Commissie voor de Buitenlandse Betrekkingen

Commission des Relations extérieures

 

van

 

Dinsdag 2 oktober 2018

 

Namiddag

 

______

 

 

du

 

Mardi 2 octobre 2018

 

Après-midi

 

______

 

 


De behandeling van de vragen vangt aan om 14.48 uur. De vergadering wordt voorgezeten door de heer Dirk Van der Maelen.

Le développement des questions commence à 14.48 heures. La réunion est présidée par M. Dirk Van der Maelen.

 

De voorzitter: De samengevoegde vragen nr. 26561 van de heer Dallemagne en nr. 26595 van de heer De Vriendt worden omgezet in schriftelijke vragen.

 

01 Samengevoegde vragen van

- de heer Vincent Van Peteghem aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "het collectieve standpunt van de Britse regering inzake de brexit" (nr. 26562)

- de heer Jean-Jacques Flahaux aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de conclusies van de jongste vergadering van de Europese Raad over de brexit" (nr. 26584)

- de heer Peter Luykx aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de informele top in Salzburg met betrekking tot de brexit" (nr. 26992)

01 Questions jointes de

- M. Vincent Van Peteghem au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la position collective du gouvernement britannique concernant le Brexit" (n° 26562)

- M. Jean-Jacques Flahaux au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "les conclusions du dernier Conseil européen sur le Brexit" (n° 26584)

- M. Peter Luykx au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "le sommet informel de Salzbourg relatif au Brexit" (n° 26992)

 

01.01  Vincent Van Peteghem (CD&V): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, mijn vraag dateert al van een drietal maanden geleden, toen premier Theresa May samen met haar regering een standpunt innam over de brexit. De strategie was toen om een zachte brexit na te streven en opnieuw toenadering te zoeken tot de EU.

 

Ondertussen is er heel veel veranderd. Ik verneem graag van u wat de stand van zaken is. Hebt u al contact gehad met de Britse ambassadeur? Hoe realistisch is het standpunt van de Britse regering? Hoe ziet u de onderhandelingen verder evolueren?

 

01.02  Jean-Jacques Flahaux (MR): Monsieur le ministre, bien que ma question remonte au 22 juin, elle reste malheureusement ou heureusement, d'actualité.

 

Les 28 et 29 juin s’est tenu un Conseil européen, au cours duquel il fut question du suivi du Brexit dans une configuration à 27. C’est ce dernier point qui me préoccupe aujourd’hui. Plus de deux ans après le vote des Britanniques, et à moins d’un an, à neuf mois, pour être précis, du retrait effectif du Royaume-Uni de l’Union, force est de constater qu’un certain flou, pour ne pas dire un flou certain, demeure en bien des aspects.

 

Lors de ce Conseil, vous avez notamment discuté - d’après les informations fournies par le négociateur en chef, Michel Barnier -, des questions relatives au retrait et à la frontière entre l’Irlande et l’Irlande du Nord. Du reste, je me trouvais récemment à Dublin, où j'ai eu l'occasion de discuter avec le nouveau premier ministre irlandais. Vous avez aussi abordé la question du cadre des futures relations entre l’Union et le Royaume-Uni.

 

Monsieur le vice-premier ministre, pouvez-vous nous faire un point d’étape sur les négociations, à la lumière de ce Conseil européen? Je rappelle que la première ministre britannique se trouvait alors coincée entre MM. Johnson et Barnier. Ce n'est pas une position confortable! Quelle est votre analyse des négociations, mais aussi de la situation politique intérieure au Royaume-Uni? Nous avons ainsi pu voir, au Congrès du Parti travailliste, que la base plaide de plus en plus en faveur d'un second référendum, même si son leader s'y est opposé. Quels sont les rapports de force à l'œuvre sur la question?

 

Alors qu’un traité doit être conclu ce mois-ci, quels sont les blocages persistants? Nous savons qu'ils se situent notamment du côté irlandais.

 

Enfin, il nous faut parer à toute éventualité et donc imaginer qu’aucun accord ne sera trouvé avant mars 2019. Monsieur le ministre, quelles seraient les conséquences d'une absence d'accord pour l’Union européenne? Nous avons pu lire dans la presse de ce jour que la Wallonie serait, certes, moins touchée que la Flandre, mais que la Belgique en général serait de toute façon, me semble-t-il, le pays le plus touché après l'Irlande par ce Brexit dur.

 

01.03  Peter Luykx (N-VA): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, mijn vraag is van iets recentere datum. Ik heb ze gesteld naar aanleiding van de informele top in Salzburg over de brexit.

 

In alle media is reeds verschenen dat wij een kritiek stadium naderen in het brexit-debacle. Over minder dan zes maanden is de boedelscheiding sowieso een feit. Als op die top in Salzburg één zaak duidelijk is gebleken, dan is het dat er geen akkoord binnen handbereik ligt.

 

Ik kom meteen tot mijn vragen. Wij kijken nu aan tegen twee cruciale Europese toppen, namelijk de ene in oktober en eventueel een tweede een maand later. Hoe schat u de kansen in op een positief resultaat? Is het tijdschema nog haalbaar? Hoe ziet u een mogelijke oplossing om de patstelling te doorbreken?

 

U verklaarde in de Kamer voorstander te zijn van Europese hulp, op begrotingsvlak, voor lidstaten die grote gevolgen zullen ondervinden van de brexit. In Vlaanderen bijvoorbeeld zullen de havens en kmo's heel wat nadelen ondervinden. In Brussel zijn de moeizame onderhandelingen van start gegaan over de Europese langetermijnbegroting 2021/2027. Is er op Europees niveau eensgezindheid over zo'n begrotingsinterventie?

 

Ik kijk uit naar uw antwoorden.

 

01.04  Didier Reynders, ministre: Chers collègues, je souhaite d'abord préciser que des progrès ont été réalisés sur les questions ouvertes relatives au retrait du Royaume-Uni. Des négociations sont menées par la Commission européenne sous la direction de Michel Barnier, qui est charge de la task force article 50, comme cela a été rappelé.

 

Parmi les blocages qui persistent, la problématique nord-irlandaise et la gouvernance, dont en particulier le rôle de la Cour de justice de l'Union européenne, restent les plus importants. En sauvegardant l'unité des vingt-sept, l'Union européenne et la Belgique ont confirmé leur solidarité avec l'Irlande et leur soutien à Michel Barnier, notamment lors du sommet informel de Salzbourg des 19 et 20 septembre.

 

Si aucun accord n'est trouvé avant mars 2019, et si la possibilité de continuer les négociations sur l'article 50 n'est pas activée, les conséquences du Brexit seront effectivement assez graves pour l'Union européenne, mais certainement encore beaucoup plus pour le Royaume-Uni. Le commerce devrait se passer sur la base des règles de l'OMC, ce qui pourrait mener à l'introduction de tarifs, et de barrières non tarifaires. Afin d'éviter un tel scénario et d'arriver à un accord qui limite le plus possible les effets négatifs du Brexit, les services européens et belges travaillent quotidiennement ensemble.

 

Je ne souhaite bien entendu pas me prononcer sur la politique intérieure du Royaume-Uni qui bouge encore de minute en minute, en fonction des nouvelles émanant de certains congrès.

 

In antwoord op de vragen van de heer Van Peteghem wil ik meegeven dat na een analyse door mijn departement en de andere bevoegde autoriteiten in België, verschillende problemen werden geïntensifieerd in verband met het Britse Witboek.

 

Zo zijn er bijvoorbeeld: het voorgesteld economisch samenwerkingsverband, het douanemodel en het governancegedeelte. Het Britse voorstel in zijn huidige vorm doet afbreuk aan de basisprincipes die met unanimiteit zijn vastgelegd door de Europese Raad, de ondeelbaarheid van de vier vrijheden, de interne markt, het gelijke speelveld tussen de EU en het VK, het behoud van Europese beslissingsautonomie en de bescherming van de rol van het Hof van Justitie van de Europese Unie.

 

Het is bijvoorbeeld niet mogelijk goederen en diensten te differentiëren zonder Groot-Brittannië een concurrentieel voordeel te geven, daar het maken van goederen soms een groot percentage van diensten inhoudt.

 

Op de informele Europese Raad in Salzburg waren de Europese Unie en België het eens dat de positieve en werkbare elementen van het Britse Witboek, bijvoorbeeld die inzake interne en externe veiligheid, moeten worden verwelkomd. Dit is een stap in de goede richting, maar een aantal delen is onaanvaardbaar.

 

In antwoord op de vraag van de heer Luykx over een mogelijke evolutie in de Britse positie, gaan wij ervan uit dat indien er beweging komt, die pas na het congres van de Britse conservatieven zal komen. Morgen eindigt dat congres.

 

Indien op de Europese Raad inzake artikel 50 van 18 oktober substantiële vooruitgang wordt vastgesteld, is president Tusk bereid midden november een buitengewone Europese Raad inzake artikel 50 te organiseren.

 

Zoals u terecht opmerkte, mijnheer Luykx, is de tijd kort, maar wij hopen dat er snel een politieke doorbraak komt, daar het technische werk grotendeels afgerond is.

 

Wij steunen Unieonderhandelaar Barnier zoals gezegd ten volle in zijn pogingen de Noord-Ierse problematiek te dedramatiseren en voor iedereen aanvaardbare oplossingen te vinden. Wij menen dat hier de sleutel ligt voor een doorbraak.

 

Er zijn al enkele positieve technische evoluties, maar men is nog niet tot een globaal akkoord gekomen. De absolute prioriteit van de 27 in het meest waarschijnlijke scenario blijft dus het vinden van een akkoord. Het behoud van de eenheid onder de 27 EU-landen blijft een noodzakelijke voorwaarde. Mijn diensten ontvangen zeer regelmatig de Britse ambassadrice en haar medewerkers, en zij zijn zodoende goed op de hoogte van de bovenstaande Belgische analyse van het Witboek.

 

Ik heb enkele weken geleden in New York een bilaterale vergadering gehouden met mijn nieuwe Britse collega, Jeremy Hunt en met de toekomstige leden van de Veiligheidsraad van de Verenigde Naties, in 2019.

 

Onze Britse collega heeft nog informatie gegeven, over het grote risico van een no deal. Nogmaals, wij doen er alles aan om tot een akkoord te komen.

