéral.

 

C'est pourquoi, monsieur le premier ministre, je vous demande de prendre position très nettement. Votre gouvernement soutient-il une révision à la hausse des objectifs européens afin d'atteindre une réduction de 55 % des émissions pour 2030? Si oui, amenderez-vous le budget 2019 en cohérence avec ce nouvel objectif, afin notamment d'investir dans le rail, pour rompre avec votre politique d'austérité qui va à l'encontre de l'urgence climatique?

 

03.02  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Monsieur le président, chers collègues, c'est à vous que je souhaite m'adresser aujourd'hui, et non au premier ministre – en tout cas, en premier lieu.

 

La planète brûle. Et, pendant quatre ans, la majorité a regardé ailleurs. Cependant, en réunion de commission ce matin, les choses ont commencé à changer. Nous considérons que, derrière ce changement, un point d'inflexion se dessine – oserais-je dire: un point de non-retour?

 

Chers collègues, le climat est la clé de voûte de l'ensemble des politiques. Pas de politique d'immigration sans avoir réglé la question climatique. Pas de politique économique durable sans avoir réglé la question climatique. Pas de politique sociale sans avoir réglé la question climatique. Pendant un peu plus de quatre ans, nous sommes passés à côté de ce paradigme fondamental en termes de politique du XXIe siècle. La Belgique s'est mise au ban des nations et a été en retard tant au niveau européen qu'au niveau mondial. Nous étions la risée d'autres pays qui, pendant longtemps, nous ont vus prendre la tête des négociations climatiques.

 

Aujourd'hui, je le répète, il me semble que nous pouvons considérer que les choses commencent à changer. Je voulais commencer mon intervention par vous remercier, y compris les collègues de la majorité minoritaire, mais qui ont néanmoins eu le courage, ce matin, d'adopter en commission la résolution déposée par les écologistes.

 

C'est un moment important pour ce Parlement parce que la résolution, telle qu'elle est libellée, n'est pas une simple résolution. Elle est engageante et porte sur trois points. Premièrement, le gouvernement fédéral va officiellement demander à ce que la Belgique puisse rejoindre les pays ambitieux en matière climatique. Ce qui pour l'instant était bloqué par la Flandre devra être débloqué dans le cadre du comité de concertation qui se tiendra demain, me semble-t-il. Pourquoi? Parce que, sauf erreur de ma part, aucun parti ne s'est opposé au vote de la résolution ce matin. Il y a eu des abstentions, certes, mais je voudrais regarder le collègue De Roover droit dans les yeux par rapport à la responsabilité qui sera celle de son parti dans les heures qui viennent en perspective du comité de concertation.

 

Chers collègues, regardez la situation, regardez aujourd'hui l'ensemble du Parlement et l'ensemble des partis qui composent ce Parlement. Dites-vous bien que si, demain, au comité de concertation, vous empêchez la Belgique tout entière de rejoindre ce qui est désormais la position du Parlement fédéral exprimée en commission, vous serez, devant les générations futures, responsables de cet échec, de cette incapacité, non pas de la Belgique en tant qu'État, mais des générations qui aujourd'hui gouvernent la Belgique (en ce compris la Flandre), d'être face au rendez-vous climatique.

 

C'est pour cela que je m'adresse à vous et que je vous demande d'être cohérent avec le vote d'abstention que vous avez tenu en commission tout à l'heure et, fort de ce votre d'abstention, de ne pas bloquer la situation au Comité de concertation de demain. C'est évidemment là que tout va se jouer. Si vous restez sur l'abstention, les choses sont possibles.

 

Vous avez encore des questions sur la manière dont on peut le faire. Très bien, mais aujourd'hui ce que nous fixons, ce que l'ensemble des autres parlementaires et des autres partis veulent vous dire, c'est que nous devons déterminer l'objectif que nous voulons atteindre au niveau européen. Cet objectif, d'autres pays l'ont déjà signé et la commission ce matin l'a indiqué: minimum moins 55 % de CO2 en 2030 et minimum moins 95 % de CO2 en 2050.

 

Je veux être très précis, monsieur De Roover, ce minimum de moins 95 % en 2050, vous l'avez déjà accepté! Monsieur Wollants, vous étiez ici à la tribune la semaine dernière et vous avez pointé du doigt le MR en disant: "Rappelez-vous! En commission, M. Thiéry avait une motion beaucoup plus faible que celle que, in fine, nous avons adoptée." N'est-ce pas vrai?

 

Ce moins 95 %, monsieur De Roover, vous engage beaucoup plus fortement que le moins 55 % en 2030. Je ne comprendrais donc pas pourquoi, en toute cohérence, ce que vous avez accepté pour l'échéance de 2050, vous le refuseriez pour l'échéance de 2030. Je vous demande donc d'agir au sein de votre parti pour que, demain, la N-VA ne bloque pas non pas le pays – c'est déjà fait depuis longtemps! – mais la responsabilité que nous avons tous vis-à-vis des générations futures!

 

03.03  Michel de Lamotte (cdH): Monsieur le premier ministre, chers collègues, mesdames, messieurs, mercredi en début de soirée, nous étions ici en train de débattre une nouvelle fois du climat, dans la perspective d'essayer de placer la Belgique sur la voie de l'ambition lors de la COP24 à Katowice. Nous avons discuté assez longuement sur cette nécessité d'être porteurs d'un message d'espoir et d'un message fort pour les générations futures.

 

Ce matin, lors des commissions, les représentants de la majorité actuelle ont voté une proposition de résolution visant à rehausser les objectifs climatiques de notre pays, alors que celle-ci était cosignée par de nombreux groupes politiques de l'opposition. Nous l'avions signée. De plus, votre ministre de l'Énergie l'a également soutenue, et s'est même engagée à la porter en comité de concertation demain. Je me réjouis donc, monsieur le premier ministre, de ce revirement d'influences dans votre gouvernement qui s'est aujourd'hui rangé du bon côté de l'Histoire en matière climatique. En tout cas, le Parlement vous exhorte à réaliser cette action.

 

La voie de l'ambition, monsieur le premier ministre, est ce que vous défendez régulièrement à cette tribune. Vous l'évoquez, et vous nous le rappelez de manière incessante. Aujourd'hui, nous avons adopté en commission une résolution qui demande au gouvernement fédéral de plaider auprès des instances ad hoc pour que la Belgique rejoigne la coalition des pays les plus ambitieux en matière d'objectifs climatiques, c'est-à-dire de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Cette résolution vise surtout à ce que l'on plaide au niveau européen en faveur d'un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de minimum 55 % à l'horizon 2030 et de 95 % à l'horizon 2050.

 

C'est vraiment un moment important et nous le soutenons. Dans le cadre de la présentation à la Commission européenne du Plan national Énergie Climat pour 2030, nous voudrions que le plan soit rapidement adapté. On peut en discuter. Mme la ministre a dit que "c'était complémentaire, de sorte qu'il définisse une trajectoire et des mesures en phase avec la résolution interparlementaire adoptée le 25 octobre 2018." Souvenons-nous en tous. C'était un texte unique pour l'ensemble des Parlements.

 

Tout ceci est évidemment positif. Mais nous avons souvent l'impression qu'une bonne résolution ne suffit pas. Elle doit être suivie d'actes et de faits concrets. Il est donc aujourd'hui primordial de mettre en place un vrai plan d'action au niveau fédéral pour que chacune des instances de ce pays se donne les moyens de réaliser les objectifs qui ont été fixés.

 

C'est bien de se fixer des objectifs, mais encore faut-il adopter les moyens adéquats pour réaliser ces changements climatiques durables et soutenables pour notre population, pour les familles et, ce, dans les matières d'énergie, de logement et de mobilité. Si l'on examine la résolution du mois d'octobre 2018, nous remarquerons qu'un certain nombre de choses étaient évoquées dans une cinquantaine d'items particuliers. Nous souhaitions, lors de cette résolution, que notamment la Banque nationale de Belgique puisse, avec le Bureau fédéral du Plan, produire un rapport complet sur les effets à moyen et à long terme des changements climatiques sur notre économie afin de sensibiliser davantage les acteurs politiques et économiques à l'enjeu. Nous voulions effectivement que le citoyen puisse adhérer à cette politique et exiger que toutes les mesures prises (législatives ou réglementaires) puissent profiter d'une analyse d'impact climatique.

 

Monsieur le premier ministre, ces mesures permettront, à mon sens, d'entrer dans un nouveau paradigme que réclament les voix de plus de 75 mille personnes qui ont marché dans les rues de Bruxelles, le 2 décembre dernier. Ces personnes en témoignaient largement et nombre d'entre elles appartenaient à la nouvelle génération. Je pense que nous devons être, en ce sens, attentifs à la justice sociale pour que le poids des décisions qui sont prises soit dûment réparti.

 

Mais elles seront une opportunité pour aller vers un monde plus juste et non creuser des inégalités qui demeurent insupportables au plus grand nombre. Il faudra rester attentif. Monsieur le premier ministre, l'équation sera complexe mais c'est le défi que nous lancent la planète et les populations. Elle n'est certainement pas irréalisable. Il ne tient qu'à nous, à vous de relever le défi.

 

03.04  Marco Van Hees (PTB-GO!): Chers collègues, le discours le plus puissant de la COP24 a été tenu par Greta Thunberg, cette jeune suédoise de 15 ans. Elle a tenu un discours percutant dans lequel elle a mis l'ensemble des dirigeants du monde face à, leurs responsabilités. Elle a tout d'abord mis le doigt sur la raison principale de l'inaction face aux dérèglements climatiques.

 

Elle a dit: "Notre civilisation est sacrifiée pour permettre à un très petit nombre de personnes de continuer à gagner énormément d'argent. Notre biosphère est sacrifiée pour que les riches des pays comme le mien puissent vivre dans le luxe". Elle a ajouté: "C'est la souffrance du plus grand nombre qui paie le luxe du plus petit nombre".

 

Elle a aussi parfaitement résumé les blocages au niveau des solutions en disant: "Même si la seule chose raisonnable à faire est de tirer le frein de secours, la seule chose que j'entends que vous mettez en avant sont toujours les mêmes mauvaises idées qui nous ont mis dans le pétrin actuel. Même si des solutions ne peuvent pas être trouvées dans le système actuel. Peut-être devons-nous changer le système?".

 

Elle a terminé son intervention en disant que "ce changement nécessaire arrive. Que cela vous plaise ou non, le vrai pouvoir appartient au peuple".

 

En effet, monsieur le premier ministre, le réchauffement n'est pas une question qui occupe les seuls scientifiques du climat ni juste une histoire de modèle complexe, de projection à long terme. Le réchauffement de la terre n'est pas un fake news ni de l'alarmisme de gauche, le changement climatique est un fait. Si nous voulons contrôler les effets de ce dérèglement climatique, les experts ont calculé que nous devrons multiplier nos ambitions climatiques par cinq. Ce n'est pas le business as usuel qui va nous y amener. Non, comme le dit le GIEC, cela exige une transformation radicale et rapide dans tous les domaines de notre société.

 

Ces changements radicaux, les gens sont en train de vous les imposer en mettant la pression en bas, en se mobilisant de plus en plus massivement. Le dimanche 2 décembre 2018, plus de 75 000 personnes ont participé à la plus grande manifestation pour le climat que la Belgique ait connue.

 

Monsieur le premier ministre, à plusieurs reprises, vous avez répété que vous aviez entendu le signal fort lancé par la population. À la suite du remaniement de votre gouvernement, vous avez encore annoncé que vous alliez faire du climat une de vos trois priorités pour le reste de la législature. Mais il faut passer de la parole aux actes, comme l'ont exigé ces manifestants. La semaine dernière, j'avais déjà parié que la Belgique pourrait bientôt remporter le prix du grand écart entre les paroles et les actes. Force est de constater que depuis, vous vous démenez pour gagner ce prix du grand écart.

 

On avait déjà eu l'abstention de la Belgique lors du vote sur la directive européenne sur les énergies renouvelables et le vote contre la directive sur l'efficacité énergétique. Ensuite, on a appris qu'à la COP24, la Belgique n'a pas voulu rejoindre la High Ambition Coalition, groupe d'une trentaine de pays qui veulent renforcer les ambitions et les investissements climatiques. Et on apprend enfin que le futur plan Énergie et Climat que la Belgique doit communiquer à la Commission européenne, fin de cette année, contient, je cite, "peu d'innovations et peu de mesures nouvelles, un flou entre les objectifs et les actions et peu de mesures liées à un calendrier."

 

 

Monsieur le premier ministre, ce midi, un rassemblement s'est tenu, non devant le Parlement – puisqu'il se situe en zone neutre, où il est interdit de manifester –, mais un peu en retrait, sous protection policière, afin de ne pas approcher ce qui est normalement le temple de la démocratie. J'ai entendu ces manifestants prôner un changement systémique.

 

Mes questions se rapportent à ce thème, monsieur le premier ministre.

 

Ce n'est pas le business as usual qui va nous permettre d'atteindre les objectifs climatiques. Vous avez annoncé une stratégie ambitieuse et des choix forts. Quelles nouvelles mesures proposez-vous? Quels investissements publics allez-vous prévoir pour accompagner ces mesures?

 

Persistez-vous dans votre idée d'introduire une taxe carbone? C'est contre une telle taxation, profondément injuste et parfaitement inefficace, que les "gilets jaunes" manifestent en France ainsi qu'en Belgique.

 

Enfin, n'est-il pas temps de reconnaître la faillite du système ETS, les fameux permis de polluer, et de le remplacer par une approche contraignante comportant des normes obligatoires, qui fixent des émissions maximales secteur par secteur, pour les réduire de 55 %, voire 60 %,  d'ici 2030?

 

03.05  Karin Temmerman (sp.a): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de premier, dames en heren ministers, collega's, deze morgen was het heel duidelijk dat een ruime meerderheid in het Parlement de lat voor de ambitie omtrent het klimaatbeleid veel hoger wil leggen. We moeten stoppen met het omschrijven van een gebrek aan ambitie als realisme, iets wat sommigen in dit halfrond wel doen.

 

De realiteit is dat wetenschappers over heel de wereld ongeveer tweeënhalf jaar lang gewerkt hebben aan het schrijven van een rapport dat nagaat of en hoe we de opwarming van de aarde kunnen beperken tot maximaal 1,5 C. Hun conclusie was dat het mogelijk is maar dat we nu dan wel in actie moeten schieten. Als we dezelfde ambitie aan de dag leggen als in de voorgaande jaren, dan komen we er niet. De gevolgen zullen desastreus zijn. Deze generatie zal het waar moeten maken. Anders zullen wij de gevolgen moeten dragen voor de toekomst van onze planeet, van onze kinderen en onze kleinkinderen.

 

Collega's, we moeten stoppen met kijken naar de anderen. In Katowice bleek heel duidelijk dat de Europese Unie verzwakt is als sommige lidstaten niet ambitieus zijn, als ze geen voortrekker willen spelen in het klimaatbeleid. Dat is was België weer eens heeft gedaan door te weigeren de High Ambition Coalition te vervoegen.

 

Mevrouw de minister, akkoord, het was Vlaanderen dat dit blokkeerde. Door het goedkeuren van deze resolutie in de commissie deze morgen – hopelijk straks ook door een ruime meerderheid in deze plenaire vergadering – hebt u nu echter iets in handen om verder te gaan. Ik hoop dat u al uw collega's uit de Gewesten en de Gemeenschappen hiervan zult kunnen overtuigen.

 

Mijnheer de premier, ik hoorde u vorige week tijdens ons klimaatdebat weinig concrete zaken aankondigen. Het enige wat u zei was dat u wou kijken naar de fiscaliteit als hefboom, als instrument voor de mobiliteit en sterke keuzes inzake energie.

 

Mijnheer de premier, dat is één zaak, maar ik vrees toch dat u niet begrepen hebt wat die 75 000 mensen op 2 december op straat hebben gezegd. Het was niet alleen een ambitieus klimaatbeleid waarvoor men pleitte, maar men wou vooral ook een sociaal rechtvaardig klimaatbeleid. Zo'n beleid zal er niet komen als u de markt laat spelen en wat meer taksen hier en daar oplegt. Het zijn uiteindelijk altijd dezelfden die daarvan de dupe zijn.

 

Het moet gaan over een beleid met een actieve sturing, vanuit de overheid, via regulering. Laat ons producten anders gaan ontwerpen, collega's. Laat ons onze mobiliteit anders gaan organiseren. Dat wil zeggen dat we ook zullen moeten investeren in openbaar vervoer, in De Lijn, in TEC, in de NMBS.

 

Laat ons ook kijken hoe het voor iedereen betaalbaar kan zijn om de meest duurzame optie te kiezen. Door alleen in te zetten op het economische en de fiscaliteit, wat ook de collega's van N-VA doen, zullen we er niet komen.

 

Mijnheer de eerste minister, u wou afwachten of de 55 % morgen op het overlegcomité zou komen. Ik heb begrepen van mevrouw de minister vanmorgen, naar aanleiding van de resolutie, dat er geen twijfel over bestaat dat dit daadwerkelijk op de agenda zal komen. Dit staat in de resolutie.

 

Mijnheer de eerste minister, welke regering er morgen ook zal zijn, uw miniregering of een andere regering of een regering in lopende zaken of de regering van de toekomst, we zullen meer ambitie moeten tonen voor het klimaatbeleid. Ik hoop dat de resolutie waarover vanmorgen werd gestemd maar ook de vele initiatieven van collega's hier in het Parlement daartoe aanzetten, want ik wil niet meer deel uitmaken van een land dat nogmaals de award Fossiel van de Dag krijgt.

 

03.06  Charles Michel, premier ministre: Monsieur le président, chers collègues, nous avons eu effectivement, ces dernières semaines et ces derniers jours et à plusieurs reprises, l'occasion de débattre de cette ambition climatique. Je veux répéter encore une fois, comme d'autres l'ont fait, que nous devons être fiers de vivre dans un pays dans lequel 75 000 citoyens se sont mobilisés pour adresser un message net, clair, fort et porteur d'espoir pour l'avenir de la planète, concernant des ambitions plus solides sur le terrain climatique.

 

Een paar dagen geleden in het kader van het debat hier in het Parlement heb ik ook die boodschap gekregen van op verschillende banken, zowel van de meerderheid als van de oppositie, en zeker ook van de jongere generatie, die de hoop hebben uitgedrukt om op klimaatvlak meer ambitie te tonen en meer rekening te houden met de cruciale nood voor de toekomst.

 

Een belangrijk punt waarover iedereen of bijna iedereen hier in de assemblee het eens is, is het feit dat ons land de akkoorden van Parijs heeft gesteund. Dat is een eerste belangrijke stap.

 

Een paar jaar geleden was ik in naam van België ook aanwezig op de One Planet Summit na de Parijsakkoorden om onze politieke doelen en engagementen te tonen.

 

Iedereen hier in de assemblee weet echter ook dat er in ons land en in ons institutioneel model een verdeling is van de bevoegdheden qua klimaatbeleid. Een deel ervan ligt bij het federaal Parlement en de federale Ministerraad. Een groot deel en veel instrumenten en hefbomen liggen bij de deelstaten, die op dat vlak veel bevoegdheden hebben, die zij kunnen gebruiken als zij dat willen en die keuze willen maken.

 

Collega's, dat geeft mij opnieuw de kans informatie over de meest recente richtlijn te verbeteren. Het was geen keuze van de federale regering om de steun onmogelijk te maken. Het was binnen het interfederaal kader het resultaat van de onmogelijkheid om een akkoord te bereiken.

 

Mais ce qui compte, et je veux le souligner une fois encore ici, c'est que cette directive s'appliquera chez nous. Elle devra être transposée chez nous. Nous veillerons, dans le champ des responsabilités fédérales qui est assez limité sur ce sujet-là, à faire notre travail afin que cette directive puisse réellement être implémentée.

 

Enfin, la semaine passée, bien avant – il faut le remarquer – les débats intéressants et utiles de ce matin en commission, la Belgique, dans le cadre du Benelux, a soutenu une importante déclaration. Il s'agit de la Déclaration de Talanoa qui nous place dans le groupe des pays extrêmement ambitieux avec cet objectif à long terme de neutralité en termes de carbone, ce qui va dans le même sens que ce qui, sans doute, a été évoqué en commission ce matin en termes d'ambitions.  

 

Ik ga nu wat concreter in op enkele van de voorgestelde punten.

 

Ten eerste, het debat dat deze morgen in de commissievergadering heeft plaatsgevonden, is zeer waarschijnlijk een gevolg van het positief en constructief debat dat wij vorige woensdag in de plenaire vergadering hebben gehouden. Onze gedachtewisseling heeft geleid tot een evolutie in de verschillende posities, niet enkel op het niveau van de regering, maar ook bij de parlementsleden; dat heb ik kunnen vaststellen. Ik bevestig dat die resolutie opnieuw een sterk signaal voor de federale regering betekent. Ik bevestig dus dat wij alles in het werk zullen stellen om die resolutie op Europees en internationaal niveau te verdedigen. Dat betekent dat wij met de federale regering die positie steunen.

