Commissie voor de Landsverdediging

Commission de la Défense nationale

 

van

 

Woensdag 28 februari 2018

 

Voormiddag

 

______

 

 

du

 

Mercredi 28 février 2018

 

Matin

 

______

 

 


De openbare commissievergadering wordt geopend om 10.11 uur en voorgezeten door mevrouw Karolien Grosemans.

La réunion publique de commission est ouverte à 10.11 heures et présidée par Mme Karolien Grosemans.

 

De voorzitter: Vraag nr. 23543 van mevrouw Hufkens wordt omgezet in een schriftelijke vraag.

 

01 Samengevoegde vragen van

- de heer Veli Yüksel aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "een elite-eenheid voor vrouwen" (nr. 23557)

- mevrouw Kattrin Jadin aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de oprichting van een Female Support Team bij Defensie" (nr. 23767)

01 Questions jointes de

- M. Veli Yüksel au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "une unité d'élite pour femmes" (n° 23557)

- Mme Kattrin Jadin au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la création de l'unité Female Support Team" (n° 23767)

 

De samengevoegde vraag nr. 23767 van mevrouw Jadin vervalt.

 

01.01  Veli Yüksel (CD&V): Mevrouw de voorzitter, mijnheer de minister, een drietal weken geleden berichtte het Belgisch Militair Tijdschrift dat de Belgische Defensie zal nagaan of een elite-eenheid voor vrouwen kan worden opgestart.

 

Op het terrein worden de mannelijke elite-eenheden namelijk geconfronteerd met gevoelige situaties, zoals het ondervragen van vrouwen, het vergaren van informatie en het schaduwen van personen, die gemakkelijker door vrouwen zouden kunnen worden uitgevoerd. Om deze opdrachten goed te kunnen uitvoeren, wordt er daarom bekeken of een vrouwelijke eenheid kan worden opgericht, die ondersteuning zou bieden aan de Special Forces Group.

 

Tijdens de vorige legislatuur legde mijn fractie een voorstel van resolutie neer over genderdiversiteit bij Defensie. Hierin werd onder andere gefocust op de participatie van vrouwen in het leger vanuit het idee dat het vormen van heterogene groepen de capaciteiten van deze groepen verhoogt omdat vrouwen en mannen over verschillende vaardigheden beschikken.

 

Mijnheer de minister, kunt u wat toelichting geven bij het voorstel om een elite-eenheid voor vrouwen op te starten? Wat is uw analyse met betrekking tot een elite-eenheid voor vrouwen?

 

De Belgische Defensie kent actieplannen ter implementatie van resolutie 1325 van de VN-Veiligheidsraad, met als titel "Vrouwen, Vrede en Veiligheid", waarin aandacht wordt besteed aan legeropdrachten waarbij vrouwenparticipatie van groot belang wordt geacht. Wat is de stand van zaken met betrekking tot het laatste actieplan in dat verband?

 

01.02 Minister Steven Vandeput: Mevrouw de voorzitter, mijnheer Yüksel, de Special Forces Group heeft in het kader van de genderverrijking de deuren al lang geleden opengezet voor vrouwen. De Special Forces Group eist van de operatoren echter een zeer hoge en specifieke fysiek, wat tot gevolg heeft dat daar tot op vandaag geen vrouwelijke operatoren actief zijn.

 

Het initiatief dat ter studie ligt, biedt vrouwelijke militairen de kans om een cruciale bijdrage te leveren aan special operations, die nodig is om effectiever te kunnen zijn in het menselijke domein. Het gaat evenwel nog altijd maar over een concept en een studie. Het project dat ter studie ligt, heeft dus niet tot doel een specifieke eigen eenheid van vrouwen te werven, maar wel om de vrouwen daar te integreren waar zij een specifieke eigen training zouden kunnen krijgen.

 

Wat resolutie 1325 betreft, voor de operaties die Defensie in een multinationale context uitvoert, worden nationale richtlijnen en orders met specifieke bepalingen over het genderaspect opgesteld. De personen die op missie trekken, zijn geïnformeerd over de richtlijnen inzake gender en krijgen ook specifieke opleidingen over het genderaspect.

 

Daarnaast worden gender focal points ontplooid. Het gaat daarbij over een functie die in cumul wordt uitgeoefend. Naast het adviseren van de commandanten van de ontplooide detachementen zorgen ze voor de praktische integratie van gender in de dagelijkse activiteiten, bijvoorbeeld doorzoekingen.

 

Voorts werden er projecten opgestart die als doel hebben vrouwelijke sollicitanten voor een militair beroep te informeren en te trainen met het oog op het afleggen van de fysieke selectieproeven. Twee sessies werden opgestart in 2017 en ook voor 2018 zijn twee sessies gepland. Nadien zal het initiatief worden geëvalueerd.

 

Jaarlijks wordt over het nationaal actieplan 1325 aan het Parlement gerapporteerd via het Instituut voor de Gelijkheid van Vrouwen en Mannen.

 

01.03  Veli Yüksel (CD&V): Mijnheer de minister, dank u voor uw antwoord.

 

Het is inderdaad belangrijk te focussen op de bijdrage die vrouwen bij de elite-eenheden kunnen leveren. U zei dat er een studie loopt. Wanneer zullen de resultaten daarvan bekend zijn? Wat is het tijdpad om dat element bij de special forces concreet vorm te geven?

 

01.04 Minister Steven Vandeput: Mijnheer Yüksel, de bedoeling is dit jaar één ploeg vrouwen op te leiden en te integreren.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

02 Question de M. Jacques Chabot au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la santé des militaires belges" (n° 23650)

02 Vraag van de heer Jacques Chabot aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de gezondheid van de Belgische militairen" (nr. 23650)

 

02.01  Jacques Chabot (PS): Madame la présidente, monsieur le ministre, j’ai appris récemment dans la presse que la santé des militaires belges serait en déclin. En effet, ces dernières années, il semblerait que la condition physique des militaires se serait affaiblie notamment à cause de blessures subies sur le terrain. Par ailleurs, on observerait, de plus en plus, au sein du personnel, des problèmes de diabète et des maladies cardiaques.

 

Afin de lutter contre cette problématique, la Défense a, semble-t-il, mis au point le programme MeNuFit (Medicine, Nutrition & Fitness) visant la remise en forme des militaires.

 

Monsieur le ministre, avez-vous observé une amélioration de la santé de nos militaires grâce au programme MeNuFit? Quelles mesures additionnelles ont-elles été prises afin d’améliorer la santé du personnel de votre département tant en Belgique que sur les théâtres d’opérations? Comment l’expertise de la Composante Médicale (et de l’Hôpital Militaire Reine Astrid) est-elle utilisée dans ce cadre? Cette problématique a-t-elle un impact sur nos capacités opérationnelles ?

 

02.02  Steven Vandeput, ministre: Madame la présidente, monsieur Chabot, il ne faut pas croire tout ce qu'on lit dans la presse. Elle est toujours intéressée par les déclins mais jamais par les améliorations.

 

Le programme de soins MeNuFit a comme finalité la remise en condition des militaires sujets à des problèmes à caractère ostéo-articulaire ou à une surcharge pondérale, ou des militaires ayant subi un accident. Une approche multidisciplinaire y est suivie afin d'améliorer la santé du personnel de la Défense en associant différents spécialistes en médecine (kinésithérapeutes, nutritionnistes, psychologues, ergonomes) à des moniteurs sportifs. Les militaires sont pris en charge individuellement.


Au niveau des missions, la Composante Médicale assure l'appui médical aux troupes belges déployées. Ceci se fait avec le personnel soignant de cette Composante ou avec celui de nos partenaires, dans le cadre de coopérations internationales.

 

Le département d'état-major Well-being assure, quant à lui, la promotion de la santé et du bien-être en sensibilisant le personnel. Il favorise également une alimentation saine dans les restaurants militaires.

 

Les mesures additionnelles visant à sauvegarder le bien-être et la santé des militaires en opération sont l'envoi, à intervalle régulier dans les différents théâtres d'opération, de conseillers en prévention.

 

Il existe également un programme d'évaluation périodique de la santé qui est réalisé en symbiose entre la Médecine du travail et le Centre de médecine d'expertise (CME). Ainsi, les militaires susceptibles de partir en opération subissent une série de tests approfondis au sein de ce dernier.

 

Les problèmes de santé liés à l'âge ont, certes, un impact sur les capacités opérationnelles de la Défense mais n'ont jamais empêché la réalisation des missions qui lui sont assignées.

 

02.03  Jacques Chabot (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie pour votre réponse.

 

En tout cas, je suis d'accord avec vous pour dire qu'il ne faut pas toujours croire ce qui est écrit dans la presse. Mais notre rôle est aussi de lire cette dernière et de nous informer. C'est ainsi que j'ai également lu que l'OTAN serait en train de faire une recherche scientifique visant à améliorer la condition physique et l'état de santé des militaires. Je suppose que les conclusions de cette étude nous seront transmises dans un avenir proche.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De voorzitter: Op vraag van de heer Chabot, die nog in een andere commissie wordt verwacht, gaan wij eerst over tot de behandeling van zijn samengevoegde vraag met deze van mevrouw Pas.

 

03 Questions jointes de

- M. Jacques Chabot au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la réhabilitation des fusillés pour l'exemple de la Première Guerre mondiale" (n° 23869)

- Mme Barbara Pas au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la réhabilitation de soldats fusillés durant la Première Guerre mondiale" (n° 23906)

03 Samengevoegde vragen van

- de heer Jacques Chabot aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "het eerherstel van de burgers die tijdens de Eerste Wereldoorlog werden gefusilleerd om een voorbeeld te stellen" (nr. 23869)

- mevrouw Barbara Pas aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "het eerherstel voor de soldaten die tijdens de Eerste Wereldoorlog werden gefusilleerd" (nr. 23906)

 

03.01  Jacques Chabot (PS): Monsieur le ministre, cette année, nous commémorerons le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Cela fait de nombreuses années qu’un débat existe au sein de la société civile, mais aussi de notre assemblée, afin de réhabiliter les fusillés "pour l’exemple", au regard de l’horreur représentée par ce conflit.

 

Les conditions de vie et de combat étaient telles que les généraux demandaient des exemples, dans le but de faire tenir le front et de conduire ainsi la guerre jusqu’à son terme. Le motif invoqué pour fusiller ces soldats – issus de nos trois Régions – était généralement le refus de combattre. Cependant, les recherches historiques tendent à nous montrer à présent que ces fusillés ont été très souvent l’objet d’erreurs judiciaires et victimes d’un procès inéquitable et partial.

 

C’est pourquoi il est grand temps qu’une véritable réflexion soit menée par notre pays, notamment dans l’optique de réhabiliter ces fusillés pour l’exemple, de rétablir la justice, de rendre leur dignité aux familles et de restaurer l’honneur ainsi que les droits de ces personnes.

 

D’autres pays ont déjà présenté leurs excuses, telles la Grande-Bretagne ou encore la Nouvelle-Zélande.

 

Monsieur le ministre, une étude entreprise en 2015 par l’École Royale Militaire devrait rendre ses résultats pour le mois de juin. Quelles en sont les conclusions? Comptez-vous prendre des initiatives concrètes afin de faire aboutir ce travail de mémoire indispensable?

 

Je vous remercie, monsieur le ministre, ainsi que mes collègues, d'avoir accepté que je pose cette seconde question maintenant.

 

03.02  Barbara Pas (VB): Mijnheer de minister, ik heb de eerste minister al herhaaldelijk vagen gesteld over het eventuele eerherstel of verontschul­digingen vanwege de Belgische Staat ten aanzien van de nabestaanden van de Belgische soldaten die tijdens de Eerste Wereldoorlog werden gefusilleerd.

 

Vorige maand nog vroeg de heer Bogaert de eerste minister naar een stand van zaken hieromtrent. Uit het antwoord mochten wij vernemen dat de studie van een zeventigtal bladzijden daarover van professor Horvat eindelijk werd voltooid en dat de laatste herlezing bezig was. Die studie zou vervolgens aan het wetenschappelijk comité worden overhandigd, dat een advies zal leveren aan de federale regering over de kwestie. Dat zou volgens de eerste minister gebeuren tegen eind februari, vandaag dus.

 

Vandaar mijn vraag.

 

De eerste minister zei dat het geen enkel probleem was om de studie ter beschikking van het Parlement te stellen. Kunt u dan ook de studie van professor Horvat aan de parlementsleden bezorgen, mijnheer de minister?

 

Werd de studie reeds aan het wetenschappelijk comité bezorgd en, zo ja, is er reeds een advies van het wetenschappelijk comité voorhanden?

 

Wat is de verdere timing in het dossier?

 

03.03  Steven Vandeput, ministre: Chers collègues, une étude a effectivement été commandée par le gouvernement fédéral dans le cadre des commémorations 2014-2018. Elle a été confiée, en 2015, au Pr Stanislas Horvat, de l'École Royale Militaire, qui est spécialiste de ces matières. Cette étude, une fois achevée, devait être soumise au Comité scientifique institué auprès du Comité d'organisation fédéral des Commémorations 2014-2018.

 

Helaas is deze studie blijkbaar nog niet volledig afgerond. Er is nog geen finaal document, omdat professor Horvat langdurig afwezig is geweest wegens ziekte. Professor Horvat heeft evenwel aan de KMS bevestigd dat hij de laatste hand legt aan zijn verslag en dat hij dit binnenkort zal overmaken aan het wetenschappelijk comité 2014-2018.

 

Dès que l'étude aura été fournie au Comité scientifique 2014-2018, celui-ci formulera un avis au gouvernement, qui prendra une décision en la matière.

 

Ik heb er geen enkel probleem mee om de studie ter beschikking te stellen van de parlementsleden die dat wensen, eens wij de finale versie gezien zullen hebben.