 

Wat de eventuele financiële ondersteuning op EU-niveau betreft voor de stakeholders die getroffen zullen worden door een brexit, kan ik u meegeven dat er momenteel onderhandelingen aan de gang zijn over het volgende meerjarig financieel kader 2021-2027. Tijdens deze gesprekken en ook daarbuiten werd duidelijk gemaakt dat België een voorstander is van financiële ondersteuning voor de getroffen stakeholders. In de twee vergaderingen van de Raad van Algemene Zaken ging het over het meerjarig financieel kader en over de brexit. Momenteel ligt er echter geen concreet voorstel op tafel, behalve misschien het gebruik van het cohesiefonds, maar dat is volgens mij niet de beste oplossing. Er worden nog elementen afgetoetst met de andere lidstaten en de Commissie. Ik heb klaar en duidelijk gezegd dat België het meest getroffen land is, samen met Ierland en  Nederland,

 

Je confirme que toutes les Régions seront particulièrement touchées en Belgique. Cela étant, plus on se rapproche de la côte, plus le choc sera rude. Il est fort probable que l'effet sera comparable à l'importance du commerce que nous avons avec la Grande-Bretagne, qui est notre quatrième partenaire commercial, le deuxième pour la Flandre et probablement le premier pour Zeebruges.

 

Er is dus toch een verschil tussen de repercussie op een haven zoals Zeebrugge en de repercussie op andere operatoren in België.

 

Wij zullen echter doorgaan om een akkoord tussen de verschillende partners te bereiken over de hulp van de Europese Unie ingevolge de brexit.

 

Ten slotte, ik heb ook gevraagd hetzelfde percentage te behouden voor de inningkosten van douanerechten. Er is tot nu toe een percentage van 20 % voor de Belgische schatkist. De rest is voor de Europese Unie. Er is in het meerjarenplan een voorstel van de Europese Commissie om naar 10 % terug te gaan, wat voor ons niet kan, tenzij er heel sterke hulp op een ander vlak komt. U weet dat er na de brexit ook steeds meer taken voor de douane zullen zijn. Dat zal nog meer het geval zijn zonder een akkoord met Groot-Brittannië. Wij gaan dus ook door met onze zoektocht naar mogelijke Europese steun op dat vlak.

 

01.05  Jean-Jacques Flahaux (MR): Monsieur le ministre, je vous remercie pour vos réponses. Vous avez une connaissance plus que pointue de cette évolution si compliquée du Brexit.

 

À titre personnel, je considère que la difficulté avec laquelle se passent ces négociations dissuadera d'autres États d'aller dans la même direction. Mon cœur me fait encore espérer qu'au dernier moment, la Grande-Bretagne acceptera un deuxième référendum, même si pendant son adhésion à l'Union européenne, elle a plutôt été un frein qu'un accélérateur. J'ajoute que les parlementaires européens britanniques étaient les meilleurs, au contraire des Français, qui ne sont jamais présents.

 

01.06  Peter Luykx (N-VA): Mijnheer de minister, ik dank u voor uw antwoord. Wij kijken uit naar de afloop van het congres van de conservatieven en naar wat er zich in de komende maanden zal voordoen. Zoals u reeds zei, komt de klap het hardst aan bij de kusten, bij de grenzen die het dichtst bij het UK liggen. Wordt vervolgd.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De voorzitter: Vraag nr. 26567 van mevrouw Thoron wordt omgezet in een schriftelijke vraag. De vragen nrs. 26572 en 26582 van mijzelf en vraag nr. 26575 van de heer Dallemagne worden omgezet in schriftelijke vragen.

 

02 Samengevoegde vragen van

- de heer Dirk Van der Maelen aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "het recente diplomatieke conflict tussen Saudi-Arabië en Canada inzake vrouwenrechten" (nr. 26685)

- mevrouw Els Van Hoof aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de vrouwenrechten in Saudi-Arabië" (nr. 26801)

02 Questions jointes de

- M. Dirk Van der Maelen au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "le récent incident diplomatique entre l'Arabie saoudite et le Canada concernant les droits des femmes" (n° 26685)

- Mme Els Van Hoof au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "les droits des femmes en Arabie saoudite" (n° 26801)

 

02.01  Els Van Hoof (CD&V): Mijnheer de minister, het is al een tijdje bekend dat Saoedi-Arabië geen goede reputatie heeft op het gebied van vrouwenrechten. Het land staat dan ook op de 138ste plaats in het Global Gender Gap Report. Daarom ontstond er ook commotie toen Saoedi-Arabië lid werd van de VN-commissie voor de vrouwenrechten. Even was er wat hoop op verandering, toen Muhamad Bin Salman hervormingen aankondigde, waardoor vrouwen bijvoorbeeld eindelijk mogen autorijden of sportstadia bezoeken, maar die hoop werd al de kop ingedrukt doordat vrouwen die vrij hun mening uiten, systematisch worden opgepakt en opgesloten. Het meest recent voorbeeld is de arrestatie van Samar Badawi en Nassima al-Sada voor hun activisme afgelopen zomer.

 

Voorzitter: Jean-Jacques Flahaux.

Président: Jean-Jacques Flahaux.

 

In opvolging van die arrestaties is er een diplomatiek conflict ontstaan tussen Canada en Saoedi-Arabië. Canada pleit voor de vrijlating van de vrouwenrechtenactivisten, maar het Saoedisch ministerie van Buitenlandse Zaken duldt geen kritiek op mensenrechtenschendingen en bevriest alle relaties en handelstransacties met en vluchten naar Canada, wat nogal sterk is.

 

Een stevige reactie vanuit onze regering dringt zich dan ook op. Immers, Saoedi-Arabië gaat lijnrecht in tegen de vereiste inspanningen om vrouwenrechten in het land te respecteren en gaat zodoende ook in tegen internationale afspraken. Als lid van de VN-Commissie voor de Status van de Vrouw kon Saoedi-Arabië laten zien dat het menens was met de vrouwenrechten, maar het land heeft er echt geen hefboom van gemaakt en dat lidmaatschap valt dan ook te betreuren. Daarnaast kunnen wij niet accepteren dat Saoedi-Arabië met een bondgenoot op ramkoers ligt, louter omdat dat land Saoedi-Arabië simpelweg aan internationale afspraken herinnert.

 

Mijnheer de minister, van onze regering hebben wij in dat verband niet echt een sterke reactie gehoord. Hoe reageert u op de systematische intimidatie, arrestaties en opsluiting van mensen- en vrouwenrechtenactivisten? Hebt u de autoriteiten in Saoedi-Arabië daarop aangesproken?

 

Hoe reageert u op het diplomatieke conflict tussen Canada en Saoedi-Arabië?

 

Zal België in de VN-commissie vrouwenrechten, die jaarlijks samenkomt, een standpunt innemen tegen de Saoedische regering aangaande de arrestaties en opsluitingen van mensenrechtenactivisten?

 

02.02  Dirk Van der Maelen (sp.a): Mijnheer de minister, ik verwijs naar de inleiding in de schriftelijke voorbereiding van mijn mondelinge vraag en naar de inleiding van collega Van Hoof en ik beperk mij dan ook tot de vragen die ik voorbereid had.

 

Ik kan het echter niet nalaten om even te herinneren aan de debatten die wij gevoerd hebben over CETA. Wij werden tijdens die discussies om de oren geslagen vanwege het feit dat wij onze verbondenheid met Canada niet toonden, een land dat zo dicht bij ons staat en wiens waarden wij delen. Het verwonderde mij dan ook dat de Canadese minster Freeland bij de uitbraak van het diplomatieke conflict niet direct steun kreeg van België of andere Europese landen.

 

Mijnheer de minister, waarom heeft België niet expliciet en uitdrukkelijk zijn bondgenoot Canada gesteund in het diplomatieke conflict?

 

Mijnheer de minister, wat is uw reactie op de recente Saoedische staatscampagne om vrouwenrechtenactivisten en mensenrechtenverdedigers op te sluiten?

 

Wat is uw reactie op de verklaring van het Saoedische ministerie van Buitenlandse Zaken van 5 augustus 2018, namelijk dat het geen enkele kritiek op zijn interne beleid meer zal aanvaarden? Zult u vanaf nu openlijke kritiek op het gebrek aan mensen- en vrouwenrechten in het land onvermeld laten?

 

Hebt u met betrekking tot het opsluiten van de activisten reeds contact gehad met de Saoedische autoriteiten in België en in het betrokken land?

 

Bent u niet van mening dat Saoedi-Arabië, dat mede dankzij de stem van België in de Vrouwenrechtenraad van de VN zit, hiermee fundamentele mensenrechten schendt en zo diametraal ingaat tegen de richtlijnen van de commissie vrouwenrechten van de VN van 26 februari 2018?

 

Heeft België in de commissie voor de vrouwenrechten van de VN Saoedi-Arabië hierop reeds aangesproken? Zo neen, is België dat van plan? Indien het dat niet van plan is, waarom niet?

 

Ten slotte, is de huidige staatscampagne tegen vrouwenrechtenactivisten niet tegenstrijdig met de geciteerde verklaring van minister Alexander De Croo op 9 mei 2017?

 

02.03 Minister Didier Reynders: Ik deel uw bezorgdheid met betrekking tot de vrouwenrechten in Saoedi-Arabië en verzeker u dat de situatie ter zake op de voet gevolgd wordt door de ambassade van België in Riyad, door onze vrouwelijke ambassadeur in Riyad en door de bevoegde diensten in Brussel.

 

De arrestaties van mensenrechtenverdedigers zijn verontrustend, omdat dat lijkt in te gaan tegen de nieuw verkregen sociale verworvenheden, die door de Saoedische overheid werden ingevoerd.

 

Vanaf de eerste arrestaties, in mei van dit jaar, heeft België zijn bezorgdheid formeel en via de geijkte diplomatieke kanalen geuit, zowel op billateraal niveau als op het niveau van de EU. Mijn diensten hebben hierbij de belangrijke en eveneens noodzakelijke rol van mensenrechtenactivisten in elke maatschappij onderstreept.

 

Ook werd er aangegeven dat die ontwikkelingen in Saoedi-Arabië niet verzoenbaar zijn met het Saoedisch lidmaatschap van de VN-Commissie over het Statuut van de Vrouw. Het is evenwel niet waarschijnlijk dat dat lidmaatschap in het gedrang komt bij gebrek aan lidmaatschapscriteria voor de CSW.

