Commissie voor de Financiën en de Begroting

Commission des Finances et du Budget

 

van

 

Woensdag 24 oktober 2018

 

Namiddag

 

______

 

 

du

 

Mercredi 24 octobre 2018

 

Après-midi

 

______

 

 


De behandeling van de vragen vangt aan om 15.57 uur. De vergadering wordt voorgezeten door de heer Eric Van Rompuy.

Le développement des questions commence à 15.57 heures. La réunion est présidée par M. Eric Van Rompuy.

 

De voorzitter: De vragen nrs. 27057 en 27068 van de heer Roel Deseyn worden omgezet in schriftelijke vragen.

 

01 Question de M. Benoît Dispa au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la réforme de l'impôt des personnes physiques" (n° 27119)

01 Vraag van de heer Benoît Dispa aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de hervorming van de personenbelasting" (nr. 27119)

 

01.01  Benoît Dispa (cdH): Monsieur le ministre, vous avez sollicité auprès des experts du Conseil supérieur des Finances (CSF) un rapport sur la réforme de l’impôt des personnes physiques (IPP). L'annonce de cette demande pouvait laisser perplexe puisque, venant dans la foulée du tax shift, on pouvait en déduire que cette réforme du tax shift  ne s'avérait pas totalement satisfaisante à vos yeux ou, en tout cas, pas tout à fait complète puisque vous vouliez aller plus loin.

 

Où en est-on dans l'établissement de ce rapport? Les travaux sont-ils bloqués comme on peut le penser si l'on s'en réfère à la décision du président de la section fiscalité et parafiscalité du Conseil supérieur des Finances qui aurait, semble-t-il, jeté l’éponge? Apparemment, il aurait éprouvé des difficultés à concilier les opinions de chacun et à faire prévaloir une méthodologie de travail commune.

 

Monsieur le ministre, depuis quand avez-vous acté la démission du président de la section et quelles sont les raisons de ce départ? Qui allez-vous désigner pour le remplacer et dans quels délais? Où en sont les travaux? Peut-on en conclure qu’ils sont au point mort et que le timing annoncé d’un rapport pour la fin de cette année-ci ne sera pas respecté? De manière générale, quels sont vos objectifs ou vos attentes avec ce rapport?

 

01.02  Johan Van Overtveldt, ministre: Monsieur Dispa, M. Herwig Joosten m'a remis sa démission le 21 août. La démission a des raisons strictement personnelles. Nous prendrons le temps nécessaire pour lui trouver un successeur adéquat. Aussi longtemps qu'aucun successeur n'aura été désigné, la présidence sera assurée par le membre ayant le plus d'ancienneté. Le bon fonctionnement du CSF n'est pas du tout compromis. C'est dans ce but qu'un règlement a été établi.

 

L'objectif du rapport reste le même. Six points sont à relever. Tout d'abord, il s'agit de répondre à deux questions. Comment réformer l'impôt des personnes physiques sous toutes ses facettes de manière à mieux rémunérer le travail et réduire les différents pièges à l'inactivité? Comment financer une telle réforme par un glissement partiel ou total vers d'autres impôts?

 

Ensuite, l'étude doit être attentive aux conséquences budgétaires d'une réforme de l'impôt des personnes physiques et à différentes mesures compensatoires envisageables aux différents niveaux de pouvoir. Elle doit également être attentive aux tendances et glissements économiques et sociaux actuels. En outre, elle doit veiller à réduire les éventuelles inégalités entre les différentes formes de vie commune. Elle doit, enfin, viser à simplifier la fiscalité de manière approfondie.

 

La première partie du rapport aborde les possibilités de diminution des charges fiscales et parafiscales et se focalise sur l'élimination des inconvénients du système actuel. Une seconde partie traitera entre autres des pistes de financement de telle sorte qu'une partie des diminutions d'impôts puisse être éventuellement compensée.

 

J'ai appelé le Conseil à être attentif, dans ces deux volets, aux différentes tendances et évolutions dans notre société - l'amélioration de la neutralité de la fiscalité, la fiscalité verte, la fiscalité en tant que solution aux défis de la mobilité, le soutien de la nouvelle économie, la poursuite de la lutte contre la pauvreté - en mettant autant l'accent sur les droits que sur les devoirs.

 

Le rapport sera remis en février 2019.

 

01.03  Benoît Dispa (cdH): Monsieur le ministre, je vous remercie pour votre réponse. À la lecture des objectifs que vous avez assignés à ce rapport, nous nous rendons compte qu'ils sont particulièrement ambitieux. Nous apprenons en outre que le délai est un peu modifié. Le rapport est maintenant annoncé pour le mois de février et plus pour la fin de cette année. Dès lors, ce document servira peut-être à alimenter la campagne électorale. En toute hypothèse, il ne pourra plus alimenter le travail que vous allez pouvoir mener jusqu'à la fin de votre mandat.

 

Quoi qu'il en soit, j'espère que ce document fera autorité. Il me semble que si un président de plein exercice était désigné, ce serait peut-être de meilleur augure. Pour être à la hauteur de ces ambitions, il faut se donner les moyens, y compris dans le pilotage du groupe avec une présidence qui assume pleinement cette responsabilité. Deux mois après la démission du président, peut-être serait-il bon, pour la dernière ligne droite, de lui trouver un successeur autre que le membre qui a le privilège d'être le plus ancien du groupe.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

Le président: La question n° 27137 de Mme Catherine Fonck est transformée en question écrite.

 

Vraag nr. 27221 en vraag nr. 27222 van de heer Roel Deseyn worden omgezet in schriftelijke vragen. Mevrouw Barbara Pas verzoekt om haar vraag nr. 27240 uit te stellen.

 

02 Samengevoegde vragen van

- de heer Luk Van Biesen aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de afzonderlijke aanslag indien er geen minimale bedrijfsleidersbezoldiging wordt betaald of toegekend" (nr. 27263)

- de heer Luk Van Biesen aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de afzonderlijke aanslag indien er geen minimale bedrijfsleidersbezoldiging wordt betaald of toegekend" (nr. 27264)

02 Questions jointes de

- M. Luk Van Biesen au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la cotisation distincte en cas de non-paiement ou de non-attribution d'une rémunération minimale au chef d'entreprise" (n° 27263)

- M. Luk Van Biesen au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la cotisation distincte en cas de non-paiement ou de non-attribution d'une rémunération minimale au chef d'entreprise" (n° 27264)

 

Mijnheer Van Biesen, ik veronderstel dat uw twee vragen over hetzelfde onderwerp gaan.