 

03.04  Jacques Chabot (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie pour cette réponse.

 

J'avais bien sûr déjà pris connaissance d'une proposition de résolution déposée le 12 décembre 2013 par quatre membres de votre groupe politique. J'ai aussi pris connaissance de l'appel à la réhabilitation des onze fusillés, appel lancé sur l'initiative du comité du Cercle de Libre Pensée. Et j'ai surtout lu et relu la pensée de Voltaire qui est lourde de signification et qui dit: "Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent".

 

03.05  Barbara Pas (VB): Mijnheer de minister, ik dank u voor het antwoord.

 

De studie van professor Horvat werd al meermaals uitgesteld. Er was telkens een probleem met de toegang tot de bronnen. Ik begrijp echter dat er sprake is van heirkracht, want als men ziek is kan men het rapport uiteraard niet afwerken. Ik ben echter verheugd dat dit kortelings zal gebeuren en dat u bereid bent om de studie dan ook meteen over te maken aan het Parlement.

 

Wij wachten dus op de studie en op het advies van het wetenschappelijk comité. Daarna kom ik zeker op deze belangrijke zaak terug.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

04 Questions jointes de

- M. Marco Van Hees au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "l'achat de nouveaux avions de combat" (n° 23709)

- M. Raoul Hedebouw au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "l'achat de nouveaux avions de combat" (n°23710)

- Mme Karolien Grosemans au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "le remplacement des F-16" (n° 23733)

- Mme Barbara Pas au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "le remplacement des F-16" (n° 23777)

- Mme Julie Fernandez Fernandez au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "le remplacement des F-16" (n° 23831)

- M. Alain Top au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "le remplacement des avions de combat F-16" (n° 23927)

- M. Alain Top au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "le document américain Nuclear Posture Review" (n° 23928)

- M. Georges Dallemagne au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la remise des meilleures offres définitives en vue du remplacement des F-16" (n° 23952)

04 Samengevoegde vragen van

- de heer Marco Van Hees aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de aankoop van nieuwe gevechtsvliegtuigen" (nr. 23709)

- de heer Raoul Hedebouw aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de aankoop van nieuwe gevechtsvliegtuigen" (nr. 23710)

- mevrouw Karolien Grosemans aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de vervanging van de F-16's" (nr. 23733)

- mevrouw Barbara Pas aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de vervanging van de F-16's" (nr. 23777)

- mevrouw Julie Fernandez Fernandez aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de vervanging van de F-16's" (nr. 23831)

- de heer Alain Top aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de vervanging van de F-16-gevechtsvliegtuigen" (nr. 23927)

- de heer Alain Top aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de Amerikaanse Nuclear Posture Review" (nr. 23928)

- de heer Georges Dallemagne aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de indiening van de best and final offers voor de vervanging van de F-16's" (nr. 23952)

 

De voorzitter: De heren Van Hees en Hedebouw zijn niet aanwezig.

 

04.01  Karolien Grosemans (N-VA): Mijnheer de minister, via de pers vernamen wij dat er tijdens de krokusvakantie twee voorstellen werden ingediend ter vervanging van de F-16's van Defensie, een door de Amerikaanse overheid en een door de Britse. De pers maakte ook gewag van een andere aanbieding en miljarden­compensaties in verband met dat dossier.

 

Kunt u klaarheid ter zake scheppen? Wie heeft er officieel ingetekend op de overheidsopdracht inzake de vervanging van de F-16-lucht­gevechtscapaciteit en de bijbehorende onder­steuning?

 

Hebt u of de regering andere voorstellen ontvangen dan die officiële intekeningen? Zo ja, van wie? Bevatten die andere voorstellen financiële gegevens, zoals prijzen of economische compensaties?

 

Tot slot, u hebt al transparant gecommuniceerd over het vervolg van de procedure, maar kunt u aan onze commissie nog eens uitleggen welke de volgende stappen zijn in de komende maanden?

 

04.02  Barbara Pas (VB): Mijnheer de minister, de regering heeft een aantal definitieve voorstellen gekregen in verband met de vervanging van de F-16's. Daarin zouden onder meer rechtstreeks of onrechtstreeks, formeel of informeel, voorstellen vervat zijn over compensaties voor de Belgische industrie in geval van bestelling.

 

Aangaande compensaties moeten we altijd voorzichtig zijn, met het oog op de al dan niet afdwingbaarheid ervan willen we wat dat betreft niet bedrogen worden. Het is ook belangrijk dat de verdeling van eventuele compensaties tussen de Gewesten correct verloopt. Daarin is Vlaanderen in het verleden al meermaals bedrogen.

 

Mijnheer de minister, welke voorstellen zijn momenteel nog in de running voor de vervanging van de F-16's?

 

Bevatten die ingediende voorstellen rechtstreeks of onrechtstreeks, formeel of informeel, gegevens over compensaties voor de Belgische industrie? Zo ja, kunt u voor elk voorstel meedelen welke compensaties in het vooruitzicht worden gesteld, hoe concreet die compensaties zijn en welke garanties er geboden worden, zodat de voorgespiegelde compensaties ook effectief worden ingevuld?

 

Zal de regering in het toewijzingscontract voldoende garanties en sancties inwerken om ervoor te zorgen dat de voorgespiegelde compensaties ook effectief gerealiseerd zullen worden?

 

Tot slot, misschien wel de belangrijkste vraag, hoe worden de voorgespiegelde compensaties over de gewesten verdeeld? Schuift de regering daartoe een verdeelsleutel naar voren? Zo ja, hoe ziet die eruit? Hoe ziet de verdeelsleutel over de gewesten er rechtsreeks of onrechtstreeks uit in de nog hangende voorstellen?

 

04.03  Julie Fernandez Fernandez (PS): Madame la présidente, monsieur le ministre, dans le cadre du remplacement des F-16 décidé par ce gouvernement, c’est le 14 février dernier qu’a été annoncée la remise des meilleures offres des deux agences encore en lice, à savoir le F-35 américain et le Typhoon britannique. La proposition française d’un vaste partenariat militaire et économique, en dehors de cette procédure, est toujours en suspens.

 

En séance plénière, le premier ministre m’a indiqué qu'à la suite de cette remise des meilleures offres, les organismes en charge de l'analyse vont établir un rapport. Cette étape pourrait prendre "un certain nombre de semaines", m'a-t-il dit.

 

Concernant le statut de l’offre française, en dehors de cette procédure, je n’ai toujours pas reçu de réponse si ce n’est que "quand ledit rapport sera établi, l'ensemble des sujets viendront sur la table du gouvernement".

 

Monsieur le ministre, comment l’analyse des offres reçues par la Belgique va-t-elle désormais se dérouler? Dans ce cadre, comment les intérêts industriels et économiques de notre pays seront-ils analysés de même que les garanties en matière d’Europe de la Défense? Enfin, quand cette procédure doit-elle se terminer et quand la décision gouvernementale sera-t-elle prise, y compris sur le statut de l’offre française?

 

04.04  Alain Top (sp.a): Mevrouw de voorzitter, mijnheer de minister, mijn eerste vraag komt in hoofdtrekken overeen met de voorgaande.

 

Op 14 februari werden de best and final offers ingediend. Dienaangaande wens ik het volgende te weten.

 

Ten eerste, klopt de berichtgeving in de pers dat er twee offertes werden ingediend?

 

Ten tweede, is de Franse Rafale nog steeds kandidaat om de F-16 op te volgen? Wanneer zal de regering hierover uitsluitsel geven?

 

Ten derde, welk tijdspad hebt u voor ogen in het vervangingsdossier? Hoeveel tijd heeft Defensie nodig om de best and final offers te bestuderen? Voor wanneer plant u de beslissing op regerings­niveau? Tot hier mijn eerste vraag.

 

Ik kom tot mijn tweede vraag.

 

De Amerikaanse Nuclear Posture Review (NPR) die op 2 februari 2018 werd gepubliceerd, stelt expliciet dat nieuwe Amerikaanse F-35 gevechts­vliegtuigen een nucleaire taak zullen hebben. Ik citeer: "We are committed to upgrading dual capable aircraft with the nuclear-capable F-35 aircraft. We will work with NATO to best ensure – and improve where needed – the readiness, survivability and operational effectiveness of dual capable aircraft based in Europe." De NPR 2018 bevestigt ook opnieuw de aanwezigheid van Amerikaanse B-61 kernwapens op Europees grondgebied en maakt duidelijk dat de gemoderniseerde B61-12-kernbom vanaf 2021 beschikbaar zal zijn voor de Europese dual-use-gevechtsvliegtuigen.

 

In de begroting van het Amerikaanse ministerie van Defensie wordt daarnaast expliciet gesteld dat sinds het jaar 2000 384 miljoen dollar werd geïnvesteerd in nucleaire infrastructuur in België, Duitsland, Italië, Nederland en Turkije. Daarvan is 154 miljoen dollar momenteel "…under implementation at these sites for security improvements", terwijl wordt gesteld dat de NAVO recent akkoord ging met een investering van 150 miljoen dollar in de Europese nucleaire sites.

 

Ten eerste, welke specifieke impact heeft dit op het aankoopdossier van de opvolger voor de F-16? Betekent dit dat een eventuele aankoop van de F-35 gelijkstaat met de keuze voor de dual-use-gevechtsvliegtuigen? Zo nee, om welke specifieke redenen dan niet?

 

Ten tweede, kunt u de genoemde bedragen inzake investeringen in nucleaire infrastructuur bevestigen? Welke budgettaire impact heeft dit op ons eigen land?

 

Ten derde, om welke specifieke redenen werd het Parlement niet eerder geïnformeerd over deze investeringen?

 

Ten vierde, welke impact heeft het genoemde tijdpad op de aanwezigheid van B61 of gemoderniseerde B61-12-kernwapens in Kleine Brogel?

 

Ten slotte, gaat u akkoord met de stelling dat de weigering om transparantie te verschaffen over deze kwestie lijnrecht ingaat tegen de door België gepromote progressieve benadering, meer bepaald het progressief voorstel 1 increasing transparency measures? Zo nee, om welke specifieke redenen niet?

 

04.05  Georges Dallemagne (cdH): Madame la présidente, monsieur le ministre, le 14 février dernier, seules deux des cinq agences gouvernementales retenues au départ par la Belgique ont remis leur best and final offer à la Belgique en vue du remplacement des F-16.

 

La cellule ACCap (Air Combat Capability Program) va maintenant analyser ces offres et les évaluer, sur la base des critères prévus et en fonction de la pondération détaillée dans le RfGP, avant de proposer une décision au gouvernement.

 

Monsieur le ministre, pouvez-vous nous donner plus de précisions quant au calendrier qui est prévu? L'ACCap a-t-elle démarré son travail? Quand doit-elle remettre ses propositions au gouvernement? Comment l'ACCap va-t-elle travailler? Par exemple, des groupes de travail seront-ils consacrés à différents critères?

 

Les offres reçues sont-elles conformes à la méthodologie RfGP? Quand le gouvernement envisage-t-il de prendre sa décision finale dans ce dossier? Confirmez-vous que l'objectif est d'annoncer cette décision avant la tenue du sommet de l'OTAN à Bruxelles les 11 et 12 juillet prochains, afin d'éviter les sévères critiques concernant le niveau de dépenses en Défense de la Belgique, qui n'a jamais été aussi bas en pourcentage du PIB?

 

Pouvez-vous également nous en dire plus quant au contenu des offres qui ont été transmises aux autorités belges? Quand les parlementaires pourront-ils avoir accès à ces offres? Pour rappel, le montant initial prévu par la Belgique est de 3,5 milliards d'euros pour 34 appareils. Qu'en est-il des offres reçues pour le F-35 et l'Eurofighter?

 

Vous le savez, moi-même, mais aussi certains membres de la majorité, évoquons la possibilité qu'aucune des deux offres reçues dans le cadre du RfGP ne soit satisfaisante, ce qui ouvrirait la porte à l'offre française de partenariat approfondi autour du Rafale. Envisagez-vous également cette option? Où en est aujourd'hui l'analyse des propositions françaises? Je rappelle que la France avait proposé une coopération ambitieuse, inédite pour la France, et jamais proposée à un autre partenaire.

 

Enfin, j'ajouterai à mes questions une petite information complémentaire.

 

Monsieur le ministre, je ne sais pas si vous savez qu'il y a un débat très vif aujourd'hui au Japon sur le prix des F-35. J'ai lu cela dans le Asia Times d'hier. Visiblement, le prix des F-35 a explosé par rapport à ce qui avait été promis au Japon. Il est passé de 90 millions de dollars en 2012 à 137 millions de dollars aujourd'hui. C'est une information complémentaire sur des prix qui explosent. Ce n'est pas le seul pays à se plaindre du prix des F-35.

 

Monsieur le ministre, avez-vous des informations à nous communiquer sur les montants en jeu pour les avions qui vous sont proposés?

 

04.06 Minister Steven Vandeput: Ik denk niet dat ik vandaag iets nieuws zal vertellen, maar het is misschien inderdaad niet slecht dat ik voor de hardhorigen herhaal hoe de procedure juist ineenzit.

 

Op 14 februari 2018 dienden het Britse Ministry of Defence, dat de Eurofighter Typhoon vertegen­woordigt, en het Amerikaanse Joint Program Office, dat de Lockheed Martin F-35 A vertegenwoordigt, hun best and final offer in bij het aankoopteam voor de vervanging van onze luchtgevechtcapaciteit. Wij hebben geen andere offertes binnengekregen dan die twee. Met de ontvangst van de finale offertes, gezamenlijk goed voor 6 000 bladzijden aan gedetailleerde informatie, begint de evaluatiefase van de procedure.