 

Tijdens de meeste recente vergadering van de VN-commissie over het statuut van de vrouw in maart 2018 was dat probleem nog niet aan de orde, aangezien de eerste arrestaties van de mensenrechtenverdedigers in mei 2018 plaatsvonden. Ik wens er in dat verband op te wijzen dat de Commissie voor het statuut van de vrouw twee weken per jaar vergadert.

 

België neemt in alle gepaste fora een standpunt in met betrekking tot de arrestatie en de opsluiting van de mensenrechtenverdedigers in Saoedi-Arabië. Zo sprak ons land tijdens de septembersessie van de Mensenrechtenraad nog zijn bezorgdheid uit over de arrestaties.

 

Wat mijn beleid drijft, is de manier waarop ons land de gearresteerde mensenrechtenverdedigers het best kan bijstaan. Onze acties moeten de reeds geleverde inspanningen om de vrijlating van de mensenrechtenverdedigers te bespoedigen, ondersteunen en niet ondermijnen.

 

Na een grondige analyse van de complexe context opteer ik voor volgehouden en doorgedreven actie achter de schermen. De Saoedische autoriteiten zijn op de hoogte van de Belgische positie. Onze bezorgdheden zijn aan hen gecommuniceerd, zowel in Riyad als tijdens contacten in Brussel en vorige week in New York aan mijn collega van Saoedi-Arabië, de heer Al-Jubeir.

 

De diplomatieke crisis tussen Saoedi-Arabië en Canada is een bilaterale kwestie, waarover België en bij uitbreiding de EU geen verklaring hebben afgelegd, maar we hebben contact met Canada gehad. De eerste minister heeft ook de heer Trudeau in New York ontmoet.

 

Voorts is het belangrijk voor ons land to walk the talk inzake vrouwenrechten. België heeft als eerste land ter wereld een vrouwelijke ambassadeur in Riyad benoemd. Dat werd positief onthaald door zowel de Saoedische overheid als het koningshuis. Het illustreert nogmaals de voortrekkersrol van ons land op dat vlak.

 

Het thema wordt bij elk bilateraal onderhoud, zowel op ministerieel als op administratief niveau aangekaart. Het is belangrijk dat België hierover een dialoog blijft voeren met de Saoedische autoriteiten, wat zal toelaten om de voorzichtige stappen die op sociaal vlak werden gezet, verder te doen evolueren.

 

Overigens had ik het met mijn collega Al-Jubeir, tijdens mijn contact in New York, niet alleen over de mensenrechten, maar vroeg ik ook naar de sluiting van de Grote Moskee en naar meer transparantie van de financiële transfers van Saoedi-Arabië naar België en andere landen. Ik heb concrete bevestiging gekregen dat Riyad inderdaad beslist heeft om de Grote Moskee te sluiten en transparant te zijn over financiering. Zo zullen wij een eerste lijst van gefinancierde projecten krijgen.

 

02.04  Els Van Hoof (CD&V): Ik kom net terug van de voorstelling van de memoires van Miet Smet, nog een gewezen collega van u, die als minister van Staat werd gelauwerd door ons land. Ik heb daar een dosis activisme opgedaan.

 

Mijnheer de minister, u spreekt over contacten achter de schermen in Riyad, Brussel en New York. Wat er zich afspeelt in Saoedi-Arabië inzake gelijke kansen tussen mannen en vrouwen, is nog altijd schabouwelijk. Als het zo de spuigaten uitloopt, moet men op politiek vlak af en toe zijn mening durven te uiten. Dat moet daarom niet in de internationale pers, ook via de Belgische pers kan men duidelijk maken dat die zaken niet door de beugel kunnen op internationaal vlak. Dat is een belangrijk signaal en men moet dat af en toe durven. We doen dat ook met Congo, als er mensenrechten worden geschonden en dat moet ook kunnen ten opzichte van het Midden-Oosten. Op dat vlak wil ik geen twee maten en twee gewichten. Vrouwenrechten in het Midden-Oosten liggen ook gevoelig bij de Belgische publieke opinie. Daarom is het goed dat u af en toe ook voor de schermen een aantal dingen zegt over vrouwenrechten in het Midden-Oosten.

 

02.05  Dirk Van der Maelen (sp.a): Mijnheer de minister, ik lees nog eens de forse verklaring van minister De Croo voor. Ik neem aan dat de regering één geheel is en dat minister de Croo in naam van de regering heeft gesproken. Ik citeer zijn verklaring van 9 mei 2017: "Nu Saoedi-Arabië lid is van de Vrouwenrechtenraad van de VN, moeten wij alles in het werk stellen om via confrontatie en harde onderhandelingen het lot van de Saoedische vrouwen te verbeteren". Dat is een mooie, forse verklaring.

 

Wat gebeurt er? De minister van Buitenlandse Zaken van Saoedi-Arabië verklaart na een volgens mij redelijke stellingname van minister Freeland van Canada, dat men Canada sanctioneert. Hij zegt dat zijn land geen enkele kritiek op zijn interne beleid meer zal aanvaarden. Wat doet België? Na de forse verklaring van minister De Croo krabbelen wij terug. Wij hebben naar de Saoedische minister geluisterd en geven onze kritiek achter de schermen. Het spijt mij, mijnheer de minister, maar dat ontgoochelt mij.

 

Ik herinner mij de bevlogen woorden die ik onder meer van u hoorde, over het verraad van de linkse partijen in het parlement, toen zij tegen CETA stemden, waarmee die Canada in de kou zouden laten staan. Ik stel vast dat Canada nu ook helemaal alleen staat. Zelfs degenen die daarover in het verleden hoogdravende woorden hebben gebruikt, zijn nu doodstil.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

03 Question de M. Philippe Blanchart au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la nomination des diplomates" (n° 26719)

03 Vraag van de heer Philippe Blanchart aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de benoeming van diplomaten" (nr. 26719)

 

03.01  Philippe Blanchart (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, récemment, nous avons constaté que l'arrêté royal du 8 juillet 2018 procurait la possibilité au comité de direction de nommer à une fonction en poste les titulaires d'une fonction de management ou d'une fonction d'encadrement du SPF Affaires étrangères n'appartenant ni à la carrière extérieure ni à la carrière des agents de l'État et qui ont accompli au moins un mandat auprès du SPF.

 

La situation attire particulièrement l'attention de par le moment et contexte dans lequel cet arrêté a été adopté. Manifestement, certains évoquent le fait qu'il aurait vocation à faciliter la nomination de M. Dirk Achten au poste d'ambassadeur. Nous ne remettons aucunement ses compétences en doute. Cependant, selon la presse du mois de juillet, au sein de la diplomatie belge, cet arrêté royal est parfois perçu avec une certaine méfiance. L'ambiance n'est visiblement pas au beau fixe et nous pouvons aisément le comprendre. D'une part, il apparaît comme inéquitable vis-à-vis de ceux ayant occupé toutes les fonctions préalables de longues années durant – engendrant une certaine expérience s'avérant nécessaire – et, d'autre part, il ouvre la porte à des nominations pouvant paraître biaisées.

 

Monsieur le ministre, quelles sont les conséquences sur le fonctionnement des prochaines nominations? Cet arrêté royal pourrait avoir de lourdes répercussions au sein des ambassades, plus précisément au niveau de l'ambiance. Ne craignez-vous pas une dégradation dans les rapports, entraînant indirectement des conflits pouvant peser sur la cordialité et la bonne poursuite des activités afférentes à la fonction?

 

Enfin, un ambassadeur est nommé à la suite de son mérite et les conditions de nomination sont, à juste titre, astreignantes. Quelles sont les garanties par rapport à l'expérience en principe nécessaire et exigée pour l'accomplissement d'une telle fonction?

 

03.02  Didier Reynders, ministre: Monsieur le président, monsieur Blanchart, l'article 21 de l'arrêté royal portant l'organisation du SPF Affaires étrangères, tel qu'il a été modifié par l'arrêté royal du 8 juillet 2018 auquel vous faites référence, fixe effectivement les conditions dans lesquelles il est possible de désigner des personnes qui n'appartiennent pas à la carrière extérieure et à la carrière consulaire dans des fonctions en poste.

 

Une telle possibilité n'est pas nouvelle. Elle figurait déjà pour les agents de l'État dans un règlement organique du ministère des Affaires étrangères de 1999. Elle n'était à l'époque soumise à aucune condition. Il était seulement précisé qu'il devait s'agir d'une mesure exceptionnelle. Le nouvel article 21 du règlement organique est d'une autre nature. Il permet, certes, au comité de direction de proposer au ministre de désigner dans une fonction en poste un agent de l'État du SPF, un membre du personnel contractuel du SPF qui est employé à l'administration centrale, ou le titulaire d'une fonction de management ou d'encadrement du SPF qui n'appartient pas à la carrière extérieure.

 

Cette possibilité est désormais soumise à des conditions très strictes.

 

Il est d'abord prévu qu'une telle désignation ne peut avoir lieu que lorsque le comité de direction a constaté qu'il n'y a pas d'agent de la carrière extérieure ou de la carrière consulaire qui ont postulé pour la fonction ouverte en poste ou qu'aucun des agents de la carrière extérieure qui ont postulé ne satisfait aux exigences résultant d'un besoin spécial qui se pose dans le cadre de cette fonction.

 

Deux hypothèses sont ainsi couvertes. La première vise le cas où aucun agent de la carrière extérieure n'est disponible. Le comité de direction pourra alors proposer de désigner une personne relevant d'une autre catégorie, pour autant qu'elle réponde aux conditions requises. Dans la seconde hypothèse où des agents de la carrière extérieure seraient disponibles, la possibilité de désigner des personnes n'appartenant pas à la carrière extérieure est assortie de conditions additionnelles.

 

En premier lieu, un besoin spécial devra d'abord avoir été identifié dans le cadre de l'exécution d'une fonction en poste. Ce besoin spécial est défini comme la réalisation de tâches nécessitant temporairement une connaissance et une expérience exceptionnelles pertinentes. En deuxième lieu, le comité de direction devra avoir constaté qu'il n'y a pas d'agents de la carrière extérieure disponibles qui satisfont à ces exigences. Les agents de la carrière extérieure et consulaire garderont ainsi, dans les deux hypothèses, une priorité.