 

Morgen, woensdag, is er een vergadering van het Overlegcomité gepland. Wij zullen dan de kans grijpen om een open gesprek te voeren met onze collega's van de deelstaatregeringen. Heel concreet, als wij op Europees en internationaal niveau ambitieuzere doelstellingen bepalen, dan denk ik dat wij ook in België coherent moeten zijn op federaal niveau, maar ook in de deelstaten. In mijn ogen biedt dat dus een kans om de richting in te slaan van mijn verklaringen van vorige week. Ik had voorgesteld om zo snel mogelijk ons klimaatplan goed te keuren. Er loopt een deadline, want wij moeten voor het eind van dit jaar op Europees niveau onze interfederale strategie voor het klimaat voorleggen. Dat zullen wij dus doen; die hoop en wens spreek ik uit. De federale regering zal dat dan ook zo voorstellen in het Overlegcomité.

 

Envoyons notre plan climatique, le Plan national Énergie-Climat, avant le 31 décembre. Mais décidons! Ce sera le sens de la proposition qui sera introduite au Comité de concertation.

 

Décidons aussi de renforcer immédiatement ce Plan. Mettons-nous immédiatement au travail pour voir quelles sont les mesures crédibles et chiffrées possibles afin de faire aussi un effort supplémentaire et de poursuivre le débat au Parlement dans ce cadre-là.

 

Nog een aantal bijkomende punten.

 

Ik heb respect voor het parlementaire debat, maar het beeld dat deze regering vier jaar lang niets heeft gedaan voor het klimaat, is in mijn ogen niet conform met de realiteit. Ik wil toch graag een aantal concrete voorbeelden geven.

 

Premièrement, le fait que nous ayons choisi de résoudre cette question du burden sharing (ce qui n'a pas été simple car cela a été impossible pendant des années) afin d'identifier la part de chacun, fédéral et entités fédérées, était un élément extrêmement important. Reconnaissons que, pendant des années, cela n'a pas été possible d'avoir dans ce pays un accord en termes de burden sharing. Cela a été une discussion difficile, houleuse et intense, mais un accord a finalement été conclu.

 

Deuxièmement, en ce qui concerne les énergies renouvelables, c'est principalement l'éolien offshore qui est en cause dans le cadre fédéral. Admettez que, là aussi, nous avons pris des décisions qui permettent, à l'horizon 2030, de doubler les capacités, l'équivalent de quatre réacteurs nucléaires à l'horizon 2030. C'est un signal extrêmement fort qui a été envoyé, et ce sont, surtout, des mesures qui ont été prises afin de réduire, par rapport à la situation antérieure, l'impact sur la facture des consommateurs. Il s'agissait là d'un enjeu extrêmement important pour prendre en compte la question de la fin du mois, en lien avec la fin du monde, ce qui répond également aux ambitions sociales légitimes qui ont été exprimées.

 

Een ander belangrijk en cruciaal punt is het volgende. Een van de prioriteiten in mijn oktoberverklaring was de investeringsstrategie. In ons investeringsvoorstel zitten twee belangrijke uitdagingen: mobiliteit en energie. Beiden zijn rechtstreeks gelinkt aan onze klimaatambitie. Het gaat hierbij niet alleen over woorden, communicatie of marketing, maar daden.

 

Wat de NMBS betreft, is er sprake van een verhoging van het aanbod en de laatste jaren ook een stijging van het aantal passagiers. Dit lijkt mij positief.

 

Enfin, pour ce qui concerne la SNCB, chacun doit reconnaître ici que lorsque nous avons pris nos fonctions, les caisses pour financer les travaux du RER étaient vides. On a injecté un milliard d'euros supplémentaires pour le RER, mais également pour renforcer, au Nord du pays, des connexions vers la capitale, vers Bruxelles. Les travaux du RER ont, enfin, pu reprendre alors qu'ils étaient bloqués – monsieur Cheron, je connais votre détermination en la matière – depuis très longtemps. C'est aussi un point important.

 

Nous voulons continuer dans une stratégie d'investissement sur le sujet.

 

Ik geef een ander voorbeeld: de green bonds, het gebruik van de financiële mechanismen om een structureel effect te bereiken inzake klimaatbeleid. Wij zijn het tweede Europese land, een van de eerste op internationaal vlak, dat die keuze heeft gemaakt, met een effect van 4,5 miljard euro. Dat is een zeer concreet effect. Dat is een zeer sterke aanmoediging om meer rekening te houden met het klimaat en om ter zake beslissingen te nemen.

 

Je pourrais ajouter d'autres mesures, telles que la hausse des biocarburants. Je pourrais aussi ajouter la gestion du stockage et de la demande pour laquelle les réglementations qui ont été prises sont souvent citées en exemples dans d'autres pays européens.

 

Enfin, je pourrais citer la question de l'économie circulaire qu'on a déjà abordée la semaine dernière. Je redis cette conviction. Il y a là une réelle opportunité pour soutenir la capacité concurrentielle de nos entreprises, en gérant mieux la question des matériaux et en faisant en sorte qu'une démarche vertueuse puisse être stimulée. Je prends aussi en compte les débats très importants qui ont été menés mais qui, malheureusement, n'ont pas encore abouti en matière d'obsolescence. Peut-être l'avenir le permettra-t-il. C'est aussi un fait sur lequel nous sommes certainement prêts à travailler et à avancer.

 

Nog twee belangrijke punten. Wij hebben in België ons institutioneel model. Deze regering heeft de laatste vier jaar ervoor gekozen om geen nieuwe institutionele crisis te hebben, maar om de focus te leggen op de socio-economische hervormingen en om sociale engagementen aan te gaan.

 

De relatie tussen de deelstaten en de federale regering is natuurlijk een structurele uitdaging wat het klimaat in België betreft. Ik sta positief tegenover de interessante piste die door de verschillende ministers van Energie in de deelstaten en op federaal niveau werd voorgesteld om een interfederaal agentschap op te richten, niet met de bedoeling om een bijkomende structuur op te richten, maar wel om de samenwerking met én de coördinatie tussen het federale niveau en de deelstaten efficiënter te maken en te optimaliseren.

 

Dat is misschien ook een mogelijkheid die het Overlegcomité met het Parlement en de deelstaten in de toekomst kan bekijken.

 

Nous accueillons aussi favorablement la proposition faite par un des gouvernements régionaux d'envisager, au sein du Comité de concertation, la possibilité d'introduire la candidature de la Belgique pour la COP26. Ce serait l'expression d'une ambition forte qui traduirait l'appel entendu des dizaines de milliers de citoyens qui ont marché dans la paix et le respect à Bruxelles.

 

Je suis très fier de vivre dans un pays où 75 000 citoyens se sont mobilisés pour le climat. C'est 70 000 de plus que ceux qui, dans la violence, se sont mobilisés contre la gestion efficace des migrations.

 

03.07  Daniel Senesael (PS): Monsieur le premier ministre, j'ai bien écouté votre intervention. Mais les coupes dans le rail, c'est trois milliards d'euros. Ce n'est pas le PS qui le dit, c'est la Cour des comptes. Sous votre gouvernement, les travaux du RER ont été bloqués pendant trois ans. Ce sont des vérités et des réalités.

 

Monsieur le premier ministre, la COP24 vient de refermer ses portes. Le moins que l'on puisse dire, c'est que la Belgique n'aura pas profité de cette conférence pour sortir de la position rétrograde qu'elle a affichée pendant plusieurs mois sur les enjeux climatiques.

 

J'ai mal à ma Belgique quand je vois que notre pays refuse des directives européennes pour réduire la consommation d'énergie et augmenter les énergies propres. Mais je prends note de votre engagement positif sur l'application de ces directives chez nous.

 

J'ai mal à ma Belgique quand je vois que le Parlement demande majoritairement d'aller plus fort et plus vite pour le climat, mais que votre gouvernement reste à la traîne, même si les tonalités de votre discours sont plus positives depuis quelques jours.

 

J'ai mal à ma Belgique quand 75 000 personnes manifestent pour le climat mais qu'il n'existe pas de volonté systématique et positive pour y apporter des solutions concrètes et pratiques.

 

J'ai mal à ma Belgique quand je vois qu'on refuse de financer correctement le rail. J'entends que vous nous dites aujourd'hui être ouvert à une évolution des ambitions climatiques. Par contre, je ne vous ai pas entendu dire que vous alliez amender le budget 2019. Vous refusez donc clairement de donner de nouveaux moyens afin d'agir pour le climat.

 

C'est pourquoi notre groupe dépose une motion qui demande très clairement que notre pays sorte de sa position rétrograde pour rejoindre le peloton de tête des pays européens en matière de climat. Cette motion vous demande aussi de revoir le budget 2019 pour être cohérent avec cette hausse des ambitions, et d'arrêter les politiques d'austérité qui attaquent le rail. Je dépose cette motion auprès du président.

 

03.08  Jean-Marc Nollet (Ecolo-Groen): Monsieur le premier ministre, deux points de votre intervention ont retenu mon attention. D'une part, vous avez fait référence, au début et à la fin de votre intervention, aux 75 000 manifestants. Je voudrais juste vous dire une chose: ils ne vont pas vous lâcher! Ils étaient là le 2 décembre. Ils sont encore là aujourd'hui, en plus petit groupe, autour de la rue de la Loi. Je pense ne pas me tromper en disant qu'ils seront encore là aussi longtemps que les mesures ne seront pas prises.

 

Certes, et je l'ai souligné moi-même dans mon intervention, la résolution qui a été adoptée ce matin est intéressante. Elle est même nécessaire pour fixer un cap. Mais l'enjeu, ce sera évidemment le courage dans les mesures à prendre pour atteindre les objectifs assignés via cette résolution. Vous l'avez dit, et de ce point de vue vous avez raison, cela concerne autant le gouvernement fédéral que les différents gouvernements régionaux, et même les exécutifs communaux. On sait que 60 % des mesures qui permettent de lutter contre le dérèglement climatique peuvent être prises au niveau communal.

 

Mon premier point, c'était de souligner le fait que ces gens qui ont marché dans Bruxelles pacifiquement, comme vous l'avez dit, ne vous lâcheront pas.

 

Le deuxième point, et j'aime à le souligner, c'est que vous avez dû démontrer qu'en fait, l'Europe a pu prendre une position malgré le vote négatif de la Belgique. Heureusement que, dans ce genre de situation, l'Europe existe encore!

 

C'est un discours qui dépasse l'enjeu climatique même si, comme je l'ai dit, l'enjeu climatique est central. J'aime à souligner que des pays comme la Belgique font route de travers, en l'occurrence, comme dans les deux derniers votes pointés du doigt par notre collègue Senesael tout à l'heure à la tribune, à la fois sur l'efficacité énergétique et sur les énergies renouvelables. Ces votes étaient de très mauvais votes dans le chef de la Belgique, mais l'Europe a pu très largement forcer la Belgique à aller au-delà de son vote. Effectivement, comme vous l'avez dit, la Belgique devra appliquer ce qui a décidé été au niveau européen. C'est notre vision à nous de l'Europe.

 

Notre demande, à présent, c'est que la Belgique retrouve sa place dans la dynamique positive que peut amener l'Europe. Être à l'arrière, être freinés, être bloqués, cela n'a que trop duré! Si nous voulons apporter une réponse et un projet positif aux Européens - pas seulement aux Belges mais à l'ensemble de l'Europe -, il est nécessaire que la Belgique retrouve sa place dans le cockpit de l'Union européenne, notamment en matière énergétique et climatique.

 

Si le ministre de la Défense n'écoute que d'une oreille, celle du ministre des Affaires étrangères, je pense qu'il sera attentif au message que j'ai délivré ici.

 

03.09  Michel de Lamotte (cdH): Monsieur le premier ministre, je vous remercie pour votre réponse. Si j'ai bien compris votre ton, il est vraiment temps d'embrayer et de passer à la vitesse supérieure en matière de climat. Nous avons fait certaines choses, il est vrai, mais il faut faire plus et mieux. Il est donc temps de changer certains comportements.

 

La COP24 est terminée. Nous n'étions pas au rendez-vous. Inutile d'y revenir car nous l'avons évoqué suffisamment. En ce qui concerne la résolution interparlementaire du 25 octobre et tous les items programmés, nous n'étions pas non plus au rendez-vous de manière décisive pour les actions.

 

Monsieur le premier ministre, la résolution de ce matin, lorsqu'elle sera adoptée en séance plénière, est un nouveau défi lancé au gouvernement et au Parlement. Le défi sera d'être au rendez-vous du climat et de la planète, avec la concrétisation par l'amendement que j'ai déposé ce matin concernant les moyens à apporter à cette nouvelle politique. Il est nécessaire de prendre des décisions durables et soutenables par les familles. Nous devons être au rendez-vous de ces personnes, comme les 75 000 manifestants qui ont marché le 2 décembre dernier.

 

Ce rendez-vous s'appelle mobilité, énergie, logement. Je pense que les décisions à prendre sont nombreuses. Nous devons être à la hauteur de ces défis, monsieur le premier ministre.

 

03.10  Marco Van Hees (PTB-GO!): Monsieur le premier ministre, vous vous dites fier d'avoir vu défiler 75 000 manifestants en faveur du climat en Belgique. Je vous rappelle que ces manifestants défilaient contre votre passivité, contre la passivité de votre gouvernement et des autorités belges. En effet, vous ne faites rien ou pratiquement rien. Et quand vous agissez, c'est parfois encore pire, comme quand vous réduisez la dotation de la SNCB.

 

Il faut rappeler que, sous votre gouvernement, les émissions de CO2 n'ont pas baissé moins vite; elles ont recommencé à augmenter, monsieur le premier ministre! L'alibi facile, c'est l'institutionnel. Moi, j'aimerais quand même comprendre. Tous les partis ici - à part le PTB - ont toujours soutenu les régionalisations et toutes les réformes de l'État. À présent, vous constatez que cela pose problème. Effectivement, la régionalisation est une source de blocage et une source de division du peuple. En effet, il est toujours facile de dire que l'on ne peut rien faire sur un point parce que c'est du ressort d'un autre niveau. On connaît la technique et, pour le climat, vous l'utilisez également.

 

Votre bilan est catastrophique! Le meilleur exemple, c'est celui de la SNCB. S'il y a bien un levier dont vous disposiez en tant que pouvoir fédéral, puisque vous dites que le reste concerne les Régions, c'était la SNCB. Vous avez diminué sa dotation de trois milliards et vous avez décidé d'investissements insignifiants par rapport au plan  prévu antérieurement, même s'il est vrai que les gouvernements précédents s'y étaient déjà attaqués.

 

Qu'avez-vous fait en contrepartie? Vous avez utilisé un alibi climat pour augmenter les taxes sur le carburant, en particulier le système du cliquet sur le diesel qui est aussi inefficace qu'antisocial. On le voit avec le mouvement des gilets jaunes.

 

Vous citez aussi le Pacte national pour les investissements stratégiques. Qu'est-ce que c'est? C'est tout le pouvoir au privé. Nous avons d'ailleurs reçu deux représentants venus le présenter à la Chambre - un dirigeant du Voka et un dirigeant de la FEB! C'était assez exemplaire! Ce plan consiste effectivement à donner tout le pouvoir au privé au niveau de la direction et au niveau du financement. C'est l'orientation vers les besoins du privé et non pas vers les besoins de la population ou vers les besoins de la planète.

 

Le problème fondamental de ce ou ces gouvernements, c'est que toute la politique environnementale est basée sur le marché. On fait confiance au marché. Le marché va tout résoudre mais, en fait, le marché n'a pas marché!

 

En conclusion, monsieur le premier ministre, je cite à nouveau les propos de Greta Thunberg, cette jeune suédoise de quinze ans qui est intervenue à la COP24: "Le changement nécessaire arrivera. Il arrivera que cela vous plaise ou non. Le vrai pouvoir appartient au peuple et c'est le peuple qui vous fera changer."

 

03.11  Karin Temmerman (sp.a): Mijnheer de eerste minister, ik ben blij met uw enthousiasme, ik ben blij met uw engagement, ik ben blij dat u uw hogere klimaatambitie verdedigt, maar het is wel te laat.

 

Na vier jaar toont uw regering eindelijk enige klimaatambitie. Gedurende vier jaar hebben wij u hieromtrent omzeggens niets horen zeggen en is er niets veranderd maar nu komt u zeggen dat u een hogere ambitie hebt. Uw engagement van daarnet weerspiegelt totaal niet de daden van uw regering de voorbije vier jaar.

 

Mijnheer de eerste minister, wij hebben, zelfs de laatste weken, tegen een aantal Europese richtlijnen gestemd die meer energie-efficiënte nastreven en een aantal zaken rond hernieuwbare energie inhouden. Wij verwachten van u en van de regering, nu en in de toekomst, dat er effectief daden worden gesteld, maar dat het niet blijft bij woorden, bij het formuleren van vage ambities.

 

Daarom, mijnheer de eerste minister, dienen wij ook een motie in, die ik zo meteen aan de voorzitter zal overhandigen, waarbij wij vragen dat een en ander in concrete vorm wordt gebracht. Nogmaals, het is meer dan vijf voor twaalf.

 

Le président: Chers collègues, à la suite des auteurs des interpellations, tout membre qui le souhaite pourra intervenir durant un temps maximum de cinq minutes.

 

03.12  Meyrem Almaci (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, ik zal geen vijf minuten spreektijd nodig hebben.

 

Ik heb vanochtend in de commissie met dankbaarheid kennis genomen van de brede steun die onze resolutie kreeg van de collega's van de meerderheid. Maar mijn dankbaarheid gaat vooral uit naar al degenen die al lang de druk op de ketel houden rond dit thema en die de voorbije vier jaar bijzonder ontgoocheld waren. Zij waren ook erg ontgoocheld over de resultaten van Katowice en vragen nu om van koers te veranderen.

 

Vanochtend is de commissie dat engagement aangegaan. De minister heeft daar ook aangegeven dat zij morgen met onze resolutie naar het overleg zal stappen. Van de eerste minister heb ik gehoord dat ook hij dat engagement is aangegaan. De motie die collega Nollet daarnet heeft ingediend, herneemt de tekst van onze resolutie. Dit is, na vierenhalf jaar, eindelijk een unieke gelegenheid om niet alleen internationaal ons gezicht te redden maar ook om onze historische verantwoordelijkheid op te nemen met het oog op de generaties na ons.

 

De roep die wij vandaag met deze resolutie doen weerklinken is een vraag om samenwerking. Grootouders en kinderen zijn samen opgestapt in de optocht in Brussel. Wij zagen dat bedrijven en het middenveld zich al jaren hebben verenigd, bijvoorbeeld in een organisatie als The Shift. De sense of urgency die bij hen leeft was zeer lang niet aanwezig in dit Parlement. Het verheugt mij dan ook dat er vanochtend een switch heeft plaatsgevonden, en ik wil heel graag dat deze niet alleen wordt omgezet in woorden en resoluties maar ook in daden. En wat dat betreft, mijnheer de eerste minister, wil ik u geruststellen. Er is in Vlaanderen wel degelijk een grote meerderheid te vinden voor een ambitieus klimaatbeleid. Het is niet omdat de Vlaamse regering het klimaatbeleid blokkeert dat er bij de bevolking, de bedrijven en het middenveld geen meerderheid voor zou zijn.

 

Ik verwacht dus dat u morgen aan de tafel van het overleg de stem van die meerderheid laat horen en dat u aangeeft dat dit thema breed gedragen wordt over de verschillende regio's heen. Dit is geen communautair thema. Dit is de vraag in hoeverre de politiek dit thema Gewestelijk, regionaal en federaal, in beleid wil omzetten. Het is niet omdat de Vlaamse regering doof wil blijven dat wij niet verder kunnen gaan. De stem van de burgers moet worden vertaald in het beleid. Ook dat is samenwerken. Onze burgers, onze bedrijven, het middenveld, doen het al en zij verwachten dit nu ook van de politiek. De Vlamingen willen dit, ongeacht degenen die blokkeren.

 

Laat na de woorden nu ook daden volgen. Laten wij de kans grijpen om hier een succesverhaal van te maken voor onze economie. Wij weten dat er in Europa elke dag 1 miljard euro wordt uitgegeven aan energie. Elke dag! Stel u voor dat wij dat bedrag niet zouden moeten betalen aan buitenlandse dictatoriale mogendheden maar zouden kunnen herinvesteren in de Europese economie, en ook in onze economie. Wat voor kansen zou dat met zich kunnen brengen!

 

Aldus verzoek ik u om tijdens die debatten en dat overleg naar de toekomst te kijken, te kijken naar wat wij nodig hebben voor het bekomen van florerende bedrijven en een florerende samenleving. Een samenleving waarin onze landbouw niet kreunt onder de droogte. Een samenleving waarin onze bedrijven en de meest kwetsbaren onder ons niet telkens opnieuw de impact van de klimaatverandering moeten opvangen.