 

Les deux offres ont bien été reçues, conformément aux prescriptions du Request for Government Proposal (RfGP), et contiennent les informations demandées pour pouvoir procéder à l'évaluation. L'équipe ACCap ainsi que les 33 experts concernés par l'évaluation ont débuté leur travail dès le lendemain de la réception des offres. Ces experts en charge de l'évaluation sont répartis en sept groupes qui correspondent aux sept domaines ou critères d'évaluation mentionnés dans le RfGP, à la page 21.

 

De dertig experts van Defensie werden aangewezen door de chef Defensie. De drie experts van de FOD Economie werden gekozen door de voorzitter van de FOD Economie. Elk van de experts heeft slechts toegang tot dat deel van de offerte dat hij of zij evalueert. Om de coherentie in de evaluaties te verzekeren, heeft het aankoopteam, dat uit vijf mensen bestaat, een superviserende rol.

 

Ik kan u garanderen dat Defensie er alles aan heeft gedaan om de werkgroepen die de offertes zullen beoordelen, in alle onafhankelijkheid van elkaar te laten werken. De 33 specialisten werden de voorbije maanden terdege op hun taak voorbereid. Zij krijgen alle nodige faciliteiten en ondersteuning om een doorgedreven analyse van hun deel van de offertes te kunnen maken. De studie en de bespreking van de offertes vinden plaats in een beveiligde afdeling op de defensiestaf, wat ervoor zorgt dat de informatie uit de offertes alleen toegankelijk is voor de evaluatoren en het aankoopteam.

 

Ni mes collaborateurs ni moi-même n'avons connaissance du contenu des deux offres. Par ailleurs, en ce qui concerne l'accès aux offres, les prescriptions légales et les accords de confidentialité signés avec les candidats seront respectés.

 

Het volledige evaluatieproces werd trouwens neergeschreven in een evaluatiehandleiding, die in het bijzijn van de inspecteur van Financiën werd verzegeld en die, op het moment dat hierom gevraagd wordt, aan de bevoegde controle-instanties zal worden bezorgd. Op die manier wordt gezorgd voor de nodige transparantie.

 

Het spreekt voor zich dat de evaluatoren daarnaast de deontologische code voor overheidsopdrachten hebben onderschreven. U zult begrijpen, dames en heren, dat ik, aangezien ikzelf noch mijn collega's toegang hebben tot de specifieke offertes, op geen enkele manier commentaar kan geven over de inhoud van de offertes, noch over prijzen, mijnheer Dallemagne, noch over een eventueel beloofde economische return of wat dan ook.

 

De investering van 3 526 000 000 euro, in de economische condities van 2015, werd opgenomen in de wet houdende de militaire investeringen voor de periode 2016-2030 en werd ter vastlegging tevens hernomen in de algemene uitgavenbegroting 2018, uitgedrukt in courante euro's, zoals dat budgettair-technisch wordt voorgeschreven. Het Parlement heeft zich dus al twee keer over die investering kunnen uitspreken.

 

De prijs-kwaliteitverhouding, waarnaar verwezen wordt, zit in het evaluatieproces ingebakken, doordat 33 procent van de te verdienen punten naar de totale eigendomskosten vertaald wordt, 57 procent van de punten naar het capacitaire gedeelte gaat en 10 procent naar de bescherming van de essentiële veiligheidsbelangen. De bescherming van de essentiële veiligheids­belangen zou uiteraard ook de Belgische industrie ten goede moeten komen.

 

Wat de modaliteiten betreft, verwijs ik graag naar de bijlage D van het RfGP, dat u nog steeds integraal op mijn website zult terugvinden. U zult merken dat er geen regionale verdeelsleutels werden opgelegd. Ik wijs er nogmaals op dat het vroegere systeem van economische compen­saties niet langer door Europa wordt aanvaard.

 

Le résultat de l'évaluation des deux offres sera présenté au gouvernement de manière motivée et il reviendra à ce dernier de prendre la décision finale.

 

Mijnheer Top, de bevindingen in het Amerikaanse Nuclear Posture Review hebben geen impact op het aankoopdossier, om de eenvoudige reden dat u in de RfGP geen nucleaire capaciteit zult terugvinden. Er werd in het kader van dat rapport in het Nuclear Posture Review eveneens gevraagd naar investeringen in nucleaire infrastructuur. Wel, ik kan natuurlijk moeilijk Amerikaanse cijfers becommentariëren. Ik kan u alleen garanderen dat daar geen Belgische fondsen bij betrokken zijn.

 

Niemand sprak over de F-16's boven Libië, dat antwoord ga ik dan ook niet voorlezen. Dus, tot zover mijn antwoord, mevrouw de voorzitter.

 

04.07  Karolien Grosemans (N-VA): Mijnheer de minister, collega's, ik wil even citeren uit het nagelnieuwe Duitse regeerakkoord. Daarin staat: "Die Bundeswehr beschafft was sie braucht, und nicht, was ihr angeboten wird." Vrij vertaald: onze krijgsmacht moet het materiaal krijgen dat zij nodig heeft en niet wat men haar wil aansmeren.

 

Het gaat hier natuurlijk over miljarden euro's en dat doet inderdaad heel veel handjes kriebelen. Er zijn ontzettend veel lobbyisten, van allerlei pluimage, die graantjes proberen mee te pikken. Wij horen de meest absurde verkoops­argumenten. Daarom roep ik de collega's van alle partijen op om het hoofd koel te houden en zich niet te laten verleiden tot praktijken die wij vroeger hebben gekend met betrekking tot legeraankopen, waarvoor de gelijknamige commissie werd opgericht.

 

Deze regering vervangt de F-16 op een heel transparante manier. De competitie volgt Europese en nationale normen. Eigenlijk strekt deze aanpak tot voorbeeld. Mededingers zijn volledig vrij om in te tekenen. Een aantal heeft dat niet gedaan. Sommige hebben heel open en bloot gecommuniceerd waarom zij niet intekenen, bijvoorbeeld Zweden met Saab. Andere willen of durven niet zeggen waarom zij niet intekenen; dat is hun keuze. Ik vind echter wel dat er respect moet zijn voor de gevoerde procedure en voor degene die wel op een correcte manier intekenen.

 

Mijnheer de minister, ik kijk uit naar de volgende stappen in deze procedure. Ik kan u alleen maar aanmoedigen om voort te doen zoals u bezig bent en om ons vooral verder op de hoogte te houden in de daartoe voorziene commissie.

 

04.08  Barbara Pas (VB): Mijnheer de minister, ik dank u voor uw antwoord en voor het herhalen van de procedure, die wij ondertussen wel kennen.

 

Mijn vraag ging specifiek over de economische compensaties, die niet onbelangrijk zijn. Het is ook niet toevallig dat mevrouw Fernandez Fernandez het Franse aanbod benadrukt, omdat daaraan de Waalse jobs zijn verbonden bij de afgeleide van Dassault, de producent van Rafale.

 

Ik ben met uw antwoord niks wijzer geworden. U lost niets over de inzichten van de regering bij de vraag of zij ter zake garanties of verdeelsleutels zal inbouwen. In de huidige fase wil u over de economische compensaties nog niets vertellen.

 

04.09 Minister Steven Vandeput: Mevrouw Pas, ik heb wel op die vraag geantwoord.

 

04.10  Barbara Pas (VB): Ja, u hebt geantwoord dat u er nog niets wil over mededelen.

 

04.11 Minister Steven Vandeput: Nee, ik gezegd dat in de RfGP geen verdeelsleutels zijn opgenomen. Hoe duidelijk kan ik zijn? Lees het verslag er straks op na.

 

04.12  Barbara Pas (VB): Over de economische compensaties zelf wil u in de huidige fase echter nog niets lossen. Daarvoor moeten wij de resultaten van de evaluaties van beide offertes afwachten, teneinde een en ander te weten te komen.

 

04.13 Minister Steven Vandeput: Net zoals ik.

 

04.14  Barbara Pas (VB): Wij komen zeker nog op de kwestie terug. Wij zullen dan zelf wel berekenen hoe de verdeelsleutel er in de praktijk zal uitzien.

 

04.15  Julie Fernandez Fernandez (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie pour cette réponse et pour nous avoir rappelé une énième fois la procédure qui a l'air effectivement très cadrée.

 

Dans votre procédure, vous parlez de deux offres. Or, sauf erreur de ma part, je ne vous ai pas entendu faire référence à l'offre française. Doit-on comprendre qu'elle a été tout à fait écartée? Le gouvernement a-t-il pris position par rapport à cette offre française? La procédure semble suivre son cours avec les deux offres qui sont sur la table, à savoir celle de Trump ou celle du Brexit.

 

Quant aux retombées sociétales de ces marchés, je sais que vous ne les avez pas quantifiées dans la RfGP. On dit toutefois que cette procédure peut à tout moment être modifiée et qu'on pourrait tout à fait introduire une notion de retombées sociétales pour les entreprises belges. C'est un marché important. C'est 9 milliards d'euros d'argent public provenant des Belges. Ce gouvernement engage le pays pour plusieurs dizaines d'années. Il ne me paraît dès lors pas indécent de demander qu'il y ait un retour pour les entreprises belges, d'autant plus que certaines sont à la pointe.

 

Je comprends qu'on avance sur deux offres et que, sans le dire, le gouvernement a évincé l'offre française.

 

04.16  Steven Vandeput, ministre: Madame Fernandez, vous m'avez demandé combien d'offres j'avais reçu? J'ai reçu deux offres.

 

04.17  Julie Fernandez Fernandez (PS): Vous continuez donc la procédure avec deux offres.

 

04.18  Steven Vandeput, ministre: Je continue la procédure.

 

04.19  Julie Fernandez Fernandez (PS): D'accord, j'ai entendu et je décode à mon tour.

 

04.20  Alain Top (sp.a): Mijnheer de minister, ik dank u voor het antwoord.

 

Het is misschien interessant om even te verwijzen naar wat u niet hebt gezegd. Wat u hebt gezegd, wisten we immers al.

 

04.21 Minister Steven Vandeput: Mijnheer Top, u hebt ook niets nieuws gevraagd.

 

04.22  Alain Top (sp.a): Jawel.

 

Ik stel vast dat de Franse Rafale volgens u effectief niet meespeelt. Dat was een antwoord op mijn tweede vraag.

 

04.23 Minister Steven Vandeput: Mijnheer Top, dat heb ik niet gezegd. Ik heb gezegd dat wij de procedure voortzetten met de offertes, die we ontvangen hebben. Hoe kan ik nog duidelijker zijn?

 

We hebben twee offertes ontvangen binnen de procedure. Ik werk die procedure dus af met de twee offertes. Ik zal vervolgens advies uitbrengen aan de regering en die zal dan beslissen. Hoe moeilijk is het nu om dat te begrijpen?

 

Ik heb dat in het Frans en het Nederlands gezegd, ik wil het nog eens herhalen in het Engels en het Chinees, als dat voor u nodig is. Misschien is het in het Duits ook nodig. Hoe kan ik nog duidelijker zijn? Er is een lopende procedure. Welk normaal denkend mens zou erop tegen zijn dat wij de lopende procedure afwerken, die zo transparant mogelijk is en waarin er geëvalueerd wordt, opdat gegarandeerd is dat alles technisch en juridisch correct onderbouwd is? Als de regering dan uiteindelijk een andere beslissing neemt, dan zal dat zo zijn. U kunt van mij toch niets anders verwachten?

 

04.24  Alain Top (sp.a): Mijnheer de minister, maak u niet druk.

 

Ik wil u alleen helpen om te bevestigen dat er twee aanbiedingen zijn. Ik wil u daar alleen mee helpen. Ik heb het antwoord dus niet gekregen van u.

 

Er is een ander punt waarover ik ook geen duidelijkheid gekregen heb, ook al is er wel wat verbetering ten opzichte van wat er was bij het begin van de regeerperiode. U pint zich niet vast op een timing. Ik heb geen deadline gehoord.

 

04.25 Minister Steven Vandeput: Als u de timing wil, dan raad ik u aan om er nog eens het RfGP bij te nemen en de strategische visie. Daarin staat de timing duidelijk beschreven.

 

04.26  Alain Top (sp.a): Ik ga er dus van uit dat u die timing zult halen. Goed, dank u wel.

 

Ik kom dan bij de non-antwoorden. Ik stel vast dat er op mijn vijfde vraag geen antwoord is gekomen. Dat is dus een bevestiging ervan. Dank u wel.

 

De voorzitter: De redenering dat geen antwoord een bevestiging is, is natuurlijk wel kort door de bocht, mijnheer Top.

 

04.27  Georges Dallemagne (cdH): Monsieur le ministre, merci pour votre réponse, qui nous a fourni quelques informations sur la procédure. Sur papier, c'est merveilleux: vous ne vous occupez pas de cette affaire, qui est traitée de manière indépendante. Une série d'experts y travaille. Je n'ai pas d'observations à faire sur la manière dont se passe le RfGP.

 

Ce qui me pose problème depuis le début, c'est le fait que cette procédure nous contraint à aller droit dans le mur: elle nous oblige à choisir entre deux avions qui sont problématiques. Ils sont même problématiques par rapport à votre vision de la Défense, notamment en ce qui concerne la construction d'une véritable défense et d'une industrie de la défense européennes. C'est ma principale critique vis-à-vis de cette procédure. Ce problème est grave car il est politique et stratégique. Il ne s'agit ni d'un problème technique, ni d'un problème de capacité aérienne. C'est un problème véritablement central qui affecte ce que nous essayons de construire ainsi que, dans une certaine mesure, ce que vous avez annoncé vouloir construire dans votre vision stratégique.

 

J'entends bien que vous êtes embourbé dans cette procédure, que vous avez choisie et dans laquelle vous vous entêtez. Elle pose des problèmes politiques majeurs. Il existe une porte de sortie, visible en filigrane. J'ai bien entendu qu'elle existait, même si d'autres ne l'ont pas entendu. Je vous invite dès lors vraiment à essayer de sortir de cette procédure qui ne correspond plus à ce que nous souhaitions. Elle y correspondait peut-être au départ, parce qu'il y avait cinq avions en lice. À ce moment-là, c'était peut-être le bon choix. Mais aujourd'hui, je suis convaincu que ce n'est plus le cas. J'en suis véritablement persuadé.