 

Compte tenu de ces conditions, il est, dès lors, clair que si cette modification a des conséquences dans le cadre de prochaines désignations, elles ne seront que marginales et devront, par ailleurs, être dûment justifiées. Les conditions d'accès des personnes n'appartenant pas à la carrière extérieure à l'exercice des fonctions en poste offrent, en outre, les garanties nécessaires. Pour être prises en considération, en vue d'une désignation en poste, elles devront appartenir au même niveau et à la même classe que ceux exigés des candidats appartenant à la carrière extérieure pour le même poste. Elles devront satisfaire à des exigences de connaissances linguistiques identiques à celles requises pour les agents de la carrière extérieure. Elles devront aussi disposer d'une expérience utile et avérée d'au moins six ans dans les matières qui font l'objet de la fonction en poste. La désignation d'une personne n'appartenant pas à la carrière extérieure sera limitée à quatre ans non renouvelables.

 

J'ajouterai que, concernant les titulaires de fonctions de management, puisque vous en avez cité un, il s'agit de personnes qui siègent au comité de direction du SPF Affaires étrangères et qui exercent à ce titre des fonctions de haut niveau en termes de direction et de représentation. Les titulaires de fonctions de management ont aussi passé avec succès une procédure de sélection particulièrement exigeante du Selor, qui atteste tant de leurs compétences managériales que des compétences spécifiques nécessaires à l'exercice de hautes responsabilités au sein du SPF Affaires étrangères.

 

Aucune autre modification de la procédure des affectations en poste n'est envisagée.

 

03.03  Philippe Blanchart (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie pour ces précisions. Ma question date du mois de juillet. J'imagine que depuis, vous avez eu différents contacts avec le personnel des ambassades et que vous avez pu éclaircir la situation de manière que l'ambiance ne se dégrade pas.

 

03.04  Didier Reynders, ministre: J'ai constaté une excellente ambiance à New York.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De voorzitter: Collega Pehlivan vraagt om haar vragen nrs .26746 en 26747 uit te stellen. Vraag nr. 26786 van collega De Vriendt is omgezet in een schriftelijke vraag.

 

04 Question de M. Georges Dallemagne au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la situation des enseignants des écoles privées à programmes belges de Kinshasa et Lubumbashi" (n° 26817)

04 Vraag van de heer Georges Dallemagne aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de situatie van de leerkrachten van privéscholen met een Belgisch leerplan in Kinshasa en Lubumbashi" (nr. 26817)

 

04.01  Georges Dallemagne (cdH): Monsieur le président, monsieur le ministre, chaque année des dizaines d’enseignants belges sont engagés par des ASBL belges pour enseigner dans des écoles privées à programmes belges à Kinshasa et à Lubumbashi.

 

Malheureusement, les difficultés concernant l’imposition des rémunérations perçues par ces enseignants m’ont encore récemment été communiquées.

 

En 2009, le ministre des Affaires étrangères du Royaume de Belgique a signé un mémorandum d’accord avec le ministre des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo. Au terme de cet accord international, les écoles à programmes belges de la RDC ont obtenu de l’autorité congolaise que leur personnel expatrié soit exempté de l’obtention du permis de travail et des taxes et autres droits qui résultent dudit permis de travail.

 

En d’autres termes, les enseignants belges sont exemptés du paiement d’impôts à l’autorité congolaise. En contrepartie, le ministère des Affaires étrangères du Royaume de Belgique s’était engagé à mettre les écoles à programmes belges sous le statut d’écoles consulaires.

 

L’Autorité belge n’a pas rempli cette dernière obligation et à cause de cette inertie, elle place aujourd’hui les enseignants dans une situation fiscale et sociale désastreuse. Alors que ceux-ci auraient dû, au titre de membres de postes consulaires, bénéficier de l’article 27 de la convention de prévention de double imposition (CPDI) signée par la Belgique et la RDC et entrée en vigueur au 1er janvier 2012, ils sont devenus imposables en Belgique parce qu’ils n’ont pas payé d’impôts en RDC.

 

En effet, au lieu de bénéficier de l’article 27 de la CPDI, ils sont soumis à son article 22 et ils ne peuvent prétendre être exonérés en Belgique puisqu’ils n’ont pas été imposés de façon "normale" en RDC. Monsieur le ministre des Finances me l’avait expliqué en février 2017: son administration considère qu'un revenu n'est pas imposé lorsqu'il est exonéré par application d'un accord international (le mémorandum en question). En effet, pour être considéré comme imposé, un revenu doit avoir été soumis dans l'autre État au régime d'imposition qui lui est normalement applicable. Dans les cas examinés, l'application du mémorandum a justement eu pour conséquence que les enseignants n'ont pas été soumis au régime d'imposition congolais qui leur était normalement applicable. Les enseignants de ces écoles congolaises qui sont restés des habitants du Royaume sont donc imposables en Belgique sur les rémunérations versées par les ASBL belges car leurs rémunérations n'ont pas été imposées en République démocratique du Congo par application du mémorandum.

 

J’ajoute que l’administration fiscale belge ne s’enquiert pas, concomitamment, du non-versement des précomptes professionnels par les employeurs.

 

Monsieur le ministre, pourquoi conclure un mémorandum d’accord afin d’exonérer les enseignants de l’impôt en RDC et dans le même temps provoquer leur imposition en Belgique en oubliant de placer, comme convenu dans le mémorandum, les écoles sous statut consulaire?

 

Comment pouvez-vous expliquer cet imbroglio juridico-fiscal qui ne porte préjudice qu'aux enseignants tout en épargnant les employeurs qui, si les écoles avaient été placées sous statut consulaire, auraient dû verser les précomptes professionnels des enseignants?

 

Quelles actions ou initiatives pourriez-vous entamer afin de trouver une solution à cette situation et afin de soulager ces enseignants, étant donné la situation délicate et exceptionnelle dans laquelle ils se trouvent?

 

04.02  Didier Reynders, ministre: Monsieur le président, merci. Monsieur Dallemagne, dans la note stratégique Afrique centrale que j'ai présentée en 2016, je rappelais le rôle positif joué par les institutions d'éducation comme les écoles belges de Kinshasa et de Lubumbashi. Elles permettent à des centaines d'enfants nationaux et étrangers de jouir d'un enseignement de haute qualité dans un pays où le système éducatif reste désorganisé par un contexte d'insécurité prolongé. Ces écoles suivent un programme belge et sont reconnues par la Communauté flamande et la Communauté française (ou fédération Wallonie-Bruxelles).

 

Un protocole d'accord a été signé en septembre 2009 afin de permettre à ces écoles de jouir d'un statut privilégié. Ce protocole d'accord a expiré en septembre 2015, mais a pu, grâce aux efforts de notre ambassade, être prolongé à plusieurs reprises.

 

En ce qui concerne la possibilité de mettre en place un système d'école consulaire qui serait reconnu comme tel en République démocratique du Congo - comme c'est le cas pour la France, selon mes informations -, ce système n'est pas prévu dans nos réglementations. Comme vous le savez, l'enseignement n'est pas une matière fédérale. À ma connaissance, les Communautés ne se sont pas montrées intéressées à mettre en place un tel système.

 

Vous êtes libre de consulter les autorités compétentes de notre pays à ce sujet et de vous adresser aussi au ministre des Finances pour les aspects fiscaux. Pour ma part, je vais à nouveau soulever la question auprès des Communautés.

 

Soyez assuré que notre pays reste attaché à la poursuite de la collaboration avec les écoles belges de RDC. Notre ambassade poursuit ses efforts afin d'aboutir dans les meilleurs délais à une solution acceptable et durable dans le cadre juridique de la RDC, de ce qui est prévu dans notre pays, en étroite concertation avec les écoles sur place et les autorités congolaises.

 

Il faut bien entendu considérer ce dossier dans le contexte actuel de nos relations bilatérales avec la République démocratique du Congo. Une conférence interministérielle de politique étrangère est programmée pour la semaine prochaine, notamment à la demande de la fédération Wallonie-Bruxelles. Ce point y sera à nouveau soumis.

 

04.03  Georges Dallemagne (cdH): Monsieur le ministre, merci. Je compte vraiment sur vous pour essayer de démêler cet imbroglio. Il n'est pas utile d'avoir un jeu de ping-pong entre le fédéral et les institutions fédérées. D'après mes informations, dans ce mémorandum, signé par le ministre des Affaires étrangères, il était bien prévu qu'il s'agisse d'écoles consulaires.

 

Il est important de ne pas obtenir l'effet inverse que celui recherché. Une défiscalisation au Congo ne doit pas aboutir à une fiscalisation en Belgique. Ce n'était pas l'objectif recherché.

 

Je compte donc sur vous, indépendamment des responsabilités éventuelles des uns et des autres. Tous ont à cœur de faire en sorte que ces enseignants puissent travailler dans les mêmes conditions, y compris sur le plan pécuniaire et fiscal. Il faut éviter l'injustice créée par un statut qui voulait a priori les protéger.

 

Je pense que, sur le plan fiscal, l'État fédéral reste compétent et qu'il est donc possible, au-delà du statut consulaire, de trouver une solution. J'imagine que, s'agissant d'une convention de double imposition, on peut aussi discuter avec le ministre des Finances de la manière d'aboutir à une solution.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

05 Question de M. Philippe Blanchart au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la situation en Hongrie" (n° 26836)

05 Vraag van de heer Philippe Blanchart aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de situatie in Hongarije" (nr. 26836)

 

05.01  Philippe Blanchart (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, sous la précédente législature, la Chambre avait adopté une proposition de résolution dont la quatrième demande au gouvernement indiquait: "si, à la suite de cette analyse approfondie concertée, des violations à la lettre et à l'esprit des traités européens devaient être constatées, de soutenir auprès de la Commission européenne et du Conseil européen la mise en oeuvre des sanctions prévues par l'article 7."

 

Le 12 septembre, le Parlement européen a décidé d'utiliser l'article 7 du traité sur l'Union européenne en raison du non-respect des valeurs fondatrices de l'Union consacrées à l'article 2 dudit traité.

 

Ce mécanisme n'étant pas limité au champ d'application du droit européen, il permet de faire face, à titre préventif, à une idée de risque clair de violation grave avant qu'elle ne soit persistante.