 

Mijnheer de eerste minister, de brieven van twee weken geleden indachtig, de volgende generaties zullen u dankbaar zijn.

 

03.13  Leen Dierick (CD&V): Mijnheer de voorzitter, collega's, wellicht is elk van ons begaan met het klimaat. En iedereen weet dat het op dat vlak al lang geen vijf voor twaalf meer is. Elk van ons wil dat de doelstellingen van het Verdrag van Parijs worden gerealiseerd; dat staat immers zeer duidelijk in de interparlementaire klimaatresolutie die niet alleen dit Parlement, maar alle parlementen van ons land hebben goedgekeurd.

 

Maar de klok tikt voort en inmiddels weten wij ook allemaal dat wij de vooropgestelde doelstellingen van het Verdrag van Parijs, inzake de CO2-reductie, niet zullen halen. 75 000 mensen kwamen op straat voor meer klimaatambitie maar op de top van Katowice is gebleken dat België helaas niet behoort tot de groep van meer ambitieuze landen.

 

Collega's, CD&V kan al die signalen niet negeren. Daarom zijn wij deze ochtend akkoord gegaan om onze doelstellingen te verscherpen en ambitieuzer te maken. Dat is een belangrijke eerste stap, maar er moeten nog stappen worden gezet. Alle doelstellingen moeten nu worden omgezet in concrete acties. Dat kunnen wij echter niet alleen maar daarvoor moeten wij samenwerken met de Gewesten, met de gezinnen en met de bedrijven.

 

De doelstellingen omzetten in concrete acties zal veel moed vergen en zal een breed draagvlak nodig hebben. Zonder draagvlak zal het niet lukken. Iedereen moet mee en elk van ons zal inspanningen moeten leveren om zijn en haar gedrag aan te passen. En wij moeten eerlijk durven zijn: wij zullen het klimaat niet redden met holle slogans.

 

Wij zullen ook eerlijk moeten zijn over de kostprijs. Ook daarover zijn de gezinnen en de bedrijven bezorgd en die bezorgdheden moeten wij ter harte nemen.

 

Wij van CD&V willen onze verantwoordelijkheid blijven nemen en onze schouders zetten onder een ambitieus en concreet klimaat- en energieplan. Wij willen dit doen, want het is voor onze kinderen en onze kleinkinderen. Aan ons hebt u een betrouwbare partner.

 

03.14  Bert Wollants (N-VA): Mijnheer de voorzitter, collega's, met de interparlementaire klimaatresolutie hebben wij bakens verzet. Als de Ecolofractie verklaart dat die kamerbreed goedgekeurde tekst, die –95 % van de CO²-uitstoot tot doelstelling maakt, de meest ambitieuze tekst in heel Europa is, dan staat het buiten kijf dat we vooruitgang boeken.

 

Aan het aanscherpen van de doelstellingen, zoals in de interparlementaire klimaatresolutie staat en waarmee wij bakens hebben verzet, waren wel heel belangrijke voorwaarden gekoppeld. Zo heeft de Kamer zich ervoor uitgesproken dat er tussentijdse doelstellingen worden geformuleerd op basis van een milieueffectenrapport en een sociaal-economische impactanalyse.

 

Wat is er vandaag gebeurd? Waarin verschilt de nieuwe tekst? De nieuwe tekst maakt de impactanalyse overbodig! Waar de MR zo voor heeft gestreden in de interparlementair klimaatoverleg, wordt nu geschrapt.

 

Collega's, een klimaatbeleid voeren met reductie van de CO²-uitstoot doet men door maatregelen te nemen, niet door te discussiëren over de procenten. Dat doet men pas op het moment dat de maatregelen worden uitgevoerd. De eerste minister heeft niet onterecht een aantal maatregelen aangehaald die door de vorige regering zijn goedgekeurd. Ik heb het dan bijvoorbeeld over de maatregel in verband met de 4 gigawatt aan offshore windmolens of de green bonds uitgegeven door oud-minister Van Overtveldt, in samenwerking met minister Marghem.

 

Dat hier nu een debat wordt gevoerd over –55 %, terwijl bijkomende maatregelen niet aan de orde mogen komen, maakt me bang. Inderdaad, ik heb de eerste minister nauwelijks horen zeggen hoe wij die doelstelling zullen waarmaken.

 

Daarstraks deed de heer de Lamotte het voorstel om tegenover de doelstellingen in de resolutie ook de nodige middelen te stellen. Mevrouw Dierick heeft reeds aangegeven dat er zal moeten worden geïnvesteerd. Maar zodra er daartoe een amendement op het voorstel van resolutie aan de orde is, verwerpt men dat.

 

Men wil meer ambitie, maar plaatst daar geen extra middelen tegenover. Wat zegt de minister, wanneer het daarover gaat? Zij verklaart dat de regering de doelstellingen vastlegt, maar dat de Gewesten ze zullen moeten uitvoeren. Daarover gaat het.

 

Collega's, het is een verhaal dat wij inderdaad allemaal samen moeten aanpakken. Het gaat niet op louter te stellen dat het federale niveau de doelstellingen vastlegt en de verantwoordelijkheid en de kosten naar de Gewesten doorschuift. Aan een dergelijke politiek, aan dat soort federalisme werken wij niet mee.

 

Dus hebben wij ons bij de stemming over het voorstel van resolutie onthouden. Wij zijn immers van mening dat bij het vastleggen van hogere doelstellingen, die wij in de interparlementaire resolutie trouwens hebben ondersteund, dat weloverwogen moet worden gedaan.

 

In het debat argumenteert men dat wij er met zo'n beleid sociaal-economisch op vooruit zullen gaan, maar wij durven dat niet te berekenen, wij durven geen impactanalyse te maken, omdat wij vrezen dat een en ander fout zal lopen.

 

Collega's, het verschil tussen de interparlementaire resolutie en wat vandaag is goedgekeurd, is dat het realisme verdwenen is. Wij behoeven geen impactanalyse meer; enkel de cijfers tellen nog en de anderen moeten het maar doen. In dat verhaal gaan wij niet mee.

 

Mevrouw de minister, u hebt gesteld dat wie A zegt, ook B moet zeggen. U zegt A en u verwacht dat de Gewesten B zeggen. Die vlieger gaat niet op.

 

03.15  Damien Thiéry (MR): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, madame la ministre, chers collègues, je suis au regret de dire à cette Assemblée que les propos de mon collègue Wollants ne correspondent pas à ce qui a été dit ce matin.

 

Monsieur Wollants, je suis désolé de dire que vous avez trafiqué la réalité. C'est toujours un petit peu dommage de devoir répéter, en séance plénière, ce qui a été dit en commission. Je répète donc exactement ce que j'ai dit ce matin pour que tout le monde ait l'occasion d'en profiter.

 

Premièrement, il a bien été question d'une analyse d'impacts socioéconomiques par rapport aux engagements ambitieux ou non que nous devions prendre. Cette étude d'impacts est toujours demandée. Par contre - et c'est ce que vous n'avez pas voulu entendre ce matin, monsieur Wollants -, nous sommes extrêmement sensibles, comme plusieurs collègues l'ont dit, à l'appel des 75 000 personnes qui ont marché dans la rue et qui ont demandé un mouvement rapide pour le climat. J'en faisais partie ainsi que beaucoup de collègues présents dans l'Assemblée. On ne peut que s'en féliciter. Monsieur Nollet, vous avez dit que ces 75 000 personnes ne nous oublieraient pas et ne nous lâcheraient pas. Effectivement, nous en sommes conscients et c'est la raison pour laquelle nous partons du principe qu'il faut avancer.

 

Deuxièmement, nous avons reçu entre-temps l'analyse du GIEC qui nous a montré, même si on peut toujours discuter à 1 ou 2 % près, qu'il était grand temps d'avancer avec des chiffres qui devaient être revus à la hausse pour 2030-2050. Cela, c'est l'approche la plus ambitieuse.

 

Troisièmement, à Katowice, certains éléments supplémentaires ont été mis sur la table et nous obligent à être plus ambitieux encore. C'est la raison pour laquelle nous prenons nos responsabilités maintenant.

 

Monsieur Wollants, vous n'avez pas voulu l'entendre ce matin en commission mais la vérité est là. C'est ce que nous avons pris comme position ensemble. Nous regrettons bien entendu que vous vous soyez abstenu, ce qui veut clairement dire que votre ambition ne correspond pas à la nôtre.

 

Moties

Motions

 

De voorzitter: Tot besluit van deze bespreking werden volgende moties ingediend.

En conclusion de cette discussion les motions suivantes ont été déposées.

 

Een eerste motie van aanbeveling werd ingediend door de heer Daniel Senesael, mevrouw Gwenaëlle Grovonius en de heer Laurent Devin en luidt als volgt:

“De Kamer,

gehoord de interpellaties van de heren Daniel Senesael, Jean-Marc Nollet, Michel de Lamotte en Marco Van Hees en mevrouw Karin Temmerman

en het antwoord van de eerste minister,

verzoekt de regering

- steun te verlenen aan een aanscherping van de Europese doelstellingen om de Europese broeikasgasuitstoot tegen 2030 met 55 % en tegen 2050 met 95 % te verminderen ten opzichte van het emissieniveau van 1990;

- het Geïntegreerd Nationaal Energie-Klimaatplan (NEKP) te finaliseren overeenkomstig de aanscherping van de Europese doelstellingen om de Europese broeikasgasuitstoot tegen 2030 met 55 % en tegen 2050 met 95 % te verminderen ten opzichte van het emissieniveau van 1990;

- de begroting 2019 aan te passen overeenkomstig die aangescherpte doelstellingen, meer bepaald om een einde te maken aan het besparingsbeleid dat de spoorwegen ondermijnt."

Une première motion de recommandation a été déposée par M. Daniel Senesael, Mme Gwenaëlle Grovonius et M. Laurent Devin et est libellée comme suit:

“La Chambre,

ayant entendu les interpellations de MM. Daniel Senesael, Jean-Marc Nollet, Michel de Lamotte et Marco Van Hees et Mme Karin Temmerman

et la réponse du premier ministre,

demande au gouvernement

- de soutenir une révision à la hausse des objectifs européens pour atteindre une réduction de 55 % des émissions européennes d'ici 2030 et de 95 % d'ici 2050 par rapport aux émissions de 1990;

- de finaliser le Plan National intégré Energie Climat (PNEC) en cohérence avec la révision à la hausse des objectifs européens pour atteindre une réduction de 55 % des émissions européennes d'ici 2030 et de 95 % d'ici 2050 par rapport aux émissions de 1990;

- d'amender le budget 2019 en cohérence avec cette hausse des ambitions afin de notamment stopper les politiques d'austérité qui attaquent le rail."

 

Een tweede motie van aanbeveling werd ingediend door de heer Jean-Marc Nollet, mevrouw Meyrem Almaci, de heren Kristof Calvo en Georges Gilkinet en luidt als volgt:

“De Kamer,

gehoord de interpellaties van de heren Daniel Senesael, Jean-Marc Nollet, Michel de Lamotte en Marco Van Hees en mevrouw Karin Temmerman

en het antwoord van de eerste minister,

verzoekt de regering

- er bij de ad-hocinstanties en op de bijeenkomsten die eraan gewijd zijn, voor te pleiten:

1. dat België zou toetreden tot de coalitie van de landen die pleiten voor een onmiddellijke verhoging van de Europese doelstellingen voor de reductie van de broeikasgassen tegen 2030;

2. dat België op Europees niveau zou pleiten voor een doelstelling voor de reductie van de broeikasgassen van ten minste 55 % tegen 2030 en ten minste 95 % tegen 2050, in vergelijking met de uitstoot in 1990;

- ook te pleiten voor een snelle aanpassing van het Nationaal Energie-Klimaatplan 2030 (NEKP) zodat

1. er in overeenstemming met de door de betrokken Parlementen aangenomen interparlementaire klimaatresolutie, een traject en maatregelen in kunnen gedefinieerd worden;

2. het verenigbaar is met de mechanismen voor de herziening van het ambitieniveau waarin het Akkoord van Parijs voorziet, zodat het NEKP kan worden aangepast zodra de Europese doelstellingen voor 2030 en 2050 herzien zijn."

Une deuxième motion de recommandation a été déposée par M. Jean-Marc Nollet, Mme Meyrem Almaci, MM. Kristof Calvo et Georges Gilkinet et est libellée comme suit:

“La Chambre,

ayant entendu les interpellations de MM. Daniel Senesael, Jean-Marc Nollet, Michel de Lamotte et Marco Van Hees et Mme Karin Temmerman

et la réponse du premier ministre,

demande au gouvernement

- de plaider dans les instances ad-hoc et lors des réunions y consacrées:

1. pour que la Belgique rejoigne la coalition des pays qui plaident pour une hausse immédiate des objectifs européens de réduction des gaz à effet de serre à l'horizon 2030;

2. pour que la Belgique plaide au niveau européen pour un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de minimum 55 % à l'horizon 2030 et de minimum 95 % à l'horizon 2050 par rapport aux émissions de 1990;

- de plaider pour que le Plan National Energie-Climat 2030 (PNEC) soit rapidement adapté de telle sorte qu'il

1. définisse une trajectoire et des mesures en phase avec la résolution interparlementaire sur le climat adoptée par chaque parlement concerné;

2. soit compatible avec les mécanismes de révision du niveau d'ambition prévus dans l'accord de Paris de telle sorte qu'une fois les objectifs européens 2030 et 2050 revus, le PNEC soit adapté."

 

Een derde motie van aanbeveling werd ingediend door mevrouw Karin Temmerman en luidt als volgt:

“De Kamer,

gehoord de interpellaties van de heren Daniel Senesael, Jean-Marc Nollet, Michel de Lamotte en Marco Van Hees en mevrouw Karin Temmerman

en het antwoord van de eerste minister,

verzoekt de regering

Op Europees niveau:

1. De interparlementaire klimaatresolutie van 10 oktober 2018 op dit punt uit te voeren en zich aan te sluiten bij de coalitie van Europese lidstaten die vragen om een aanscherping van de Europese 2030 doelstelling naar minstens –55 % emissiereductie;

2. Expliciet steun te verlenen aan de langetermijnvisie van de Europese Commissie van 28 november 2018 om de Europese economie tegen uiterlijk 2050 klimaatneutraal te maken.

ln België:

1. Een bijzondere wet inzake interfederaal klimaatbeheer die het pad omschrijft richting nuluitstoot voor 2050 uit te werken en aan het Parlement voor te leggen;

2. Op het Overlegcomité een meer ambitieuze versie van het nationaal energie- en klimaatplan goed te keuren, zodat het voor 31/12 aan de Europese Commissie kan worden bezorgd;

3. De kernuitstap tegen ten laatste 2025 te herbevestigen en de wettelijk vastgelegde uitstapkalender op te nemen in het nationaal energie- en klimaatplan;

4. Een engagementsverklaring uit te spreken om de totale energiefactuur van de meest kwetsbare gezinnen niet verder te doen stijgen en er bij alle toekomstige klimaatmaatregelen zorg voor te dragen de lasten billijk te spreiden, zodat de sterkste schouders de zwaarste lasten dragen en ervoor te zorgen dat de opbrengsten en voordelen van een ambitieus klimaatbeleid over de ganse bevolking kunnen worden gespreid;

5. Een btw-verlaging op elektriciteit door te voeren van 21 naar 6 %;

6. Als overheid een voorbeeldrol op te nemen door werk te maken van een doorgedreven energie-efficiëntie van de overheidsgebouwen en een circulair aankoopbeleid te hanteren."

Une troisième motion de recommandation a été déposée par Mme Karin Temmerman et est libellée comme suit:

“La Chambre,

ayant entendu les interpellations de MM. Daniel Senesael, Jean-Marc Nollet, Michel de Lamotte et Marco Van Hees et Mme Karin Temmerman

et la réponse du premier ministre,

demande au gouvernement

À l'échelon européen:

1. De mettre en œuvre sur ce point la résolution interparlementaire sur le climat du 10 octobre 2018 et de rejoindre la coalition des États membres de l'UE qui demandent le renforcement de l'objectif européen 2030 d'une réduction des émissions d'au moins 55 %;

2. De soutenir explicitement la vision à long terme formulée par la Commission européenne le 28 décembre 2018, qui fixe l'objectif d'une économie européenne climatiquement neutre d'ici à 2050 au plus tard.

En Belgique:

1. D'élaborer et de soumettre au Parlement une loi spéciale relative à la gestion du climat définissant le parcours vers l'objectif de zéro émission d'ici 2050;

2. D'approuver au Comité de concertation une version plus ambitieuse du plan national énergie-climat, de sorte à pouvoir le présenter avant le 31 décembre à la Commission européenne;

3. De reconfirmer la sortie du nucléaire fixée au plus tard en 2025 et d'insérer le calendrier de sortie du nucléaire établi dans le plan national énergie-climat;

4. De s'engager explicitement à mettre un terme à la hausse de la facture énergétique totale des ménages les plus vulnérables et de veiller, dans toutes les futures mesures en matière de climat, à répartir équitablement les charges, afin que les charges les plus lourdes soient supportées par les épaules les plus solides et de garantir, en outre, que le produit et les avantages découlant d'une politique climatique ambitieuse puissent profiter à l'ensemble de la population;

5. De réduire de 21 à 6 % le taux de TVA sur l'électricité;

6. De donner l'exemple en tant qu'État en œuvrant à une efficacité énergétique maximale dans les bâtiments publics et en appliquant une politique d'achat circulaire."

 

Over de moties zal later worden gestemd. De bespreking is gesloten.

Le vote sur les motions aura lieu ultérieurement. La discussion est close.

 

04 Samengevoegde interpellaties van

- de heer Kristof Calvo tot de eerste minister over "de politieke situatie en functioneren restregering" (nr. 301)

- de heer Filip Dewinter tot de eerste minister over "de politieke situatie en het functioneren van de geamputeerde regering" (nr. 302)

- mevrouw Meryame Kitir tot de eerste minister over "de huidige politieke situatie" (nr. 303)

- mevrouw Catherine Fonck tot de eerste minister over "de regeringscrisis en het aantreden van de regering-Michel II" (nr. 304)

- de heer Ahmed Laaouej tot de eerste minister over "de regeringscrisis en de herschikking van de regering" (nr. 305)

- de heer Raoul Hedebouw tot de eerste minister over "de legitimiteit van de huidige regering" (nr. 307)

- de heer Hendrik Vuye tot de eerste minister over "de legitimiteit van de huidige regering" (nr. 308)

- de heer Georges Gilkinet tot de eerste minister over "de politieke situatie en de regering Michel 2" (nr. 311)

- de heer Olivier Maingain tot de eerste minister over "de regeringscrisis en de legitimiteit van de huidige regering" (nr. 314)

04 Interpellations jointes de

- M. Kristof Calvo au premier ministre sur "la situation politique et le fonctionnement du gouvernement résiduel" (n° 301)

- M. Filip Dewinter au premier ministre sur "la situation politique et le fonctionnement du gouvernement amputé" (n° 302)

- Mme Meryame Kitir au premier ministre sur "la situation politique actuelle" (n° 303)

- Mme Catherine Fonck au premier ministre sur "la crise gouvernementale et la mise en place du gouvernement Michel II" (n° 304)

- M. Ahmed Laaouej au premier ministre sur "la crise gouvernementale et le remaniement ministériel" (n° 305)

- M. Raoul Hedebouw au premier ministre sur "la légitimité du gouvernement actuel" (n° 307)

- M. Hendrik Vuye au premier ministre sur "la légitimité du gouvernement actuel" (n° 308)

- M. Georges Gilkinet au premier ministre sur "la situation politique et le gouvernement Michel 2" (n° 311)

- M. Olivier Maingain au premier ministre sur "la crise gouvernementale et la légitimité du gouvernement actuel" (n° 314)

 

Je reviens sur ce qui a été convenu en Conférence des présidents.

 

Le premier interpellant, à savoir M. Calvo, dispose de vingt minutes au maximum; les autres, de dix minutes. Le gouvernement dispose de quarante minutes, mais il ne lui est pas nécessaire d'occuper tout ce temps de parole pour apporter les réponses.

 

Na het antwoord van de regering bedraagt de spreektijd vijf minuten voor de replieken en eveneens vijf minuten voor wie wil aansluiten.

 

04.01  Kristof Calvo (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, collega's, mijnheer de eerste minister, onze fractie is tevreden dat het klimaat zo centraal staat, eindelijk, zou ik zeggen. Laat ons eerlijk zijn: een regering van aflopende zaken kan moeilijk de planeet redden. Als wij dus al de ambities waarvoor er daarnet een heel breed draagvlak blijkt te zijn en waarvoor ook u uw steun hebt uitgesproken, echt willen realiseren, dan moeten wij dit debat over de politieke toestand ook wel ernstig met elkaar voeren. De huidige politieke situatie is volgens mij namelijk onhoudbaar.