 

Cela nous pose un problème. Vous dites que vous avez reçu deux offres dans le cadre du RfGP. C'est tout à fait exact, mais vous avez oublié de dire quelque chose, bien que vous l'ayez dit précédemment. Vous avez aussi reçu une offre de partenariat stratégique avec la France. Celle-ci proposait un partenariat décrit par les Français comme "sans précédent et unique avec un autre pays". Vous avez préféré ne pas analyser cette offre dans un premier temps. Je le regrette. Je pense qu'il valait mieux l'analyser en parallèle au RfGP. Je ne vous ai jamais demandé d'abandonner le RfGP mais il était possible d'ouvrir cette discussion. Pour les avions de combat, vous l'avez refusée, mais pour les blindés, vous l'avez acceptée!

 

Pour les blindés, vous avez pensé que c'était la bonne manière de travailler avec les Français et qu'il fallait rentrer dans un cadre de partenariat stratégique, étant donné l'importance d'acquérir des blindés.

 

Je vous poserai une question ultérieurement à ce sujet car, en fait, il s'agit plutôt d'un abandon stratégique! Par exemple, nous avons une tourelle développée en Belgique que le monde entier nous achète et on s'en détourne automatiquement.

 

Je me demande quelle est la raison de cette grande hétérogénéité en matière de procédures d'achats d'équipements militaires. Je vous ai déjà interrogé sur ce point.

 

Madame la présidente, je souhaiterais que nous ayons enfin un débat public sur l'ensemble de ces procédures car elles sont à chaque fois différentes. Je ne comprends pas la logique ni la stratégie qui justifient ces différentes procédures. Cela m'inquiète car elles ne correspondent pas aux objectifs politiques et stratégiques qui sont annoncés de manière systématique.

 

Je souhaiterais donc savoir pourquoi il y a une hétérogénéité des procédures, mais aussi pourquoi il y a une grande différence dans les critères. Vous l'avez rappelé, il est question de 33 % pour le prix de l'avion alors que, dans d'autres contrats et pour d'autres acquisitions, les critères relatifs au prix sont en général beaucoup plus importants. Avec 33 %, on peut presque choisir l'avion qu'on veut! Les autres critères sont plus difficiles à apprécier – peut-être pas pour un expert, mais pour un parlementaire. Pour un parlementaire, il sera beaucoup plus difficile de savoir si les critères ont été définis de manière tout à fait objective.

 

Je voudrais que l'on ait enfin un débat public plutôt qu'à huis clos – comme c'est systématiquement le cas – sur l'ensemble de nos acquisitions. Pourquoi les procédures sont-elles à chaque fois différentes? Pourquoi ignore-t-on ici une demande de partenariat stratégique alors qu'on l'accepte pour les blindés? Pourquoi les critères sont-ils à chaque fois différents?

 

Madame la présidente, une lettre vous sera adressée à cet égard, ainsi qu'au président de la commission des Achats militaires, pour que ce débat essentiel soit organisé étant donné les enjeux politiques, stratégiques et budgétaires qui sont sur la table.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

05 Vraag van mevrouw Barbara Pas aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de onaanvaardbaar lange termijn betreffende de toekenning van het erediploma 'Stad of Gemeente slachtoffer van oorlogsfeiten 1914-1918'" (nr. 23778)

05 Question de Mme Barbara Pas au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la longueur inacceptable du délai d'octroi du diplôme d'honneur de 'Ville ou Commune victime de faits de guerre 1914-1918'" (n° 23778)

 

05.01  Barbara Pas (VB): Mijnheer de minister, bij koninklijk besluit van 10 juni 2014 tot instelling van een erediploma Stad of Gemeente slachtoffer van oorlogsfeiten 1914-1918 werd, zoals in de titulatuur van het besluit staat, een erediploma in het leven geroepen voor steden en gemeenten die bijzonder slachtoffer van oorlogsleed waren.

 

Steden en gemeenten werd de mogelijkheid geboden om een dossier in te dienen voor het bekomen van zo een erediploma, indien zij van oordeel waren dat zij daarvoor in aanmerking kwamen.

 

In de gemeenteraadszitting van 20 november 2014 keurde de gemeenteraad van Puurs een besluit goed om een erediploma aan te vragen voor de deelgemeente Liezele. Deze deel­gemeente werd in 1914 door het Belgische leger volledig met de grond gelijkgemaakt om het schootsveld voor het nabijgelegen fort van Liezele vrij te maken. Het spreekt voor zich dat het vernietigen van een volledige dorpsinfrastructuur voor de bewoners heel wat leed met zich heeft meegebracht.

 

Hoewel de aanvraag van de gemeente Puurs voor het toekennen van een erediploma ondertussen bijna vier jaar geleden werd ingediend, heeft de gemeente hierover nog altijd geen uitsluitsel gekregen en werd het erediploma dus ook nog steeds niet toegekend. Het volstaat nochtans om enkele historische werken te raadplegen om de waarachtigheid van deze gebeurtenis vast te stellen.

 

Mijnheer de minister, hoe komt het dat het nu al bijna vier jaar duurt om een eenvoudige beslissing te nemen over de al dan niet toekenning van het vernoemde erediploma? Deze procedure is mij niet duidelijk. Misschien kunt u toelichten welke fasen hier moeten worden doorlopen? Kunt u mij de data meedelen van de verschillende stadia in dit toekenningproces van de aanvraag van de gemeente Puurs?

 

Hoe gebeurt de uitreiking van een erediploma in de praktijk eens de toekenning principieel wordt goedgekeurd? Wanneer wordt in dit concrete geval de gemeente eindelijk van de toekenning op de hoogte gesteld?

 

Welke maatregelen overweegt u om ervoor te zorgen dat dergelijke toekenningen vlotter en vooral veel sneller kunnen verlopen?

 

05.02 Minister Steven Vandeput: De procedure aangaande de toekenning van het erediploma Stad of Gemeente slachtoffer van oorlogsfeiten 1914-1918 is inderdaad voorgeschreven in het KB van 10 juni 2014. Om aanspraak te maken op dat erediploma en het bijpassende herdenkingslint kan elke gemeente of stad zijn aanvraag, zijnde een dossier met de historische feiten en foto's, bij de minister van Defensie indienen.

 

Dat dossier wordt vervolgens doorgestuurd naar de Historische Pool van Defensie. Bij een positief advies van de Historische Pool van Defensie wordt het dossier dan voorgelegd aan het wetenschappelijk comité dat is ingesteld bij het organisatiecomité van de federale regering belast met de voorbereidingswerken van de herden­kingen van de honderdste verjaardag van de Eerste Wereldoorlog. Na een positief advies van het wetenschappelijk comité wordt de beslissing daarna bestendigd in een ministerieel besluit. Uiteindelijk wordt het erediploma dan overhandigd aan de gemeente of stad.

 

Voor wat betreft uw specifieke vraag over de gemeente Puurs, wij hebben op 10 juli 2015 een aanvraag ter erkenning ontvangen in verband met de deelgemeente Liezele. Die aanvraag werd door mijn diensten verstuurd naar de Historische Pool van Defensie. Op 30 juni 2016 heeft de Historische Pool van Defensie een positief advies afgeleverd.

 

Het dossier werd op 2 augustus 2016 voor advies naar het wetenschappelijk comité gestuurd, maar wij vinden geen spoor terug van het advies van dat comité. Er zal dus een herinnering aan het comité worden gestuurd, zodat het een advies kan afleveren en de procedure verder kan gaan.

 

05.03  Barbara Pas (VB): Mijnheer de minister, blijkbaar wordt het toch niet zo bijster goed opgevolgd, als een advies al twee jaar op zich laat wachten. Het is jammer dat er pas een herinnering wordt gestuurd naar het wetenschappelijk comité naar aanleiding van een vraag. Het is jammer dat dit uit zichzelf niet vlotter verloopt. Ik kan alleen maar hopen dat de mededeling er snel komt. Het is immers 2018, 100 jaar na de Grote Oorlog. Als de gemeente nog een evenement wil organiseren, indien zij de erkenning zou krijgen, is dat nog heel wat werk en het zou mooi zijn als zij daar dit jaar nog werk van kan maken.

 

05.04 Minister Steven Vandeput: Mevrouw Pas, u kan zich in uw hoedanigheid van parlementslid natuurlijk van alles en nog wat toedichten. Het is natuurlijk wel zo dat de procedure zo lang loopt. Er is geen verontschuldiging mogelijk voor het feit dat het zo lang duurt.

 

Ik moet echter ook aanhalen dat de gemeente Puurs blijkbaar niet erg fel achter de zaak aanzit. Wij hebben immers geen herinneringsbrieven van de gemeente Puurs ontvangen.

 

05.05  Barbara Pas (VB): Mevrouw de voorzitter, mijnheer de minister, ik heb mijn vraag mondeling moeten indienen, omdat voor mijn schriftelijke vraag de termijn ook al lang was verstreken.

 

05.06 Minister Steven Vandeput: Mevrouw de voorzitter, mevrouw Pas, ik zou in dat geval aan u willen vragen aan wie u de vraag hebt gesteld. Ik heb immers geen enkele schriftelijke vraag die te laat wordt beantwoord. U moet opletten met wat u hier vertelt. Het beste vertelt u hier de waarheid.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

06 Vraag van mevrouw Barbara Pas aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de stand van zaken met betrekking tot de taalverhoudingen in het leger" (nr. 23779)

06 Question de Mme Barbara Pas au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la situation en ce qui concerne la répartition linguistique à l'armée" (n° 23779)

 

06.01  Barbara Pas (VB): Mijnheer de minister, ik heb u anderhalf jaar geleden in deze commissie een aantal vragen gesteld over de scheefgetrokken taalverhoudingen in het leger. Toen hebt u samen met mij vastgesteld dat er binnen het budget en binnen de enveloppe op 1 januari 2015 bij de onderofficieren 57 procent Nederlandstaligen waren tegenover 43 procent Franstaligen. Bij de vrijwilligers was de verhouding nog slechter, met maar 51 procent Nederlandstaligen tegenover 49 procent Franstaligen.

 

Op 1 mei 2016, een jaar en vier maanden later, waren deze scheefgetrokken verhoudingen nog altijd dezelfde. Er was dus geen enkele positieve evolutie in te bespeuren ten voordele van de Nederlandstaligen. U was toen van mening dat dit niet goed was en dat er misschien beter een andere evolutie was geweest.

 

Een andere evolutie zou wel zeker beter geweest zijn, want zoals bekend maken de Nederlands­taligen zowat 60 procent van de bevolking uit en wordt voor de verdeling van de functies in het leger officieus ook uitgegaan van een 60/40-verhouding, maar die verhouding wordt in de praktijk absoluut niet gerespecteerd.

 

Het is ook merkwaardig dat precies in de lagere graden de wanverhouding het grootst is. Op die niveaus zijn net de minste competenties nodig, en het lijkt mij logisch dat men voor die lagere graden makkelijker kandidaten kan vinden, wat voor hogere graden misschien moeilijker is.

 

Mijnheer de minister, kunt u mij de actuele situatie meedelen inzake de taalverhoudingen in het leger, volgens de verschillende graden, zowel binnen het budget en binnen de enveloppe als buiten het budget en buiten de enveloppe?

 

Welke maatregelen hebt u het voorbije anderhalf jaar genomen om hierin verbetering te brengen? Hoe evalueert u die maatregelen? En welke bijkomende maatregelen zult u desgevallend nemen om in dit verband op korte termijn tot aanvaardbare, correcte, taalverhoudingen te komen op alle niveaus?

 

06.02 Minister Steven Vandeput: Mevrouw Pas, het is niet de eerste keer dat wij hierover van gedachte wisselen. Ik zal herhalen dat er bij Defensie geen taalkaders zijn. De taalverhouding is hoofdzakelijk afhankelijk van het aantal vertrekkers en het aantal nieuwkomers. Op de taalverhouding bij de vertrekkers hebben wij jammer genoeg geen invloed. Ik kan moeilijk mensen beletten te vertrekken. Voor de nieuwkomers, lees dus: de werving, gaat Defensie uit van de behoeften die wij hebben.

 

Ik geef u de globale cijfers en zal u de volledige cijfergegevens bezorgen.

 

De globale cijfers blijven: 61 procent Nederlands­talige officieren, 57 procent Nederlandstalige onderofficieren, 51 procent Nederlandstalige vrijwilligers, en dit zowel voor de militairen binnen de personeelsenveloppe en het budget van Defensie als globaal.

 

Zoals gezegd, de aanwerving van nieuwe militairen is onze belangrijkste hefboom om tot een andere taalverhouding te komen. Sinds mijn aantreden worden daartoe actief inspanningen geleverd. Defensie werkt daarvoor trouwens ook nauw samen met een aantal partners, zoals de VDAB in het noorden en Actiris in het zuiden.

 

06.03  Barbara Pas (VB): Mijnheer de minister, ik zal de cijfers nalezen, maar als ik ze juist genoteerd heb, dan merk ik nog steeds geen verbetering. Stilstand is achteruitgang, zoals dat in de volksmond heet.