 

02.01  Luk Van Biesen (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, het gaat inderdaad om meerdere vragen met variaties op hetzelfde thema. Zolang die penalisatie in de wetgeving staat, waarover ik gisteren ook nog een boom heb opgezet, blijf ik daar een grote tegenstander van. Ik ben al heel blij dat de regering tot het inzicht is gekomen om de 10 % naar 5 % te verlagen, maar ik blijf erbij dat wij eens op een rustige manier enkele tientallen miljoenen moeten zoeken om die wetgeving ongedaan te krijgen. Echter, zolang de wetgeving bestaat, zijn wij verplicht om alle onduidelijkheden weg te nemen. In dat kader heb ik deze vragen ingediend.

 

Mijnheer de minister, indien de minimale bedrijfsleidersbezoldiging minder bedraagt dan 45 000 euro, zoals bepaald in de wet, dient ze minstens gelijk te zijn aan de helft van het resultaat vóór bezoldiging. Daartoe verwijs ik naar antwoorden van u op verschillende eerder gestelde vragen.

 

Nu rijst echter de vraag of het gaat om 50 % van het resultaat voor alle bedrijfsleidersbezoldigingen toegekend aan natuurlijke personen, dan wel of het gaat om 50 % van het resultaat voor de hoogste bedrijfsleidersbezoldiging toegekend aan een natuurlijke persoon.

 

Veronderstel dat het resultaat van het belastbaar tijdperk vóór aftrek van enige bedrijfsleidersbezoldiging 60 000 euro bedraagt en dat aan een eerste bedrijfsleider-natuurlijke persoon 20 000 euro en aan een tweede 10 000 euro wordt uitgekeerd, dan bedraagt het uiteindelijk resultaat 30 000 euro. Is de minimale vereiste bedrijfsleidersbezoldiging om de afzonderlijke aanslag en dus de penalisatie te vermijden dan 60 000 euro maal 50 %, dus 30 000 euro, dan wel 50 000 euro maal 50 %, zijnde 25 000 euro? Die laatste opinie zou afgeleid kunnen worden uit de door de Ministerraad ontwikkelde argumentatie in het arrest nr. 44/94 de dato 1 juni 1994 van het toenmalig Arbitragehof onder randnummer A.2.8 en uit de circulaire nr. Ci.RH. 421/456.043 van 31 augustus 1994. Hoewel de toenmalige wetgeving niet geheel identiek is aan de bestaande, lijkt de interpretatie en de motivering eveneens op de huidige wetgeving toegepast te kunnen worden.

 

Mijnheer de minister, kunt u de juiste interpretatie van die wetgeving aangaande die situatie meedelen?

 

Mijn tweede vraag gaat over identiek hetzelfde onderwerp. Indien de minimale bedrijfsleidersbezoldiging minder dan 45 000 euro bedraagt, dan dient ze minstens gelijk te zijn aan de helft van het resultaat. De vraag luidt echter hoe het resultaat vóór bezoldiging berekend moet worden indien een deel van de bedrijfsleidersbezoldiging bestaat uit voordelen van alle aard waarvoor een forfaitaire waardering bestaat. Die voordelen van alle aard komen immers in aanmerking om te bepalen welk bedrag aan bedrijfsleidersbezoldiging is toegekend.

 

Kan dat worden opgelost door het fiscaal resultaat na de bedrijfsleidersbezoldiging, en waarin dus de fiscaal aftrekbare uitgaven inzake het verschaffen van de voordelen van alle aard zijn opgenomen, te verhogen met de bedrijfsleidersbezoldiging waarin de forfaitair gewaardeerde voordelen van alle aard zijn inbegrepen?

 

Ik geef een voorbeeld. Stel dat er een belastbaar resultaat is na bezoldiging van 20 000 euro en aan slechts één bedrijfsleider een voordeel van 10 000 euro werd toegekend, is de afzonderlijke aanslag dan verschuldigd over de vereiste minimale bezoldiging van 15 000 euro, 50 % van 30 000 euro, verminderd met de effectief toegekende bezoldiging van 10 000 euro? Met andere woorden, wordt de afzonderlijke aanslag dan geheven op 5 000 euro?

 

02.02 Minister Johan Van Overtveldt: In het door u bedoelde geval, dat betrekking heeft op forfaitair gewaardeerde voordelen van alle aard, bedraagt het belastbaar inkomen van de vennootschap, vóór aftrek van de bedrijfsleidersbezoldiging, 20 000 euro, terwijl de bezoldiging bestaande uit forfaitaire voordelen van alle aard slechts 10 000 euro bedraagt. De bezoldiging is derhalve niet gelijk aan het belastbaar inkomen van de vennootschap. De bijzondere aanslag zal in dat geval inderdaad berekend worden op 5 000 euro, zijnde 30 000 euro aan 50 %, of 15 000 euro verminderd met de belastbare voordelen van 10 000 euro. Dat is inderdaad 5 000 euro.

 

Voor de berekening van de afzonderlijke aanslag in artikel 219, worden in het voorbeeld dat u aanhaalt de hoogste bedrijfsleidersbezoldiging en het belastbaar inkomen vóór aftrek van die bezoldiging genomen. In uw voorbeeld bedraagt de minimum bedrijfsleidersbezoldiging dus 25 000 euro, namelijk 50 % van 50 000 euro.

 

02.03  Luk Van Biesen (Open Vld): Ik dank de minister en ik wil er nogmaals op aandringen om te bekijken of de mogelijke penalisatie als dusdanig uit de wetgeving kan geschrapt worden. Hiervoor zullen we samen wel een alternatieve oplossing kunnen vinden.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

03 Question de M. Ahmed Laaouej au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "le paiement de la TVA par la plateforme Uber" (n° 27311)

03 Vraag van de heer Ahmed Laaouej aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de betaling van de btw door Uber" (nr. 27311)

 

03.01  Ahmed Laaouej (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, il y a quelques mois, le prof. Dr. Kenneth Vyncke a présenté une étude lors de la “Conference on the Platform Economy" organisée par la faculté de droit de l’université de Leuven. Celui-ci explique que la plateforme Uber est bien redevable de la TVA sur le montant total des courses qui lui sont payées. En effet, il semble qu’Uber soit considérée comme une entreprise de transport et pas une simple plateforme numérique, depuis l’arrêt de la Cour de Justice de l'Union européenne du 20 décembre 2017.

 

Dans le même temps, la justice anglaise analyse actuellement les montants de TVA déclarés par la plateforme: en effet, il semblerait qu’en Grande-Bretagne, Uber ne déclarerait uniquement que la TVA sur le montant des commissions (20% ou 25 %) que la plateforme facture à ses chauffeurs.

