Commissie voor de Buitenlandse Betrekkingen

Commission des Relations extérieures

 

van

 

Woensdag 13 maart 2019

 

Namiddag

 

______

 

 

du

 

Mercredi 13 mars 2019

 

Après-midi

 

______

 

 


De behandeling van de vragen vangt aan om 15.19 uur. De vergadering wordt voorgezeten door de heer Dirk Van der Maelen.

Le développement des questions commence à 15 h 19. La réunion est présidée par M. Dirk Van der Maelen.

 

De voorzitter: Ik overloop de vragenlijst om te zien welke collega's aanwezig zijn voor het stellen van hun vragen.

 

Collega Van Peteghem, het is uw dag! U scoort hier.

 

01 Questions jointes de

- M. Marco Van Hees au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la base de données de l'ONU des entreprises actives dans les colonies israéliennes" (n° 28910)

- Mme Gwenaëlle Grovonius au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la base de données des Nations Unies des entreprises impliquées dans la colonisation israélienne" (n° 28913)

- M. Vincent Van Peteghem au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la base de données onusienne des entreprises actives dans les colonies israéliennes" (n° 28999)

- M. Wouter De Vriendt au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la base de données onusienne des entreprises actives dans les colonies israéliennes" (n° 29076)

01 Samengevoegde vragen van

- de heer Marco Van Hees aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de VN-databank met ondernemingen die actief zijn in de Israëlische nederzettingen" (nr. 28910)

- mevrouw Gwenaëlle Grovonius aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de VN-databank met ondernemingen die bij de Israëlische nederzettingen betrokken zijn" (nr. 28913)

- de heer Vincent Van Peteghem aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de VN-database met bedrijven actief in de Israëlische nederzettingen" (nr. 28999)

- de heer Wouter De Vriendt aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de VN-database met bedrijven actief in de Israëlische nederzettingen" (nr. 29076)

 

01.01  Vincent Van Peteghem (CD&V): Mijnheer de voorzitter, ik ben blij dat u vandaag al zo positief bent geweest over mij. Dat komt allicht omdat wij geen rechtstreekse concurrenten meer zijn bij de komende verkiezingen.

 

Mijnheer de minister, in een resolutie van de Mensenrechtenraad van 2016 stelde België de vraag voor de opmaak van een VN-database van bedrijven actief in Israëlische nederzettingen. U hebt dit ook in commissie verklaard op 17 oktober 2018.

 

Ondertussen werd de screening van bedrijven gefinaliseerd en is de database klaar voor publicatie. VN-commissaris Bachelet staat echter onder zware druk om de database niet te publiceren of de publicatie opnieuw uit te stellen.

 

Mijn vragen zijn de volgende.

 

Ten eerste, bent u bereid om de volgende weken een bilaterale demarche te doen naar de VN-mensenrechtencommissaris en hem op te roepen de database vóór 18 maart 2019 te publiceren? Zo nee, om welke specifieke redenen niet? Hoe valt een dergelijke houding te rijmen met onze steunverklaring aan de database in oktober 2018?

 

Ten tweede, ziet u de publicatie van de VN-database als een concrete operationalisering van resolutie 2334 van de VN-Veiligheidsraad? Zo nee, om welke specifieke redenen niet? Welke andere stappen ziet u in de toekomst om deze resolutie verder te operationaliseren?

 

Ten derde, welke interpretatie geeft u aan de VN-database, enerzijds, en de Europese richtlijn betreffende het labelen van nederzettingsbedrijven, anderzijds?

 

Ten vierde, welke concrete actie plant u in 2019 tegen de steeds intensievere Israëlische acties om de Groene Lijn uit te vagen?

 

01.02  Wouter De Vriendt (Ecolo-Groen): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, de VN-resolutie 2334 van 2016 vraagt dat landen in hun contacten met Israël een duidelijk onderscheid maken tussen Israël zelf en de bezette gebieden. Dit differentiatieprincipe is ook verworven op Europees vlak, onder meer door de verplichte herkomstlabeling van producten afkomstig uit de illegale lsraëlische nederzettingen.

 

In 2016 heeft het VN-commissariaat voor de Mensenrechten de opdracht gekregen van de Mensenrechtenraad, met steun van België overigens, om een database op te stellen van bedrijven actief in de lsraëlische nederzettingen. Deze database is ondertussen klaar. Hoge Commissaris Bachelet staat echter onder zware druk, van onder meer Israël en de VS, om de lijst niet te publiceren. Nochtans is de publicatie essentieel om tot een effectief economisch differentiatiebeleid te kunnen komen. Er is sprake van om de publicatie van de lijst uit te stellen.