 

U zegt dat u hard werkt aan deze kwestie, maar wat betreft mijn vraag om welke maatregelen het dan precies gaat en hoe u deze evalueert, blijf ik op mijn honger. Misschien zal ik nog eens een motie van aanbeveling moeten indienen om een tandje bij te steken.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

07 Vraag van mevrouw Barbara Pas aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de communautaire scheeftrekkingen ingevolge het amendement op het samenwerkingsakkoord met betrekking tot de tegemoetkoming van de federale overheid in de deelname van de Belgische industrie aan het programma Airbus A350 XWB" (nr. 23813)

07 Question de Mme Barbara Pas au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "les distorsions communautaires à la suite de l'amendement à l'accord de coopération en ce qui concerne l'intervention de l'État fédéral dans la participation de l'industrie belge au programme Airbus A350 XWB" (n° 23813)

 

07.01  Barbara Pas (VB): Mijnheer de minister, in het kader van de Airbusprogramma's werd door de Belgische regering een aantal enveloppes bestemd voor de financiering van programma's van onderzoek en ontwikkeling voor de Belgische luchtvaartsector. In dat kader werd in 2008 een samenwerkingsakkoord gesloten, waarin een aantal verdeelsleutels voor de verdeling van de enveloppes over de deelstaten werden afgesproken.

 

Voor de A350 ging het om 90 miljoen euro, gelijk verdeeld over, enerzijds, Vlaanderen en, anderzijds, Brussel en Wallonië. Voor de A380 ging het om 28 miljoen euro, waarvan 60 procent voor Vlaanderen en 40 procent voor Wallonië en Brussel was. Bovendien ging het ook nog eens om 60 miljoen euro, waarvan 56 procent voor Vlaanderen en 44 procent voor Wallonië en Brussel was.

 

In 2010 gaf de Belgische Staat nog eens 58,3 miljoen euro vrij voor de A400M. Dat bedrag is inmiddels nagenoeg opgebruikt. Echter, 39,7 miljoen euro van dat bedrag ging naar Wallonië en Brussel en slechts 18,7 miljoen euro naar Vlaanderen.

 

De regering heeft op de Ministerraad van 27 oktober 2017 beslist een nieuwe kredietlijn van 45 miljoen euro vrij te maken, waarvan volgens het amendement op het samenwerkingsakkoord 33 miljoen euro naar Vlaanderen en 12 miljoen euro naar Wallonië en Brussel gaat.

 

Voor beide kredietlijnen samen komt dat dus neer op een verdeelsleutel van 51,7 miljoen euro voor Vlaanderen en 51,7 miljoen euro voor Brussel en Wallonië. Vlaanderen krijgt met andere woorden slechts de helft van de uitgetrokken kredieten en wordt dus slecht bediend, zowel door de federale als door de Vlaamse regering.

 

Mijnheer de minister, hoe is het mogelijk dat voor de kredietlijn van 58,3 miljoen euro een bedrag van 39,7 miljoen euro naar Wallonië en Brussel en slechts 18,7 miljoen euro naar Vlaanderen ging?

 

Waarom werden die middelen op paritaire basis en niet volgens de rechtvaardige verdeelsleutel verdeeld, zoals in het oorspronkelijke samen­werkingsakkoord een aantal sleutels waren opgenomen?

 

Werden de Vlaamse belangengroepen in die verdeling gehoord? Wat was hun reactie?

 

Worden in de toekomst nieuwe kredietlijnen in het vooruitzicht gesteld? Worden daarin betere voorwaarden voor Vlaanderen bedongen?

 

07.02 Minister Steven Vandeput: Mevrouw Pas, ik heb met veel aandacht uw vraagstelling aanhoord. Ik heb bijzondere bewondering voor het opzoeking­werk dat u hebt verricht.

 

Ik zie evenwel niet in welke mate ik als minister van Defensie bij het dossier ben betrokken. Ik moet u in dat kader dan ook het antwoord schuldig blijven. Indien u de kredietlijnen bekijkt waarnaar u verwijst, zult u waarschijnlijk bij andere departe­menten dan Defensie terechtkomen. Defensie is bij het dossier niet betrokken.

 

07.03  Barbara Pas (VB): Dank u voor uw antwoord, mijnheer de minister.

 

Ik zet mijn onderzoekswerk voort. Ik zal de betrokken ministers aan de oren trekken.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

08 Question de M. Jean-Jacques Flahaux au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la technologie quantique" (n° 23895)

08 Vraag van de heer Jean-Jacques Flahaux aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de kwantumtechnologie" (nr. 23895)

 

08.01  Jean-Jacques Flahaux (MR): Monsieur le ministre, il y a quelques mois, la Chine est parvenue à envoyer un signal crypté via la technologie quantique. Cela a permis la tenue d’une conférence entre Vienne et Shanghai, 100 % sécurisée.

 

La technologie quantique est, comme son nom l’indique, l’utilisation de principes quantiques dans des domaines de pointe, celui du numérique n’étant qu’une partie de ses nombreuses applications. Néanmoins, c’est dans ce domaine que cette nouvelle technologie peut bouleverser l’équilibre géostratégique. En effet, l’utilisation de la physique quantique dans nos ordinateurs permettrait de renforcer exponentiellement leur puissance de calcul qui pourrait "craquer" n’importe quels codes informatiques classiques. Appliquée au niveau d’un signal, elle peut rendre ce dernier totalement indéchiffrable.

 

La Chine semble donc considérablement à l'avance dans cette course technologique. Il en va de même chez nos voisins outre-Atlantique. Combiné aux recherches privées organisées par les GAFA, le développement d’ordinateurs quantiques aux États-Unis est, lui aussi, en constante progression. La situation peut se résumer comme suit: d’une part, les États-Unis mettent au point une nouvelle génération d’ordinateurs avec une capacité de calcul capable de collecter n’importe quelles données alors que, d’autre part, la Chine se dote d’un réseau internet indéchiffrable.

 

Monsieur le ministre, partagez-vous cette constatation? L’impact de la technologie quantique dans le domaine du numérique représente-t-il vraiment un nouveau bouleversement stratégique? Notre pays étudie-t-il ces avancées technologiques? Cette réflexion a-t-elle lieu au niveau européen?

 

Monsieur le ministre, je vous remercie pour votre réponse à cette question très ciblée mais particulièrement intéressante, je pense.

 

08.02  Steven Vandeput, ministre: Monsieur Flahaux, de manière générale, la technologie quantique est une technologie prometteuse avec laquelle on pourra, à terme, augmenter de façon exponentielle la capacité de calcul des ordinateurs. Cette évolution peut également avoir une grande influence sur la protection des données, par exemple par l'implémentation d'algorithmes quantiques pour la sécurité de l'information ou par la mise en place d'ordinateurs quantiques pour le décryptage d'algorithmes contemporains de chiffrement.

 

Certains pays, mais également quelques grands leaders du marché privé, engagent des ressources considérables dans le développement de la technologie quantique. Les premiers produits commerciaux ne devraient pas sortir avant les dix à quinze prochaines années.

 

L'Europe a également libéré un milliard d'euros sur une période de trois ans pour le développement de l'informatique quantique. En Belgique, un nombre limité d'universités est impliqué dans la recherche sur cette technologie.

 

Le test chinois doit plutôt être perçu comme une promotion de la recherche locale, s'appuyant sur sa capacité de développement, mais se limite à l'emploi d'un réseau quantique sans exploiter les ordinateurs quantiques.

 

Les évolutions dans le domaine de la technologie quantique et leur impact éventuel sur le secteur de la cryptographie sont étroitement surveillés par plusieurs enceintes multilatérales.

 

Les prescriptions de sécurité ne me permettent pas d'entrer davantage dans les détails.

 

08.03  Jean-Jacques Flahaux (MR): Monsieur le ministre, je vous remercie de votre réponse.

 

Je me réjouis d'apprendre que l'Union européenne a engagé un milliard d'euros pour approfondir sa réflexion et développer sa recherche en ce domaine.

 

Enfin, je me félicite de constater que vous êtes particulièrement conscient de l'importance de cette évolution technologique. Nous reviendrons sans aucun doute sur ce thème dans les prochains mois et les années à venir.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

09 Question de M. Benoit Hellings au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "le suivi des foreign terrorist fighters belges encore présents en Irak et en Syrie" (n° 23834)

09 Vraag van de heer Benoit Hellings aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de opvolging van de Belgische foreign terrorist fighters die nog in Irak en in Syrië verblijven" (nr. 23834)

 

09.01  Benoit Hellings (Ecolo-Groen): Madame la présidente, monsieur le ministre, les foreign terrorist fighters (FTF) représentent un gigantesque danger potentiel pour bon nombre de pays européens, dont le nôtre, même si l'organisation terroriste dite État islamique a incontestablement perdu du terrain militaire en Irak et en Syrie. Plus de 700 noms d'hommes et de femmes ont, à un moment, été recensés dans la base de données belge des djihadistes et de leurs proches partis dans ces zones de combat.

 

Exercer un suivi rapproché de ces personnes est primordial dans le contexte actuel, quand bien même sont-elles encore loin de leur pays d'origine, le nôtre.

 

Complémentairement aux questions que j'ai posées au ministre des Affaires étrangères et au ministre de l'Intérieur, j'ai, monsieur le ministre, trois questions à vous poser.

 

Combien de foreign terrorist fighters belges, à la connaissance des autorités belges et en particulier de la Défense sur laquelle vous avez autorité, sont-ils actuellement détenus en Syrie et en Irak, soit par les forces kurdes des YPG (Syrie), soit par les peshmergas kurdes d'Irak, soit par les autorités syriennes, soit par les autorités irakiennes? Pourriez-vous me donner la répartition par catégories? Je ne parle pas des returnees, mais de ceux qui sont détenus dans les prisons locales en Irak et en Syrie?

 

Combien de femmes et d'enfants de djihadistes belges sont, à la connaissance des autorités belges, gardés dans des camps en Irak et en Syrie?

 

Enfin, des pourparlers avec les différentes entités et/ou différents gouvernements pour traiter de leur cas ont-ils lieu? Si oui, qui se charge de ces pourparlers? Le Service général du renseignement et de la sécurité (SGRS) de la Défense joue-t-il un rôle dans ces échanges?

 

09.02  Steven Vandeput, ministre: Madame la présidente, monsieur Hellings, il me semble évident qu'un service de renseignement ne communique pas publiquement sur les informations en sa possession. Je peux vous assurer que le SGRS, en collaboration avec ses partenaires, fait le nécessaire pour protéger notre population. Il va de soi qu'un suivi des personnes qui ne partagent pas nos valeurs est organisé en coopération avec nos partenaires internationaux ainsi qu'avec les protagonistes dans le domaine de la sécurité ici, en Belgique.

 

09.03  Benoit Hellings (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, je vous remercie pour cette réponse même si elle est totalement insatisfaisante de mon point de vue. Mais cela reste une réponse, aussi courte fût-elle.

 

Vous parlez de personnes qui ne respectent pas nos valeurs. C'est pire que cela. Ces personnes représentent un véritable danger pour notre sécurité. J'entends que le SGRS et peut-être d'autres instances, je l'espère, exercent un suivi extrêmement approfondi sur ces personnes. Je conçois que vous ayez des difficultés à donner le nombre des personnes suivies par votre service en séance publique. Je vais dès lors transférer ma question à mon collègue De Vriendt qui vous posera cette même question en commission spéciale chargée du suivi des missions à l'étranger qui se tient, malheureusement, à huis clos.

 

Monsieur le ministre, nous avons tout intérêt à montrer que les services de l'État sont au service de la sécurité des citoyens. À votre place, je n'hésiterais pas à dire combien sont présents en Irak et en Syrie et comment travaillent nos services de sécurité pour rester dans le radar du gouvernement belge. Je le répète: non seulement ces personnes ne partagent pas nos valeurs, elles représentent un véritable danger pour notre démocratie et nos concitoyens.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

10 Question de M. Jean-Jacques Flahaux au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la Conférence de Munich sur la sécurité 2018" (n° 23921)

10 Vraag van de heer Jean-Jacques Flahaux aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de veiligheidsconferentie 2018 in Munchen" (nr. 23921)

 

10.01  Jean-Jacques Flahaux (MR): Madame la présidente, monsieur le ministre, du 16 au 18 février dernier s'est déroulée la Conférence de sécurité à Munich. Le but historique de ce rendez-vous annuel est la recherche d'une pacification des relations internationales. La conférence de cette année était d'ailleurs nommée "To the Brink - and Back?". En d'autres termes, les thématiques abordées avaient pour but d'apporter des réponses à la manière de recréer un ordre international suite aux nombreuses crises de ces dernières années.

 

Pourtant, force est de constater, à travers les discours des différents participants, que l'objectif n'est pas vraiment atteint et que les esprits sont loin de s'apaiser. Le discours menaçant du premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, lors de la dernière journée en est la parfaite illustration. Je pourrais également citer les crispations sur le dossier ukrainien, les désaccords sur la situation en Syrie, mais aussi les divergences sur le développement d'une défense européenne.

 

Monsieur le ministre, pouvez-vous m'apporter des précisions sur les raisons de l'absence d'une délégation belge à cette conférence qui est pourtant, me semble-t-il, un événement important sur la scène internationale? Quelles sont les impressions de vos homologues européens sur la situation internationale suite aux différents échanges pendant les trois jours de la conférence? De quelle nature sont les divergences dans le développement d'une défense européenne?

 

10.02  Steven Vandeput, ministre: Monsieur Flahaux, la Conférence de sécurité de Munich est une initiative privée, à laquelle un certain nombre de personnalités politiques, mais aussi d'organisations de la société civile et surtout de l'industrie sont conviées à débattre de sujets divers, principalement axés sur les enjeux sécuritaires actuels et futurs.

 

Les sujets essentiels de cette année ont porté, semble-t-il, sur l'avenir de l'Union européenne et ses relations avec la Russie et les États-Unis, ainsi que sur les conflits au Proche-Orient, en particulier la guerre en Syrie. Les débats ont été marqués par les conséquences des dernières déclarations américaines relatives aux relations entre l'OTAN et l'Union européenne. Les crises internationales actuelles, telles que les relations avec la Corée du Nord et la Syrie et la crise israélo-palestinienne, ou encore l'Ukraine, ont aussi fait l'objet de beaucoup d'attention.