 

Les raisons sont légitimes: mise à la retraite d'office de magistrats, limitation de l'indépendance de la Cour constitutionnelle et du pouvoir judiciaire, atteinte à l'indépendance et au pluralisme des médias et à l'indépendance de l'autorité de protection de données, atteinte aux droits des migrants et violation manifeste des droits fondamentaux.

 

Ce mécanisme est diligenté à la suite de l'adoption de la résolution du Parlement européen 2017/2656 sur la situation en Hongrie en date du 17 mai 2017.

 

Après avoir constaté ce risque clair de violation, on pourrait désormais constater une violation grave et persistante qui pourrait déboucher sur des sanctions possibles après l'adoption à l'unanimité des autres États membres au sein du Conseil.

 

Monsieur le ministre, quelle sera la position de notre pays au sein du Conseil suite à ce vote du Parlement européen? Dans l'état actuel, soutiendrons-nous la mise en œuvre des sanctions telles que prévues par les traités?

 

05.02  Didier Reynders, ministre: Monsieur le président, monsieur Blanchart, le Parlement européen a adopté, le 12 septembre dernier, une résolution où il estime que la situation en Hongrie prise dans son ensemble constitue un risque clair de violation grave des valeurs qui sont mentionnées à l'article 2 du traité sur l'Union européenne, notamment l'État de droit et des droits fondamentaux. Le Parlement européen a également demandé au Conseil d'entamer la procédure de l'article 7, § 1 du traité sur l'Union européenne et de constater l'existence d'un tel risque clair de violation grave.

 

Dans les prochaines étapes prévues par l'article 7, § 1, le Conseil doit d'abord entendre la Hongrie. Le Conseil peut également faire des recommandations. Si ces mesures n'aboutissent pas à un résultat positif, le Conseil peut constater par une majorité des quatre cinquièmes de ses membres qu'il existe un risque clair de violation grave des valeurs fondamentales de l'Union européenne.

 

Il me semble cependant prématuré de commenter à ce stade l'hypothèse d'un éventuel vote au sein du Conseil, celui-ci n'ayant pas encore eu l'opportunité d'étudier les préoccupations du Parlement, ni d'entendre la réponse de la Hongrie. En outre, la Commission européenne a déjà pris différentes initiatives ces dernières années pour assurer le respect de l'État de droit et des droits fondamentaux en Hongrie. La Commission européenne a ainsi lancé plusieurs procédures d'infraction.

 

Personnellement, j'ai toujours soutenu les initiatives de la Commission européenne. Je voudrais aussi souligner que le respect des valeurs fondamentales de l'Union par tous les États membres est d'une importance vitale. La Belgique œuvrera sans cesse pour réaliser cet objectif fondamental.

 

Les deux derniers commentaires consistent à vous rappeler, parce que je sais que vous êtes particulièrement préoccupé par cette situation, que nous progressons dans le dossier polonais. Il y a eu une deuxième séance d'auditions pour entendre les positions de la Pologne dans la réforme du monde judiciaire. J'ai posé clairement la question, en bout de course: pourquoi se précipiter dans les nominations de nouveaux magistrats en remplacement de ceux qui ont été mis à la retraite, si ce n'est pas pour tenter d'avoir une influence sur l'autorité judiciaire? À défaut, il était possible d'attendre. La procédure va se poursuivre.

 

La deuxième remarque, c'est de vous rappeler que nous travaillons encore, avec un soutien très actif notamment de mes homologues allemand et français, à la mise en place d'un peer review sur les valeurs. Je crois que nous progressons de manière de plus en plus forte. La Commission travaille aussi maintenant sur cette même idée. Le Parlement européen, je reviens au début de votre question, a déjà soutenu cette idée également.

 

Je ne désespère donc pas qu'avant les élections européennes, une étape significative soit franchie dans la mise en place d'un contrôle des valeurs qui fondent l'Union européenne, comme, année après année, la situation budgétaire et économique des différents États membres est contrôlée.

 

Voorzitter: Georges Dallemagne.

Président: Georges Dallemagne.

 

05.03  Philippe Blanchart (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie pour vos réponses et pour votre rappel de l'évolution de la situation. Force est de constater que sur le terrain, cela n'évolue pas du tout, que du contraire. C'est dommage de voir à quel point il est difficile pour les États européens de mettre en garde un État qui bafoue l'ensemble de nos principes fondamentaux.

 

Nous serons attentifs à la poursuite de l'analyse du dossier, et surtout à la rencontre avec la Hongrie, pour faire un état de l'avancement du dossier.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

Le président: Les questions jointes n° 26838 de Mme Gwenaëlle Grovonius, n° 26855 de M. Dirk Van der Maelen et n° 27042 de M. Benoit Hellings, ainsi que la question n° 26839 de Mme Fatma Pehlivan, sont reportées. La question n° 26840 de Mme Fatma Pehlivan est transformée en question écrite.

 

06 Vraag van de heer Dirk Van der Maelen aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de forse kritiek op België in het recentste rapport van het Panel of Experts on Libya" (nr. 26874)

06 Question de M. Dirk Van der Maelen au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "les vives critiques formulées à l'encontre de la Belgique dans le dernier rapport du Panel of Experts on Libya" (n° 26874)

 

06.01  Dirk Van der Maelen (sp.a): Mijnheer de minister, het gaat hier om een heel ingewikkeld dossier. Ook de verantwoordelijkheden zijn niet duidelijk, want het dossier is gestart toen de huidige minister van Buitenlandse Zaken de minister van Financiën was en de laatste ontwikkelingen hebben zich afgespeeld terwijl de minister van Financiën de heer Van Overtveldt was, die ik morgen ook een vraag stel over de problematiek. Omdat het over het VN-panel gaat, is ook de minister van Buitenlandse Zaken hierin bevoegd.

 

Met mijn vragen wil ik een beter zicht krijgen op dit dossier. Ik hoop dat de antwoorden van de minister van Buitenlandse Zaken en de minister van Financiën mij zullen toelaten om verder door te werken op dit dossier.

 

Ten eerste, mijnheer de minister, wat is uw reactie op de bevindingen in het rapport van dit VN-expertenpanel, namelijk dat België de voorwaarden van het VN-sanctieregime niet heeft nageleefd door toe te staan dat de opbrengsten en interesten van de bevroren Libische tegoeden werden vrijgegeven?

 

Ten tweede, concludeert u dan dat België het VN-sanctieregime heeft geschonden? Zo neen, hoe gaat België zich verdedigen tegenover de VN?

 

Ten derde, gaat  u akkoord met de risico-inschatting die het VN-expertenpanel maakt, namelijk dat er te weinig controle is op de uiteindelijke gebruiker en bestemming van die middelen? Baart en baarde u dit geen zorgen?

 

Ten vierde, hebben de Belgische autoriteiten contact gehad met de Libische autoriteiten over de bevindingen van dit rapport? Zo ja, wat was de inhoud van dit contact en wat zijn de conclusies? Zo neen, staan er contacten met de Libische autoriteiten over de bevindingen van dit rapport gepland?

 

Ten vijfde, hebben de Belgische autoriteiten in 2017 en 2018 nog contact gehad met de Libyan Investment Authority? Zo ja, wat was de inhoud van deze contacten en wat waren de conclusies?

 

Ten zesde, hebben vertegenwoordigers van de LIA in 2017 en 2018 contact gezocht met de Belgische autoriteiten aangaande de bevroren tegoeden en de bijhorende opbrengsten? Zo ja, wat werd er besproken? Wie waren die vertegenwoordigers van de LIA?

 

Ten zevende, hebt u meer bepaald contact gehad met de heer Ali Hassan Mahmoud, voorzitter van de LIA in België? Zo ja, wat was de inhoud van dit contact en wat was de conclusie?

 

Ten achtste, welke andere landen hebben sinds 16 september 2011 toegelaten dat de interesten en opbrengsten van bevroren Libische tegoeden werden vrijgegeven?

 

Ten negende, kunt u de motivering van de conclusies van 2011 van de RELEX-groep van de Raad geven die er dus een andere visie dan de VN op nahoudt? Komt het onderwerp opnieuw op de agenda van de RELEX-groep? Zo ja, wanneer?

 

Ten slotte, met welke andere EU-lidstaten zult u contact opnemen over dit VN-rapport?

 

06.02 Minister Didier Reynders: Mijnheer Van der Maelen, ik neem nota van het rapport van het VN-expertenpanel opgericht krachtens resolutie 1973 van 2011 van de VN-Veiligheidsraad en belast met het toezicht op de implementatie van het VN-sanctieregime inzake Libië.

 

Zoals u terecht opmerkt, worden in uitvoering van dat sanctieregime ook in België Libische fondsen bevroren. Het bevriezen van fondsen in uitvoering van sancties behoort tot de bevoegdheid van de Thesaurie, die onder de verantwoordelijkheid van de minister van Financiën valt. Het lijkt dus het best uw vragen die hierop betrekking hebben, te richten tot de minister van Financiën.

 

Zoals u weet, worden VN-sanctiebepalingen op het niveau van de Europese Unie omgezet in Europese verordeningen, zodat de sanctiebepalingen onmiddellijk toepasbaar zouden zijn in de interne Europese rechtsorde. Wat de bevriezing van interesten betreft, heeft België zich gebaseerd op een Europese interpretatie van artikel 5.4 van verordening 2016/44 van de Raad die de VN-bepalingen inzake interesten op bevroren fondsen in de interne EU-rechtsorde omzet. Volgens die interpretatie moeten interesten verkregen op fondsen die krachtens het VN-sanctieregime inzake Libië bevroren zijn, zelf niet worden bevroren. Die praktijk wordt in principe door alle betrokken EU-landen gevolgd.

 

De interpretatie van het VN-expertenpanel wijkt hiervan af. In zijn rapport stelt het panel dat die interpretatie volgens zijn lezing niet overeenstemt met paragraaf 20 van resolutie 1970 van de VN-Veiligheidsraad. Het expertenpanel is zich bewust van de onduidelijkheid en ambiguïteit die er heerst rond de exacte interpretatie van het VN-sanctieregime inzake Libië en dat dat ruimte laat voor verschillende interpretaties. Het expertenpanel stelt dan ook in zijn aanbevelingen aan het sanctiecomité van de VN-Veiligheidsraad voor dat hij duidelijke richtlijnen uitvaardigt om de interpretatie van het panel te handhaven.