 

Monsieur le Ministre savez-vous si c’est le cas en Belgique? En Belgique, il semblerait également qu’Uber estime que c’est aux chauffeurs de déclarer la TVA sur le montant des courses, ce qui est pourtant contraire à la directive européenne. Monsieur le Ministre, êtes-vous informé de cela? Quelle est votre position et celle de votre administration?

 

03.02  Johan Van Overtveldt, ministre: Monsieur Laaouej, l'analyse des opérations effectuées par ou au travers des plateformes digitales comme Uber constitue un défi important en matière de TVA, c'est clair, compte tenu du caractère novateur de ce phénomène lié au développement important de la nouvelle économie digitale et de l'économie collaborative. L'étude particulièrement nuancée de M. Vyncke qui questionne le positionnement d'Uber au Royaume-Uni quant à la TVA en constitue d'ailleurs la parfaite démonstration.

 

Le régime TVA applicable à ces opérations a fait l'objet d'une discussion approfondie entre les États membres et la Commission européenne au sein du 110e comité de la TVA du 13 avril 2018. Il en ressort que les approches préconisées dans les États membres sont encore particulièrement divergentes. Un approfondissement de l'analyse s'avère dès lors nécessaire afin d'aboutir à une approche commune au sein de l'Union européenne. Une telle approche semble d'autant plus indiquée qu'il a été constaté que la situation dans plusieurs États membres était caractérisée par son aspect transfrontalier.

 

En tout état de cause, il convient de signaler que l'arrêt du 20 décembre 2017 auquel vous faites référence a été prononcé en matière de sécurité sociale. Sur ce point, il ressort également des discussions au niveau du comité de la TVA que cet arrêt n'est pas nécessairement transposable en tant que tel en matière de TVA, même s'il constitue manifestement un élément important dans ce débat.

 

Compte tenu de ce qui précède, mes services examinent à présent soigneusement la problématique en tenant compte de tous les éléments pertinents, y compris la façon dont sont articulées les relations contractuelles entre les personnes concernées, ce qui apparemment peut varier d'un État membre à l'autre. Merci.

 

03.03  Ahmed Laaouej (PS): Si je comprends bien, monsieur le ministre, le sujet est donc toujours à l'étude au niveau de votre administration, partant du constat qu'il n'y a pas encore d'approche commune au niveau européen. Je dirais qu'il y a deux temps: il y a, d'une part, la nécessité d'avoir une approche commune au niveau européen, ce qui est toujours mieux, et, d'autre part, la nécessité pour votre administration de prendre position, comme c'est le cas vis-à-vis de toute une série d'autres phénomènes. Soit vous appliquez la TVA sur la commission, soit vous l'appliquez sur l'ensemble. Dans ce cas, Uber devrait donc être considéré comme redevable de la TVA.

 

J'aimerais tout de même savoir quelle position vous allez défendre au niveau européen, considérant qu'il s'agira de la position que vous aurez adoptée au niveau national. Quel est le calendrier et quand serons-nous fixés? Il faut bien comprendre qu'Uber est un acteur économique important mais qui n'est pas seul sur le marché. Il peut y avoir une forme de concurrence déloyale avec toute une série d'autres opérateurs qui ne passent pas par des plateformes numériques de type Uber, par exemple lorsqu'ils sont indépendants ou qu'ils passent par une plateforme qui n'est pas numérique mais plutôt une centrale d'appel par exemple. Il peut également s'agir d'une flotte appartenant à un entrepreneur qui possède un certain nombre de véhicules et qui, lui, est assujetti.

 

Sous l'angle de la distorsion de concurrence, angle qui devrait à mon avis retenir votre attention, il y a un problème. Je crois que votre administration doit pouvoir trancher rapidement. Ce n'est pas la première fois que l'administration fiscale, en l'occurrence l'administration de la TVA, est confrontée à un nouveau phénomène sur lequel elle doit statuer. Il y a effectivement des aspects transfrontaliers, mais il y a surtout des aspects purement nationaux. Certains chauffeurs Uber ou qui relèvent d'une plateforme numérique Uber n'effectuent pas d'opérations transfrontalières et se limitent aux opérations strictement intranationales.

 

Je reviendrai vers vous pour voir si, dans quelques semaines, votre administration fiscale a statué. Je crois que ce serait bien qu'elle puisse avancer dans son raisonnement.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

04 Vraag van de heer Luk Van Biesen aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "artikel 203 van het WIB" (nr. 27265)

04 Question de M. Luk Van Biesen au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "l'article 203 du CIR" (n° 27265)

 

04.01  Luk Van Biesen (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, er blijkt een verschil te bestaan op het vlak van de mogelijke interpretatie tussen de Nederlandstalige en Franstalige tekst van het artikel 203, § 2 van het WIB.

 

De Nederlandstalige tekst luidt:

"1° zijn de gronden voor belastbaarheid in een inkomstenbelasting slechts na 1 januari aanwezig indien de persoon op een later tijdstip dan 1 januari de hoedanigheid van belastingplichtige in die inkomstenbelasting verkrijgt;

2° vallen de gronden voor belastbaarheid in een inkomstenbelasting weg voor 31 december indien de persoon op een tijdstip vroeger dan 31 december de hoedanigheid van belastingplichtige in die inkomstenbelasting niet meer bezit."

 

De Franstalige tekst luidt:

 

"Pour l'application du paragraphe 1er, les conditions d'assujettissement à un impôt sur les revenus ne sont réunies qu'après le 1er janvier si la personne acquiert la qualité de contribuable à cet impôt sur les revenus à une date ultérieure au 1er janvier; les conditions d'assujettissement à un impôt sur les revenus cessent d'être réunies avant le 31 décembre si la personne ne possède plus la qualité de contribuable à cet impôt sur les revenus à une date antérieure au 31 décembre".

 

Kan de minister mij bevestigen welke van de twee teksten de correcte is? Is er een aanpassing nodig?

 

04.02 Minister Johan Van Overtveldt: Mijnheer Van Biesen, er is geen verschil tussen de Nederlandstalige en Franstalige tekst van dit wetsartikel. Ik kan daarbij ook verwijzen naar het koninklijk besluit van 22 december 2010.

 

Behalve een rechtzetting van een loutere taalfout in de Franse tekst zijn er geen wijzigingen meer aangebracht. Welke taalfout is gecorrigeerd? De woorden "que si la personne" werden telkens vervangen door de woorden "si la personne". Dat is puur taalkundig. Er zijn dus geen wijzigingen meer aangebracht en er is bijgevolg, wat ons betreft, geen rechtzetting meer nodig.