 

Bien qu'il soit vrai que certains représentants de différents États membres ont exprimé des vues différentes à propos de la coopération européenne en matière de défense, une importante perspective commune a quand même été avancée.

 

La ministre allemande de la Défense a mis l'accent sur la nécessité d'une culture stratégique européenne commune, insistant sur le fait que le volet militaire devait être accompagné d'un raffermissement des visions en matière de politique étrangère. Cet avis est partagé par la ministre française de la Défense, qui insiste sur le fait que l'aspect opérationnel consolidera l'Europe de la Défense dans le futur. Elle lance un appel à développer une certaine autonomie stratégique tout en s'assurant que l'OTAN reste l'organisation garante de la défense collective de ses membres.

 

Les budgets européens consacrés à la défense doivent être utilisés à bon escient. Ceci constitue un enjeu important dans les années à venir. Chaque année, l'organisation produit un rapport public détaillé de la conférence. J'invite l'honorable membre à le consulter dès qu'il sera disponible.

 

10.03  Jean-Jacques Flahaux (MR): Monsieur le ministre, je vous remercie pour votre réponse.

 

Certes, cette conférence est une initiative privée, mais comme vous l'avez souligné, elle a bénéficié de la présence de deux ministres – deux femmes, je le souligne – provenant des deux pays les plus importants de l'Union européenne, à savoir l'Allemagne et la France. Ceci démontre qu'il est important d'y être aussi et je ne pourrais que plaider pour que la Belgique y soit présente. En plus, nous sommes une nation d'équilibre, qui trouve toujours des solutions entre les positions divergentes. Cela a été le cas au sujet des positions française et allemande, qui étaient, lors de cette conférence, un tant soit peu différentes. Il est important d'y être, mais vous me rassurez sur le fait qu'il y a, au-delà des divergences, des angles d'approche intéressants qui peuvent faire progresser le développement d'une véritable défense européenne.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

11 Questions jointes de

- M. Jean-Jacques Flahaux au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "l'achat de véhicules français pour la Défense" (n° 23922)

- Mme Julie Fernandez Fernandez au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "les aspects économiques et industriels de l'achat de véhicules blindés pour équiper l'armée de terre" (n° 23940)

- M. Georges Dallemagne au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la procédure d'acquisition de véhicules blindés" (n° 23953)

11 Samengevoegde vragen van

- de heer Jean-Jacques Flahaux aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de aankoop van Franse voertuigen voor Defensie" (nr. 23922)

- mevrouw Julie Fernandez Fernandez aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de economische en industriële aspecten van de aankoop van pantservoertuigen voor de landmacht" (nr. 23940)

- de heer Georges Dallemagne aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de procedure voor de aankoop van pantservoertuigen" (nr. 23953)

 

11.01  Jean-Jacques Flahaux (MR): Madame la présidente, monsieur le ministre, notre gouvernement a annoncé voici peu son projet d’acquérir de nouveaux véhicules de combat français pour les forces terrestres. Un montant de 1,1 milliard d’euros a été évoqué. La société belge CMI, spécialisée dans les tourelles de char, se voit écartée de ce marché, bien qu’elle fournisse notamment l’armée américaine.

 

Monsieur le ministre, quelles seront les retombées économiques réelles et concrètes sur l'emploi si la Défense belge signe avec une société concurrente de CMI? Où en sont les négociations d’achat avec la France? De quelle façon CMI pourrait-elle contribuer à ce marché? L’éventuel fournisseur français possède-t-il un ancrage industriel en Belgique? Enfin, en termes de maintenance et de fourniture de pièces de rechange, quelles seront les retombées économiques pour la Belgique?

 

11.02  Julie Fernandez Fernandez (PS): Madame la présidente, monsieur le ministre, les industries belges se sentent abandonnées par le volet "Achats" de votre loi de programmation militaire. Ce sentiment a été confirmé la semaine dernière par le communiqué de presse de l’entreprise militaire belge CMI à propos de l’achat de 500 véhicules blindés pour la Composante Terre.

 

Je vous ai déjà interrogé à de nombreuses reprises sur ce thème, mais votre majorité refuse d’entendre votre collègue en charge de l’Économie pour faire le point sur ce dossier, comme sur les autres volets de la loi de programmation militaire.

 

Si j'en crois la presse, vous faites désormais mine de vous montrer rassurant. Je vous cite: "Il est clair qu’il y aura une participation de l’industrie belge à un niveau acceptable pour nous." Vos réponses aux précédentes questions de mon groupe, notamment au sujet de ce dossier bien précis, n’avaient pourtant jamais été dans ce sens.

 

S’il est essentiel d’assurer la transparence et le respect des réglementations européennes, je regrette que, quel que soit l'objet – Air, Terre ou Mer – des investissements colossaux prévus par votre gouvernement, les intérêts industriels, en termes de recherche et développement et, surtout, d’emploi des Régions semblent éloignés des préoccupations gouvernementales.

 

J’aimerais dès lors, monsieur le ministre, vous poser les questions suivantes. Où en êtes-vous dans la procédure d’achat de véhicules blindés pour l’armée belge, en particulier sur le plan des aspects économiques et industriels belges? Quelles sont les évolutions depuis le passage de ce dossier en commission spéciale des Achats et ventes militaires?

 

Qu’entendez-vous par un "niveau acceptable" de participation de notre industrie dans ce dossier? Avez-vous rencontré les industriels belges concernés? Sur quels critères sont choisies les entreprises qui sont consultées pour les achats de votre département?

 

Enfin, dans le même esprit que mon collègue, j'aimerais connaître les modalités qui définissent les procédures d'achat au regard de la loi de programmation militaire.

 

11.03  Georges Dallemagne (cdH): Madame la présidente, j'ai déjà évoqué le contenu de cette question lors du débat sur le remplacement des avions de combat. Ainsi, monsieur le ministre, je ne comprends pas la logique des procédures adoptées par votre département concernant l’acquisition de nouvelles armes lourdes par l’armée belge.

 

Pour ce qui est de l’acquisition de blindés, vous invoquez, en passant un accord avec la France qui produirait les armes, l’inutilité de prospecter le marché, l’importance de nouer avec un allié proche un partenariat stratégique. Vous avez rappelé que les traités européens vous autorisent à procéder de la sorte s’agissant de l’acquisition de matériel de défense d’État à État.

 

Je n'ai pas de problème avec cela mais c'est très surprenant puisque, d’une part, concernant l’acquisition de chasseurs-bombardiers où un partenariat stratégique serait encore plus opportun avec des alliés proches convaincus de l’urgence d’une défense européenne, vous avez choisi de ne pas procéder de cette manière. Et vous avez estimé que c'était juridiquement impossible.

 

D’autre part, concernant ces blindés, un partenariat stratégique aurait plutôt consisté en l’acquisition, par des partenaires proches, de matériel technologique belge. En effet, pour une fois, l'industrie belge développe une technologie majeure, très appréciée mondialement. En l'occurrence, à mon sens, ce n’est pas un partenariat stratégique, c’est un abandon stratégique.

 

Monsieur le ministre, comment justifiez-vous un tel choix auprès de nos entreprises, pourtant compétitives et reconnues comme telles au niveau international? On ne peut s’empêcher de remarquer que cette technologie est développée en Wallonie. Et qu’elle est écartée d’emblée. On ne peut aussi s’empêcher de penser qu’afin d’équilibrer les partenariats – ce qui peut être une volonté politique légitime –, l’acquisition de blindés français réduit la possibilité d’acquérir en même temps des avions de combat français et augmente sensiblement la possibilité d’achat de F-35 en partie construits aux Pays-Bas.

 

On ne peut donc s’empêcher de penser que l’acquisition de blindés français selon une procédure qui n’a été choisie dans aucun autre gros dossier d’acquisition de matériel lourd par la Défense belge (ni pour les chasseurs de mines, ni pour les drones, ni pour les frégates, ni pour les avions de combat) relève du billard à trois bandes: achat de blindés français afin de pouvoir écarter la France du marché du siècle que représente l’acquisition de chasseurs-bombardiers.

 

Dès lors, pouvez-vous m’expliquer ce qui justifie, selon vous, ces choix changeants en matière de procédure d’acquisition? Pourquoi ce qui est défendu comme procédure pour l’achat de véhicules blindés ne l’est pas pour des chasseurs-bombardiers ou vice versa? Pourquoi choisissez-vous un partenariat approfondi pour les véhicules blindés lorsque nous disposons nous-mêmes des technologies et le rejetez-vous lorsqu’il nous est proposé pour les chasseurs-bombardiers, accompagné d’importants retours sociétaux en Belgique?

 

Vous avez récemment voulu être rassurant – d'autres collègues y ont fait référence – quant au fait qu'il y aurait une participation acceptable de l'industrie belge. Je ne sais pas si cela est encore possible puisque vous vous êtes déjà fortement engagé dans ce partenariat stratégique. Par ailleurs, je ne sais pas ce que vous entendez par "partenariat acceptable" de l'industrie belge?

 

11.04  Steven Vandeput, ministre: Madame la présidente, chers collègues, permettez-moi tout d'abord de dire que je suis quelque peu stupéfait. En effet, c'est la première fois que des parlementaires interviennent spécifiquement pour m'interroger au sujet d'une société. C'est quelque chose que je n'ai jamais vu!

 

Par ailleurs, nous avons déjà eu plusieurs discussions au sujet de la collaboration avec les Français pour notre force terrestre. Pourtant, je constate que des problèmes se posent aujourd'hui. Mais je vais répondre aux questions qui m'ont été posées.

 

Fin juin 2017, le gouvernement a donné son accord pour lancer un programme dit Camo, qui vise à renouveler la capacité motorisée de la Défense belge. Cela se fera par la conclusion d'un partenariat stratégique avec un autre pays. En effet, après des recherches effectuées auprès de différents pays de l'OTAN et de l'Union européenne, il s'est avéré que seule la France, via le programme Scorpion, était à même de nous fournir un partenariat tel qu'envisagé dans la vision stratégique, ainsi que dans les délais prévus pour ladite vision.

 

Nous avons effectué des recherches préalables. Nous avons étudié le marché. Nous avons constaté qu'un seul choix était possible. J'essaie ici de vous expliquer les différences entre les procédures, monsieur Dallemagne. Le marché dont question est complètement différent de celui des avions.

 

En fait, avec ce programme, la France effectue un renouvellement similaire de sa capacité motorisée. Les négociations en cours avec la France ont donc pour but de réaliser un contrat de gouvernement à gouvernement – iI ne s'agit pas d'un achat! – qui concrétisera ce partenariat stratégique. Nous achèterons non seulement des véhicules, mais nous coopérerons également avec la France dans plusieurs domaines (formation, appui logistique et maintenance, entraînement, gestion de la configuration, doctrine, etc.), comme c'est le cas avec les Pays-Bas dans le cadre du partenariat concernant la marine.

 

Le but n'est donc pas uniquement l'achat de véhicules de combat mais l'acquisition d'une capacité tout court. Ceci signifie concrètement qu'outre les véhicules, il faut s'assurer un accès aux données et procédures opérationnelles ainsi qu'à bien d'autres aspects tels que la doctrine, le concept d'emploi et le soutien. De par leur nature, ces éléments ne peuvent pas être fournis par l'industrie mais bien par un État. C'est pourquoi un engagement à long terme avec un pays allié sous la forme d'un partenariat stratégique est logique. Un tel partenariat stratégique garantit que la future capacité motorisée pourra continuer à évoluer sur le long terme afin de rester pertinente du point de vue opérationnel.

 

C'est entre autres pour cette raison que cette procédure, c'est-à-dire la participation internationale, est autorisée par les traités européens et les directives européennes, à savoir l'article 13 (f) de la directive 2009/81/EC. Le recours à cette procédure a fait l'objet d'un avis de la commission parlementaire des Achats militaires.

 

En outre, le gouvernement recherche aussi un retour acceptable pour des entreprises belges! Nous cherchons des partenaires industriels belges qui sont prêts à participer à ce programme. Cet aspect du programme est suivi par le SPF Économie. Cette participation industrielle pourra se faire dans les domaines de la production, de la maintenance et de la fourniture de pièces de rechange. Elle pourra, de plus, se réaliser dans le cadre des deux programmes, c'est-à-dire le Scorpion et le Camo, tout au long de la durée de vie des systèmes d'armes.

 

À la question de savoir ce que j'entends par un niveau acceptable de participation de l'industrie belge dans ce dossier, je suis heureux de vous répondre que l'ambition est de réaliser un retour de 100 % sur la durée de vie des systèmes d'armes. Nous ne devons pas nous laisser séduire par des gains rapides. Nous devons regarder au-delà de la période située entre maintenant et le moment de la dernière livraison. Le profit se situe aussi dans le partenariat stratégique et dans la collaboration à long terme.

 

L'équipe du programme Camo regroupera les résultats de ces négociations et les soumettra à l'Inspection des finances. Ensuite, je présenterai le dossier au gouvernement et aucune information ne sera divulguée pendant la phase de négociations.

 

11.05  Jean-Jacques Flahaux (MR): Monsieur le ministre, je vous remercie pour votre réponse.

 

Si je devais la traduire en deux mots, je dirais que "les députés ont crié avant le coup", car nous sommes encore en pleine négociation. Un partenariat est toujours une bonne chose, surtout si on veut se diriger vers une défense européenne.

 

Nous avions des craintes sur le fait que des firmes belges pourraient se voir délaissées mais vous êtes en train de nous rassurer. Vous avez raison de dire qu'il ne faut pas se contenter d'une analyse qui se limite à l'achat, il faut également tenir compte de tout le parcours du projet, en ce compris la maintenance.

 

Monsieur le ministre, je suis satisfait de votre réponse et je resterai attentif à l'évolution de ce dossier.