 

België heeft in volle transparantie met het panel samengewerkt, zoals ook uit het rapport blijkt. Dit is ook de reden waarom de Belgische praktijk door het panel werd beschreven. België wordt in die zin als een goede leerling aanzien. België verwelkomt de aanbevelingen van het expertpanel dat het sanctiecomité vraagt om de interpretatie van het sanctieregime te verduidelijken. Ons land staat in contact met de desbetreffende Europese partners om dit proces ook op Europees niveau te bespoedigen.

 

Wat uw vraag inzake contact met de Libische autoriteiten betreft, kan ik u bevestigen dat mijn diensten noch ikzelf contact hebben gehad met de Libische autoriteiten om het rapport te bespreken. Vragen van de Libische ambassade hierover worden naar het bevoegde departement doorgestuurd. Het spreekt voor zich dat ik mij niet kan uitspreken over contacten die andere overheidsdiensten of collega's mogelijks hadden met vertegenwoordigers van LIA.

 

06.03  Dirk Van der Maelen (sp.a): Mijnheer de voorzitter, ik meen dat op 19 september collega's Delannois en Gilkinet de minister van Financiën over deze aangelegenheid hebben ondervraagd. De minister van Financiën wees heel fijntjes naar de verantwoordelijkheid van de huidige minister van Buitenlandse Zaken. Toen in september of oktober 2011 de tegoeden werden vrijgegeven, was dat onder de verantwoordelijkheid van de toenmalige minister van Financiën, Didier Reynders.

 

Ik stel vast dat de minister van Buitenlandse Zaken de bal terugkaatst naar de minister van Financiën. Ik zal hem morgen ondervragen. Ik zal daarna alle stukken van de puzzel samenleggen en bepalen of ik nog vragen zal stellen over dit onverkwikkelijke dossier.

 

Ik vind het persoonlijk heel vervelend dat een panel van de VN België op de vingers heeft getikt omwille van de niet-naleving van dit sanctieregime en dit op een moment dat wij heel dicht stonden bij lidmaatschap van de VN Veiligheidsraad vanaf 1 januari 2018. Ik vind dit vervelend. Dit dossier zou dus nog wel eens een vervolg kunnen krijgen.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

Le président: Les questions n° 26955 de Mme Gwenaëlle Grovonius et n° 26965 de M. Peter Luyckx sont reportées.

 

07 Question de M. Philippe Blanchart au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la situation des défenseurs des droits humains en Russie" (n° 26973)

07 Vraag van de heer Philippe Blanchart aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de situatie van de mensenrechtenactivisten in Rusland" (nr. 26973)

 

07.01  Philippe Blanchart (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, récemment, j'apprenais que le gouvernement allemand et le premier ministre canadien s'inquiétaient pour la santé de Piotr Verzilov, membre des Pussy Riot. Piotr Verzilov – qui avait interrompu la finale de la Coupe du monde de football à Moscou en pénétrant sur le terrain avec trois femmes membres des Pussy Riot – est actuellement hospitalisé à Berlin. Il semblerait, selon des proches, qu'il aurait perdu la vue, la parole et qu'il ne pourrait plus marcher. Il aurait été la cible d'un empoisonnement à Moscou. Son épouse estime qu'il a été victime d'une tentative d'assassinat.

 

Cette situation illustre, une nouvelle fois que, de manière générale, les défenseurs des droits humains en Russie sont confrontés à des situations plus que délicates, notamment avec des condamnations régulières. Il s'agit d'une violation magistrale des droits humains et plus particulièrement de la liberté d'expression. La Russie a pourtant ratifié, le 5 mai 1998, la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales du Conseil de l'Europe.

 

Monsieur le ministre, de nouveaux contacts diplomatiques portant sur la question de la protection des défenseurs des droits humains ont-ils eu lieu entre notre pays et la Russie depuis ces événements?

 

Voorzitter: Dirk Van der Maelen.

Président: Dirk Van der Maelen.

 

07.02  Didier Reynders, ministre: Monsieur le président, monsieur Blanchart, la problématique des droits de l'homme et la situation des défenseurs des droits humains en Russie demeure une priorité pour la Belgique.

 

Le soutien à la société civile russe est un des cinq principes directeurs de l'Union européenne qui régissent les relations avec la Russie et auxquels notre pays souscrit.

 

J'ai eu l'occasion, lors de mon dernier entretien bilatéral avec le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 23 juin, de soulever nos préoccupations à l'égard de la situation de droits humains en Russie et en Crimée. J'ai évoqué en particulier l'arrestation en Tchétchénie d'Oyoub Titiev, le chef de bureau de l'ONG de défense des droits humains Memorial, qui est sous le coup d'une accusation de possession de drogue.

 

J'ai également plaidé en faveur de la libération des prisonniers politiques ukrainiens détenus en Russie, en Crimée ou dans les républiques séparatistes du Donbass. À cet égard, j'ai souligné nos vives préoccupations à l'égard de l'état de santé d'Oleg Sentsov, le cinéaste ukrainien opposé à l'annexion de la Crimée et condamné à vingt ans de détention pour terrorisme. Il est en grève de la faim depuis la mi-mai.

 

Le Conseil de l'Europe a un rôle important dans le domaine de l'État de droit et des droits humains. L'adhésion de la Russie à cette organisation n'a cependant pas empêché, depuis 2012, les autorités russes d'exercer un contrôle croissant sur toute forme de critique émanant d'organisations russes ou internationales, renforçant les mesures judiciaires, financières ou autres. La Commission de Venise a régulièrement – mais en vain – jugé sévèrement ces différentes mesures, considérées comme disproportionnées.

 

Outre ce resserrement de l'espace de liberté en Russie, il faut bien aussi constater que les liens entre la Russie et le Conseil de l'Europe se sont distendus. D'une part, les autorités russes remettent de plus en plus en question les arrêts contraignants de la Cour européenne des droits de l'homme. D'autre part, sur le plan financier, la Russie a interrompu le versement de sa contribution au budget du Conseil de l'Europe depuis le 1er juillet 2017 pour protester contre les sanctions qui lui ont été imposées par l'Assemblée parlementaire en 2014 à la suite de l'annexion de la Crimée. Depuis cette date, la délégation parlementaire russe est privée de son droit de représentation à l'Assemblée.

 

Cette exclusion des parlementaires russes a des conséquences systémiques, car c'est l'Assemblée parlementaire qui élit les titulaires des trois fonctions-clés: le commissaire aux droits de l'homme (en janvier 2018), les juges à la Cour européenne des droits de l'homme, mais aussi le secrétaire général (en juin 2019). La non-participation de la délégation russe à ces élections pose problème, car cela nourrit évidemment, à Moscou, l'argument que les titulaires de ces hautes fonctions et les arrêts de la Cour manquent de légitimité. Je crois d'ailleurs que, juste avant l'été, plus de la moitié des juges avaient été élus sans participation des parlementaires russes, ce qui, en soi, pose problème.

 

Je peux vous dire que sur ce plan aussi, nous essayons de travailler à une évolution au sein du Conseil de l'Europe, pas du tout pour remettre en cause la critique de l'annexion de la Crimée et les conséquences qu'on peut y attacher, mais simplement pour essayer que le fonctionnement du Conseil soit garanti. Notre collègue, la parlementaire Mme de Sutter, travaille au sein de l'Assemblée parlementaire dans le même sens.

 

Pour le reste, nous allons continuer à suivre ces différentes situations, en ce compris avec nos collègues allemands ou canadiens, comme vous l'évoquiez aussi dans un des dossiers individuels.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

08 Question de Mme Julie Fernandez Fernandez au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "l'injonction du comité des Nations Unies pour la protection des droits de l'enfant" (n° 27069)

08 Vraag van mevrouw Julie Fernandez Fernandez aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de injunctie van het VN-comité voor de bescherming van de rechten van het kind" (nr. 27069)

 

08.01  Julie Fernandez Fernandez (PS): Monsieur le ministre, le 25 septembre dernier, le Comité pour la protection des droits de l’enfant des Nations Unies, saisi d’une procédure en vertu du protocole additionnel n°3 à la Déclaration internationale des droits de l’enfant, a écrit à l’État belge pour lui enjoindre de mettre un terme à l’enfermement en centre fermé d’une famille avec enfants mineurs.

 

Il semblerait toutefois que cette injonction n’ait pas été suivie d’effets, les services de l'Office des Étrangers considérant le comité comme incompétent en la matière. Je ne peux que m’inquiéter du message que la Belgique envoie ainsi à la communauté internationale quant au respect des textes internationaux dont elle est signataire, en particulier au moment où notre pays occupe un poste important dans cette structure essentielle à la diplomatie multilatérale mondiale.

 

Mes questions seront donc les suivantes. Avez-vous eu connaissance du courrier du comité et vos services en ont-ils été informés? Dans l’affirmative, pouvez-vous fournir au Parlement copie de ce courrier? Avez-vous eu connaissance de la fin de non-recevoir opposée par l'Office des Étrangers? En votre qualité de chef de notre diplomatie, comment percevez-vous cette position? En particulier, comment envisagez-vous le respect des textes dont la Belgique est signataire, notamment en matière de respect des droits de l’enfant et des droits de l'homme, auquel vous et le premier ministre avez marqué votre attachement lors de déclarations aux Nations Unies, la semaine dernière? Comment pensez-vous que l’attitude des services de M. Francken affecte la crédibilité de la parole belge sur la scène internationale?

 

08.02  Didier Reynders, ministre: Madame Fernandez, la Belgique est signataire de la Convention internationale relative aux droits de l'enfant et de ses protocoles facultatifs établissant une procédure de présentation de communication, adoptée en 2011. La Belgique a ratifié la convention relative aux droits de l'enfant le 16 décembre 1991 et le protocole facultatif dont j'ai parlé le 30 mai 2014. Ce protocole règle entre autres la procédure de plainte individuelle. Son objectif est de renforcer les mécanismes nationaux et régionaux de protection des droits de l'enfant, en permettant aux enfants et aux adultes agissant en leur nom de porter plainte auprès du Comité des Nations Unies pour la protection des droits de l'enfant en cas de violation de leurs droits.