 

Een van onze collega's, hier meestal afwezig, heeft ons afgelopen vrijdag gemotiveerd om het debat van vandaag heel grondig en vooral ook hier in de Kamer te voeren. Collega De Wever is vandaag uiteraard afwezig. Hoewel het hier vandaag met alle mediabelangstelling bijna een televisiestudio lijkt, haalt de minachting voor onze parlementaire democratie toch de bovenhand. Die minachting konden wij vrijdag uit zijn mond vernemen. Bart De Wever zei: "Men", waarmee hij u bedoelt, mijnheer de premier, "is nu in alle openheid mijn marionet. Men moet het nu echt aan mij komen vragen. Het is nu echt vanuit Antwerpen dat ik zo of zo zal doen." (De heer Calvo maakt, zoals een Romeinse keizer, het duim omhoog-duim omlaag-gebaar)

 

Collega's van N-VA, wij leven niet in een keizerrijk, maar wel in een parlementaire democratie. Als de heer De Wever wenst te praten over de toekomst van de huidige regering, dan nodig ik hem hier in het Parlement uit, want vooralsnog is hij slechts – laat ons dat vooral zo houden – één van de honderdvijftig Kamerleden.

 

Mijnheer de eerste minister, beste collega's, onze fractie beschouwt dergelijke verklaringen, oorlogsverklaringen, als een uitnodiging om het heft in handen te nemen. Wij voelen ons geroepen om het voortouw te nemen in de schoot van het Parlement. Het Parlement zal immers het voortouw moeten nemen om uit de impasse te geraken. Dat is geen verwijt, het is eenvoudige wiskunde: een klimaatcoalitie met een tweederde meerderheid biedt heel wat mogelijkheden, terwijl er met een minderheidsregering van één op drie heel weinig mogelijk is.

 

Collega's, wij hebben dat de voorbije twee weken getoond. Twee keer heeft dit Parlement de vrijheid genomen om dingen te beslissen. Twee keer, beste collega's, tot ergernis van de N-VA en het Vlaams Belang, heeft die parlementaire vrijheid gezorgd voor vooruitgang. Collega's van de N-VA, dat frustreert u, want u hoopte dat die sabotage ging zorgen voor een totale stilstand. Maar ik zeg het u, wij blijven niet op u wachten, wij kijken niet gewoon toe hoe de pyromanen de chaos in dit land willen organiseren.

 

Wij hebben dat gedaan hier in het Parlement eerst met het migratiepact en deze voormiddag met de klimaatdoelstellingen. Men merkt het, men wordt daarvan nerveus. 4,5 jaar is de N-VA opgevoed met het idee dat een duim omhoog of een duim omlaag vanuit Antwerpen alles bepaalt. Wel, het Parlement heeft nu twee keer een dikke stevige middelvinger opgestoken. Wij hebben gezegd dat wij vooruitgaan, dat wij onze ambities gaan realiseren.

 

Collega's, waarom hebben wij dat gedaan? Wij hebben dat gedaan omdat daarvoor hierbuiten ook een heel groot draagvlak is. Geen enkele fractie kan het monopolie opeisen namens de mensen te spreken. Geen enkele fractie kan dat. Wij niet, maar dus ook de N-VA niet.

 

Collega's, hierbuiten is er een stilzwijgende meerderheid die aan dit Parlement vraagt en smeekt om nog zes maanden knopen door te hakken. Het zijn inderdaad die 75 000 mensen die voor het klimaat op straat zijn gekomen. 75 000, dat is een veelvoud van de fanclub van Theo Francken voorbije zondag. Het zijn mensen die niets afbreken, die banken en stoelen in de stad laten staan, die door Brussel trekken en de straten schoner achterlaten dan toen zij toekwamen, die niet afbreken maar iets opbouwen. Mijnheer de eerste minister, het zijn al die mensen die aan de slag zijn in ons land, ook voorbije zondag. Toen ongeveer 100 hooligans onze hoofdstad op stelten zetten, waren er echte voetballiefhebbers overal in het land aan de slag als scheidsrechter, als steward, als vrijwilliger in de kantine, omdat ze voor mekaar willen zorgen, omdat ze dit land willen laten draaien.

 

Mijnheer de eerste minister, die mensen komen niet altijd op straat. Die roepen niet, maar verdienen wel gehoord te worden.

 

Onze oproep aan u en aan de collega's is om voor die stilzwijgende meerderheid het komende half jaar nog iets te betekenen, om in plaats van als politieke klasse het voorbeeld van de N-VA te volgen en de politiek een bron te laten zijn van ergernis, van frustratie, van colère en van wanhoop, met dit Parlement een bron te zijn van hoop en perspectief.

 

Maar, mijnheer de eerste minister, dan moet er wel heel veel veranderen. We kunnen dat niet doen met een regering van aflopende zaken. We kunnen dat ook niet doen met het beleid van de voorbije vierenhalf jaar. Hoe graag wij ook willen samenwerken, hoe oprecht onze boodschap op dat vlak ook is, onze uitgestoken hand is geen naïeve uitgestoken hand, is geen blanco cheque. Het is een vraag aan u om dit beleid op een aantal punten fundamenteel bij te sturen. Niet alleen op het vlak van klimaat: wij, ecologisten, geven om de planeet, maar wij geven even goed om mensen. Wij vinden de toekomst heel belangrijk, wat er morgen en overmorgen gebeurt, maar wat er vandaag in dit land wordt beslist voor mensen die het moeilijk hebben, baart ons evenveel zorgen en houdt ons evenveel bezig.

 

Daarom, collega's, kiezen wij in eerste instantie voor de formule van de motie van aanbeveling. Ik benadruk: in eerste instantie. Die motie van aanbeveling vraagt aan u om hier, op deze tribune, te zeggen en te verduidelijken, zonder voorbehoud, dat u bereid bent uw beleid op een aantal punten bij te sturen. Het klimaatbeleid, in de lijn van de resolutie waarover we zullen stemmen. Maar niet alleen de resolutie, ook concrete plannen. Neem bijvoorbeeld het nationaal actieplan voor klimaat en energie, waar het ambitieniveau hoger moet. Het mobiliteitsbeleid dat hier voor ligt, beste collega's, is niet de doorbraak die we moeten realiseren. Dat is een eerste punt waarop we van u een duidelijk engagement vragen, anders lukt de samenwerking niet.

 

Een tweede punt is de arbeidsdeal. Ik begrijp dat Kris Peeters zijn huiswerk rond de degressiviteit van de werkloosheidsuitkering nog niet helemaal heeft gemaakt. Mijnheer Peeters, u moet zich niet haasten. U moet zich niet aan de schrijftafel zetten om mensen nog meer in de armoede te duwen. U moet gewoon zeggen: "Ik ben bevrijd van dat N-VA-carcan. Ik ben bevrijd van collega's die denken dat een lege maag mensen helpt om te solliciteren, dus ik doe dat gewoon niet." Dat is een tweede punt waarop wij u vragen om bangelijk duidelijk te zijn en uw beleid bij te sturen.

 

Een derde punt, die eeuwige belofte. Collega Verherstraeten, Rerum Novarum tien jaar geleden. Yves Leterme zei toen: "Ik heb twee verkiezingsbeloftes: Brussel-Halle-Vilvoorde en het optrekken van de uitkeringen tot de armoedegrens." Brussel-Halle-Vilvoorde hebben we opgelost, ook zonder hen trouwens: dat konden ze ook niet oplossen, daar zijn ze ook van de tafel weggelopen.

 

(De heer Calvo wijst naar de N-VA-fractie.)

 

Maar die tweede verkiezingsbelofte, mijnheer Verherstraeten, is nog altijd niet gerealiseerd.

 

Dat is het derde punt waarover wij aan deze minderheid vragen om zich duidelijk uit te spreken. Doet u dat niet, dan zal het niet lukken om samen te werken.

 

Een vierde punt is een aanmoediging voor mevrouw De Block. Mevrouw De Block, u moet zich niet verontschul­digen als u hartelijk en menselijk wil zijn. Weet dat heel veel mensen u steunen op het moment dat u de beslissing neemt om de asielquota te schrappen. Weet dat heel veel mensen, ook de pendelaars en buschauffeurs in Brussel, eigenlijk willen dat u de crisisopvang organiseert en oplost in de plaats van ze te organiseren zoals Theo Francken heeft gedaan.

 

U bent goed begonnen als staatssecretaris ad interim maar u laat zich dan meteen afschrikken. U dacht: ik moet hardvochtig zijn.

 

Dat is het vierde punt waarin wij vragen om standvastig te zijn. U zult in ons dan een bondgenoot vinden, want het kan niet dat mensen op die manier in onze hoofdstad aan hun lot worden overgelaten.

 

Mijnheer de eerste minister, wij formuleren ons eisenpakket hier in alle openheid, niet in een Atomaschriftje, niet aan een vergadertafel waaraan u blijkbaar alleen met de N-VA wou samen zitten dit weekend. Ik begrijp dat eerlijk gezegd niet. U hebt een aantal andere fracties gehoord: mevrouw Kitir, de heer Laaouej, mevrouw Fonck, de constructieve mensen van dit Halfrond. U hebt hen een keer uitgenodigd voor een vrijblijvend gesprek en nadien bent u een heel weekend gaan kamperen bij de N-VA. Ik begrijp dat niet.

 

Vandaar in alle openheid, ons eisenpakket, onze verlangens, onze ambities.

 

De verschillen met het eisenpakket van de collega's van de N-VA zullen u wellicht al opgevallen zijn. De verschillen zijn redelijk duidelijk. Dat maakt de keuze voor de eerste minister, maar ook voor de Vlaamse liberalen en de Vlaamse christendemocraten wel heel duidelijk.

 

Ofwel kiest u ervoor om dit N-VA-beleid verder te zetten met een partij die eigenlijk niet aan beleid wil doen, maar al in campagnemodus zit. Ofwel kiest u om met een coalition of the willing in dit Parlement nog een aantal doorbraken te realiseren, dingen die eigenlijk dicht zouden moeten zitten bij wat liberalen en christendemocraten met dit land nog willen doen de komende zes maanden.

 

Vandaar de keuze die wij u voorstellen. We zeggen het veel vriendelijker dan vorige vrijdag in De Afspraak. U hoeft niet onze marionet te zijn, helemaal niet, we kunnen ook op een respectvolle manier samenwerken, maar u moet wel een keuze maken en die keuze moet u vandaag maken.

 

Mijnheer de eerste minister, onze fractie vindt dat deze situatie onhoudbaar is. Ofwel zoekt u een manier om samen te werken met ons of met anderen. Die samenwerking moet dan wel oprecht zijn en meer zijn dan een vrijblijvend theekransje. Ofwel kunt u ook naar de Koning gaan.

 

U kunt de uitgestoken hand van de Nederlandstalige en Franstalige ecologisten aanvaarden om uw beleid echt bij te sturen. Wij gaan uw beleid immers niet gewoon depanneren, wij nemen geen vrede met een aantal klimaatkruimels. Wij willen de zaken echt bijsturen en de komende zes maanden echt nog iets betekenen voor dit land. De keuze is dus aan u.

 

Ofwel grijpt u die uitgestoken hand, ofwel verplicht u ons om de motie van wantrouwen aangekondigd door de collega's te steunen. Zo ver hoeft het voor ons echter niet te komen. Voor ons is dat geen motie om u weg te sturen en nog meer onzekerheid te organiseren, ze komt er omdat dit lopende beleid een motie van wantrouwen van verdient. De manier waarop ook u, MR, Open Vld en CD&V, de afgelopen tijd aan politiek gedaan hebt verdient een motie van wantrouwen.

 

Er is dus een keuze, voor samenwerking of om naar de Koning te gaan en in lopende zaken te belanden. Wij willen geen regering van stilstaande zaken, wij willen een Parlement van belangrijke zaken. Die keuze moet u samen met ons maken en dat moet u vandaag doen.

 

04.02  Filip Dewinter (VB): Mijnheer de voorzitter, collega's, vanmiddag had ik de indruk terechtgekomen te zijn in het jaar 1453. Wat is er toen gebeurd? In 1453 stonden de Turken voor Constantinopel. De islam belegerde de hoofdstad van het christendom, Constantinopel, tegenwoordig verkeerdelijk Istanboel genoemd. Waar debatteerden de bestuurders, de priesters en de edelen van Constantinopel over, toen de Turken voor de poorten stonden? Dat was over het geslacht der engelen. U kent het verhaal. Dat is ook hetgeen wij zopas hebben gedaan, naar aanleiding van het Klimaatplan. Wij hebben nog vlug even de wereld gered, terwijl wij niet eens in staat zijn om orde op zaken te stellen in ons eigen land. Dat zullen wij ook doen tijdens dit debat, waarin wij het zullen hebben over allerlei juridisch-technische aangelegenheden, zoals de vraag in hoeverre de regering al dan niet legitiem is, moet overgaan in lopende zaken of beter ten val wordt gebracht.

 

Nochtans zou het hier vandaag moeten gaan over datgene waar de crisis uiteindelijk mee begonnen is, namelijk het Marrakeshpact, waarover uw dienaar een maand en een week geleden hier helemaal alleen de eerste minister ondervroeg, waarna de N-VA een paar weken later het licht zag, mee op de kar van het protest sprong en, terecht, haar medewerking met de regering verbond aan ons protest tegen het Marrakeshpact, waarvoor ik de N-VA trouwens dank.

 

Dames en heren, er is iets wat men blijkbaar helemaal uit het oog verloren is in de media, maar niet in de publieke opinie, die beide tegenwoordig verschillende dingen zijn. Morgen zal in New York namelijk het fameuze Marrakeshpact, waarover het toch allemaal ging, goedgekeurd worden, misschien ook, mijnheer de premier, door ons land, door onze ambassadeur. Daar moet het debat uiteindelijk over gaan, want u kunt en mag het protest tegen het Marrakeshpact, in het bijzonder, tegen de massa-immigratie - daar gaat het natuurlijk over - en tegen de multicultuur, die u zolang aan de bevolking hebt opgedrongen, niet langer blijven negeren.

 

Afgelopen zondag – het werd hier al ter sprake gebracht door de heer Calvo, die met zijn troepen nauwelijks 1 000 man kon mobiliseren in het Maximiliaanpark, illegalen inbegrepen – zijn bijna 10 000 mensen toch naar Brussel gekomen om hier te betogen, ondanks een verbod dat tot de dag voor de betoging gold en ondanks intimidatie, beledigingen en omschrijvingen als "bruine mars".

 

Uiteraard zal het Parlement, daarin gevolgd door de mainstreammedia, de betoging graag compromitteren met een aantal rellen, die er zijn geweest. Daarmee is dan de kous af en is de betoging geklasseerd als hooliganisme, extreemrechts en niet-relevant.

 

Dat is natuurlijk gemakkelijk. U weet echter dat het niet juist is. Het protest tegen het Marrakeshpact en tegen de massa-emigratie wordt door brede lagen van de bevolking gedragen.

 

U hebt ook schrik om naar de kiezer te gaan, omdat u beseft dat, indien er nu verkiezingen komen, ze een referendum over het Marrakeshpact, over de massa-emigratie, over uw migratiebeleid en over het migratiebeleid van Theo Francken zullen zijn. Dat beleid was een beleid dat minder streng was dan het beleid in de landen die zich vandaag tegen het Marrakeshpact keren. Ik denk aan Italië, aan Oostenrijk, Hongarije en de Verenigde Staten.

 

Mijnheer de eerste minister, ik wil kort van de gelegenheid gebruikmaken om op de fameuze Mars tegen Marrakesh terug te komen. Uiteraard keur ik de gewelddaden en de rellen niet goed. Laat dat duidelijk gezegd zijn. Ik verwerp iedere vorm van geweld.

 

Ik verwerp echter evenzeer iedere vorm van onrechtvaardigheid. Iedereen mag in de stad Brussel immers blijkbaar betogen met de goedkeuring van PS-burgemeesters en minister-presidenten, van de PKK over Sharia for Belgium tot illegalen. Wanneer burgers echter in opstand komen tegen massa-emigratie, multicultuur en islamisering en dus het Marrakeshpact verwerpen, wordt hun betoging verboden en gestigmatiseerd. Er wordt dan geprovoceerd, door op te werpen dat het om een bruine mars gaat en dat de deelnemers allemaal fascisten en aanverwanten zijn. Men is daarna verwonderd dat er ondanks alle verboden toch tienduizend betogers komen opdagen. Men is dan ook verwonderd dat, nadat de provocaties van de politie hun werk hebben gedaan, er spijtig genoeg ook rellen tot slot van de manifestatie aan de orde zijn.

 

Mag ik er echter op wijzen dat de rellen grotendeels uw verantwoordelijkheid zijn en de verantwoordelijkheid van de PS-burgemeester en minister-president van Brussel, die de politie als zijn persoonlijke privémilitie gebruikt, om betogers te provoceren? Ik heb het gisteren op het nieuws gehoord. Een agent werd stiekem gefilmd en gaf uiteindelijk toe waarover het echt ging. Hij zei dat de politie altijd aan de kant moest staan, maar dat, wanneer die betogers kwamen, zij erop moest kloppen. Die gaf toe dat "Ze" zoveel mogelijk volk in de bak en zoveel mogelijk arrestaties willen. Ik klaag hier op het spreekgestoelte nogmaals die politiek van twee maten en twee gewichten aan.

 

Toen Marokkaanse, allochtone voetbalsupporters na het WK 22 politieagenten verwondden, meer dan 20 winkels plunderden en kapotsloegen en verschillende politiewagens en auto's in brand staken, waren er geen arrestaties. Nul! Geen enkele!

 

Wanneer rechtse, identitaire, nationalistische betogers op straat komen, kan er een maximum aan geweld door de politie gebruikt worden en dan zijn er meer dan 90 arrestaties. Dat is het verschil in dit land. De lievelingen van het regime, Marokkaanse relschoppers, mogen alles in Brussel, maar Vlamingen die opkomen voor hun eigen identiteit en cultuur, mogen heel weinig. Maar dat wisten wij al.

 

Mijnheer de eerste minister, collega's, het protest tegen het Pact is slechts het topje van de ijsberg. Het gaat vandaag over veel meer dan het falen van de regering. Het gaat over het failliet van de multicultuur en het opengrenzenbeleid. Het gaat over de crisis van de dictatoriale Europese instellingen, die boven de hoofden van de mensen in de Europese Commissie en aanverwanten beslissen. Het gaat ook over de afwijzing van internationale organisaties als de Verenigde Naties, die zich een soort niet-gelegitimeerde, niet-democratische wereldregering achten en die proberen hun opengrenzenbeleid, hun multicultureel, globariserend wereldbeeld door de strot van de burger te duwen.

 

Het gaat over de tegenstelling tussen de natiestaat enerzijds en de soevereiniteit van de natiestaten anderzijds, de VN-EU-wereldregering; het verschil tussen nationalisme en identiteit, en globalisme en multiculturaliteit.

 

Ik heb afgelopen weekend een opmerkelijk interview van u gelezen, mijnheer Geens. U symboliseerde daarin de geest van Marrakesh toen u zei: ik weet zeker dat voor de mensheid de grote uitdaging erin bestaat zich de nieuwe werkelijkheid van een globariserende wereld eigen te maken, zodat onze oude instincten veranderen. Ons groepsinstinct, zo noemde u dat, moet geleidelijk transformeren naar een wereld­burgerschap en dus – nu komt het, geheel in de trant van het Marrakeshpact - moeten de mensen opgevoed worden tot wereldburgers.

 

Daar gaat het natuurlijk allemaal om, mijnheer Geens, in uw interview in De Standaard: de mensen moeten opgevoed worden tot wereldburgers, openstaan voor de multicultuur, voor de massa-immigratie, zij moeten zich de globariserende wereld eigen maken.

 

Dat is misschien de doelstelling van een aantal politici, maar het is niet de doelstelling van de man in de straat, die genoeg heeft van uw elitair geleuter, van uw bijna pijnlijke manier om mensen te indoctrineren en te zeggen wat zij al dan niet moeten doen. De politieke elite, mijnheer Geens, waartoe u behoort u, gedraagt zich als politieke spookrijders.

 

De voorzitter: U hebt nog een minuut.

 

04.03  Filip Dewinter (VB): U blijft aan 150 kilometer per uur rijden, tegen de wil van het volk in.

 

Het regime moet beseffen dat, ook al kan iedere vorm van protest desnoods met de matrak, het waterkanon en traangas de kop worden ingedrukt, de burger niet blijft zwijgen en dat zeker niet doet in het stemhokje.

 

Mijnheer de premier, ik raad u aan om er een einde aan te maken, liever vandaag, dan morgen! Morgen wordt het Marrakeshpact goed- of afgekeurd door onze regering in New York. Ik meen dat u de eer aan zichzelf moet houden. U moet luisteren naar wat leeft bij de bevolking. U moet vandaag naar de Koning gaan om uw ontslag aan te bieden, zodat dat vermaledijde zelfmoordpact – daarover gaat het uiteindelijk; daarover gaat de crisis – morgen niet wordt goedgekeurd in New York.