 

Ik kom tot mijn vragen.

 

U verklaarde eerder het principe van de database, en de opmaak ervan, te steunen. ls dat nog steeds het geval? Bent u voorstander van de publicatie van de database?

 

Zult u rechtstreeks bij de commissaris pleiten om niet toe te geven aan de druk, en de database alsnog te publiceren? Zal ons land, tijdens het debat in de Mensenrechtenraad, op 18 maart het woord nemen en duidelijk pleiten voor de publicatie van de database?

 

01.03  Marco Van Hees (PTB-GO!): Monsieur le président, monsieur le ministre, le 17 octobre 2018, en réponse à ma question n° 27259, vous déclariez que la Belgique était favorable à l'instauration d'une base de données des Nations Unies sur les entreprises actives dans les colonies israéliennes.

 

Entre-temps, le Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) a achevé le screening des entreprises et la base de données est prête à être publiée. Cependant, la Haute-Commissaire Bachelet subit de fortes pressions pour ne pas publier la base de données ou pour en reporter à nouveau la publication. Ceci s'inscrit dans un contexte d'intensification des violations des droits internationaux humanitaires et droits humains par Israël, dont certaines pourraient même constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité, comme vient de le mentionner une commission de l'ONU.

 

Monsieur le ministre, êtes-vous prêt à entreprendre une démarche auprès de la Haute-Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU dans les semaines à venir, en demandant à cette dernière de publier la base de données avant le 18 mars 2019? Si non, pour quelles raisons spécifiques et comment une telle attitude serait-elle compatible avec votre déclaration de soutien exprimée le 17 octobre 2018?

 

Considérez-vous la publication de la base de données des Nations Unies comme une application concrète de la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations Unies? Dans la négative, pour quelles raisons spécifiques et quelles autres mesures voyez-vous à l'avenir pour rendre cette résolution du Conseil de sécurité plus opérationnelle?

 

Considérez-vous que la base de données des Nations Unies suit la même logique que la notice interprétative européenne sur l'étiquetage des produits des colonies? Si non, pour quelles raisons précises?

 

Quelles mesures concrètes comptez-vous prendre – rapidement – contre les actions de plus en plus intensives menées par Israël pour faire disparaître la Ligne verte?

 

01.04  Gwenaëlle Grovonius (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, en mars 2016, dans sa résolution 3136, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a chargé le HCDH de produire et de publier une base de données sur la participation des entreprises privées à l'économie des colonies israéliennes. À l'origine, cette base de données devait être présentée au Conseil des droits de l'homme en mars 2017.

 

En octobre 2018, vous confirmiez que la Belgique était favorable à une telle base de données. Toutefois, ces derniers mois, la Haute-Commissaire semble avoir subi de fortes pressions américaines et israéliennes pour ne pas publier ladite base de données, empêchant donc l'application de cette résolution 3136.

 

Monsieur le ministre, la Belgique étant une ardente défenseuse du multilatéralisme et des droits de l'homme, quelles mesures prendrez-vous à court terme pour assurer l'application de ladite résolution?

 

01.05  Didier Reynders, ministre: Monsieur le président, chers collègues, la base de données des Nations Unies relative aux entreprises impliquées dans certaines activités dans les colonies israéliennes suscite un vif intérêt dans cette assemblée car nous y sommes déjà revenus plusieurs fois, ce qui est parfaitement compréhensible au regard du péril que fait peser la colonisation sur les perspectives d'aboutir à une paix juste, durable et globale.

 

Comme je l'ai déjà rappelé à maintes reprises ici même, la politique de colonisation viole le droit international et les obligations qui incombent à Israël en tant que force d'occupation. La poursuite de la colonisation en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, vide en outre de sa substance l'option d'une solution à deux États qui est la seule à faire consensus au niveau international.

 

Cette position de la Belgique est réitérée avec force à tous les niveaux, y compris au Conseil de sécurité des Nations Unies, à l'occasion des discussions mensuelles sur le processus de paix au Moyen-Orient.

 

Le 26 mars prochain, Nickolay Mladenov, coordi­nateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient présentera son rapport sur la mise en œuvre de la résolution 2334. La Belgique s'est jointe à une initiative réclamant un rapportage écrit régulier sur cette résolution 2334, afin que les membres du Conseil de sécurité puissent s'appuyer sur un rapport substantiel lors des débats.

 

La résolution 2334, qui exige l'arrêt de la colonisation, est également très claire sur l'exigence de différenciation puisqu'elle demande, en son paragraphe 5, que les États fassent la distinction, dans leurs échanges, entre le territoire de l'État d'Israël et les territoires occupés depuis 1967. Cette distinction constitue la base de la politique de différenciation soutenue par la Belgique.