 

04.03  Luk Van Biesen (Open Vld): Dan leggen wij ons daarbij neer.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

05 Vraag van de heer Luk Van Biesen aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "een regionale steunmaatregel die vrijgesteld is van vennootschapsbelasting" (nr. 27266)

05 Question de M. Luk Van Biesen au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "une mesure de soutien régionale exonérée de l'impôt des sociétés" (n° 27266)

 

05.01  Luk Van Biesen (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, luidens artikel 193bis, § 1 van het Wetboek van de inkomstenbelastingen worden de tewerkstellingspremies en beroepsoverstappremies die door de bevoegde gewestelijke instellingen worden toegekend aan vennootschappen en die beantwoorden aan de in verordening nr. 2204/2002 van 12 december 2002 van de Europese Commissie inzake de toepassing van de artikelen 87 en 88 van het EG-verdrag op staatssteun voor tewerkstelling gestelde voorwaarden of die in dat kader door de Europese Commissie worden aanvaard of aanvaard zijn, vrijgesteld van vennootschapsbelasting.

 

Kunt u meedelen of een subsidie die door het Vlaams Gewest uit het thans afgeschafte Ervaringsfonds wordt toegekend, onder deze vrijstelling ressorteert?

 

05.02 Minister Johan Van Overtveldt: Mijnheer de voorzitter, mijnheer Van Biesen, het is inderdaad juist dat alleen de tewerkstellingspremies en beroepsoverstappremies die door de bevoegde gewestelijke instellingen worden toegekend aan vennootschappen en die beantwoorden aan de voorwaarden inzake tewerkstelling zoals vastgelegd in de Europese verordening, vrijgesteld zijn van vennootschapsbelasting.

 

Ik ga ervan uit dat de uitvaardiging van de decreten en ordonnanties in uitvoering van die verordening met voldoende inzicht in de Europese reglementering ter zake is gebeurd. De gewestelijke instellingen zijn bijgevolg volledig bevoegd om te bevestigen dat de voormelde voorwaarden zijn nageleefd met betrekking tot de premies die ze in dat kader toekennen.

 

Ik heb reeds in het verleden in dezelfde zin geantwoord en ik verwijs graag naar de antwoorden op schriftelijke vraag nr. 642 van de heer Clarinval en mondelinge vraag nr. 10773 van de heer Clarinval.

 

05.03  Luk Van Biesen (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, dat betekent dus dat de decreetgever, dus het Gewest, dit moet opnemen in zijn decreten. Als dat niet gebeurd is met betrekking tot het Ervaringsfonds, betekent dit dat deze subsidies niet belastingvrij zijn?

 

05.04 Minister Johan Van Overtveldt : Ja.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

06 Vraag van de heer Luk Van Biesen aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de fiscale consolidatie" (nr. 27267)

06 Question de M. Luk Van Biesen au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la consolidation fiscale" (n° 27267)

 

06.01  Luk Van Biesen (Open Vld): Mijnheer de minister, door artikel 48 van de wet van 25 december 2017 inzake de hervorming van de vennootschapsbelasting werd artikel 205 van het WIB aangepast. Dit artikel regelt het nieuwe systeem van de groepsbijdrage en treedt in werking in aanslagjaar 2020, voor boekjaren die ten vroegste op 1 januari 2019 aanvangen.

 

Een van de voorwaarden opdat de groepsbijdrage van toepassing kan zijn, is dat de beide belastingplichtigen, die respectievelijk de groepsbijdrage toekennen en ontvangen, direct of indirect verbonden zijn voor ten minste 90 % van het kapitaal. Een voldoende indirecte verbondenheid bestaat als een andere binnenlandse of in de Europese Economische Ruimte gevestigde vennootschap een deelneming van minstens 90 % aanhoudt in de beide belastingplichtigen.

 

Een bijkomende voorwaarde is dat de verbondenheid onafgebroken dient te bestaan tijdens het belastbaar tijdperk en de vier voorafgaande belastbare tijdperken.

 

Mijnheer de minister, dient de deelneming van minstens 90 % die de andere binnenlandse of in de EER gevestigde vennootschap aanhoudt in de beide belastingplichtigen rechtstreeks te worden aangehouden of kan deze deelneming ook aanwezig zijn door een indirecte deelneming van minstens 90 %?

 

Is er een onafgebroken verbondenheid tijdens het belastbaar tijdperk en de vier voorafgaande belastbare tijdperken indien de moedervennootschap tijdens deze periode van identiteit wijzigt wegens fusie, splitsing, inbreng of zetelverplaatsing, die geniet van een systeem van juridische continuïteit en fiscale neutraliteit?

 

Is er een onafgebroken verbondenheid tijdens het belastbaar tijdperk en de vier voorafgaande belastbare tijdperken indien de moedervennootschap tijdens deze periode van identiteit wijzigt wegens een verkoop van de deelneming die geniet van een systeem van juridische continuïteit omdat de deelneming deel uitmaakt van een bedrijfstak of algemeenheid van goederen?

 

Is er een onafgebroken verbondenheid tijdens het belastbaar tijdperk en de vier voorafgaande belastbare tijdperken indien de moedervennootschap tijdens deze periode van identiteit wijzigt wegens een verkoop van de deelneming zonder juridische continuïteit?

 

Kunt u de juiste interpretatie van de wetgeving aangaande deze situaties mededelen?

 

06.02 Minister Johan Van Overtveldt: Mijnheer Van Biesen, de vennootschappen die een groepsbijdrageovereenkomst sluiten, kunnen elk op zich in de vijfjarige referentieperiode voor de verbondenheid deel hebben uitgemaakt van een herstructurering of zijn opgericht ten gevolge van een herstructurering.

 

In antwoord op uw tweede vraag kan ik u meedelen dat de wet van 30 juli 2018 er uitdrukkelijk in voorziet dat de gevolgen van die verrichtingen worden geneutraliseerd. Met andere woorden, niet in alle gevallen zal er sprake zijn van een onafgebroken vijfjarige verbondenheid in geval van een fusie, splitsing, inbreng of daarmee gelijkgestelde verrichting. De bedoelde wettelijke bepalingen zijn daarbij van toepassing, ongeacht of de fusie, splitsing, inbreng of daarmee gelijkgestelde verrichting al dan niet fiscaal neutraal is.

 

De andere door u gestelde vragen zullen een antwoord krijgen in een circulaire die mijn administratie nu afwerkt en binnenkort zal publiceren.