 

04.04  Meryame Kitir (sp.a): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de eerste minister, collega's, laat mij u even mee terugnemen in de tijd. Wat hebben wij de afgelopen vier jaar gezien van de kibbelregering MR, Open Vld, CD&V en N-VA?

 

De pensioenleeftijd is opgetrokken naar 67 jaar, mensen moeten langer werken voor minder pensioen. De elektriciteitsfactuur is verhoogd zonder dat wij zelfs de zekerheid hebben dat deze winter het licht blijft branden. U hebt van de mensen een extra bijdrage gevraagd, maar niet van de grote vermogens.

 

Het leven van heel veel mensen is moeilijker gemaakt door al die factuurverhogingen, een indexsprong en een strengere loonwet. Kortom, het was een periode van vier jaar sociale afbraak en stijgende ongelijkheid.

 

Mijnheer de eerste minister, u hebt een week geleden gekozen voor een minderheidsregering, met amper 30 % steun in het Parlement, nadat N-VA uit de regering is gestapt. Wat er is overgebleven, is chaos, uw chaos.

 

En het is nog altijd chaos. U hebt van ons een week tijd gekregen om te overleggen. U hebt vooral overleg gepleegd met de rechtse partijen, maar er is niets veranderd. Wij hebben nog altijd geen regeerverklaring, nog altijd geen plan, nog altijd geen voorstel gekregen.

 

Mijnheer de eerste minister, vorige week heeft het Parlement een motie goedgekeurd, met de vraag om een duidelijk plan te presenteren en daarvoor het vertrouwen van het Parlement te komen vragen. Wat is uw antwoord daarop? Zult u dat gewoon negeren? Zult u echt een beslissing van een meerderheid in dit Parlement naast u neerleggen?

 

Na vier jaar sociale afbraak hebt u vandaag geen meerderheid meer. Dan is de vraag heel simpel. Zult u dat beleid voortzetten of niet? De begroting die vandaag voorligt, is een voortzetting van dat beleid. Die kunnen wij absoluut niet goedkeuren.

 

De begroting voorziet in een verlaging van de uitkeringen van de werkzoekenden. Nu al leeft de helft van de werkzoekenden in armoede.

 

De voorliggende begroting voorziet in een verlaging van het minimumloon van de jongeren, waardoor zij minder rechten opbouwen. De begroting maakt het voor mensen met een zwaar beroep onmogelijk om het vanaf hun 55ste jaar rustiger aan te doen. De begroting bevat geen extra bijdragen van de grote vermogens.

 

Die sociale afbraak moet stoppen. Het is tijd voor verandering, tijd voor het voeren van een sociaal beleid. Wij vragen dan ook dat de sociale afbraak stopt en dat het roer wordt omgegooid, onder andere door een btw-verlaging op elektriciteit van 21 % naar 6 %, door een verlaging van de ziekenhuisfactuur via een afschaffing van de supplementen, door een echte loonmarge via een versoepeling van de wet, omdat het hoog tijd is dat ook de werknemers recht krijgen op hun deel van de economische groei, door een verlaging van de pensioenleeftijd naar 65 jaar, door werkbaar werk echt bespreekbaar te maken en door een meerwaardebelasting in te voeren. Een dergelijk beleid zou weer zekerheid bieden aan de mensen, zekerheid over een stopzetting van de sociale afbraak, zekerheid over een stijging van hun lonen en zekerheid over de daling van hun facturen.

 

Mijnheer de premier, onze partij is vanaf de eerste dag heel duidelijk geweest: u kunt niet op onze steun rekenen als het de bedoeling is om de sociale afbraak voort te zetten. Wij vragen u daarom opnieuw om duidelijk te zijn en ons concreet uit te leggen wat uw plan is. Het Parlement heeft u, als premier van een gewijzigde regering, gevraagd wat u zult doen. Vooralsnog hebt u die vraag niet beantwoord en dat vind ik enigszins hallucinant.

 

Ik vraag u daarom vandaag een duidelijk antwoord. Legt u een plan voor en vraagt u het vertrouwen van de Kamer?

 

04.05  Catherine Fonck (cdH): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, chers collègues, et plus particulièrement, chers collègues du MR, du CD&V et de l'Open Vld, il y a neuf jours déjà, nous vous appelions, monsieur le premier ministre, à changer de cap.

 

Nous nous sommes rencontrés. Nous avons montré beaucoup d'ouverture. Nous avons déposé nos propositions. Nous avons clairement placé l'intérêt général avant les petits jeux politiques.

 

Mercredi dernier, votre réponse ici au Parlement a d'abord et avant tout consisté à remercier la N-VA, à vous féliciter pour votre excellente collaboration. Logique, me direz-vous quand il s'agit d'un mariage. Mais quel mariage et à quel prix?

 

Depuis le début, votre allié vous a rendu la vie difficile, entretenant des relations avec des anciens collabos, remettant en cause les valeurs des droits de l'homme, refusant de prendre en compte, à leur juste mesure, les périls les plus graves qui menacent l'humanité et singulièrement climatiques, remettant même en cause le multilatéralisme qui seul permet d'y faire face.

 

Vous avez aussi fait le choix parfois de mesures brutales, dures, considérant régulièrement, par exemple, que les malades et les personnes handicapées étaient d'abord une charge bien lourde, trop lourde pour l'État. 

 

Le fruit de votre mariage, c'est l'accentuation de la peur chez nos concitoyens, la peur du déclassement social, la peur de perdre ce qu'ils ont, la peur de l'autre et de l'étranger. Cette peur, elle est légitime et elle doit être entendue.

 

Dans les temps de mutations profondes que nous vivons, les citoyens ont besoin d'être rassurés quant à leur avenir. En jouant sur les peurs et en ayant un agenda caché, vous avez, avec vos alliés de la N-VA, causé beaucoup de dégâts et vous n'êtes pas parvenus à rassurer ceux qui en avaient besoin. 

 

Il y a eu de multiples anicroches dans votre mariage. Votre partenaire vous a fait subir beaucoup d'humiliations. Malgré cela, vous avez tenu bon, jusqu'à ce qu'il décide qu'il en avait assez. Et il a enclenché une procédure de divorce d'une rare violence. Qui peut encore croire que tout cela n'a pas été minutieusement calculé, depuis le début, avec un cynisme incroyable?

 

Ce calcul cynique est accompagné d'un thème – la migration – et d'un prétexte – le Pacte. Bref, la N-VA ne recherche qu'un objectif: son profit personnel et, pour ce faire, le sabotage de la Belgique. À cette fin, une campagne ignoble d'images et de slogans faux et manipulateurs, comportant des mots durs et violents, a été lancée.

 

Monsieur le premier ministre, pour vous le dire très sincèrement, tout cela ne vous a pas empêché de poursuivre vos efforts de conciliation pour éviter le divorce, même après le départ de la N-VA du domicile conjugal. Ce week-end encore, vous cherchiez à sauver votre mariage. Or vos efforts ont reçu comme seule réponse une proposition d'être réduit à un état de marionnette. C'est du jamais vu: un parti gouvernemental qui ose annoncer une telle volonté! Quand il n'y a plus de respect pour un premier ministre, il n'y en a plus du tout pour la Belgique.

 

Toujours ce week-end, un ancien secrétaire d'État N-VA a décidé de soutenir une manifestation de l'extrême droite, qui a consisté en une marche déversant haine et violence.

 

Et ce n'est pas fini, puisque la N-VA a rendu public votre jardin secret: le fameux cahier Atoma. Elle a divulgué le secret sur lequel votre couple a pu vivre durant toutes ces années: à savoir, l'article 195 de la Constitution. Le communautaire avait pu être mis au frigo, disiez-vous, mais c'est parce que la N-VA avait obtenu de vous le sésame qui donne accès à la révision de la Constitution, selon une procédure encore inconnue – mais sans équivoque –, de la part du parti qui voulait imposer la mise à mal de la Belgique et l'indépendance de la Flandre.

 

Monsieur le premier ministre, votre mariage avec la N-VA a conduit à beaucoup d'injustices, à un accroissement des peurs et à un divorce – disais-je – d'une rare violence. Le cdH veut éviter que cela ne débouche, dans les prochains mois, sur une paralysie qui pénaliserait davantage encore nos concitoyens. Nous voulons également éviter que cela n'aboutisse au confédéralisme tant souhaité par la N-VA.

 

Nous vous demandons un changement de cap, afin d'apporter des solutions pour tous les Belges. En effet, plusieurs chantiers ne peuvent attendre. Nos concitoyens et nos entreprises ne comprendraient pas qu'ils soient purement et simplement mis au frigo au cours des prochains mois. 

 

Nous avons déjà longuement parlé de la lutte contre le réchauffement climatique, mais telle n'est pas l'unique préoccupation de nombreux Belges, qui sont également inquiets pour leur avenir et pour leur fin de mois, pour leurs soins de santé, pour leur pension et pour le rythme de leur fin de carrière.

 

S'agissant de l'électricité (à la fois pour la sécurité et pour l'approvisionnement, mais aussi au niveau énergétique et en termes de coût), nous avions diminué la TVA à 6 % mais vous l'avez remontée. Il y a également les professionnels de la santé, de la police et de la justice, qui, sous pression, n'ont plus les moyens de rendre correctement les services dont ils ont la charge.

 

Il y a des urgences qui ne peuvent attendre et des réponses qui sont attendues par le citoyen. De votre côté, du côté de votre gouvernement minoritaire, cela reste le grand flou. Quel est le programme de votre nouveau gouvernement Michel II? Si nous vous avons demandé de venir expliquer votre projet, c'est parce que vous devez la transparence et la clarté, non seulement à l'opposition, mais aussi à l'ensemble des citoyens. Il s'agit d'abord et avant tout d'une question de respect.

 

Monsieur le premier ministre, mes questions sont très simples: êtes-vous prêt, oui ou non, à venir formuler des propositions pour rompre avec la N-VA et amorcer le changement de cap réclamé par les citoyens? Nous vous avons déposé des propositions, nous les avons mises sur la table, nous les remettons ici à travers une motion de recommandation, que ce soit sur le pouvoir d'achat, la santé, les pensions, la justice, la police, l'énergie, le climat, la mobilité ou le pacte d'investissement, et j'en passe.

 

Êtes-vous prêt, oui ou non, à fermer l'ouverture que vous avez faite au confédéralisme en acceptant que soit soumis à révision l'article 195 de la Constitution? Êtes-vous prêt, oui ou non, à choisir non pas la haine, non pas les peurs, non pas les violences, mais au contraire une politique d'humanité, de justice, d'équité sociale et de coopération?

 

Ces questions sont simplissimes. Je vous demande une fois de plus, non pas pour moi, ni pour l'opposition ou les parlementaires, mais pour les citoyens, de pouvoir y répondre de façon très claire. Aujourd'hui, c'est à vous de faire les choix.

 

04.06  Ahmed Laaouej (PS): Monsieur le président, chers collègues, monsieur le premier ministre, avant de m'adresser à vous, c'est à nos concitoyens que je pense.

 

Je pense d'abord à nos concitoyens car de vos échecs découlent une grande part de leurs inquiétudes et, en particulier, la vie chère. Pendant que vous vous déchiriez avec la N-VA avec vos "un jour, ils sont biens et le lendemain, mauvais", nos concitoyens ont assisté à un bien triste spectacle. Votre politique s'est résumée, ces dernières semaines mais déjà bien avant cela, à un très mauvais film, un film dont les spectateurs (nos concitoyens) sortent perdants.

 

Les jours passent et votre enlisement s'aggrave. Le souci c'est qu'il n'y a pas que vous. Non! La triste réalité est que vous prenez en otage tout le pays. Car, à cette crise, il y a un responsable. Ce responsable, c'est vous et ce qui reste de votre gouvernement. C'est vous, disons les choses, qui avez conduit le pays dans cette impasse, celle d'un gouvernement minoritaire incapable de prendre les décisions qui s'imposent en pareilles circonstances. Vous, qui après un mariage de 4,5 ans (soit plus de 1 500 jours) de gouvernement avec la N-VA avez permis à ce parti séparatiste d'imposer ses outrances, ses offenses contre votre fonction et votre autorité. Il le faisait déjà du fait de sa participation à votre majorité. Il continue en dehors en vous réduisant, ni plus ni moins, au statut de ce qu'il appelle lui-même, une marionnette.

 

Aucun démocrate ne se peut se réjouir de cette situation dans laquelle l'on peut observer un parti politique se croire autorisé à piétiner nos institutions tout en insultant un premier ministre. Vous avez été aussi, faut-il le rappeler, leur soutien pendant plus de 1 500 jours: 1 500 jours de gouvernement durant lesquels ils ont imposé une politique sociale d'une rare brutalité, un gouvernement de matraquage de taxes sur la consommation d'une ampleur inédite, des attaques contre les pensions d'une rare violence et des coupes dans les soins de santé dont souffrent au quotidien nos concitoyens.

 

Je n'oublie bien sûr pas les sauts d'index et le désinvestissement dans le rail avec un retard pris dans la concrétisation du RER wallon qui vous est entièrement imputable. Je l'ai dit et le redit, l'absence de solutions pour réduire le survol de Bruxelles montre aussi à quel point les intérêts francophones ont été méprisés.

 

Tout cela est déjà bien grave. Mais ce qui l'est plus encore, c'est l'impunité dont ont pu jouir certains ministres membres de la N-VA. Cette N-VA que vous avez laissé ternir notre démocratie, parce qu'ils ont tenu des propos et qu'ils ont pris des attitudes méprisantes et méprisables contre certains de nos concitoyens en raison de leur ascendance, contre les avocats, contre les magistrats, les universitaires, les médias mais aussi les organisations non gouvernementales. De ce fait, vous êtes à la tête d'un gouvernement qui aura provoqué blessures et déchirures: blessures démocratiques et déchirures sociales.

 

Vous deviez être le dépositaire de la sauvegarde de nos valeurs démocratiques. Vous avez fait le contraire. Vous avez laissé la N-VA les dégrader en toute impunité, laissant croître chez eux un sentiment d'impunité pour ne pas dire d'invincibilité. De cela, vous fûtes d'une rare complaisance devenue progressivement complicité.

 

C'est donc à nous, dans ce Parlement, de semaine en semaine, qu'est revenue la tâche de rappeler que la démocratie est une chose qui n'est pas réductible aux outrances de la N-VA. C'est bien évidemment cela qui explique à quel point nous avons été consternés de vous entendre à cette tribune, le mercredi 12 décembre, débuter votre intervention par une déclaration de remerciement adressée à la N-VA.

 

Vous êtes, en somme, passé de la Suédoise au syndrome de Stockholm. Plus ils vous agressaient, plus ils vous insultaient et plus vous leur faisiez ouvertement allégeance. Vous n'êtes pas le seul dans votre parti à l'avoir fait, même si d'aucuns semblent tout doucement être conscients de l'ampleur de votre impasse.

 

Mais pour ce qui vous concerne, monsieur Michel, c'est tout simplement inouï. Alors que vous consultiez ou que vous prétendiez consulter des partis de l'opposition démocratique pour les entendre sur les urgences sociales, économiques et climatiques de notre pays, vous adressiez à la N-VA un nouveau message de soumission.

 

C'est pour nous totalement inacceptable. Comme il est inacceptable de constater que vous poursuiviez encore vos négociations avec ce parti, négociations qui révèlent au grand jour les termes d'un cahier secret où l'on voit repoindre leur projet menaçant l'intégrité de notre pays. Je parle de leur volonté de réviser la Constitution.

 

Vous prétendiez avoir mis le communautaire au frigo. Eh bien, le communautaire est, au contraire, ce qui a pu sceller ces quatre années durant votre accord de gouvernement et votre dépendance politique. Un accord scellé dans un cahier qui pour être secret n'en est pas moins révélateur.

 

Alors, dites-le-nous à cette tribune, monsieur le premier ministre, avez-vous, oui ou non, échangé avec la N-VA la constitution de votre gouvernement contre un accord secret contenu, affirme la N-VA, dans un cahier Atoma?

 

Dites-nous à cette tribune si vous avez recréé un espace politique pour permettre à certains de continuer à pousser le pays vers la scission. Ce qu'il nous est donné de lire et d'entendre à ce sujet est inacceptable et il vous appartient de le démentir.

 

Monsieur le premier ministre, il est tout aussi inacceptable de ne pas vous avoir encore entendu sur votre volonté de marquer la rupture avec la politique sociale brutale de votre gouvernement des droites. Voilà des jours que votre manège dure et nous ne voyons rien de concret contre la vie chère, le prix de l'électricité, le prix du carburant à la pompe, les soins de santé, les défis environnementaux. Nous ne voyons à ce stade strictement rien! Rien, parce que vous avez continué à négocier avec la N-VA et personne n'en est dupe.

 

Puisque vous ne le faites pas, nous allons vous dire les priorités, les exigences permettant de redonner espoir à la population, ces mesures concrètes qu'attendent nos concitoyens. Faites baisser la TVA à 6 % sur l'électricité, réduisez les taxes sur les accises qui pénalisent les travailleurs qui, au quotidien, doivent se rendre à leur travail, redonnez espoir aux travailleurs en revenant sur votre décision de porter l'âge de la retraite à 67 ans! La pension à 65 ans, c'est ce que vous demandent les représentants de millions de travailleurs et les travailleurs eux-mêmes. Entendez ce message, monsieur Michel! Garantissez pour une carrière complète une pension minimum de 1 500 euros! Luttez réellement contre la précarité en amenant à au moins 110 % du seuil de pauvreté les allocations sociales les plus basses. À ce sujet, rendez aussi à la SNCB les 3 milliards que vous lui avez pris parce que le service public, c'est aussi le patrimoine des ménages! Renflouez le budget des soins de santé dans lequel vous avez coupé plus de 2 milliards en ramenant la norme de croissance à 3 %! Faites-la passer de 1,5 à 3 %, c'est ce que nous vous demandons très concrètement. Cela permettra de faire baisser le prix de certains médicaments et d'alléger la facture des soins de santé d'un grand nombre de nos concitoyens. Adressez aussi un message clair aux travailleurs en assurant une vraie marge de progression salariale et en revenant sur vos projets inédits qui concernent les prépensions, les barèmes salariaux et bien sûr la dégressivité des allocations de chômage! Rendez l'aide juridique gratuite et renforcez les moyens mis à disposition de la police par un plus grand recrutement de policiers! Il y a 3 700 policiers manquants.

 

Voilà, monsieur le premier ministre, ce qui rencontrerait les urgences sociales, sociétales! Voilà ce qui vous permettrait de marquer une politique de rupture!

 

Dès lors, monsieur le premier ministre, montrez-nous, démontrez-nous que vous n'en êtes pas qu'à vouloir sauver la face de votre gouvernement minoritaire. Montrez-nous aujourd'hui votre véritable détermination. Demandez la confiance sur base d'un vrai programme de gouvernement, de relance sociale et d'urgence environnementale. Agissez conformément à la Constitution et ce qu'en disent tous les juristes, et surtout les plus éminents d'entre eux.

 

Monsieur Michel, l'heure n'est pas à l'orgueil. L'heure est à la lucidité. Vous avez créé cette situation. Soyez à la hauteur des attentes de la population et répondez avec clarté et sans ambiguïté aux priorités concrètes et précises que nous vous fixons. Faute de quoi vous n'aurez ni confiance, ni soutien.

 

04.07  Raoul Hedebouw (PTB-GO!): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, je dois vous avouer avoir été assez étonné en voyant l'ordre du jour d'aujourd'hui. La semaine dernière, le Parlement a voté une résolution demandant un vote de confiance aujourd'hui. À mon grand étonnement, l'ordre du jour ne prévoit pas du tout cette demande de vote de confiance.

 

Vous auriez même dit au bureau du MR – je suppose que plusieurs étaient présents aujourd'hui – que cette demande de vote de confiance serait assimilée à un "dîner de cons". Est-ce bien cela? C'est quand même fou! Un premier ministre, qui n'a plus que 52 députés dans cet hémicycle, estime que demander la confiance, c'est un "dîner de cons". En gros, tous les gens qui croient un peu dans l'existence de la démocratie sont des cons. C'est vraiment cela que vous avez expliqué et je suppose qu'au bureau du MR, tout le monde a dit: "Charles, t'as raison. C'est vraiment un "dîner de cons". On ne va pas jouer dans ce jeu-là". C'est incroyable! Nous nous attendions quand même très logiquement à ce que vous veniez demander ici la confiance. Vous n'avez plus que 52 députés. Cela nous paraissait évident.

 

Ik verduidelijk het even in het Nederlands. Dit is een spelletje waarbij iedereen rond de tafel onnozel doet. Er is er één die onnozel is, dat is dan eerste minister Michel, en iedereen daarrond is die eigenlijk in zijn gezicht aan het uitlachen.

 

C'est un dîner de cons. De cette manière j'explique à nos camarades néerlandophones ce qu'est la notion de dîner de cons. Ainsi, vous aurez appris quelque chose, ici, aujourd'hui. C'est important de traduire.