 

11.06  Julie Fernandez Fernandez (PS): Monsieur le ministre, votre réponse ne me satisfait pas du tout! Parmi les non-réponses ou les réponses bancales que vous avez produites dans cette commission depuis le début de la législature, on atteint des sommets aujourd'hui!

 

D'abord, vous faites un procès d'intention aux parlementaires qui s'interrogent sur le fait qu'un des plus gros constructeurs belges en matière de défense – qui fournit l'armée américaine! – n'ait même pas été interrogé sur le marché. Le choix d'une entreprise dépend des procédures mises en place mais je me demande pourquoi on choisit une certaine procédure en fonction d'un certain marché! Pour ces véhicules, on privilégie un partenariat avec la France et on éjecte une entreprise belge, alors que pour les avions, on n'a même pas répondu à l'offre de partenariat!

 

Pour ce qui concerne les entreprises belges, ce sont évidemment des retombées directes sur le marché belge mais c'est aussi une carte de visite. Je ne trouve pas indécent de se dire que la Défense pourrait être une carte de visite pour une des plus grandes entreprises belges de défense.

 

Effectivement, les entreprises belges sont situées partout en Belgique et non pas uniquement en Flandre. J'estime que ça ne va pas et je rejoins tout à fait mon collègue dans ses nombreuses questions relatives au marché et à la pratique du 'deux poids, deux mesures' de laquelle nous sommes spectateurs dans cette commission. Cela devient extrêmement dérangeant.

 

Quant au procès d'intention que vous tentez de nous faire, monsieur le ministre, nous pourrions peut-être vous le retourner. Croyez-moi, je ne manquerai pas de suivre le dossier et de vous réinterroger, même si vous vous égosillez, quand ça vous arrange, à nous dire que vous ne pouvez pas nous donner d'informations. Je me demande quand même pourquoi la société CMI n'a pas été, ne serait-ce que consultée, même si, ultérieurement, la réponse était: "Ce n'est pas ce qui convient". Je constate simplement qu'elle n'a même pas été consultée.

 

11.07  Steven Vandeput, ministre: Madame Fernandez, je transmettrai aux Français que vous n'êtes plus pour ce projet.

 

11.08  Julie Fernandez Fernandez (PS): Monsieur le ministre, vous pouvez transmettre aux Français ce que vous voulez. Ce qui est intéressant, c'est de savoir si les Français sont réellement intéressés par ce marché car c'est aussi une question que je me pose. Peut-être n'avez-vous pas vraiment envie de parler aux Français parce que vous devriez alors peut-être aussi répondre à certaines questions sur le partenariat qui vous est proposé dans le cadre du contrat sur les avions. Or, à cet égard, votre silence de tout à l'heure était assez édifiant.

 

11.09  Georges Dallemagne (cdH): Monsieur le ministre, votre étonnement me surprend. Vous faites comme si le Parlement ne s'inquiétait pas systématiquement de ces fleurons industriels, et comme si vous, dans le Limbourg, vous ne vous étiez pas inquiété de Ford Genk ou d'Opel. Ou comme si nous ne nous étions pas intéressés récemment au sort de Carrefour. Il s'agit d'ailleurs d'entreprises basées à l'étranger, alors que, dans ce cas-ci, l'entreprise est basée en Belgique.

 

Permettez-moi d'être surpris de ce que je considère comme un quasi-mépris à l'égard d'un fleuron industriel belge. Je trouve inacceptable la manière dont vous traitez cette inquiétude de notre industrie belge. Je continuerai à défendre l'industrie belge, que ce soit devant cette commission ou devant d'autres. Celle-là est concernée bien davantage que d'autres. Elle s'est inquiétée publiquement, et dans ces cas-là, il est normal que le Parlement s'intéresse à la situation. Cela me paraît relever de la logique même, monsieur le ministre. J'imagine que chez vous, dans le Limbourg, lorsque des industries expriment publiquement des inquiétudes, vous les recevez et considérez les raisons de leurs inquiétudes. Je continuerai à le faire malgré la manière dont vous traitez ces inquiétudes.

 

J'en viens au deuxième point.

 

En ce qui concerne le partenariat stratégique, j'aurais pu reprendre mot pour mot ce que vous venez d'annoncer pour les blindés, en l'appliquant aux avions de chasse. Cela collait encore plus pour les avions de chasse, mais vous n'avez pas choisi de le faire.

 

11.10  Steven Vandeput, ministre: Monsieur Dallemagne, nous avons suivi, en fait, les mêmes procédures. Nous avons commencé avec un RfI, un Request for Information, comme pour les avions. C'est mon prédécesseur qui a commencé; il a fait faire un RfI pour connaître le marché. Nous avons fait la même chose pour les forces terrestres. Un moment donné, on présente cet RfI parce qu'on a étudié le marché. Pour la capacité motorisée, nous avons constaté que, dans les délais et à l'intérieur des concepts de stratégie que nous prévoyons, les Français exprimaient un souhait. Ils étaient peut-être le meilleur parti, que nous devions contacter. C'est la raison pour laquelle nous avons décidé d'aller vers un partenariat.

 

Au niveau des avions, de même que pour la marine, un RfI a été fait, une étude de marché montrant qu'il existe un véritable marché de compétition offrant de multiples possibilités et de systèmes différents, etc. C'est pourquoi nous avons décidé, à l'époque, d'ouvrir une procédure de concurrence: le RfGP.

 

Pour ce qui concerne la marine, un RfI a été fait avec en tête ce concept de chasseur de mines, mine countermeasures. On a constaté que le marché est mature et que cinq ou six sociétés européennes pouvaient faire une offre pour l'intégration du système complet. Là aussi, il a été décidé d'ouvrir une procédure de concurrence. Elle sera lancée aujourd'hui. Après signature avec les Pays-Bas, on la placera sur le marché.

 

Mais quand vous dites qu'il faut la même procédure pour tout et que vous vous présentez comme défenseur de l'industrie belge, je ne comprends pas pourquoi je suis attaqué. J'ai dit que je voulais 100 % de rendement. Si on continue dans cette optique, il faut aussi mettre sur le marché notre arme individuelle, lancer des procédures pour des choses dont on sait qu'il existe des compétiteurs belges importants.

 

Le choix de la procédure a été fait sur la base des études préalables. À un certain moment, on entre dans certaines procédures, comme on l'a fait pour les avions, la capacité motorisée, comme on va le faire pour la marine. Pour tous les règlements européens, nous essayons de développer les capacités nécessaires dans les délais et budgets prévus.

 

11.11  Georges Dallemagne (cdH): Monsieur le ministre, je vous remercie pour ces explications.

 

Je dois avouer que ce débat, à mon sens, ne fait que démarrer. J'entends bien que vous avez fait un Request for Information. Mais, moi je suis obligé de vous croire sur parole, vu que je ne connais pas les conclusions de ce Request for Information. À ma connaissance, ni l'Inspection des Finances, ni la Cour des comptes n'en disposent.

 

C'est une procédure interne, opaque, à laquelle nous n'avons pas accès. Vous nous dites que vous avez fait une étude, que c'est pour cela que vous avec choisi un gré à gré et un partenariat stratégique. Cela ne me convient pas. Je ne dis pas qu'il faut toujours appliquer la même procédure. Je n'ai jamais demandé cela. J'ai dit que je voudrais comprendre. Je voudrais notamment savoir si, pour ce request for information, l'industrie belge a été interrogée, éventuellement en consortium avec d'autres constructeurs.

 

11.12  Steven Vandeput, ministre: Nous parlons d'État à État. Nous ne pouvons pas faire les deux. Nous avons décidé de nous lancer dans un partenariat et de négocier. Vous me demandez aujourd'hui de donner des détails sur des négociations en cours. Cela ne va pas! Mais il est clair que c'est government to government. C'est ce que nous avons choisi.

 

Quant à la Request for Information que nous avons faite pour la capacité motorisée, elle a été présentée lors de la commission spéciale des Achats et des ventes militaires. Il semble que votre groupe n'était alors pas représenté.

 

11.13  Georges Dallemagne (cdH): Monsieur le ministre, je vous répète que j'aimerais bien comprendre la logique de chacune des procédures. J'aimerais aussi que ces procédures puissent être examinées, si pas par le parlement, alors par une institution comme la Cour des comptes, afin qu'elle puisse nous dire qu'il s'agit bien d'un choix judicieux dans l'intérêt stratégique et industriel de la Belgique, dans la légalité et selon les traités.

 

Vos explications ne me rassurent pas. Je ne comprends aucune des procédures, et je m'en inquiète, parce qu'elles nous engagent pour les décennies à venir sur le plan budgétaire, sur le plan politique, sur le plan stratégique. Je m'inquiète de voir qu'une industrie belge de pointe ait été écartée d'emblée pour nos équipements futurs. Je pense qu'il aurait été judicieux qu'ils ne soient pas écartés d'emblée et qu'au contraire, nous cherchions à les valoriser, comme ils sont valorisés à l'étranger.

 

11.14  Steven Vandeput, ministre: Je vous apporterai encore une précision. Comme vous le savez, monsieur Dallemagne, pour chaque dossier présenté en Conseil des ministres, l'Inspection des finances doit rendre un avis, lequel est ensuite communiqué à la commission des Achats militaires.

 

11.15  Georges Dallemagne (cdH): Oui, c'est très bien.

 

11.16  Steven Vandeput, ministre: Vous n'étiez pas présent.

 

11.17  Georges Dallemagne (cdH): Non, mais j'en ai pris connaissance.

 

11.18  Steven Vandeput, ministre: Ensuite, quand vous affirmez que la Cour des comptes n'y a pas accès, vous devez bien savoir qu'elle n'est pas un organe sur lequel je peux influer. C'est votre rôle!

 

11.19  Georges Dallemagne (cdH): Ne vous en faites pas.

 

11.20  Steven Vandeput, ministre: Le parlement sait très bien que, lorsque la Cour des comptes demande des informations à la Défense, elle les obtient toujours - mais ex post, ni avant ni pendant l'élaboration d'un projet.

 

11.21  Georges Dallemagne (cdH): Monsieur le ministre, en tout cas, vous ne me rassurez pas. J'ai évidemment lu l'avis de l'Inspection des finances. Il y est seulement indiqué qu'une Request for Information a été introduite et que, sur cette base, une décision a été prise.

 

Pour ma part, en ma qualité de parlementaire, je trouve cette information insuffisante. C'est même totalement inacceptable.

 

11.22  Steven Vandeput, ministre: Mais je vais alors tout mettre sur le marché! Tout, pour l'édification du public!

 

11.23  Georges Dallemagne (cdH): Monsieur le ministre, mettez-vous à ma place! Je suis censé contrôler votre action. Or je ne peux pas le faire, parce que je n'en ai pas les moyens en ce moment.

 

11.24  Steven Vandeput, ministre: Alors, soyez là quand on vient vous donner des informations!

 

11.25  Georges Dallemagne (cdH): C'est un mauvais argument, car je suis présent la plupart du temps! Et je dispose des documents. Pour le dire clairement, en commission, on ne nous donne pas plus d'informations que ce qui est contenu dans lesdits documents. Rien de plus!

 

Autrement dit, ces documents ne comportent aucun renseignement susceptible de me rassurer quant à votre manière de travailler dans le dossier en question.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De voorzitter: De heer Friart is niet aanwezig voor het stellen van zijn vraag nr. 23923. Dat betekent dus dat wij nog even op honger zitten over meer nieuws met betrekking tot de jonge militairen.

 

12 Vraag van mevrouw Karolien Grosemans aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "het taalevenwicht in het War Heritage Institute dat recent werd opgericht" (nr. 23932)

12 Question de Mme Karolien Grosemans au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "la parité linguistique au War Heritage Institute récemment créé" (n° 23932)

 

12.01  Karolien Grosemans (N-VA): Mijnheer de minister, het War Heritage lnstitute (WHI) werd in april 2017, bijna een jaar geleden, opgericht en omvat onder andere het Koninklijk Legermuseum en andere sites die historische stukken bijhouden of belangrijke plaatsen zijn om de herinnering aan de geschiedenis levend te houden.

 

In het verleden bleek uit talrijke vragen over het Legermuseum dat er ernstige problemen waren op het vlak van het beheer en het personeels­bestand. Uit een schriftelijke vraag die ik onlangs stelde, bleek ook een enorm taalonevenwicht van 177 Franstalige tegenover 85 Nederlandstalige personeelsleden, dus 68 procent Franstaligen en 32 procent Nederlandstaligen.

 

Mijnheer de minister, ik heb de volgende vragen.

 

Ten eerste, wat is de reden voor deze wanver­houding?

 

Ten tweede, wat is de normale samenstelling van het personeelsbestand op het vlak van taal in dit instituut?

 

Ten derde, is de raad van bestuur zich bewust van het probleem? Heeft het een plan om het op te lossen?

 

Ten vierde, wie ziet toe op de correcte uitvoering van wetten en voorschriften in het War Heritage Institute?

 

12.02 Minister Steven Vandeput: Mevrouw Grosemans, het taalonevenwicht binnen het War Heritage Institute is te wijten aan historische verschillen, maar vooral aan het feit dat het huidige perso­neels­bestand het gevolg is van de samensmelting van de verschillende instellingen die samen het WHI vormen. Daarbij worden ook de militairen opgenomen in het overzicht per taalstelsel.

 

Het taalonevenwicht zal dienen weggewerkt te worden via de nieuwe aanwervingen. Deze zullen gebeuren op basis van de nog op te stellen en goed te keuren taalkaders. U weet dat het WHI een nieuwe instelling is en de taalkaders dienen nog te worden opgesteld.

 

De raad van bestuur van het WHI is zich bewust van het ontbreken van taalkaders en zal tijdens de volgende vergadering, die is gepland op 5 maart 2018, aan het directiecomité om een stand van zaken vragen.