 

Comme je l'ai répété à plusieurs reprises devant cette commission, cette politique de différenciation entre les territoires occupés et Israël ne vise pas à instaurer un boycott ou des sanctions. J'ai déjà également abordé à plusieurs reprises les mesures européennes adoptées pour aider à définir cette politique de différenciation, en particulier la clause territoriale en 2012 et la communication interprétative de 2015 relative à l'indication de l'origine des marchandises issues des territoires occupés par Israël depuis juin 1967.

 

Ik kom nu bij de database van de Verenigde Naties van bedrijven die betrokken zijn bij bepaalde activiteiten in de Israëlische nederzettingen. Deze database maakt deel uit van het mandaat dat aan de Hoge Commissaris voor de Mensenrechten werd toevertrouwd door resolutie 3136 van de Mensenrechtenraad, aangenomen in maart 2016. Resolutie 3136 gaat resolutie 2334 van de Veiligheidsraad vooraf, die pas meerdere maanden later, in december 2016, werd aangenomen, en verwijst er dan ook logischerwijze niet naar. België steunt de Hoge Commissaris in de uitvoering van het mandaat van de Mensenrechtenraad.

 

In verband met de publicatie van de database wil ik onderstrepen dat deze beslissing de Hoge Commissaris toekomt en dat België belang hecht aan het respect voor de onafhankelijkheid van de Hoge Commissaris in deze taak. De Hoge Commissaris heeft onlangs haar intentie bevestigd het mandaat dat haar door resolutie 3136 is toevertrouwd, tot een goed einde te brengen. Zij is tevens van mening dat dit dossier verder diepgaand onderzoek vereist. België respecteert deze houding. De permanente vertegenwoordiger van België in Genève blijft natuurlijk deze aangelegenheid nauwlettend opvolgen, in nauw overleg met onze Europese partners.

 

Je peux confirmer, comme je l'ai déjà dit, que pour ce qui concerne la Belgique, nous sommes favorables à la publication et nous l'avons déjà fait savoir à la Haute-Commissaire. Nous sommes tout à fait disponibles pour le lui faire encore savoir, tout en respectant son indépendance, que nous demandons tous de respecter dans bien d'autres occasions.

 

01.06  Marco Van Hees (PTB-GO!): Monsieur le ministre, je vous remercie pour votre réponse.

 

Sur le premier volet de celle-ci relatif au boycott et aux sanctions contre Israël, je ne fais que noter le désaccord que nous avions déjà constaté précédemment.

 

En revanche, sur la base de données elle-même, qui était l'objet principal de nos questions, je constate que lorsque je vous demande si vous êtes prêt à entreprendre une démarche auprès de la Haute-Commissaire en faveur de cette publication, vous répondez que vous respectez son indépendance. Aucune démarche n'est donc entreprise.

 

01.07  Didier Reynders, ministre: Monsieur le président, ce n'est pas la tradition mais je viens de m'exprimer. Cela ne vaut peut-être pas la peine de venir et de répondre! Je viens de préciser que, comme je l'avais déjà dit, la Belgique est favorable à la publication, que nous l'avons déjà fait savoir à la Haute-Commissaire et que je n'ai aucun problème à ce qu'on le lui fasse encore savoir via notre représentation!

 

Comment dois-je m'exprimer pour que M. Van Hees accepte un jour d'entendre mes réponses?

 

Je viens de le dire. Je ne sais pas s'il y a un enregistrement; on pourrait l'écouter. À quoi cela sert-il de répondre?

 

01.08  Marco Van Hees (PTB-GO!): J'en conclus que vous utilisez une formulation à ce point diplomatique que les choses ne sont pas claires! Vous nous dites que vous respectez son indépendance. J'interprète ces propos d'une autre manière. Nous resterons sur nos interprétations respectives.

 

01.09  Wouter De Vriendt (Ecolo-Groen): Mijnheer de minister, ik dank u voor uw antwoord. U hebt de positie geïllustreerd die België al enige tijd inneemt. Ons land heeft op een aantal vlakken trouwens ook een voortrekkersrol gespeeld, zij het niet op alle.

 

Als u zegt dat wij de onafhankelijkheid van de Hoge Commissaris respecteren, dan moet u toch vaststellen dat andere landen dat misschien niet doen. Zij oefenen misschien wel druk uit om de publicatie van de database uit te stellen. Misschien moeten wij dan reageren op de druk van die landen die de autonomie niet respecteren. Misschien kan de vergadering van 18 maart een forum zijn om deze bekommernis over te brengen.