 

Mijnheer de eerste minister, u vindt blijkbaar dat een vertrouwensstemming vragen in het Parlement een dîner de cons zou zijn. Ik vind dat een beetje raar, want persoonlijk zie ik zo'n stemming meer als een uiting van de democratie. Het signaal is dus toch wel heel negatief.

 

Ik zie dat het theaterspelletje voortgaat. La pièce de théatre continue. The show must go on. Nu is er een nieuw stukje, namelijk: de bevolking doen geloven dat de N-VA en de MR echt niet meer akkoord gaan met elkaar.

 

C'est la nouvelle pièce de théâtre. On essaie de faire croire que N-VA et MR ne sont vraiment pas d'accord entre eux.

 

Het spelletje gaat dus verder.

 

N-VA'ers, u moet nu iets moeilijks doen: u moet de Vlaamse bevolking proberen te doen geloven dat u niet akkoord gaat met de door uzelf goedgekeurde begroting. Dat is werkelijk moeilijk, want u hebt de begroting 2019 in de commissie mee goedgekeurd. Uw eigen minister, de heer Van Overtveldt, maakte het op samen met zijn kabinet, maar nu moet u doen geloven dat u geen voorstander bent van de begroting die u hebt opgesteld en goedgekeurd. Het theater gaat voort. The show must go on.

 

Vous vous foutez de la gueule du monde, y a pas de problème! On se moque des gens, alors que, chers collègues, ce gouvernement est mort! Il n'y a plus personne qui croit en l'existence de ce gouvernement! On est vraiment en train de se foutre de la gueule des gens. Il y a 150 personnes ici dans la salle, on sait que ce gouvernement est mort. Le seul débat est de savoir quand on va remettre la démission au Roi et ici, on continue à avoir des débats sur le budget 2019. C'est un spectacle incroyable! Comment mettre de l'énergie intellectuelle là-dedans. Je me suis demandé comment faire, monsieur le président, pour faire un speech de dix minutes. C'est vraiment lamentable.

 

Le vote de méfiance a été exprimé vendredi dans les rues de Liège, d'Anvers, de Gand et de Bruxelles. Des centaines d'entreprises étaient fermées en raison d'une grève. Des centaines de piquets étaient occupés non seulement par les syndicalistes mais aussi par les gilets jaunes.

 

De gele hesjes, ze waren er allemaal en vroegen zich af met wat de politieke wereld bezig is. Komaan! Het signaal van vrijdag was: hoe kan ik nog leven met 1 430 euro per maand? Dat dat kan toch niet? Zo kan ik toch niet leven. Het signaal was ook: ik ben moe gewerkt, ik ben kapot gewerkt, ik ben 56 jaar, ik werk in de bouw en ik moet tot 60 jaar werken. Immers, volgens de heer Bacquelaine mag niemand stoppen met werken vóór 60 jaar.

 

N'entendez-vous pas ce signal-là, chers collègues? Où donc êtes-vous? Vous êtes en train de discuter wie de zwarte piet mag krijgen, à qui incombe la faute du fait que ce gouvernement – comme tout le monde le sait – va s'arrêter dans les heures ou les jours à venir. Ce n'est pas sérieux. Et vous vous étonnez du dégoût des gens par rapport au fait politique!

 

Je le dirai clairement: pendant quatre ans et demi, vous avez été tout à fait d'accord les uns avec les autres. Arrêtez de nous faire un showtime. D'accord?

 

Vous étiez d'accord de voter la pension à 67 ans.

 

Collega's van de N-VA, u zegt dat wat nu gebeurt ondemocratisch is. Wel, wat was er democratisch aan het optrekken van de pensioenleeftijd naar 67 jaar, terwijl dat niet in uw eigen programma stond? Niemand in België heeft ingestemd met een pensioenleeftijd van 67 jaar, maar u had er geen probleem mee om dat toch goed te keuren. Hoe weerklinkt de stem van het volk over werken tot 67 jaar? Het volk is er tegen. U durfde het zelfs niet aan om dat op te nemen in uw programma!

 

J'aurais encore pu comprendre si dans votre programme, il était stipulé: "Nous, la N-VA, nous voulons la pension à 67 ans." J'aurais pu le comprendre mais vous ne l'avez même pas indiqué!

 

U bent daar namelijk beschaamd over, u gebruikt trucjes.

 

Wie heeft er voor de indexsprong gestemd? Niemand. Ook dat stond niet in uw programma. Er stond zelfs "nooit een indexsprong" in uw programma.

 

Vous avez même dit: "Nous n'allons jamais faire de saut d'index". Il n'y avait pas de problème. À ce moment, personne, dans l'ex-majorité, n'a dit qu'il y avait un problème de démocratie parce que ce saut d'index ne figurait dans aucun programme et était quand même mis en œuvre. Cela ne vous pose aucun problème. Ce qui vous pose problème, c'est la situation actuelle, c'est la perte du pouvoir. C'est cela qui vous intéresse!

 

De heer Van Overtveldt is niet meer bezig met het overheidsbudget voor 2019 maar wel met zijn eigen budget. Zijn eigen budget, 94 000 euro in the pocket, dat zal hij niet vergeten. Dat mag wel gezegd worden. Daarmee is hij wel bezig. Deze ex-N-VA-minister zegt daar dan over dat hij hier toch hard heeft gewerkt.

 

Qu'est-ce donc comme argument? "J'ai travaillé à fond". L'argument d'un ministre! "J'ai quand même bien le droit d'avoir cette prime de 100 000 euros! J'ai travaillé à fond". Vous imaginez les centaines de milliers de travailleurs qui n'ont pas ces primes-là. N'ont-ils pas travaillé à fond? Chers collègues, ce n'est vraiment pas sérieux. Vous êtes en train de jouer un petit jeu politique qui ne vous grandit pas.

 

Moi, je vais être to the point. C'est dur d'entendre la vérité, mais je dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Ce gouvernement est mort. Il faut lui dire à Charles Michel. Dites-lui, monsieur Peeters! Franchement, il faut arrêter. Il faut bien que quelqu'un le lui dise. Il est le seul ici en Belgique à ne pas avoir compris que ce gouvernement était mort. Il faut lui dire maintenant. Il faut le lui dire honnêtement: "Charles, c'est fini! L'aventure est finie!" Je crois qu'il est temps de le dire.

 

Pour vous le dire honnêtement, je n'attends pas beaucoup de la réponse du ministre tout à l'heure parce que je pense qu'elle va nous décevoir. J'ai parlé des 67 ans. Il ne va pas revenir sur ce sujet. Le saut d'index. Il ne va pas y revenir. Les investissements dans le chemin de fer. Il ne va pas y revenir non plus.

 

Monsieur le premier ministre, on se demandait où vous étiez.

 

Vous n'allez pas revenir sur toutes ces décisions antisociales que vous avez prises, parce que c'est dans votre ADN de faire payer les travailleurs et de ne pas faire payer les riches. C'est dans votre ADN! C'est pour cela que votre réponse va être décevante tout à l'heure. C'est la raison pour laquelle votre gouvernement ne peut pas continuer. Le PTB veut être très clair à ce propos. Une motion de méfiance va être introduite. Nous la soutiendrons, parce que nous estimons que vous n'avez plus aucune légitimité aujourd'hui pour continuer à diriger.

 

Vous allez me dire que ce seront les affaires courantes. Je vous le dis clairement. Nous préférons les affaires courantes aux affaires de droite. C'est sûr! Oui, nous ne voulons pas vous donner un mandat pour décider que les allocations de chômage vont être dégressives de manière plus rapide à 1 011 euros par mois. Ce mandat-là, nous ne vous le donnerons pas. Oui, les affaires courantes ne vous permettront pas d'appliquer cette politique de droite. Nous ne voulons pas vous donner crédit aujourd'hui pour pouvoir voter, par exemple, la fin des crédits-temps et ces économies budgétaires. Nous ne voulons pas. Les affaires courantes vous bloqueront sur ces points. De même, il nous intéresserait de savoir si les premières démarches budgétaires pour les F-35 sont prévues. Nous allons bloquer tout cela. Méfiance, méfiance, méfiance!

 

Oui, les affaires courantes sont meilleures que les affaires de droite. C'est la raison pour laquelle, monsieur le premier ministre, dans les minutes et dans les heures qui viendront, ces motions seront déposées. Nous les soutiendrons. Cela n'empêchera pas, contrairement à ce que vous dites dans la presse, de quand même voter des mesures sociales. Si l'on veut voter l'enveloppe de liaison bien-être, on la votera ici au Parlement! Là, je vous le dis, vous aurez notre vote. Si vous voulez voter la réduction de la TVA de 21 à 6 % sur l'électricité, je vous le dis, on votera pour. Vous trouverez une majorité pour cela dans ce Parlement! Donc, non, les affaires courantes ne nous empêcheront pas, si le Parlement reprend effectivement son initiative, de voter ce type de mesures-là. Arrêtez de faire du chantage en disant "sans moi, c'est le chaos"! C'est avec vous que cela a été le chaos.

 

C'est important, monsieur le président. Il faut quand même lui dire!

 

Enfin, monsieur le premier ministre, je pense qu'il est temps de faire tomber le rideau. On ne va pas se revoir encore pendant quelques semaines pour continuer le show.

 

Nous avons d'autres choses à faire dans la vie politique et démocratique de notre pays. Oui, vous méritez une méfiance et j'espère que celle-ci sera votée.

 

04.08  Hendrik Vuye (Vuye&Wouters): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de eerste minister, het standpunt van mijn fractie is gekend, ik heb het vorige week toegelicht. Ten eerste, u had het vertrouwen moeten vragen. U hebt dat niet gedaan en daaruit volgt, ten tweede, ondanks het feit dat sommige leden van uw regering het blijkbaar niet goed beseffen, dat u reeds in lopende zaken zit. Dat wil zeggen dat uw dream team uit 2014, dat vrij snel een kibbelkabinet was geworden, nu een soort van uiteengevallen oorlogscoalitie is.

 

Men vraagt zich eigenlijk af waarom. Sommigen lopen weg uit de regering, zodat uw regering in lopende zaken zit. Men vraagt zich af waarom. Het vluchtelingenpact, waarover men heel weinig gehoord heeft hier in de assemblee, behalve toen ik er zelf over sprak, is gisteren goedgekeurd in de algemene vergadering van de Verenigde Naties. Over het migratiepact wordt morgen gestemd. Die maken dan deel uit van de internationale rechtsorde, ondanks de Marrakeshvlucht van één partij. Die soft law is er, u hebt dus niets bereikt. U had zaken kunnen bereiken, maar dan had u twee jaar eerder in actie moeten schieten.

 

De bevolking kijkt een beetje met stijgende verbazing naar deze vechtscheiding. De twee partners steken hun huis in brand. Ze steken dan ook nog eens de begroting in brand. Men is voor de welvaart van het land en dat gaat veel beter zonder begroting, dat is nu blijkbaar de nieuwe kracht van verandering.

 

Waar moeten wij nu naartoe? Mijn fractie heeft geen schrik van verkiezingen. Integendeel, dan hebben wij twee kansen in plaats van één, dus waarom zouden wij tegen zijn. Wij moeten echter wel beseffen dat dit fundamenteel eigenlijk niets verandert. Want er is toch niemand die gelooft dat er een federale regering gaat komen vóór de deelstaatverkiezingen van eind mei? Er is toch niemand die gelooft dat die onderhandelingen op een ernstige wijze gaan aangevat worden vóór eind mei? En als het dan eind mei is, hoeveel dagen moeten wij er dan nog bijtellen? 541, zoals in 2010?

 

Dat was overigens de langste niet-communautaire formatie uit de Belgische geschiedenis. Moeten we er soms 138 dagen bijtellen zoals in 2014? Als er nu verkiezingen zijn, dan is er bij mirakel morgen geen regering, dat is wel heel duidelijk. Verkiezingen of geen verkiezingen, Michel II blijft in lopende zaken.

 

Het politieke machtsspel dat iedereen hier nu ziet zou weleens kunnen leiden tot een collectieve verarming. Daar wil mijn fractie heel uitdrukkelijk voor waarschuwen. Er zijn drie belangrijke dossiers die de uiteengevallen oorlogscoalitie niet kan behandelen. We stevenen af op een harde brexit en België is na Ierland en Nederland de derde grootste exporteur naar het Verenigd Koninkrijk. Collega's van de N-VA, 90 % van die export is Vlaams. Die komt nu mogelijks in gevaar.

 

Begin januari moet er normaal een nieuw interprofessioneel akkoord komen. Dat zal heel moeilijk zijn zonder een begroting.

 

Het derde gevaarlijke punt is dat veel mensen moeite hebben om de eindjes aan elkaar te knopen. Kijk maar naar de betogingen van de gele hesjes, luister naar wat die mensen zeggen. Ze hebben het moeilijk om de eindjes aan elkaar te knopen. In januari zou er normaal een loonakkoord moeten komen maar als er geen begroting is en er verkiezingen komen zal dat toch ook niet echt worden opgelost.

 

Mijn fractie wil dus heel uitdrukkelijk waarschuwen voor deze collectieve verarming die dreigt omwille van het politieke machtsspel dat gespeeld wordt door de vier partijen van de uiteengevallen oorlogscoalitie.

 

Mijnheer de eerste minister, u bent natuurlijk aan een onmogelijke opdracht begonnen. U komt naar het Parlement en zoekt hier verantwoordelijke volksvertegenwoordigers. In plaats daarvan vindt u particratie, de partijen die hier vanuit hun hoofdkwartieren, niet alleen uit Antwerpen maar uit alle hoofdkwartieren, duim omhoog of duim omlaag gebaren. Dat vindt u hier. U vindt partijen die allemaal redeneren vanuit hun eigen electoraal belang. Ze kijken hoe ze kunnen scoren bij de verkiezingen, nu of in mei 2019, maar ze zijn niet bezig met de welvaart van de burgers.

 

Een peiling moet niet bepalen wat hier gebeurt in de Kamer, maar wel het gezond verstand.

 

Mevrouw Wouters en ik, wij roepen de volksvertegenwoordigers dan ook op om in plaats van partijslaafjes vertegenwoordigers van het volk te zijn. Doe het! Durf het!

 

Verantwoordelijke volksvertegenwoordigers zijn geen volksvertegenwoordigers die op bevel van hun partij chaos toevoegen aan de reeds bestaande chaos. Die chaos mogen wij niet toestaan of wij evolueren naar een collectieve verarming.

 

De drie punten die ik daarnet heb opgenoemd – brexit, IPA en loonakkoord – zijn belangrijk voor de welvaart van iedereen. Om die reden vraag ik u, premier, wat uw plannen zijn voor die drie punten.

 

Naar gelang uw antwoord zal mijn fractie zich beraden over haar houding.

 

04.09  Georges Gilkinet (Ecolo-Groen): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, votre silence à notre égard depuis mercredi passé est interpellant. Nous avions débuté des discussions dont je ne dirai pas qu'elles étaient prometteuses, mais qui n'étaient pas terminées. Comme souvent depuis quatre ans et demi, vous vous êtes fait rappeler violemment à l'ordre depuis Anvers et vous avez, sans doute, au cours de ce week-end, tenté de sauver ce qui pouvait l'être de ce mauvais mariage avec la N-VA.

 

En tout cas, vous n'avez pas donné le signal, à ce Parlement, que vous alliez répondre positivement au vote qui a été posé, mercredi passé, avec la motion d'ordre qui vous demandait de venir nous présenter un nouvel engagement en tant que chef du gouvernement et nous demander la confiance.

 

Pour autant qu'il existe encore, ne serait-ce que pour quelques minutes, ce gouvernement n'est plus le gouvernement Michel Ier; il n'est plus composé de la même façon. On peut espérer qu'il n'est plus tout à fait le même en termes de projets. Vous avez laissé entrevoir, mais de façon un peu hésitante, des évolutions sur la question des migrations, avec le Pacte; sur la question du climat avec des engagements sur lesquels je vais revenir; en matière d'accueil des migrants, encore que là, Mme De Block a vite fait marche arrière sous la pression.

 

Monsieur le premier ministre, vous devez à présent clarifier le jeu. Vous ne pouvez pas en même temps, comme dirait un autre chef d'État pas si éloigné, poursuivre les mêmes projets, ceux que nous avons critiqués pour leur impact social, sociétal, budgétaire ou environnemental, et compter sur notre soutien.

 

Le grand écart n'est pas durablement possible constitutionnellement, moralement et politiquement. La demande de confiance est non seulement logique mais également incontournable ou alors, vous devez en tirer toutes les conséquences.

 

Vous vous obstinez pourtant dans cette aventure avec la N-VA alors que, pour rappel, vous vous étiez engagé à ne pas le faire. Vous aviez dit: "Jamais avec la N-VA!" Et, en politique, vous l'avez rappelé régulièrement, c'est quelque chose d'important.

 

Vous vous êtes obstiné alors que les signaux, qui ne sont pas neufs, étaient clairs en matière de recul sur les droits fondamentaux, en matière budgétaire, malgré les saignées appliquées à nos concitoyens, en matière de relations diplomatique et internationales. Nous étions en train de basculer, petit à petit, du mauvais côté de l'Histoire, en matière de qualité du service public, en matière de lutte contre la pauvreté, en matière de climat et d'énergie, même si vous essayez de corriger la ligne, et en matière sociétale également.

 

Monsieur le premier ministre, parfois l'obstination tourne à l'aveuglement, comme lorsque votre parti remercie à cette tribune ou dans les médias, la N-VA pour ces quatre années et déclare encore, lundi passé: "Si c'était à refaire, pourquoi ne pas recommencer avec ce parti?"

 

Monsieur le premier ministre, qu'avez-vous à nous dire? Comment a évolué votre réflexion depuis mercredi dernier? Quel est votre choix? Vous n'allez pas continuer comme ça à nous balader. Nous, ce n'est pas encore trop grave, mais vous baladez la Belgique et tous les Belges depuis trois semaines.

 

Monsieur le premier ministre, il y a des urgences. Nous sommes la dernière génération politique à pouvoir empêcher le réchauffement de notre planète de plus de 1,5 ou 2 degrés. Il faut agir pour le climat, comme vous l'avez fait pour le Pacte des migrations. Vous avez, avec le vote de ce matin en commission de la Santé publique, une obligation de résultat. Il faut relever le niveau d'ambition. Au regard de ces ambitions il faut dégager des moyens et viser des résultats.

 

Il y a des urgences! Il faut lutter contre la pauvreté et la précarité, et contre le décrochage social qui est évident dans notre pays, sur le plan de la répartition des revenus. Où reste l'engagement que vous avez pris en 2014 de relever les allocations sociales à hauteur du seuil de risque de pauvreté? Pensez-vous réellement qu'accélérer la dégressivité des allocations de chômage va améliorer le marché de l'emploi en Belgique? Allez-vous, au contraire, agir enfin pour une fiscalité juste qui fasse contribuer les plus hauts revenus aux efforts dont la nécessité est face à nous, afin que ces hauts revenus financent ces engagements sociaux?

 

Monsieur le premier ministre, il y a des urgences. Un peu d'humanité, s'il vous plaît! Il n'est pas acceptable qu'en 2018, des familles, des hommes, des femmes, des enfants dorment dans la rue parce que, politiquement, un secrétaire d'État a décidé qu'il n'accepterait pas de les accueillir! Nous sommes dans la capitale de l'Europe et nous devons être dignes de ce statut. Quelles sont vos réponses à ces urgences? Nous vous tendons la main, pas de façon naïve, mais vous connaissez nos priorités.

 

Nous vous demandons, monsieur le premier ministre, de clarifier vos intentions et soit d'assumer une demande de confiance devant ce Parlement, avec quelques priorités que vous auriez à nous exposer, soit d'en tirer les conclusions et d'aller chez le Roi. Sinon, si vous ne clarifiez pas, il n'y aura pas d'autre choix. Nous devrons, avec nos collègues, voter la méfiance. Ce seront les affaires courantes jusqu'au 26 mai. Et quels que soient vos efforts désespérés pour faire croire autre chose, ce sera votre propre et entière responsabilité.

 

04.10  Olivier Maingain (DéFI): Monsieur le président, monsieur le premier ministre, vous n'avez plus la possibilité de gagner du temps. Vous n'avez plus la possibilité de fuir un choix essentiel. Vous avez trop transgressé les règles constitutionnelles pour pouvoir échapper aujourd'hui à la nécessaire réponse que vous devez donner au Parlement à la mise en demeure qui vous a été adressée la semaine dernière.

 

Vous avez transgressé les règles constitutionnelles parce que, quand un gouvernement perd sa majorité par le retrait d'un de ses partenaires, la pratique veut que le premier ministre aille chez le Roi présenter la démission de son gouvernement. Vous ne l'avez pas fait, considérant que vous étiez dans la continuité et qu'il n'y avait pas de rupture entre votre gouvernement avec la N-VA et un gouvernement sans la N-VA. Vous nourrissiez l'espoir, sans doute au terme d'arrangements non révélés, de pouvoir poursuivre cahin-caha avec le soutien épisodique de la N-VA, notamment sur le budget.