 

Zolang er geen taalkaders voor het WHI beschikbaar zijn, mogen er van de Vaste Commissie voor Taaltoezicht immers geen benoemingen of bevorderingen plaatsvinden, hetgeen een stilstand op personeelsvlak betekent. Onze regeringscommissaris zal dan ook tijdens de vergadering vragen de taalkaders zo snel mogelijk ter goedkeuring aan de raad van bestuur voor te leggen.

 

12.03  Karolien Grosemans (N-VA): Dank u voor uw antwoord, mijnheer de minister.

 

U weet dat er in deze commissie altijd enorm veel vragen worden gesteld over het War Heritage lnstitute en het Koninklijk Legermuseum. Heel veel fracties vinden de opdracht ervan belangrijk, namelijk de herinnering in stand houden. Het is dan ook van het allergrootste belang dat het instituut op een correcte manier bestuurd wordt, zeker op het vlak van het personeelsbestand. Wij hebben in het verleden al vaak gemerkt dat het personeelsbeheer dikwijls de oorzaak is van problemen.

 

Het moet mij van het hart dat ik het enorm straf vind dat het directiecomité bij zo'n groot taal­onevenwicht bijna een jaar na de oprichting nog altijd niet in taalkaders heeft voorzien. U zegt dat benoemingen of bevorderingen in het afgelopen jaar niet mogelijk waren, aangezien de Vaste Commissie voor Taaltoezicht die niet toelaat. Ik vind het heel positief dat u via de regerings­commissaris vraagt om de taalkaders zo snel mogelijk aan de raad van bestuur voor te leggen.

 

Ikzelf zal zeker nagaan of er in het afgelopen jaar geen benoemingen of bevorderingen hebben plaatsgevonden. Ik zal ook geregeld op dit onderwerp terugkomen, om zeker te zijn dat het instituut zijn maatschappelijke taken correct vervult.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

13 Vraag van de heer Peter Buysrogge aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de militaire Schengenzone" (nr. 23933)

13 Question de M. Peter Buysrogge au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "l'espace Schengen militaire" (n° 23933)

 

13.01  Peter Buysrogge (N-VA): Mijnheer de minister, vorige week, van 19 tot 21 februari, vond in Brussel de vergadering van het NAVO-parlement plaats. U was daar trouwens een van de voorname gastsprekers, waarvoor mijn felicitaties.

 

Een van de andere sprekers was luitenant-generaal Carsten Jacobson, commandant van de Duitse landmacht en vicecommandant van het Duitse leger. Hij pleitte voor een militaire Schengenzone in Europa, om zo de bureaucratie rond Europese troepenbewegingen te stoppen. Als voorbeeld gaf hij aan hoe naar verluidt slechts twintig vrachtwagens per uur over de grens tussen Polen en Litouwen mogen. Een groot militair konvooi bestaande uit 1 500 voertuigen heeft dan vijf dagen nodig om de grens over te steken. Verscheidene NAVO-officieren en Europese ministers van Defensie hebben in het verleden reeds gepleit voor het opstarten van een militaire Schengenzone. In juni 2017 pleitte onder andere de toenmalige Nederlandse minister van Defensie Plasschaert hier nog voor.

 

Ten eerste, gelden beperkingen zoals die voor de grens tussen Polen en Litouwen ook tussen andere Europese landen, bijvoorbeeld België en de buurlanden?

 

Ten tweede, wat is de positie van de regering tegenover een militaire Schengenzone?

 

Ten derde, zijn er in Europa al gesprekken hierover geweest of opgestart? Bent u betrokken bij die gesprekken?

 

13.02 Minister Steven Vandeput: Mijnheer Buysrogge, ik heb eerst een enigszins technische uitleg om het voorbeeld dat slechts twintig vrachtwagens per uur de grens mogen oversteken, te nuanceren. Bij de verplaatsing van een militair konvooi wordt het aantal voertuigen in een stel – dat is een onderdeel van een konvooi of een groter gehee  – en het interval tussen twee stellen bepaald door het land van bestemming. Die gegevens kunnen fluctueren op basis van onder andere de verkeersdrukte, de weersomstandigheden en de staat van de wegen. Zo is in de meeste gevallen het aantal voertuigen per stel in Duitsland beperkt tot tien en is het interval bepaald op vijftien minuten. Dat betekent dat er in Duitsland veertig voertuigen per uur kunnen passeren. Het is altijd goed om eerst voor eigen deur te vegen.

 

In het Europees Defensieagentschap (EDA) bestaat er sedert september 2017 een werkgroep die zich buigt over cross-border military transportation. De inspanningen van die werkgroep zullen zich vertalen in een actieplan, dat op 22 maart 2018 voorgelegd zal worden aan het Europees Parlement. Defensie heeft uiteraard bijgedragen aan de opmaak van dat stappenplan.

 

Daarnaast heeft Nederland de leiding over het mobiliteitsproject PESCO. Wij maken deel uit van dat project. Mobiliteit is ook geregeld aan de orde op NAVO-meetings. Er is op dat vlak al heel veel werk gebeurd maar we hebben ook nog veel te doen. De regering heeft formeel nog geen standpunt ingenomen. Aangezien we in het verleden altijd meegewerkt hebben aan de gestage openstelling van de grenzen, ook voor militaire transporten, voorzie ik echter geen problemen op dat vlak.

 

13.03  Peter Buysrogge (N-VA): Mijnheer de minister, ik dank u voor de nuance van het standpunt van de Duitse generaal.

 

Het is belangrijk dat er verdere stappen worden gezet om bij trainingen en transporten allerhande de bureaucratie tot een minimum te beperken. Er moet zoveel mogelijk eensgezindheid zijn. Iedereen heeft de mond vol van vrij verkeer van personen en goederen in Europa. Het moet dan ook mogelijk zijn dat bevriende naties daar onderling soepel mee omspringen.

 

Uit uw antwoord maak ik op dat er in korte tijd stappen kunnen worden gezet. Ik zal uiteraard niet nalaten om hier in een vervolgvraag op terug te komen.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

14 Vraag van de heer Peter Buysrogge aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de NAVO-top van 14 en 15 februari" (nr. 23935)

14 Question de M. Peter Buysrogge au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "le sommet de l'OTAN des 14 et 15 février" (n° 23935)

 

14.01  Peter Buysrogge (N-VA): Mijnheer de minister, op 14 en 15 februari had in Brussel een NAVO-Raad plaats voor Defensieministers.

 

Wat zijn de plannen van de NAVO in Irak, nu IS al dan niet definitief verslagen is?

 

Welke andere operaties krijgen in de komende periode vooral de nodige aandacht?

 

Hoe reageert de NAVO op de hernieuwde inspanningen in Europa om een Europese defensie nieuw leven in te blazen?

 

Wat is de reactie op de Belgische toetreding tot het multinationale MRTT-programma?

 

14.02 Minister Steven Vandeput: Mijnheer Buysrogge, de Raad van Defensieministers van 14 en 15 februari is belangrijk in aanloop naar de NAVO-top in Brussel op 11 en 12 juli van dit jaar. Tijdens de Raad werden de belangrijkste zaken betreffende de deterrence and defence posture alsook de projecting stability besproken.

 

Buiten de NATO Training and Capacity Building activity in Iraq (NTCB-I), het adviseren en trainen van de Iraakse veiligheidstroepen en -instellingen, was er geen operatie of missie die na de vorige ministeriële bijeenkomst specifieke aandacht vereist. Er werd alleen daarover gesproken, toen de operaties aan de orde kwamen. De ministers verklaarden zich akkoord om de huidige activiteit om te vormen tot een non-combat mission, maar nog steeds in steun van de internationale coalitie tegen IS. Dat zou moeten leiden tot een duidelijkere afbakening van de militaire doel­stellingen, enerzijds, en de politieke doelstellingen, anderzijds, alsook tot een betere planning en coördinatie. Het doel is om die missie te lanceren op de volgende top.

 

Tijdens de sessie over de NAVO-EU-samenwerking, een onderwerp dat België als prioriteit voor de NAVO-top naar voren schuift, uitten enkele niet-Europese landen, waaronder de Verenigde Staten, Groot-Brittannië en Turkije, hun bezorgdheid om uitgesloten te worden uit de projecten van de Permanent Structured Cooperation, een bezorgdheid waaraan wij vroeger ook herhaaldelijk uiting gaven.

 

Mevrouw Mogherini, de Hoge Vertegenwoordiger van de EU, merkte op dat er een procedure bestaat om, indien een externe bijdrage een toegevoegde waarde betekent, via de Council toegang te krijgen tot PESCO-projecten. Die bezorgdheid betekent niet dat de landen negatief reageren op de hernieuwde Europese inspan­ningen, want onder andere de Verenigde Staten stelden dat de EU en de VS niet verdeeld zijn en betuigden hun steun aan de Europese initiatieven.

 

In de rand van de meeting ondertekende ik het memorandum of understanding waardoor België officieel is toegetreden tot het programma voor de aankoop in het kader van een Europese vloot veelzijdige tank- en transportvliegtuigen, de zogenaamde MRTT. Dat is dan weer een mooi voorbeeld van hoe landen concreet bottom-up kunnen samenwerken om capaciteiten ten voordele van zowel de Europese Unie als van de NAVO te verwerven. In het bijzonder in domeinen die prioritaire capaciteitslacunes van de NAVO vormen, moeten wij voortwerken. De reacties op onze toetreding waren dan ook zeer positief.

 

14.03  Peter Buysrogge (N-VA): Mijnheer de minister, ik hoop dat de niet zo talrijk aanwezige collega’s uw antwoord ook zullen nalezen. Het is alleszins van belang dat wij ons op dat vlak internationaal en dus ook Europees profileren. Ik wist al dat dit werd geapprecieerd in internationaal verband, maar het is toch belangrijk dat het hele Parlement dat weet.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

15 Question de M. Jean-Jacques Flahaux au ministre de la Défense, chargé de la Fonction publique, sur "les projets de recherche de défense soutenus par l'UE" (n° 23936)

15 Vraag van de heer Jean-Jacques Flahaux aan de minister van Defensie, belast met Ambtenarenzaken, over "de door de EU ondersteunde onderzoeksprojecten op defensievlak" (nr. 23936)

 

15.01  Jean-Jacques Flahaux (MR): Madame la présidente, monsieur le ministre, une nouvelle série de projets de recherche de défense a reçu le soutien du Fonds européen de la défense. Vous savez à quel point je suis attaché à cette unification de la défense européenne. Ce fonds catalyse la formation d'une puissante industrie européenne de la défense. Il permet de stimuler les capacités de défense et de tisser des partenariats transfrontaliers.

 

Voici quatre projets soutenus par l'Union européenne dont, malheureusement, la Belgique semble absente.

 

Projet Ocean 2020: ce projet vise à améliorer la surveillance en milieu maritime grâce à des engins avec ou sans équipage permettant d'avoir une perception complète de la situation en combinant de nombreuses données différentes. Les ministères de la Défense de l'Espagne, de l'Estonie, de la France, de la Grèce, de l'Italie, de la Lituanie, des Pays-Bas, du Portugal, de la Suède et du Royaume-Uni y participent, ce qui ne semble pas être le cas de la Belgique.

 

Projet ACAMSII: ce projet porte sur l'élaboration d'un camouflage adaptatif protégeant les soldats des capteurs qui opèrent dans plusieurs bandes de longueur d'onde. Les participants proviennent d'Allemagne, de France, de Lituanie, des Pays-Bas, du Portugal et de Suède, mais pas de Belgique, semble-t-il.

 

Projet GOSSRA: ce projet se concentre sur la coordination des dispositifs complexes que les soldats portent sur eux. Ils sont, en effet, équipés de différents systèmes dont l'interopérabilité est cruciale. Le projet a pour but de créer une méthode standard de connexion de divers composants facilitant la conception de dispositifs compatibles avec les équipements existants. Il sera mené par des partenaires d'Allemagne, d'Espagne, d'Italie, des Pays-Bas, de Pologne, du Portugal et de Suède, mais pas de Belgique, semble-t-il.

 

Projet Vestlife: ce projet porte sur la création de vêtements de protection pour les soldats, ces vêtements devant être plus légers, plus souples et plus confortables sans rien perdre de leurs qualités de protection. Y participent l'Espagne, la Finlande, l'Italie, les Pays-Bas et le Portugal mais pas la Belgique, semble-t-il.

 

Monsieur le ministre, qu’en est-il de la présence ou de l’absence de l’industrie de la défense belge parmi ses partenaires européens dans ces projets? Existe-t-il un problème de compétitivité de nos entreprises de défense par rapport à leurs partenaires européens?

 

15.02  Steven Vandeput, ministre: Madame la présidente, monsieur Flahaux, les entreprises se réunissent en groupements pour la participation à chaque projet. Ainsi, l'entreprise belge Luciad s'est portée candidate pour le projet Ocean 2020 mais deux autres groupements ont été choisis.

 

En fait, l'absence de l'industrie de la défense belge est une conséquence des groupements pour lesquels elle a opté. Pour autant que nous puissions l'évaluer, notre industrie de la défense ne présente pas de problème de compétitivité et le résultat de ce nombre limité de projets ne donne aucune raison d'en douter.

 

15.03  Jean-Jacques Flahaux (MR): Monsieur le ministre, je vous remercie pour cette réponse brève.

 

Je souhaiterais évidemment que nous puissions être impliqués dans chacun des grands projets de défense. Je peux néanmoins comprendre qu'à partir du moment où nos entreprises s'associent à d'autres firmes qui ne sont pas choisies, nous ne fassions pas partie de la sélection en question. Nous devons continuer à inciter nos firmes à se porter à chaque fois candidates à des projets. Quant au fait qu'on ne soit pas retenu, je peux imaginer que ce n'est pas toujours possible.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De openbare commissievergadering wordt gesloten om 12.11 uur.

La réunion publique de commission est levée à 12.11 heures.