 

06.03  Luk Van Biesen (Open Vld): Dan wacht ik die circulaire af.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

07 Vraag van de heer Luk Van Biesen aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de minimale bezoldiging voor bedrijfsleiders" (nr. 27268)

07 Question de M. Luk Van Biesen au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la rémunération minimale des chefs d'entreprise" (n° 27268)

 

07.01  Luk Van Biesen (Open Vld): Dit is nogmaals een vraag over dat thema, mijnheer de voorzitter.

 

De voorzitter: Het is een evergreen.

 

07.02  Luk Van Biesen (Open Vld): Men heeft mij ooit eens geleerd dat men, door altijd op dezelfde nagel te kloppen, op den duur zaken afschaft om al die vragen te vermijden.

 

Mijnheer de minister, door artikel 59 van de wet van 25 december 2017 inzake de hervorming van de vennootschapsbelasting werd artikel 219quinquies van het WIB ingevoerd. Dat artikel voert een afzonderlijke aanslag in indien een vennootschap geen minimale bezoldiging aan de bedrijfsleider-natuurlijke persoon uitkeert.

 

Artikel 219quinquies stelt een alternatieve berekening voor bij verbonden vennootschappen, waarbij de minimale totale bezoldiging aan één bedrijfsleider minstens 75 000 euro dient te bedragen. Een bijkomende voorwaarde voor die alternatieve berekening is dat ze enkel geldt voor de vennootschappen waarin minstens de helft van de bedrijfsleiders dezelfde personen zijn in ieder van de vennootschappen.

 

Wordt met "de helft van de bedrijfsleiders" verwezen naar bedrijfsleiders die natuurlijke personen zijn? Indien, met andere woorden, twee verbonden vennootschappen zich in de volgende situatie bevinden, kunnen zij dan een beroep doen op de alternatieve berekening opgenomen in artikel 219quinquies? Het gaat om een vennootschap 1, met bestuurders mevrouw A, de heer B en een nv C en een vennootschap 2, met bestuurders mevrouw A, een andere heer, namelijk D, en een andere vennootschap, namelijk E. Vennootschappen 1 en 2 hebben minstens voor de helft dezelfde bedrijfsleiders-natuurlijke personen maar niet voor de helft dezelfde bestuurders, inclusief de bestuurders-vennootschappen. Kunt u dat uitklaren, mijnheer de minister?

 

07.03 Minister Johan Van Overtveldt: Dank u voor die, eens te meer, indringende vraag over een u ondertussen welbekende problematiek. Dankzij uw vragen is die ook mij welbekend.

 

Dit is een problematiek – alle gekheid op een stokje – waarop wij zelf ook al gestoten waren. Ik herhaal een beetje mijn vorig antwoord. Er is een circulaire in voorbereiding om dat soort van situaties klaar en duidelijk uit te leggen. Die zal ook relatief binnenkort gepubliceerd worden.

 

07.04  Luk Van Biesen (Open Vld): Ik dank u voor uw antwoord, mijnheer de minister, waaruit des te meer blijkt dat het misschien beter is om, in plaats van een circulaire te schrijven, een amendement op de wetgeving te schrijven of in de programmawet dat artikel gewoon te schrappen. Dan zijn wij van al die vragen en circulaires af. Het leven kan soms eenvoudig zijn, als men wil.

 

Tijdens een diner dat wij traditioneel hebben op het kabinet van de minister van Financiën zullen wij eens rustig bespreken hoe wij dat kunnen compenseren.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

Le président: Les questions n° 27215 et n° 27293 de Mme Anne-Catherine Goffinet sont transformées en questions écrites.

 

08 Questions jointes de

- M. Marco Van Hees au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "le scandale des CumEx et CumCum" (n° 27314)

- M. Georges Gilkinet au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "la participation par BNP Paribas au mécanisme de fraude CumEx" (n° 27380)

08 Samengevoegde vragen van

- de heer Marco Van Hees aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "het CumEx- en CumCumschandaal" (nr. 27314)

- de heer Georges Gilkinet aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de toepassing van het fraudemechanisme CumEx door BNP Paribas" (nr. 27380)

 

08.01  Marco Van Hees (PTB-GO!): Monsieur le ministre, le scandale des CumEx, une fraude aux dividendes, a coûté des milliards d'euros aux finances publiques de plusieurs pays, la Belgique faisant partie des États touchés. Il se greffe sur un autre scandale, moins clairement illégal mais encore plus dommageable pour les finances publiques: l'arbitrage de dividendes, également nommé CumCum. On évoque, en effet, une perte totale de 55 milliards d'euros pour onze pays depuis 2001, dont 46 milliards seraient imputables aux CumCum et le solde aux CumEx.

 

Le journal Le Monde du 19 octobre 2018, qui consacre un large dossier à ces affaires, indique ainsi que, je cite, son "enquête montre que la fraude liée au CumEx n'est que la face émergée d'un problème bien plus important qui coûte chaque année des milliards d'euros aux États européens: l'arbitrage de dividendes. C'est une technique d'optimisation fiscale, à la limite de la légalité et méconnue du grand public, à laquelle s'adonnent de nombreuses banques internationales. Elle consiste à monter des schémas compliqués pour éviter l'impôt sur le dividende."

 

Le quotidien français pointe également du doigt des "banques complices", expliquant que "Pour que ce casse fiscal fonctionne, il a fallu une large coopération entre traders, courtiers, fonds, avocats et banques. L'enquête révèle qu'au moins cinquante des plus grandes institutions financières de la planète y ont participé, à des degrés divers. Parmi elles, les banques françaises BNP Paribas, Société générale et Crédit agricole."

 

Vous noterez, monsieur le ministre, que la première institution bancaire de Belgique est une filiale de BNP Paribas. Par ailleurs, le journal De Tijd du 20 octobre 2018 cite le nom de deux établissements belges auprès desquels un juge d'instruction bruxellois aurait mené des investigations, Euroclear et la Bank of New York Mellon. Cet article indique également que la perte des CumEx pour la Belgique pourrait être supérieure aux 201,5 millions d'euros généralement avancés.

 

Quel est, depuis 2001, le montant des dommages pour les finances publiques belges des CumEx et des CumCum?

 

Combien d'établissements bancaires belges sont impliqués dans ces deux affaires, en séparant CumEx et CumCum? Quels sont ces établissements bancaires et, pour chacun, les montants des CumEx et CumCum pour lesquels ils sont intervenus?

 

Quelles modifications législatives et/ou autres mesures envisagez-vous, le cas échéant, pour combattre les CumEx? Estimez-vous que les CumCum sont une pratique légale? Et dans l'affirmative, vu les dommages qu'elle occasionne, n'y a-t-il pas lieu de légiférer afin de rendre une telle pratique illégale et de pouvoir la combattre vigoureusement? Envisagez-vous des mesures spécifiques à l'égard des établissements bancaires?