 

Vous vous êtes ainsi exposé au chantage de la N-VA encore plus éclatant, au chantage encore plus méprisant que tout ce que vous aviez subi jusqu'alors.

 

Vous feignez aujourd'hui de penser que vous pouvez poursuivre votre parcours en n'ayant que 52 députés dans cette Assemblée pour suivre votre action gouvernementale. Cela ne résiste à aucune analyse sérieuse. Cela ne résiste à aucune réalité politique sérieuse. Un gouvernement minoritaire dans notre système parlementaire belge soit se démet, soit tente de trouver une autre majorité. Mais aujourd'hui, vous ne l'avez pas.

 

Alors, vous devez prendre deux initiatives si vous voulez sauver les institutions car, aujourd'hui, il ne s'agit plus de savoir si vous ne faites que poursuivre un trajet erratique qui vous est tout personnel. Aujourd'hui, il s'agit de savoir si vous allez préserver la crédibilité des institutions là où un parti veut particulièrement amener ce pays dans l'ornière institutionnelle pour mieux justifier ses projets confédéralistes.

 

Vous avez donc deux initiatives à annoncer, monsieur le premier ministre, si vous voulez échapper à toute forme de censure.

 

Premièrement, c'est avoir le sens des responsabilités en disant que vous demandez le report du vote sur le budget, le temps de permettre une autre évaluation et de déterminer si d'autres choix politiques peuvent être faits, car, ne vous y trompez pas, pas un parti aujourd'hui en dehors de votre majorité gouvernementale n'acceptera un budget que vous avez élaboré avec la N-VA qui a ses accents, ses priorités et ses échecs.

 

Deuxièmement, et je veux être très clair sur ce point et je le dis particulièrement au seul parti francophone de cette coalition bric-à-brac, je vous invite, et cela peut se faire à l'initiative des groupes parlementaires, à prendre l'initiative d'un accord pour refuser toute révision de la Constitution qui conduirait à l'ornière institutionnelle que la N-VA appelle de ses vœux. Sur cette question, monsieur le premier ministre, j'attends de vous aussi un propos clair. Fermez la porte à la révision de l'article 195! Dites-le ouvertement! Fermez la porte à la révision de tout article qui ferait évoluer nos institutions vers le confédéralisme!

 

Concluons un accord entre partis qui ont le sens des responsabilités pour considérer qu'un stop institutionnel s'impose encore pour de très longues années. En effet, il y a peut-être lieu de se donner le temps d'évaluer les réformes de l'État successives, qui ont conduit – il faut bien le dire – à beaucoup d'imbroglios et d'incohérences. Il serait bien plus sage d'exprimer cette volonté; et vous trouverez alors des partenaires prêts à assumer ce choix essentiel.

 

Voilà les deux réponses que vous devez apporter aujourd'hui à cette tribune. Il s'agit tout d'abord du stop budgétaire; autrement dit, le refus de soumettre au vote le budget que vous avez défendu. En effet, si vous demandez ce vote, vous serez battu, quoi qu'il advienne. Ensuite, je veux parler du stop institutionnel. C'est à ces conditions que vous aurez préservé nos institutions et que vous pourrez encore corriger plusieurs erreurs dont vous avez la responsabilité. 

 

04.11  Charles Michel, premier ministre: Monsieur le président, chers collègues, ce n'est pas la première fois dans l'Histoire que notre pays est confronté à une difficulté politique sérieuse. Elle est probablement inédite en raison de certains facteurs et de particularités qui la caractérisent.

 

Il importe pour chacun de bien mesurer le parcours qui a été suivi ces derniers jours, de voir où nous en sommes et de savoir ce qui est possible et peut-être même souhaitable dans les prochains jours et mois.

 

Le débat sur le Pacte pour les migrations a suscité des tensions politiques majeures au sein de ce Parlement et également en Conseil des ministres. Constatant le blocage permanent au sein de ce dernier, j'ai choisi de solliciter le Parlement afin qu'il s'exprime pour envoyer un message qui, à mes yeux, traduit les valeurs que notre pays veut porter sur la scène internationale et qui sont ancrées dans notre Histoire, conformément au rôle et à la responsabilité que ce pays et ses dirigeants – quelles que soient les formations politiques auxquelles ils appartenaient – ont joué dans des moments-clés sur le plan international: fondation de l'Union européenne, création des Nations Unies, Déclaration des droits de l'homme. Chaque fois qu'il s'est agi de relever les défis globaux auxquels nous étions confrontés, notre pays a porté ses valeurs de coopération par souci d'efficacité.

 

Op zaterdag 8 december hebben wij op de Ministerraad vastgesteld dat het meningsverschil binnen deze coalitie definitief was. Ik heb dus met mijn collega's akte genomen van een ontslag. Conform de resolutie van het Parlement moest ik ons land volledig vertegenwoordigen op de conferentie van de Verenigde Naties in Marokko. Ik wilde dat natuurlijk doen met de volledige capaciteit om ons land te engageren. Daarom hebben wij zeer snel de beslissing genomen om twee staatssecretarissen tot minister te benoemen, om in staat te zijn het principe van de pariteit in de Ministerraad te waarborgen. Dat was zaterdagavond mijn eerste verklaring en dat heb ik ook zondag bevestigd. Ik heb onmiddellijk gezegd dat ik er mij van bewust was, ben en blijf, dat deze situatie betekende dat er een grondig en substantieel overleg, een dialoog, een discussie met het Parlement nodig was.

 

Et, dès le mardi, dans les quelques heures qui ont suivi mon retour du Maroc où j'ai représenté ce que le Parlement, aux deux tiers, m'avait demandé et qui a été soutenu par le gouvernement au prix de la rupture d'une coalition, j'ai entrepris les différents contacts pour voir de quelle manière il était possible dans la sobriété, le calme, le respect et la dignité d'envisager le diagnostic politique d'une situation et de voir quelles conséquences pouvaient et devaient être tirées.

 

J'ai donc pris un certain nombre de contacts, y compris ces derniers jours, avec un certain nombre de formations, je veux donner, monsieur Maingain une première réponse claire à une de vos questions notamment. Dans le cadre de ces contacts, j'ai constaté, en effet, au départ d'un budget discuté au cours de l'été et déposé au mois d'octobre délibéré et soutenu en commission, qu'il y avait de nouvelles conditions inacceptables présentant le risque de lancer le pays dans la fuite en avant confédérale et qui présentait, par ailleurs, le risque de lancer le pays vers des élections fédérales anticipées. J'y reviendrai.

 

Nous n'avons pas accepté ces conditions inacceptables émises par un parti qui faisait autrefois partie de la coalition. Elles sont inacceptables et le trait est tiré. C'est la raison pour laquelle nous avons pris la décision de soumettre au Parlement les douzièmes provisoires, un budget provisoire afin de garantir la continuité de l'État et afin, au départ de cette page budgétaire, les douzièmes provisoires, d'écrire tout au long de ces prochaines semaines et prochains mois, les décisions indispensables pour rencontrer les aspirations et les attentes légitimes de nos concitoyens dans les différents domaines: économique, social, environnemental.

 

Les changements climatiques ont été évoqués et j'y reviendrai. Je pense donner ici, monsieur Maingain, à deux de vos messages deux réponses claires: pas d'aventure confédérale et une page budgétaire devant s'écrire au départ de douzièmes provisoires si vous le décidez, car le vote appartiendra à votre assemblée.

 

Ik probeer, rekening houdend met de verschillende interpretaties en met de verschillende politieke gevoeligheden, zoveel mogelijk een objectieve en neutrale vaststelling van de situatie te maken. Een objectieve diagnose, om zoveel mogelijk in staat te zijn om als regering, en ik hoop ook als Parlement, u allen dus, de correcte keuze te maken en de verantwoordelijkheden op te nemen in de volgende uren of dagen.

 

Het blijft mijn overtuiging dat er voor ons, geconfronteerd zijnde met deze ingewikkelde politieke situatie, drie potentiële keuzes zijn.

 

De eerste keuze, waaraan sommigen de voorkeur geven, is het organiseren van vervroegde verkiezingen.

 

Le choix des élections anticipées – il y a peut-être parfois un manque de précision à ce sujet – est bien celui d'anticiper uniquement les élections fédérales. Les élections européennes et régionales sont fixées et ne pourront pas changer. Je pense, et je l'assume les yeux dans les yeux devant cette assemblée et devant nos concitoyens, que la fuite en avant vers des élections fédérales dans quelques dizaines de jours – quarante jours,  par hypothèse – représenterait une certitude pratiquement absolue d'un immobilisme tout au long de l'année 2019. Il y a aussi dans cette assemblée assez d'expérience politique sur l'ensemble des bancs de gauche, de droite et du centre pour mesurer que la réalité politique de notre pays, notre système électoral, les enjeux de coalitions rendront extrêmement complexe, sinon impossible, la formation d'un nouveau gouvernement fédéral de plein exercice avant les élections de mai 2019 et probablement avant la formation de gouvernements régionaux suite à ces mêmes élections. Il y a donc un haut taux de probabilité d'être en situation d'immobilisme tout au long de 2019, avec toutes les conséquences d'appauvrissement pour notre pays et pour nos concitoyens et toutes les conséquences en termes d'image.

 

Ce n'est pas le souhait que j'exprime. J'ai compris que d'autres faisaient ce choix, avaient d'autres démarches. J'explique avec des arguments rationnels pourquoi ce choix n'est pas judicieux dans l'intérêt de notre pays et de nos concitoyens.

 

Collega's, er is ook nog de Grondwet.

 

De Grondwet biedt in een geval van politieke moeilijkheden zoals vandaag, ook een andere kans om een oplossing te vinden en opnieuw stabiliteit en duidelijkheid te krijgen, namelijk: de mogelijkheid om een nieuwe meerderheid en een nieuwe coalitie te vormen, wat natuurlijk de verantwoordelijkheid en de keuze van het Parlement is.

 

Chacun des 150 députés de cette Assemblée, qui exprime la représentation de notre pays et de notre population, a la capacité de dégager une majorité afin d'installer, avant les élections si elles ont bien lieu au mois de mai 2019, une majorité sur la base d'un programme avec, par conséquent, une responsabilité, une confiance et une capacité de mener le travail.

 

Là aussi, je constate que si tel était le choix fait par le Parlement, il va de soi que chacune et chacun d'entre nous devrions nous soumettre à ce choix-là. Mais nous connaissons aussi la réalité politique et l'extrême difficulté d'atteindre, dans un délai raisonnable, un tel résultat pour ceux qui le souhaiteraient, avec bien sûr la liberté pour chacune et chacun d'enclencher des initiatives qui permettraient d'aller vers cette situation.

 

Beste collega's, mijnheer de voorzitter, er is nog een andere mogelijkheid, een derde keuze, een derde weg.

 

Ik weet uiteraard dat deze keuze geen traditie kent in België, al is het wel een traditie in dertien andere Europese landen. Ik weet ook dat die derde keuze in ons land noodzakelijkerwijs betekent dat de termijn van zo'n vorm van beslissingsproces beperkt moet zijn. Dat is de facto het geval, met de volgende verkiezingen in het verschiet.

 

Et aussi via la dissolution des chambres qui est programmée pour le 16 ou le 17 avril. Il ne faut rien changer dans la Constitution.

 

Il s'agirait d'un mode de décision limité dans le temps pour quelques mois et, qui emporte, je le pense, un certain nombre d'avantages par comparaison aux deux autres scénarios que j'ai décrits et qui comportent beaucoup d'inconvénients pour nos concitoyens et pour notre pays.

 

Ce troisième choix, c'est l'idée d'une coopération entre le gouvernement, qui ne dispose pas de la majorité dans cette assemblée, et le Parlement. Et plus singulièrement, les forces positives, les forces de bonne volonté qui décident de retrousser leurs manches pour tenter de relever dans les prochains mois quelques défis dans un esprit d'ouverture, dans un esprit de bâtisseur de ponts parce que tel est, plus que jamais, l'enjeu dans l'intérêt de notre pays.

 

Ik zou met u graag drie vragen bekijken en nagaan hoe het mogelijk is om antwoorden te bieden op die drie fundamentele vragen. Ik wil die drie fundamentele vragen niet alleen met u, Parlementsleden, bekijken, maar zeker ook met onze medeburgers, met onze elf miljoen medeburgers, die van hun politieke vertegen­woordigers sterke antwoorden willen krijgen voor hun dagelijkse verwachtingen.

 

Le premier point que je voudrais évoquer, c'est la question "pour quoi faire?".

 

À quoi devons-nous consacrer notre énergie et notre engagement si un tel choix devait être fait? Je souhaite répondre à cette question en ayant à l'esprit une rencontre que j'ai eue, il y a quelques jours, pendant trois heures trente, avec sept représentants des Gilets jaunes, des Belges qui, pour certains, travaillent et qui, pour d'autres, cherchent un emploi. Tous sont très légitimement – certains l'ont dit sur à peu près tous les bancs – préoccupés par la question très fondamentale de l'espoir pour eux-mêmes et pour ceux qu'ils aiment, pour leurs enfants, pour leurs proches. Ils sont préoccupés par les angoisses liées au paiement des factures à la fin du mois. Leurs préoccupations sont liées à la planète dans laquelle nous vivons et aux perspectives sur ce sujet.

 

Een eerste belangrijke vraag: pour quoi faire? Quelle pourrait être la feuille de route et quels sont les accents d'ouverture forts et nouveaux que l'on peut tenter d'intégrer dans un tel raisonnement?

 

Ten eerste, de koopkracht en de socio-economische engagementen.

 

Ik zou graag met u enkele concrete mogelijke maatregelen bekijken.

 

Premier point: la question est posée: voulons-nous veiller à ce que le tax shift, dans son renforcement du pouvoir d'achat pour 2019, puisse bel et bien être concrétisé, réalisé et confirmé? Très concrètement, pour les bas et les moyens salaires, il s'agit de 36 euros par mois supplémentaires qui s'ajoutent aux hausses précédentes qui avaient été décidées.

 

Over een ander belangrijk punt in verband met de koopkracht maakten de heer Vuye en enkele andere sprekers terecht opmerkingen.

 

Toujours en lien avec le thème du pouvoir d'achat, il y a la question de la négociation salariale, qui doit intervenir dans le cadre de l'accord interprofessionnel à partir du mois de janvier.

 

Ik wil heel precies zijn. Wij hebben zaterdagvoormiddag een belangrijke, substantiële vergadering gehad, met belangrijke inhoudelijke elementen, met de Groep van Tien en de vertegenwoordigers van de werkgevers en werknemers. Tijdens deze belangrijke vergadering hebben wij vastgesteld dat de Groep van Tien, de sociale partners, een zeer sterke boodschap hadden voor de regering en misschien ook voor het Parlement. Zij willen een onderhandeling starten met als doel een interprofessioneel akkoord voor meer zekerheid, sociale stabiliteit, versterking van de koopkracht van degenen die werken en dit alles rekening houdend met de uitdaging van de competitiviteit van de bedrijven. Dat is een sterk signaal!

 

Er is ook genoeg ervaring in deze assemblee om te weten dat het zeer belangrijk is om vanuit het Parlement en de regering een zeer sterk signaal te geven op het vlak van de welvaartsenveloppe, willen wij tot resultaten kunnen komen. De welvaartsenveloppe is cruciaal voor de steun van degenen die een uitkering ontvangen. Het is ook een sterk signaal in de strijd tegen de armoede, in het bijzonder voor de laagste uitkeringen.

 

Effectivement, nous plaidons et nous proposons de prendre la main qui a été tendue par quelques-uns pour considérer que cette enveloppe sociale doit être dédicacée à 100 % – cela représente un montant de 354 millions d'euros pour 2019, de 716 millions d'euros pour 2020. Pour nous, il s'agit ici de chiffres macroéconomiques dans un budget – pour des pensionnés, pour des personnes qui reçoivent des allocations. Cela revalorisera, dès 2019, le pouvoir d'achat et cela contribuera à changer le cours des choses pour de très nombreuses personnes dans notre pays. C'est de cela dont il s'agit.

 

De laatste maanden hebben wij ook de oproep gehoord dat wij ons ervan bewust moeten zijn dat de koopkracht een kwestie van inkomen is en van facturen die de mensen moeten betalen. Dat is de reden waarom wij menen dat het nodig is om daarover een discussie op te starten en een beslissing te nemen, als een meerderheid in het Parlement dat zou willen.

 

Je pense en particulier à des factures qui, effectivement, ont augmenté pour un certain nombre de raisons. J'ai entendu sur beaucoup de bancs, même s'il y a parfois des nuances sur les modalités des mesures possibles, que la question du prix de l'énergie et des factures liées à l'énergie devait être prise en considération pour envoyer un message à nos concitoyens. Je suis effectivement favorable à ce que l'on puisse se saisir de ce sujet-là.

 

Lors des contacts que j'ai eus, certains ont effectivement plaidé en faveur de baisses de la TVA sur l'électricité. D'autres ont plaidé en faveur d'un impact plus direct sur les factures via les cotisations fédérales. D'autres encore ont plaidé pour que des mécanismes de types "fonds" puissent être mis en œuvre afin de cibler davantage les effets des décisions que l'on prenait sur les personnes qui perçoivent des allocations ou qui touchent des bas et des moyens salaires.

 

Voilà un autre sujet que je veux ouvrir avec vous! Avons-nous la volonté de consentir un effort pour être des bâtisseurs de ponts, atteindre un objectif qui est largement partagé, (je l'ai constaté) et trouver la formule qui constitue un consensus pour une majorité afin d'aller, là aussi, de l'avant, et de montrer ce signal de compréhension à nos concitoyens, avec un impact très direct?

 

Mijnheer de voorzitter, beste collega's, ik besef dat de gezondheidszorg met de terugbetaling van sommige geneesmiddelen of prestaties voor veel burgers in ons land een cruciale uitdaging vormt en een groot effect op hun dagelijks leven kan hebben.

 

Nous avons dans ce pays un système de santé, fruit de décennies de travail, au départ des partenaires sociaux et au départ des responsables politiques des différents bancs dans cette assemblée.

 

Voulons-nous aussi ouvrir ce sujet et regarder quelles sont, en prenant en considération, en écoutant un certain nombre de messages envoyés, les réponses concrètes, rapides, perceptibles par nos concitoyens qui peuvent être envoyées sur ce sujet?

 

Er is nog een andere belangrijke uitdaging. Ik heb gezegd dat we alle kansen willen geven aan het sociaal overleg met betrekking tot de loonmarge, waarbij wel rekening moet worden gehouden met de competitiviteit van de bedrijven.

 

Een ander belangrijk thema is de arbeidsmarkt. We worden de voorbije maanden met een krapte op de arbeidsmarkt geconfronteerd. De fundamentele vraag hier is hoe we daarop een juist antwoord kunnen bieden zonder onze groei, onze economie en onze welvaart af te remmen. Er zijn hier misschien verschillende meningen over de beste oplossing. Ons voorstel is om de dialoog met de sociale partners en het overleg met het Parlement maximaal te laten spelen.

 

Nous avons effectivement pris un certain nombre d'orientations sur ce sujet et je pense que la situation doit permettre aux partenaires sociaux comme au Parlement de voir de quelle manière des décisions peuvent être prises en respectant la concertation sociale et en respectant, cela va de soi, le souhait d'une majorité au Parlement.

 

Je fais la même remarque pour deux autres sujets: la question des fins de carrière et la question des landingsbanen, les crédits-temps en fin de carrière pour lesquels, là aussi, la concertation sociale doit pouvoir se tenir. Je fais le même constat pour un autre sujet.

 

Ik ben mij ervan bewust dat de hervorming van de pensioenen belangrijk en nodig is. Wat de zware beroepen betreft, hebben wij een mandaat gegeven aan bemiddelaars om te bekijken hoe het sociaal overleg kan worden voortgezet. Dat betekent dat het sociaal overleg en het Parlement een sleutelrol moeten krijgen.

 

J'ai donc l'impression, concernant ce premier point relatif au pouvoir d'achat et au développement socio-économique, d'adresser non pas quelques généralités mais un certain nombre de propositions, les bras ouverts vers nos concitoyens et vers celles et ceux qui les représentent et qui sont de bonne volonté dans cette assemblée.

 

Een ander belangrijk punt, na het sociaal-economische engagement en de koopkracht, is de veiligheid.

 

Veiligheid gaat samen met democratie. Veiligheid gaat samen met de fundamentele vrijheden van onze medeburgers. De jongste jaren zijn de fundamentele waarden overal in Europa en ook in België in gevaar gekomen door terreur, door terroristische aanvallen. Nog maar een paar dagen geleden was er, niet zo ver hier vandaan, namelijk in Straatsburg, zo'n terroristische aanval.