 

Cette procédure est confidentielle et quasi juridictionnelle. Ceci signifie qu'après avoir donné à l'État concerné la possibilité de réagir à la plainte, le Comité peut éventuellement faire des recommandations, l'État ayant ensuite l'obligation d'informer le Comité sur le suivi qu'il aura donné à ces recommandations. Le Comité peut aussi, avant de prendre toute décision, soumettre à l'urgente attention de l'État partie intéressée, selon les termes du protocole, une demande de prise de mesures provisoires. Tous les termes ont leur importance.

 

Le 26 septembre dernier, mes services ont été informés formellement d'une plainte contre la Belgique ainsi que d'une demande du Comité – datée du 27, me semble-t-il – d'y réagir endéans les six mois et de prendre des mesures provisoires. Cette information a été transmise immédiatement aux services compétents, en l'occurrence l'Office des Étrangers et ceux du secrétaire d'État Theo Francken.

 

Comme je vous l'ai dit, cette correspondance entre le Comité et l'État en question est de nature confidentielle. Le protocole oblige explicitement la Belgique à ne pas divulguer l'identité des auteurs de la plainte.

 

En ce qui concerne le suivi de cette procédure, je puis vous dire qu'aucune réponse formelle n'a encore été adressée au Comité. Je vous ai communiqué les délais dont nous disposions pour le faire. Au surplus, je vous invite à vous adresser à mon collègue compétent.

 

Comme vous m'avez interrogé au sujet d'une communication du document, je vais évidemment faire interroger les services des Nations Unies, compétents en la matière, pour savoir si la communication peut être transmise. Je ne voudrais pas être ensuite interpellé au sujet d'une violation des droits des personnes ayant introduit une plainte.

 

08.03  Julie Fernandez Fernandez (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie et j'entends parfaitement toutes les précautions que vous prenez. Nous sommes chacun dans notre rôle, et vous le comprendrez aussi.

 

J'entends bien que vous me renvoyez vers M. Francken, auquel je n'ai pas manqué – vous imaginez bien – de poser une question à ce propos.

 

En revanche, et vous connaissant un peu - je suppose que vous avez fait preuve de diplomatie -vous ne m'avez pas dit quelle image de notre pays, selon vous, donnaient les enfermements d'enfants, contre lesquels ce comité a réagi. Je le regrette, car j'aurais aimé vous entendre, vous le premier diplomate du pays, vous exprimer à ce sujet. Nous ne pouvons qu'approuver les déclarations du premier ministre et les vôtres, prononcées la semaine dernière, en ce qui concerne le respect des droits de l'homme. Nous pouvons les saluer, mais il est quelque peu dommage que l'image de la Belgique soit de nouveau ternie par ce que nous dénonçons depuis des semaines, à savoir l'enfermement des enfants.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

09 Samengevoegde vragen van

- mevrouw Fatma Pehlivan aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de mogelijke teruggave van Congolese kunst en artefacten" (nr. 27063)

- de heer Marco Van Hees aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de restitutie van cultuurhistorische voorwerpen aan Congo" (nr. 27076)

09 Questions jointes de

- Mme Fatma Pehlivan au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "l'éventuelle restitution d'oeuvres d'art et d'artéfacts congolais" (n° 27063)

- M. Marco Van Hees au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la restitution d'objets culturels historiques au Congo" (n° 27076)

 

09.01  Marco Van Hees (PTB-GO!): Monsieur le président, monsieur le ministre, dans une lettre ouverte, trente-six spécialistes africains affirment que notre pays doit restituer les objets obtenus en Afrique durant la période coloniale, objets souvent acquis par le vol ou le pillage.

 

Les auteurs de la lettre soutiennent l'ONG "Conseil représentatif des associations noires" récemment auditionnée dans plusieurs pays. Ainsi, l'Allemagne a rendu des restes humains à la Namibie. Le Royaume-Uni envisage de rendre une collection d'objets d'art. Peu après sa nomination, le président français, Emmanuel Macron, a promis de restituer 5 000 objets au Bénin, transfert encore en préparation.

 

Maintenant que la restitution est à l'ordre du jour au niveau international, la Belgique ne peut pas rester en retrait, affirment les auteurs de cette lettre ouverte. Ils ont choisi le moment de la réouverture du Musée royal de l'Afrique centrale (MRAC) à Tervuren pour mettre la question à l'ordre du jour et exiger que les collections du Musée soient restituées au Congo.

 

En réponse à la lettre ouverte, vous avez déclaré que la réouverture du MRAC est un moment important pour le patrimoine africain tout en soulignant que le musée rénové porte sur l'échange et la participation de l'Afrique.

 

En ce qui concerne l'échange et la participation des Africains, Mme Ceuppens, collaboratrice du MRAC, a déclaré à la VRT qu'aucun Congolais n'avait été présent à la conférence sur les relations entre l'Afrique et l'Europe, récemment organisée par le Musée et Institut Egmont. On sait qu'actuellement les visas aux ressortissants congolais sont bloqués en Belgique. Mais plusieurs opposants congolais ont pu l'obtenir puisqu'ils étaient à Bruxelles à la mi-septembre. On se demande alors pourquoi cela n'aurait pas été le cas pour les participants potentiels à la conférence citée plus haut.

 

Monsieur le ministre, vous dites qu'il est important que les Africains aient accès à ce patrimoine et que le retour physique est l'une des possibilités. Quelles sont les autres possibilités? En vertu de quels critères le choix serait-il fait? La préférence des autorités congolaises primerait-elle ou celle des autorités belges?

 

Êtes-vous prêt à entamer le dialogue avec le gouvernement congolais à propos de la restitution? On sait que vous n'avez pas toujours une bonne relation avec lui.

 

Que pensez-vous de la position de Ludo De Witte, l'auteur de l'ouvrage L'assassinat de Lumumba, qui propose la mise en place d'un comité scientifique chargé d'identifier les nombreux objets congolais actuellement en possession de la Belgique?

 

Une commission d'enquête parlementaire a confirmé, en 2001, que la Belgique avait une responsabilité dans l'assassinat de Lumumba. Selon Ludo De Witte, les dents de Lumumba, propriété de la fille du policier qui a découpé son corps, ont été saisies par le procureur, il y a quelque temps.

 

Elles se trouveraient dans une sorte de dépôt au palais de justice de Bruxelles. Pouvez-vous confirmer cette information? Pourquoi ces restes ne sont-ils pas restitués au gouvernement congolais?

 

De voorzitter: Mevrouw Pehlivan is verontschuldigd wegens ziekte.

 

09.02 Minister Didier Reynders: Mijnheer de voorzitter, mijnheer Van Hees, ik wil u feliciteren, u hebt uw vraag ingediend in het Nederlands en hebt deze daarnet vertaald in het Frans. Ik heb dus een antwoord in het Nederlands, want er waren twee vragen ingediend in het Nederlands.

 

09.03  Marco Van Hees (PTB-GO!): La Chambre dispose de très bons interprètes, monsieur le ministre!

 

09.04 Minister Didier Reynders: Mijnheer de voorzitter, collega's, de conferentie Sharing past and future: Strengthening African-European Connections werd van 17 tot 19 september georganiseerd door het Afrikamuseum en het Egmont Institute.

 

Tijdens mijn uiteenzetting heb ik beklemtoond dat wij met Centraal-Afrika een gemeenschappelijk verleden hebben dat wij samen moeten onderzoeken.

 

De opening van het museum is een belangrijk moment voor het Afrikaans erfgoed en ik ben blij dat het Afrikamuseum dit op een positieve manier doet. België speelt hierin een pioniersrol, want ik denk niet dat er in veel andere Westerse landen zo vrij en zonder taboes wordt gedebatteerd over delicate kwesties.

 

Mijn boodschap was ook dat de mensen die zich het nauwst betrokken voelen bij de geschiedenis en bij het erfgoed, in de eerste plaats de Afrikanen, toegang tot dit erfgoed moeten krijgen. Dit kan door bij te dragen aan Afrikaanse musea, zoals het museum van Dakar of musea in Congo, maar ook via reizende tentoonstellingen of audiovisuele middelen. Wij kunnen ook archieven reproduceren. Kijk maar naar wat wij nu met Rwanda zullen doen. Fysieke teruggave is dus zeker niet uitgesloten in specifieke gevallen, maar het debat gaat verder dan dat.

 

België is uiteraard bereid om over de toegang tot het erfgoed in dialoog te treden met landen in de regio. In Congo zou de kwestie een onderdeel kunnen uitmaken van de discussies over onze bilaterale betrekkingen en samenwerking na de verkiezingen die gepland zijn op 23 december 2018.

 

Ook een federale werkgroep of een wetenschappelijke commissie samenstellen om de kwestie van restitutie verder te onderzoeken, lijken mij mogelijkheden. Ik ben zeker bereid om elk voorstel inzake de oprichting, samenstelling en werking van een dergelijk mechanisme te bestuderen, maar ik stel voor dat u hieromtrent rechtstreeks collega Demir vraagt naar haar concrete intenties.

 

Ten slotte, wij hebben de kwestie van de moord op voormalig eerste minister Patrice Lumumba steeds ernstig genomen.

 

Zoals in het verleden blijft België beschikbaar voor het Congolese volk voor een open dialoog over onze gezamenlijke en complexe geschiedenis, in een sfeer van transparantie, die kan leiden tot een beter begrip van de feiten en een relatie gebaseerd op respect voor de waarheid en de sterke en blijvende banden tussen onze landen.

 

Er is vandaag reeds een gerechtelijke procedure geïnitieerd door de biologische familie van de heer Lumumba, zijnde de kinderen en de nakomelingen, met betrekking tot de vraag om restitutie van de mogelijke overblijfselen van het lichaam.

 

Uiteraard kan het Congolese gerecht via de normale procedure steeds een verzoek voor een rogatoire commissie indienen. Het gaat om een gerechtelijke zaak. Ik vraag dus om iedere vorm van instrumentalisering tegen te gaan.

 

Inzake de deelnemers aan de Conferentie kan ik u mededelen dat het Egmontinstituut en het Afrikamuseum verantwoordelijk waren voor het identificeren en het uitnodigen van belanghebbenden bij de verschillende rondetafelgesprekken. Er werd gewaakt over een evenwicht tussen Afrikaanse en Europese sprekers. Op Congolees niveau werd de zaakgelastigde uitgenodigd voor de openingssessies en was er onder meer de deelname aan de lijst van sprekers van de heer Fred Bauma, lid van de Congolese beweging LUCHA.