 

08.02  Georges Gilkinet (Ecolo-Groen): Monsieur le président, ce nouveau scandale de fraude fiscale a été révélé la semaine dernière par 19 médias européens qui ont décrit cette technique baptisée CumEx, qui aurait fait perdre aux États européens la somme extravagante de 55 milliards d'euros, d'où le surnom de "casse fiscaldu siècle".

 

Ce montage fiscal consiste à jouer avec les impôts sur les dividendes. Légalement, lorsqu'un investisseur perçoit un dividende sur action, il est imposé en Belgique à hauteur de 30 %. La technique du CumEx consiste à transférer rapidement ces actions entre différents propriétaires afin que le fisc ne sache plus réellement qui est détenteur de l'action. Ainsi, ces derniers parviennent à ne pas payer cette taxe, voire pire, obtenir son remboursement alors qu'elle n'a pas été acquittée.

 

En Belgique, 201 millions d'euros auraient été dérobés à l'État entre 2007 et 2012, période où justement l'argent des États européens servait à renflouer les banques, y compris en Belgique. Les banques seraient parties prenantes de ce scandale. La Deutsche Bank, Barclays, Merrill Lynch, JP Morgan, La Société générale mais aussi BNP Paribas seraient impliqués dans ce mécanisme.

 

Pour rappel, l'État belge est le premier actionnaire de BNP Paribas et il y a désigné deux administrateurs, ce qui, au-delà du caractère insupportable de la fraude fiscale, montre que nous en sommes quelque part complices en vertu de nos apports de capitaux et de la désignation de deux administrateurs.

 

Monsieur le ministre, pouvez-vous m'indiquer si vous ou les services fiscaux belges ont connaissance de ce mécanisme de fraude dénommé CumEx? Confirmez-vous le montant de 201 millions d'euros qui aurait été non-payé et donc dérobé aux finances publiques belges? Qu'ont entrepris les services fiscaux belges pour rechercher et récupérer le montant de cette fraude?

 

Une coordination a-t-elle été mise en place au niveau européen entre services fiscaux, pour récupérer les milliards d'euros fraudés? Confirmez-vous que BNP Paribas est partie prenante de ces mécanismes? En tant que premier actionnaire de la BNP Paribas, l'État belge a-t-il réagi à ces révélations, de façon directe, par votre intermédiaire ou indirecte, via ses deux administrateurs, à l'encontre de la direction de la banque? En quels termes? D'une façon générale, comment avez-vous agi ou comptez-vous agir pour mettre fin aux pratiques illégales ou non éthiques trop fréquentes de BNP Paribas?

 

08.03  Johan Van Overtveldt, ministre: Monsieur le président, chers collègues, comme cela a déjà été dit, la Belgique a, en effet, été victime d'une fraude au remboursement de précomptes mobiliers pour un montant de 201 millions d'euros entre 2012 et 2015. Heureusement, plus de 782 millions d'euros ont pu être bloqués et rejetés, dès la découverte de la fraude.

 

À ce jour, aucun préjudice pour la Belgique n'a pu être mis en évidence par des pratiques similaires au CumEx et au CumCum.

 

Par ailleurs, l'arbitrage sur dividende peut, en effet, être le fait de fraudes et montages abusifs qui doivent être combattus.

 

Compte tenu du secret professionnel visé à l'article 337 du CIR 92, aucune information ne peut être transmise sur les dossiers individuels dans ce cas-ci.

 

Le 28 septembre 2018, le Conseil des ministres a adopté en première lecture un projet de loi contenant différentes mesures afin de combattre tant la fraude fiscale par le bais d'opérations CumEx, que l'évasion fiscale par le biais d'opérations CumCum. Ainsi, pour permettre l'imputation du précompte mobilier, un contribuable devra désormais prouver avoir la pleine propriété des titres le jour précédent la mise en paiement du dividende, à savoir le jour auquel les ayants droit sont identifiés.

 

La possibilité d'imputation est de cette façon octroyée sans équivoque à la partie qui est considérée comme l'ayant droit du dividende et la possibilité d'imputation sera explicitement exclue pour celui qui a acheté des actions Cum-dividend, mais n'a été en possession de celles-ci que le jour de la mise en paiement du dividende, à la suite d'un traitement tardif de l'opération sur titre.

 

De plus, il est désormais également possible de récupérer un remboursement indu du précompte mobilier au rôle auprès du bénéficiaire des revenus. Jusqu'à présent, c'était uniquement possible dans le cas d'une exonération de précompte obtenue abusivement.

 

Il n'y a pas de réponse univoque à donner à la cinquième question de M. Van Hees qui me demande si j'estime que le CumCum est une pratique légale. Selon la lettre de la loi, de telles opérations ne sont, en effet, pas interdites. Ce n'est que lorsqu'elles sont exclusivement mises en place pour des motifs fiscaux qu'il est question de fraude fiscale illégale. Une sanction fiscale pure et simple de telles opérations consisterait à faire un pas de trop. C'est pourquoi des mesures sont introduites par le même projet de loi qui visent à renverser la charge de la preuve lorsque des fonds de pension, auxquels il est fait appel pour de telles opérations à la suite d'exonérations de précompte mobilier dont ils peuvent bénéficier, n'ont détenu les titres sous-jacents que pendant une courte période.

 

Dans de tels cas, le fonds de pension devrait donc démontrer qu'il ne s'agit pas d'une construction non authentique et que l'objectif principal (ou l'un des objectifs principaux) n'est pas d'éviter les impôts. Si cela facilite les contrôles de l'administration, cela n'exclut pas les opérations qui sont motivées économiquement.

 

Finalement, au cours des dernières années, de nombreuses obligations en matière de transparence et d'échanges d'informations ont été introduites par le secteur bancaire. Nous restons vigilants et de nouvelles mesures seront prises si nécessaire.

 

08.04  Marco Van Hees (PTB-GO!): Je me permets de m'octroyer la parole en l'absence du président. Merci pour vos réponses, monsieur le ministre. Si je vous entends bien, vous limitez le montant du préjudice au montant qui était déjà connu et que vous aviez déjà commenté en séance plénière, à savoir 200 millions d'euros. Si j'ai bien retenu vos propos, vous dites qu'il n'y a aucun autre préjudice connu, ce qui signifie qu'il y aurait peut-être des préjudices inconnus supérieurs à ces 200 millions. Par ailleurs, j'ai bien pris note de vos précisions quant au projet de loi modifiant la législation en la matière.