 

C'est la raison pour laquelle nous pensons qu'il faut continuer le travail pour soutenir nos forces de sécurité. Nous voulons voir de quelle manière nous pouvons poursuivre ce qui a été entrepris au départ de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats qui a formulé des recommandations, afin que ce drame, ce malheur, ne soit pas sans conséquences et que nous en sortions plus forts, plus solides plus libres, plus déterminés à défendre nos valeurs fondamentales, celles de la démocratie et de l'État de droit.

 

Je voudrais là encore être un peu plus précis.

 

Sinds enkele weken wordt er onderhandeld met de veiligheidsdiensten, in het bijzonder met de politie­agenten, over hun statuut en over de erkenning door de bevolking van het werk dat zij op het terrein verrichten, waarbij zij elke dag onze veiligheid bewaken.

 

Cette question du statut et, plus précisément, des protections sociales, lorsque nos policiers mettent leur intégrité physique en danger pour notre sécurité, doit appeler des réponses et non consister en un report des décisions de plus d'un an. Nous avons la responsabilité - je le crois profondément -, d'apporter une réponse à ces représentants des policiers qui attendent de nous que nous prenions nos responsabilités. Lorsqu'ils nous disent qu'ils ne peuvent plus supporter cette impression d'impunité quand des actes de violence sont commis contre eux, allons-nous rester les bras ballants ou bien allons-nous regarder de quelle manière nous pouvons apporter de nouvelles réponses?

 

Ook wens ik, ver van de karikaturen en slogans, waarvoor ik absoluut niet kies, het benodigd aantal aanwervingen van politieagenten in alle duidelijkheid te objectiveren.

 

Nous avons constaté beaucoup de discussions sur ce sujet. Nous avons eu dans les débats au Parlement ces dernières semaines des controverses, des polémiques, certains disant qu'il n'y en avait pas assez, d'autres disant qu'il devrait y en avoir plus. Soyons objectifs à ce sujet. Regardons quelle est la situation exacte. Voyons aussi comment les procédures de recrutement, qui sont identifiées comme étant un frein pour rencontrer des préoccupations lorsque des moyens financiers sont libérés, pourront être activées de manière plus efficace et optimale.

 

Een volgend belangrijk punt is een gevoelige kwestie in de samenleving, met name migratie.

 

Ik heb al enkele keren moeten vaststellen dat dit punt hier leidt tot moeilijke en intense politieke en democratische debatten. Wij willen een humane opvang mogelijk maken voor degenen die erkend worden als vluchteling maar wij willen ook een efficiënt beleid voeren. Vandaar ons engagement in het kader van het migratiepact.

 

C'est aussi le sens du chemin que nous voulons prendre et aussi le sens des instructions données à notre ambassadeur, conforme à la résolution du Parlement nous demandant de veiller à prendre en considération la position des autres pays européens qui soutiennent le Pacte pour les migrations.

 

Mijnheer de voorzitter, beste collega's, over een derde belangrijk punt hebben wij daarstraks veel gediscussieerd; ik zal proberen niet alles te herhalen, maar ik bevestig wat ik heb gezegd.

 

Wat ons klimaatbeleid betreft, is er een sterk signaal gekomen van vele medeburgers. Ik heb de heer Nollet goed gehoord. Ik heb de oproep van 65 000 mensen gehoord. Ik heb ook goed begrepen, mijnheer Nollet, dat die oproep een duurzame oproep is. Dat betekent dus dat wij niet alleen tijdens een debat in het Parlement sterke en enthousiaste verklaringen moeten afleggen. Wij hebben ook daden nodig, maar als wij daden nodig hebben, mijnheer Nollet, dan hebben wij ook mensen nodig die bereid zijn om verantwoordelijkheid op te nemen in het Parlement, in de regering en in het Overlegcomité. Dat is een sterke overtuiging, die ik met u allen wil delen.

 

En effet, je l'ai dit tout à l'heure et je le confirme, je souhaite sur ce sujet, au départ du gouvernement et du Parlement, renforcés par cette résolution qui a été validée largement en commission tout à l'heure considérer qu'il y a là plus qu'un encouragement, une obligation de se mobiliser et de parvenir à des résultats pour pouvoir être fiers de ce que notre pays veut porter sur le plan international, être fiers de notre lucidité et de notre capacité à entendre les signaux citoyens envoyés et récemment encore, ceux de très nombreux experts via le rapport du GIEC.

 

Mijnheer de voorzitter, collega's, er is nog een vierde punt, een vierde belangrijke uitdaging. En dat is voor mij geen detail maar fundamenteel engagement, een fundamentele keuze, die wij vandaag en morgen allemaal zullen moeten maken. Wij worden op internationaal en Europees niveau geconfronteerd met bijzonder ingewikkelde, complexe uitdagingen. België, ons land, is geen eiland. Wie dat denkt, is verkeerd. Wie dat denkt, is een dromer. De realiteit is dat de situatie in ons land, voor onze medeburgers, onze families en onze bedrijven, in grote mate zal afhangen van wat in positieve en niet-positieve zin op Europees en internationaal niveau zal gebeuren. Dat is de realiteit. Wie dat wil ontkennen, vertelt niet de waarheid aan onze medeburgers. Wij worden vandaag met drie delicate uitdagingen en met drie potentieel zware effecten voor ons land geconfronteerd.

 

Le premier enjeu, c'est effectivement la question du Brexit.

 

C'est la question de cette décision qui a été prise. C'est la démocratie qui s'est exprimée au travers d'un referendum par le peuple britannique. Nous devons respecter ce choix qui a des conséquences en Grande-Bretagne et potentiellement aussi chez nous pour des dizaines de milliers de travailleurs. Les études montrent que la Belgique est un des pays potentiellement les plus affectés. Certaines études montrent que 70 000 emplois dans notre pays sont potentiellement menacés. Alors que 220 000 emplois supplémentaires ont été créés principalement par les entreprises durant les quatre dernières années, le Brexit peut mettre à néant jusqu'à 70 000 emplois supplémentaires.

 

Wat is de situatie? Men heeft niet het recht daarvoor blind of doof te zijn. Wat is de politieke situatie op Europees niveau en in het Verenigd Koninkrijk?

 

De politieke situatie is heel eenvoudig: er bestaat de komende dagen of weken een hoog risico op een no deal of op een zware politieke crisis in het Verenigd Koninkrijk. Dat zal gevolgen hebben voor ons land, onze economie, onze bedrijven en dus voor de armoede in ons land, wanneer mensen hun job verliezen en worden geconfronteerd met een verlies van koopkracht. Dat is de realiteit. Dat zijn de gevolgen.

 

Is het mogelijk en realistisch, geconfronteerd met een dergelijke uitdaging, om de keuze te maken om niet operationeel te zijn, niet actief te onderhandelen, met de steun van het Parlement, om de belangen van onze burgers, families en bedrijven te verdedigen?

 

Là aussi, qui va payer l'addition la plus lourde si nous ne sommes pas en mesure de défendre nos intérêts? Ce sont, bien entendu, les citoyens les plus fragiles, les plus faibles, qui payeront d'abord l'addition de cette situation.

 

Een tweede belangrijke uitdaging is de Europees begroting.

 

Enkele dagen geleden vond er daarover een belangrijke Europese Raad plaats. De Europese begroting heeft ook een rechtstreeks effect op ons land, niet in 2020 of 2021, maar wel morgen en overmorgen al. De Europese begroting kan een impact hebben op onze nationale begroting, op onze publieke financiën, meer bepaald bekeken vanuit de vraag naar onze financiële bijdrage voor de Europese begroting.

 

Cela représente plusieurs centaines de millions d'euros structurels dans notre budget annuel. Ceux qui connaissent bien le budget pour en avoir beaucoup débattu au Parlement savent que quelques centaines de millions d'euros représentent des effets significatifs potentiellement. L'argent qui est mobilisé à cette fin n'est pas mobilisé pour d'autres choses.

 

Cela pose la question de la solidarité sur le plan européen – ce n'est pas un débat neutre sur le plan politique. En outre, cela pose la question sur la manière dont, en Europe, on va utiliser cette capacité financière. Je pense, par exemple, aux répercussions pour les agriculteurs. Ces derniers sont nombreux partout dans le pays à être directement impactés par cette situation. Je pense, par exemple, aux fonds de cohésion pour des régions en transition, dans notre pays, qui doivent pouvoir compter sur cette capacité de soutien afin de stimuler des investissements, l'innovation et la compétitivité.

 

À côté du pouvoir d'achat, à côté du développement économique et social, à côté de la sécurité, à côté du climat, de la mobilité et de l'énergie, il y a aussi un quatrième point qui a trait à l'image de notre pays avec –  ce n'est pas un détail – la question de la représentation au Conseil de sécurité des Nations Unies

 

Wij zijn daar met een heel ruime meerderheid verkozen, daar zijn wij niet in de minderheid. Integendeel, een heel ruime meerderheid heeft haar vertrouwen in ons land uitgedrukt. Niet enkel een vertrouwen in een regering, maar een vertrouwen in ons land wegens onze waarden, wegens onze internationale ervaring, wegens onze internationale geloofwaardigheid. Dat zijn de vruchten van decennia politieke, diplomatieke, internationale engagementen op alle niveaus: het Europese niveau en het niveau van de Verenigde Naties.

 

J'ai l'impression, la conviction, la certitude que d'être en situation avec le soutien du Parlement, de pouvoir porter les valeurs et les choix de notre pays sur le plan international parce que nous faisons partie de ce cercle restreint de ceux qui ont cette responsabilité de travailler pour la paix, pour la sécurité et le développement, cela n'est pas un détail. Cela a le mérite que chacun mesure bien le choix qui doit être fait dans quelques heures ou dans quelques jours.

 

Mesdames et messieurs, j'ai pris un peu de temps, et peut-être ai-je été un peu plus long que d'habitude, pour tenter de vous présenter ce qui pourrait être une feuille de route non exhaustive, incomplète, supposant qu'un travail soit mené les manches retroussées pour voir de quelle manière nous pouvons préciser, améliorer, renforcer, conforter un certain nombre des points que j'ai voulu ouvrir, mains tendues et bras ouverts pour entendre l'appel adressé par la représentation nationale.

 

Je vous ai dit pour quoi faire. Met welk doel? Je voudrais maintenant vous dire comment. Comment pouvons-nous travailler pour pouvoir emprunter ce chemin dans l'intérêt de nos citoyens?

 

Ik heb in mijn inleiding gezegd en herhaal dat deze situatie geen traditie kent in België. Ik ben mij er bewust van dat dit betekent dat de akkoorden en het kader tussen ons zeer duidelijk en stabiel moeten zijn. Men moet misverstanden vermijden rond wat deze vormen van nieuwe, in mijn ogen nodige, samenwerking in concreto betekenen. Ik herhaal wat ik een paar minuten geleden heb gezegd: het zou voor een beperkte periode zijn, een paar maanden, tot midden april 2019.

 

Jusqu'au moment où nous entrerons dans la période de dissolution des chambres, qui modifie la situation avec le départ de la campagne électorale.

 

Les principes de cette coopération pourraient être les suivants. C'est une proposition que je veux formuler. Elle n'est pas à prendre ou à laisser, mais elle permet de nourrir le dialogue et la discussion entre nous. Le travail législatif est principalement réalisé par le biais de propositions de lois, donc d'initiatives parlemen­taires. C'est le premier point. En ce qui concerne les projets de loi, distinguons des autres ceux qui sont déjà soumis au Parlement. Certains le sont déjà. Pour ceux-là, il me semble qu'ils doivent pouvoir être retirés, parfois amendés en fonction du choix du Parlement; certains d'entre eux pourraient être votés et soutenus, si le Parlement en faisait le choix.

 

Les projets de loi futurs, s'il devait y en avoir, pourraient être soumis de manière systématique, par exemple, à la Conférence des présidents afin de s'assurer, par le consensus, que cette situation inhabituelle et inédite soit prise en considération et pour garantir ainsi au Parlement, sans ambiguïté, la primauté dans le choix des travaux à entamer.

 

Une autre possibilité est que la prise en considération puisse être exprimée dans des votes délibérés en séance plénière de la Chambre. Je veux montrer, pour ceux qui sont de bonne volonté, que des chemins existent pour permettre la réalisation d'une coopération.

 

Het derde belangrijke punt – conform mijn sterke Europese en internationale overtuiging – is het sterke signaal met betrekking tot de Europese en internationale positie van België.

 

Daarover moet geen twijfel bestaan. Het was niet onze bedoeling maar het resultaat van de omstandigheden, maar we hebben het bewijs geleverd met de resoluties inzake het migratiepact en het klimaat dat een samenwerking met een mandaat van het Parlement mogelijk is en misschien zelfs een sterker signaal zou geven op Europees en internationaal niveau.

 

Het is mijn voorstel om, telkens wanneer ons land een positie moet innemen op Europees en internationaal niveau, wij werken met een mandaat van het Parlement, van de bevoegde commissie, bijvoorbeeld de commissie voor de Buitenlandse Zaken of het Adviescomité voor de Europese Aangelegenheden en, mocht het nodig zijn, van de plenaire vergadering.

 

Encore un dernier point.

 

Je vous ai parlé des positions internationales, de textes de loi et, bien entendu, des arrêtés royaux. Effectivement, dans un certain nombre de situations, la loi donne au gouvernement la capacité de prendre des arrêtés royaux délibérés en Conseil des ministres. Un gouvernement qui ne dispose pas d'une majorité au Parlement doit être prudent, je l'ai dit d'emblée. Il ne peut donc pas prendre ces arrêtés royaux sans qu'il y ait un examen de la Chambre.

 

Là aussi, des possibilités existent, notamment une possibilité en termes de procédure,. Ainsi, pour être précis, une première lecture pourrait avoir lieu en Conseil des ministres, ensuite un avis du Conseil d'État, après quoi cette première lecture et cet avis sont envoyés au Parlement pour y être validés. L'entrée en vigueur n'est, dès lors, pas possible sans le consentement du Parlement sur les arrêtés royaux tout au long de cette période, limitée dans le temps jusqu'au mois d'avril 2018.

 

Ce que je viens de vous dire montre que nous avons parfaitement entendu cette exigence de coopération qui doit respecter la primauté du Parlement dans une situation telle que celle-là. Il ne peut y avoir de doute par rapport à cela.

 

Ik ben mij ervan bewust dat de politieke situatie niet klassiek is. Ik ben mij ervan bewust dat mijn uiteen­zetting evenmin klassiek is in de geschiedenis van de uiteenzettingen van ons land. Ik heb geprobeerd een boodschap te brengen met een sterke persoonlijke overtuiging, maar ook in naam van mijn drie coalitiepartners. Ik heb ook geprobeerd het bewijs te leveren van het feit dat wij vandaag worden geconfronteerd met een uitzonderlijke situatie. Een uitzonderlijke situatie vereist volgens mij ook een uitzonderlijke aanpak, een uitzonderlijk respect voor elkaar en uitzonderlijke moed om verantwoordelijkheid te nemen.

 

Nous avons tous des responsabilités. Je mesure bien la responsabilité du gouvernement dans cette situation particulière. Chacun s'est exprimé sur le sujet. Mais je mesure aussi bien la responsabilité du Parlement, qui a la capacité d'activer des instruments rendant possible ou impossible le chemin étroit mais praticable que j'ai tenté de tracer avec vous.

 

Je mesure bien que ce gouvernement ne dispose pas de la confiance de la Chambre, n'a pas de majorité parlementaire. Nous le savons, chacune et chacun. Ne faisons pas semblant de ne pas le savoir. Nous savons qu'il n'y a pas, aujourd'hui, la confiance de la Chambre.

 

La question est: voulons-nous travailler, les mains tendues, pour construire cette confiance? Une feuille de route est proposée. Une méthode est possible. Il y a une volonté politique de montrer du respect, non seulement entre nous, mais aussi envers nos concitoyens, pour les hommes et les femmes de notre pays qui attendent de la responsabilité plus que tout. Je crois que telle est la question posée aujourd'hui. 

 

Je mesure bien le moment particulier. Je mesure bien la responsabilité. Je lance un appel très concret, pas un appel superficiel, pas un appel pour la forme.

 

Ik lanceer een zeer concrete oproep om zo snel mogelijk, onmiddellijk als men dat wil, rond de tafel te gaan zitten.

 

Assoyons-nous autour de la table et traitons de ces quelques points qui ne sont pas exhaustifs, qui ne sont pas à prendre ou à laisser. Mais ces quelques points sur le fond, sur le projet, sur la méthode peuvent nous permettre, si nous le voulons, chacune et chacun, de constituer, avec ceux qui le veulent, une coalition de bonne volonté, avec un Parlement actif, engagé et un gouvernement qui doit assumer ses responsabilités. (Applaudissements du MR, CD&V et Open Vld)

 

Le président: M. Laaouej demande la parole au sujet de l'ordre des travaux.

 

04.12  Ahmed Laaouej (PS): Monsieur le président, nous venons d'entendre cette longue déclaration de monsieur le premier ministre, qui n'a pas été ponctuée par le dépôt d'une motion de confiance. C'est son choix. Dans ces conditions, vous comprendrez que nous demandions une suspension de séance.

 

De voorzitter: Collega's, ik denk dat we het best de tradities van het huis respecteren en ingaan op de vraag tot schorsing van de heer Laaouej.

 

De vergadering is geschorst.

La séance est suspendue.

 

De vergadering wordt geschorst om 17.47 uur.

La séance est suspendue à 17.47 heures.

 

De vergadering wordt hervat om 19.42 uur.

La séance est reprise à 19.42 heures.

 

De vergadering is hervat.

La séance est reprise.

 

De voorzitter: Collega's, wij hervatten de vergadering.

 

De eerste minister vraagt het woord. (Rumoer)

 

La Constitution stipule que lorsque le gouvernement demande la parole, c'est le premier ministre qui parle.

 

04.13  Charles Michel, premier ministre: Monsieur le président, chers collègues, j'ai eu l'occasion, et je vous en remercie, de m'exprimer à cette tribune et de vous dire quelle était ma conviction, de vous dire aussi quel était mon appel.

 

J'ai exprimé cet appel avec une profonde sincérité et une profonde conviction dans l'intérêt de nos citoyens, dans l'intérêt de nos institutions, dans l'intérêt de notre pays.

 

Mijnheer de voorzitter, ik heb de kans gehad om mijn voorstel te formuleren en mijn oproep te lanceren op dit spreekgestoelte. Het was volgens mij een eerlijke en overtuigde oproep en een eerlijk en overtuigd voorstel, in het belang van ons land, in het belang van onze burgers.

 

Je dois bien constater que cet appel n'a pas convaincu. J'ai compris durant cette suspension de séance que cet appel n'a pas été entendu, à ce stade en tout cas. Je dois donc le respecter et prendre note de cette situation.

 

Je prends dès lors la décision de présenter ma démission et mon intention est de me rendre chez le Roi immédiatement. (Applaudissements nourris sur les bancs du MR, du CD&V et de l'Open Vld)

 

(Le premier ministre salue tous les membres du gouvernement présents et quitte l'hémicycle)

 

De voorzitter: Collega's, als ik de eerste minister goed gehoord heb, dan is nu de beslissing dat de vergadering geschorst wordt en meteen de Conferentie van voorzitters wordt samengeroepen.

 

De vergadering is geschorst.

La séance est suspendue.

 

De vergadering wordt geschorst om 19.45 uur.

La séance est suspendue à 19.45 heures.

 

De vergadering wordt hervat om 20.36 uur.

La séance est reprise à 20.36 heures.

 

De vergadering is hervat.

La séance est reprise.

 

Le président: Chers collègues, nous avons entendu la communication du premier ministre. Nous attendons la réaction du Roi.

 

In afwachting kan ik u meedelen dat, ingevolge de beslissing van de Conferentie van voorzitters die zopas heeft plaatsgevonden, de vergadering van morgen wordt geannuleerd en dat de vergadering van overmorgen, donderdag 20 december, wordt behouden met aanvang om 14.15 uur, met een agenda die later – allicht morgen rond de middag – door de Conferentie van voorzitters zal worden vastgelegd.

 

Een allicht vaststaand onderdeel van die agenda is de Financiënwet met voorlopige twaalfden, die aangenomen moet worden. Met het oog daarop en vanuit de veronderstelling dat de Koning zijn handtekening heeft gezet, kan ik u nu al meedelen dat de commissie voor de Financiën morgennamiddag om 14.15 uur zal bijeenkomen.

 

Tot zover wat er te zeggen viel.

 

De vergadering wordt gesloten. Volgende vergadering donderdag 20 december 2018 om 14.15 uur.

La séance est levée. Prochaine séance le jeudi 20 décembre 2018 à 14.15 heures.

 

De vergadering wordt gesloten om 20.38 uur.

La séance est levée à 20.38 heures.

 

De bijlage is opgenomen in een aparte brochure met nummer CRIV 54 PLEN 263 bijlage.

 

L'annexe est reprise dans une brochure séparée, portant le numéro CRIV 54 PLEN 263 annexe.