 

Ik betreur dat sommige Congolezen niet in staat waren de Conferentie bij te wonen als gevolg van de sluiting door de Congolese regering van het Schengenhuis.

 

Ik verzeker u dat ons land zijn inspanningen op het hoogste niveau voortzet om zo snel mogelijk een oplossing voor het probleem van de sluiting van het Schengenhuis te vinden. In de tussentijd is de afgifte van visa aan Congolese onderdanen gebaseerd op strikte humanitaire en juridische criteria, die in overleg met onze Schengenpartners zijn vastgesteld.

 

België geniet daarvoor veel steun van zijn Schengenpartners. Ik hoop dat zulks ook voor u het geval is.

 

Mijnheer de voorzitter, aldus rond ik mijn antwoord af.

 

09.05  Marco Van Hees (PTB-GO!): Merci pour vos réponses, monsieur le ministre, même si elles ne sont pas satisfaisantes. Par rapport aux visas, par exemple, on constate qu'il y a deux poids, deux mesures selon les personnes concernées, comme je l'avais exposé dans ma question: les opposants ont reçu des visas sans soucis, alors qu'ici, cela n'a pas été le cas.

 

Vous dites qu'il faut s'opposer à l'instrumentalisation dans le cadre du dossier Lumumba. Je ne sais pas à quelle instrumentalisation vous faites référence, mais voilà encore une fois que la faute est de l'autre côté…

 

Sur le fond de la restitution, vous continuez à être particulièrement flou dans vos réponses. Vous ouvrez différentes pistes, mais vous l'aviez déjà fait, donc il n'y a pas d'avancée significative. Vous ne vous prononcez pas non plus sur la proposition de faire un listing des différents objets et œuvres. Je pense qu'on sait que la colonisation a mené à des situations criminelles dans certains cas et que cette politique s'est accompagnée d'un accaparement d'une grande partie des objets qui sont aujourd'hui par exemple au Musée de Tervueren. Si la Belgique reconnaissait vraiment ses responsabilités graves par rapport à la colonisation, cela poserait beaucoup moins de problèmes sur le principe de restituer tous ces objets.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De voorzitter: Vraag nr. 27080 van de heer Luyckx wordt uitgesteld.

 

10 Question de M. Georges Dallemagne au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "les femmes et enfants belges détenus en Syrie" (n° 27088)

10 Vraag van de heer Georges Dallemagne aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Europese Zaken, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de Belgische vrouwen en kinderen die in Syrië vastzitten" (nr. 27088)

 

10.01  Georges Dallemagne (cdH): Monsieur le ministre, j'ai eu l'occasion de me rendre récemment dans le Nord-Est de la Syrie, la région du Rojava comme les kurdes syriens l'appellent. J'y ai rencontré les autorités de la région. Elles ont abordé la question des détenus de nationalité belge présents là-bas, notamment les femmes et les enfants, détenus dans les camps proches de Qamichli. Elles détiendraient là au moins six femmes et sept enfants belges et estiment que c'est à la Belgique de les rapatrier et les prendre en charge. Elles souhaiteraient aussi qu'il y ait une solution globale à l'égard de ces femmes et ces enfants. J'ai pu moi-même rencontrer une femme et un enfant dans un de ces camps. J'aimerais faire le point avec vous sur cette question et voir quelle est la situation aujourd'hui et votre position en la matière. J'ai pris note de la réponse du ministre de la Justice en séance plénière avant les congés parlementaires: le gouvernement belge s'en tenait au rapatriement des mineurs. Ce n'est pas le point de vue des autorités du Rojava. Je voulais faire le point avec vous sur cette question.

 

10.02  Didier Reynders, ministre: Monsieur Dallemagne, je vous remercie d'abord d'informer nos services des contacts que vous avez lors de ces déplacements. On devrait le signaler à d'autres collègues qui pourraient agir de la même manière.

 

En décembre 2017, pour rappeler la position adoptée par le gouvernement, le kern a décidé que les enfants de moins de dix ans localisés en Syrie pourraient retourner en Belgique. Cette décision a été confirmée en février et en juillet 2018 par le Conseil national de sécurité. Cela veut donc dire que tous les autres cas seraient traités sur une base individuelle. Cela ne veut pas dire que d'autres retours ne seraient pas possibles.

 

Il s'agit surtout d'enfants qui se trouvent dans des camps dans la région du Nord-Est de la Syrie, qui est aux mains des Syrian democratic forces et non du gouvernement syrien. Mes services se sont d'abord tournés vers des organisations internationales pour obtenir un soutien quant à l'identification par ADN de ces enfants, souvent nés en Syrie et ne possédant pas d'acte de naissance. Leur filiation n'est par conséquent pas établie. Il n'a pas été possible de mettre cette mesure en place étant donné qu'il n'y a pas de partenaire fiable sur le terrain. En tout cas, jusqu'à présent, nous n'en avons pas trouvé.

 

Mes services sont alors, au mois de juillet dernier, entrés en contact avec l'administration provisoire sur place pour proposer une procédure potentielle de rapatriement d'un enfant né en Belgique et identifiable sur la base de photos. Malheureusement, nos interlocuteurs ont refusé d'accepter une solution consistant à rapatrier seulement les enfants, sans les adultes. Ils insistent sur le rapatriement global de tous les Belges en même temps, y compris les FTF, ce qui n'est actuellement pas possible si je me réfère à la décision qui a été prise au Conseil national de sécurité.

 

Mes services ont insisté pour qu'un compromis soit accepté, mais sans succès jusqu'à ce jour. Je continue de penser qu'au-delà du rapatriement automatique des enfants de moins de dix ans, on pourrait évidemment examiner au cas par cas la situation d'un ou des deux parents, et dans ce cas-là, obtenir un rapatriement si on n'exige pas le rapatriement global de toute une série de personnes. Mais jusqu'à présent, nous n'avons pas encore pu progresser dans cette voie.

 

Pour le reste, chaque pays européen agit de façon autonome, mais la problématique des returnees a déjà été abordée en commission Justice et Affaires intérieures (JAI) et j'ai moi-même soulevé avec mon collègue français, M. Le Drian, l'idée d'organiser au moins une concertation entre départements des Affaires étrangères pour voir également s'il n'y avait pas moyen de travailler selon les mêmes procédures ou d'utiliser les mêmes voies d'accès à des organisations ou des autorités locales, et les mêmes mécanismes – je l'ai déjà évoqué dans ma réponse –, que ce soit, comme nous l'avions évoqué au niveau du Conseil national de sécurité, par des tests ADN ou, si cela n'est pas possible, par la voie d'une reconnaissance sur des photos.

 

Mais je le répète, je suis moi-même tout à fait favorable à l'idée que l'on puisse essayer de trouver des formules, si nos partenaires sur place le souhaitent, de rapatriement d'enfants avec un ou les parents, mais alors sur base d'une analyse individuelle dans les cas des parents ou des mineurs de plus de dix ans, puisque c'est la décision qui a été prise au Conseil national de sécurité.

 

Nous allons évidemment refaire le point sur l'état d'avancement de toutes ces procédures au Conseil national de sécurité, et je verrai avec mes collègues de l'Intérieur ou de la Justice si nous pouvons tenter de trouver une formule répondant un peu mieux aux préoccupations exprimées sur le terrain et que vous avez vous-même entendues sur place.

 

10.03  Georges Dallemagne (cdH): Merci, monsieur le ministre. D'abord, il est évidemment bien naturel que je puisse vous tenir informé de mes contacts. Sur des questions de sécurité comme celles-là, cela me paraît essentiel!

 

Cela dit, je peux comprendre les deux points de vue. Je peux comprendre le gouvernement belge qui s'inquiète des questions de sécurité, de l'impact sur l'opinion publique d'un rapatriement d'un seul coup de six femmes et de sept enfants. Ils détiennent aussi deux hommes djihadistes belges. Mais je comprends aussi le point de vue des autorités du Rojava pour qui il s'agit de ressortissants belges qui sont venus dans leur région, qu'elles n'ont pas la possibilité de les juger, qu'elles ne disposent pas des informations et surtout, qu'elles n'ont pas les moyens de les prendre en charge indéfiniment. Ces autorités estiment aussi que si ces détenus représentent une menace, celle-ci ne doit pas peser sur leur région.

 

J'entends votre volonté de créativité, de trouver des solutions. J'entends aussi une volonté d'assouplissement par rapport à ce que j'ai entendu jusqu'à présent. Ainsi, vous ne rejetez pas l'idée de faire revenir notamment cette femme et cet enfant sur base individuelle, moyennant des procédures d'identification complémentaires.

 

Pour ce qui me concerne, j'avais également suggéré qu'on n'aille pas à l'encontre du principe suivant lequel une solution devra être trouvée, à un moment donné, pour tous ces ressortissants, même si la mise en œuvre de cette solution devra être progressive. Quoi qu'il en soit, il doit y avoir une volonté de trouver une solution globale pour ces ressortissants.

 

Par ailleurs, comme il y a beaucoup de ressortissants d'autres nationalités, il serait intéressant d'organiser des consultations plus intenses avec les États membres. J'ai aussi fait rapport de ma mission au responsable européen du contre-terrorisme, M. de Kerchove qui – je pense – recherche lui-même des pistes de solution concernant ces questions.

 

Je tiens ces propos en étant – je le répète encore une fois – bien conscient des enjeux de sécurité. Mais il faut savoir qu'il y a notamment des enfants, aujourd'hui, dans une situation humanitaire extrêmement préoccupante. J'ai notamment rencontré une enfant de nationalité belge de six ans qui a été emmenée par sa mère à l'âge de deux ans et dont la situation est extrêmement inquiétante.

 

Monsieur le ministre, je vous invite à faire une démarche auprès de la Croix-Rouge internationale pour vérifier dans quelle mesure il est possible d'améliorer la situation humanitaire de ces personnes puisque aujourd'hui, aucun colis ne peut être envoyé, aucun transfert d'argent ne peut être effectué à destination de ces enfants. La nourriture qu'ils reçoivent est extrêmement réduite puisqu'ils n'ont plus accès qu'à des pois et de la farine de riz, ce qui est assez préoccupant pour des enfants de cet âge.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De openbare commissievergadering wordt gesloten om 16.17 uur.

La réunion publique de commission est levée à 16.17 heures.