 

En ce qui concerne le secret professionnel inscrit au Code des impôts sur les revenus, que vous invoquez régulièrement lorsqu'on vous pose des questions, je pense qu'il n'est pas normal de ne pas pouvoir donner des réponses, alors qu'il s'agit de montants aussi élevés venant d'établissements bancaires qui occupent une fonction fondamentale dans l'économie. Cette absence de réponses est encore moins justifiée lorsqu'il s'agit d'un organisme dont l'État est actionnaire, à savoir BNP Paribas. Dans ce cas, il est incompréhensible que vous invoquiez le secret professionnel du fisc. Ce qui est en cause, c'est la politique d'une banque dans laquelle l'État belge est actionnaire. Il faut absolument pouvoir obtenir des réponses à ce propos.

 

08.05  Georges Gilkinet (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, vous confirmez à la fois les faits et les montants. Il s'agit de faits et de montants d'autant plus choquants que des fonds de pension ont été impliqués dans des mécanismes de fraude, profitant de conditions fiscales favorables. Ceci montre que ce n'est pas la panacée, contrairement à ce que l'on essaye de faire croire en matière de politique de pension.

 

Cela illustre à nouveau combien l'imagination et les moyens mis en œuvre par les fraudeurs sont sans limite. Je pense que les pouvoirs publics doivent y répondre par des moyens aussi imaginatifs et efficaces et dans une concertation européenne. Par ailleurs, vous nous dites que des adaptations du droit sont en cours pour éviter que, demain, de telles pratiques ne se perpétuent. Mais il faudra être constamment en mouvement pour lutter encore plus efficacement contre la fraude. J'espère que des poursuites seront entamées. Car vous refusez de citer les organismes belges qui auraient été impliqués. C'est assez commode d'utiliser votre devoir de réserve et de prétexter le secret. Néanmoins, il importe de poursuivre ceux qui s'adonnent à de telles pratiques pour les en dissuader ou dissuader ceux qui seraient tentés de les imiter.

 

Par ailleurs, vous n'avez pas répondu à mes questions précises sur le rôle de BNP Paribas dans le dossier. Cette banque, dont nous sommes le plus grand actionnaire, continue à tous les niveaux à s'adonner à des pratiques problématiques, illégales, non éthiques. Et je vous redemande de taper du poing sur la table, si non de façon directe, du moins par le biais de nos administrateurs. Cette situation est tout simplement insupportable.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

09 Question de M. Georges Gilkinet au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "l'obligation de respect de la loi antiblanchiment par Euroclear" (n° 27379)

09 Vraag van de heer Georges Gilkinet aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de naleving van de antiwitwaswet door Euroclear" (nr. 27379)

 

09.01  Georges Gilkinet (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, le 19 septembre dernier, je vous interrogeais sur le dossier relatif aux fonds libyens gelés et notamment sur l'existence d'un éventuel signalement à la CTIF par Euroclear, suite au versement de sommes importantes à des ayants droit libyens. Vous m'avez notamment répondu ceci: "Par ailleurs, je peux vous indiquer que la Cellule de Traitement des Informations Financières (CTIF) n'a reçu aucune communication de la part d'établissements bancaires basés en Belgique, suite au règlement européen 965/2011 du 28 septembre 2011 permettant aux États membres d'autoriser le déblocage des fonds détenus par des entités associées au régime libyen."

 

Je vous avais alors dit mon étonnement par rapport à l'absence de signalement par Euroclear des transactions réalisées, dès lors qu'Euroclear est un établissement de crédit de droit belge et que, à tout le moins, des transactions d'une telle importance au bénéfice d'ayants droit libyens, dans le contexte terroriste que nous connaissons et dans celui tout particulièrement du gel international des avoirs libyens, auraient pu ou auraient dû générer des inquiétudes et des soupçons et auraient dû, à mes yeux, générer un tel signalement, permettant alors à la CTIF d'instruire le dossier. Tout cela en vertu de la loi du 11 janvier 1993 relative à la prévention de l'utilisation du système financier aux fins de blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme, c'est-à-dire la loi anti-blanchiment.

 

D'où mes questions, monsieur le ministre. Comment expliquez-vous, si vous pouvez l'expliquer, l'absence de signalement à la CTIF par l'établissement bancaire concerné suite au versement de plusieurs dizaines de millions d'euros à des ayants droit libyens dans le contexte du gel des avoirs libyens? Estimez-vous que l'obligation de signalement ne s'appliquait pas en l'occurrence? Estimez-vous de façon générale que l'obligation de signalement ne s'applique pas à cet établissement bancaire vu son statut particulier? Si oui, sur quelle base de droit vous appuyez-vous pour l'estimer? Si non, quelle mesure a-t-elle été prise ou sera-t-elle prise à l'encontre de cet établissement qui aurait enfreint la loi anti-blanchiment en ne signalant pas ces versements?

 

09.02  Johan Van Overtveldt, ministre: Monsieur Gilkinet, comme on le sait, en sa qualité d'autorité de contrôle et conformément aux directives européennes en la matière, la Banque nationale de Belgique est légalement tenue à une obligation de secret professionnel lui interdisant de formuler publiquement des commentaires au sujet de l'organisation interne et les actions prises par les institutions financières relevant de ses compétences de contrôle. Elle ne peut pas davantage rendre publiques les mesures individuelles de contrôle qu'elle prend à l'égard de ces institutions financières. Il ne m'est donc pas possible de répondre aux questions posées concernant l'institution financière concernée.

 

Néanmoins, je peux vous confirmer que conformément à l'article 22 de la loi anti-blanchiment du 11 janvier 1993, remplacée depuis lors par la loi du 18 septembre 2017, lorsque les institutions financières assujetties à cette loi savaient ou soupçonnaient qu'une opération à exécuter était liée au blanchiment de capitaux ou au financement du terrorisme, elles étaient tenues d'en informer la CTIF par écrit.

 

Comme dans ma réponse à une question antérieure, j'attire toutefois votre attention sur le fait que la transmission pour une entité assujettie d'une déclaration à la CTIF est dans toute hypothèse subordonnée à l'existence d'un soupçon de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme. La déclaration de soupçon à la CTIF doit être distinguée des communications en matière de gel des avoirs qui doivent être adressés exclusivement à l'administration générale de la trésorerie. Or, il n'apparaît pas que la Libye fut l'objet, dès 2011, de sanctions financières ciblées.

 

Ceci permet de conclure que lorsque les fonds sont libérés, il y a lieu de considérer que leur transfert est ipso facto lié au blanchiment de capitaux ou au financement du terrorisme. Je rappelle que le gel des avoirs résulte de la décision 2011/137 du Conseil de l'Union européenne du 28 février 2011 concernant des mesures restrictives en raison de la situation en Libye, en particulier, le recours à la violence et à la force contre les civils et la répression exercée à l'encontre de manifestants pacifiques. Ces sanctions ont été formalisées dans le règlement 204/2011 du Conseil du 2 mars 2011 concernant des mesures restrictives en raison de la situation en Libye.

 

Les motivations se rapportent aussi aux graves violations des droits de l'homme en Libye à cette époque, y compris des attaques commises en violation du droit international contre des populations et installations civiles. Une déclaration à la CTIF ne s'imposait dès lors pas de manière automatique. Elle aurait été justifiée si d'autres informations à disposition de l'institution financière avaient été de nature à lui faire soupçonner un lien de transfert des fonds concernés avec du blanchiment de capitaux ou du financement du terrorisme.

 

09.03  Georges Gilkinet (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, plus je vous interroge sur le dossier, plus je suis perplexe. Le secret professionnel a bon dos. Il empêche le contrôle parlementaire. Qui supervise la BNB dans le contrôle des établissements bancaires en ce qui concerne le respect de la loi anti-blanchiment? C'est une boîte noire. En l'occurrence, comme vous venez de le rappeler, la situation en 2011 était particulièrement difficile en Libye. Ce qui justifiait l'obligation de gel, qui n'a pas été respectée par l'établissement bancaire et par l'État belge. Il a été estimé à l'époque que les fonds pouvaient être libérés. Alors, il aurait fallu signaler ce versement pour que la CTIF puisse instruire le dossier et vérifier que ces fonds ne servaient pas à financer le terrorisme.

 

Quand vous dites qu'une déclaration à la CTIF ne s'imposait pas, c'est en contradiction totale avec le règlement et la situation libyenne que vous venez de décrire une nouvelle fois. Sinon, quand faut-il signaler le versement d'argent à la CTIF? Ici, on a versé des dizaines de millions d'euros à des ayants droit libyens manifestement mal identifiés. Et vous dites qu'il est normal que l'établissement bancaire s'en lave les mains et ne respecte pas les obligations de signalement à la CTIF. Vous vous rendez donc complice du choix de cette banque.

 

Sera-t-il possible d'avoir un jour un réel contrôle sur ce qui s'est passé à l'époque et une réelle transparence? Les faits sont très graves. On a discuté en commission d'enquête pendant des mois de la question du terrorisme à la suite des attentats effroyables de Bruxelles.

 

Pour les écologistes, il est évident qu'il faut commencer par lutter contre le financement du terrorisme. Ici, une banque et des organes de contrôle ont fermé les yeux sur des transactions à tout le moins suspectes.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

10 Vraag van de heer Luk Van Biesen aan de minister van Financiën, belast met Bestrijding van de fiscale fraude, over "de toepassingsmodaliteiten van het verlaagde btw-tarief voor afbraak en heropbouw van woningen" (nr. 27388)

10 Question de M. Luk Van Biesen au ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, sur "les modalités d'application du taux de TVA réduit pour la démolition et la reconstruction d'habitations" (n° 27388)

 

10.01  Luk Van Biesen (Open Vld): Mijnheer de voorzitter, dit is een vraag namens uw collega's uit het Vlaams Parlement.

 

Ingevolge de bepalingen van rubriek XXXVII van het koninklijk besluit nr. 20 van 20 juli 1970 tot vaststelling van de tarieven van de belasting over de toegevoegde waarde en tot indeling van de goederen en diensten bij die tarieven, is het verlaagd btw-tarief van 6 % van toepassing op het werk in onroerende staat en andere handelingen die de afbraak en de daarmee gepaard gaande heropbouw van een woning tot voorwerp hebben, die gelegen is in één van de 32 steden die hiervoor in aanmerking komen.

 

Het slopen of afbreken van constructies is in regel vergunningsplichtig in Vlaanderen. Evenwel kunnen sommige afbraakwerken vrijgesteld zijn van vergunning. Dit is, bijvoorbeeld, het geval voor het slopen of verwijderen van zaken waarvan de plaatsing vrijgesteld is van vergunning, of voor de volledige afbraak van een vrijstaand bouwwerk of constructie, voor zover dit niet

- opgenomen is in de inventaris van het bouwkundig erfgoed;

- groter is dan honderd vierkante meter;

- een bijzonder belang heeft voor de kwaliteit van de leefomgeving, een volkskundige, historische of esthetische waarde heeft, als referentie dient voor de bevolking van een buurt of een wijk, of bijdraagt tot het gevoel van een plaatselijke bevolking om tot een bepaalde plek te behoren.

 

Graag vernam ik van de minister of het voorleggen van een vergunning tot afbraak en heropbouw een absolute voorwaarde is om de toepassing van het verlaagd btw-tarief te kunnen genieten, dan wel of de toepassing van het verlaagd btw-tarief ook kan worden genoten in de gevallen waarin de afbraakwerken vrijgesteld zijn van vergunning.

 

Kan de minister in zijn antwoord eventueel aangeven welke specifieke btw-regelgeving in dezen van toepassing is?

 

Tussen haakjes wil ik even zeggen dat het hier niet gaat om het slopen van mijn klooster in Zemst, want Zemst behoort niet tot de 32 steden. Het is uiteraard niet de bedoeling om dit werk te slopen. Het is zeker geen persoonlijke vraag.

 

10.02 Minister Johan Van Overtveldt: Mijnheer Van Biesen, de vergunningsplicht – en alles wat daarmee te maken heeft – heeft eigenlijk niets te maken met de btw.

 

Het verlaagd btw-tarief van 6 % kan van toepassing zijn overeenkomstig de vermelde rubriek XXXVII enkel in het geval dat de door u bedoelde afbraakwerken

ten eerste, het afbreken van een gebouw tot voorwerp hebben;

ten tweede, een gebouw dat bovendien van significante omvang is en met het oog op duurzaamheid werd opgetrokken;

ten derde, voor zover diegene die de privéwoning bouwt, kan aantonen dat de voorafgaande afbraakwerken van dat gebouw ook door hem of voor zijn rekening verricht zijn.

 

Voor de rest komt de vergunning daar niet bij kijken.

 

10.03  Luk Van Biesen (Open Vld): Men zal in Vlaanderen blij zijn met dit antwoord.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De openbare commissievergadering wordt gesloten om 16.58 uur.

La réunion publique de commission est levée à 16.58 heures.