 

Ons land staat achter het differentiatiebeleid en dat geldt ook voor u en zowat elke partij en fractie in het Parlement. Het is immers een belangrijke hefboom om daar tot verandering te komen. De publicatie van de database is daarvoor natuurlijk essentieel.

 

01.10  Gwenaëlle Grovonius (PS): Monsieur le ministre, j'insiste sur le fait que cette publication est essentielle et que, dans ce cadre-là, tous les moyens de pression sont sans doute bons. Je sais que, pour d'autres dossiers, la Belgique, avec parfois d'autres pays, essaie de prendre le lead et de faire évoluer certaines positions. On peut espérer que, dans ce dossier également, elle fera preuve d'un réel volontarisme pour faire évoluer positivement cette situation.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

02 Question de Mme Véronique Waterschoot au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "TTIP 2.0, le nouvel accord commercial entre l'Europe et les États-Unis" (n° 28932)

02 Vraag van mevrouw Véronique Waterschoot aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "TTIP 2.0, het nieuwe handelsakkoord tussen Europa en de Verenigde Staten" (nr. 28932)

 

02.01  Véronique Waterschoot (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, deux ans après la suspension du très controversé TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership), les États membres et la Commission européenne préparent un nouvel accord commercial avec les États-Unis. Selon les documents obtenus par l’Observatoire de l’Europe industrielle, des lobbyistes d’affaires dominent la préparation des négociations au détriment des groupements d’intérêt public tels que les unions professionnelles, les groupes environnementaux ou de consommateurs.

 

Le 18 janvier 2019, la Commission a transmis au Conseil deux projets de mandats de négociation pour ce TTIP 2.0. Le 19 février, la commission Commerce international du Parlement européen a, de justesse, donné son feu vert à ces mandats à travers une résolution. En mars, les eurodéputés devraient se prononcer en séance plénière. Pour sa part, le Conseil des ministres de l'Union européenne s’est penché sur ces mandats lors d’une réunion informelle des ministres en charge du Commerce en février.

 

Enfin, le Conseil des Affaires étrangères du 18 mars et le sommet européen des 21 et 22 mars devraient également examiner ce point.

 

Outre le fait que les États-Unis sont sortis de l’accord de Paris sur le climat, la relance des velléités de négociation d’un TTIP – fut-il un mini-TTIP – interpelle. En effte, le TTIP ayant fait l’objet d’une opposition massive du public, de la société civile et de parlementaires, les éléments phares de la négociation ici envisagée contiennent de quoi raviver cette opposition: coopération régle­mentaire – qui signifierait que les standards alimen­taires et autres régulations d’intérêt public pourraient, dans une large mesure, être établis par des hommes d’affaires et autres experts commerciaux derrière des portes closes, importation de produits américains controversés tels le gaz obtenu par fragmentation, les OGM, les semences Bayer-Monsanto et j'en passe.

 

Monsieur le ministre, selon la presse, la Belgique ne serait pas dans le camp des pays pressés d'accorder ce mandat de négociation. Quelle position a été défendue par la Belgique lors du Conseil des ministres européens du Commerce? De manière plus globale, la Belgique soutient-elle la négociation d’un TTIP 2.0 sur base du mandat préparé par la Commission? Dans le cas contraire, dans quel sens entendez-vous tenter d'influencer la situation?

 

Si des négociations devaient avoir lieu, la Belgique soutiendrait-elle la demande des eurodéputés d’inclure un processus complet de consultation de la société civile ainsi qu’une analyse d’impact sur le développement durable avant l'ouverture des négociations? Les échanges actuels autour du TTIP prévoient-ils des mécanismes d’arbitrage? Des clauses sociales et environnementales contraignantes sont-elles envisagées?

 

02.02  Didier Reynders, ministre: Madame Waterschoot, je vous remercie pour votre question et confirme que les négociations du TTIP ont été suspendues en 2016. Il ne saurait dès lors être question ni d'un TTIP 2.0 ni d'une relance de ces négociations. Comme je l'indiquais récemment, dans le contexte des tensions commerciales existantes, des efforts de désescalade et compte tenu de l'importance des États-Unis comme partenaire commercial de l'Union européenne, les présidents Juncker et Trump ont convenu, le 25 juillet 2018, de discuter de certains enjeux à finalité commerciale. Ainsi, des travaux ont été initiés en toute transparence en matière de coopération réglementaire dans des domaines d'intérêt pour les deux parties et dans le respect des législations des deux parties.

 

Dans ce contexte, le 18 janvier dernier, la Commission a proposé des textes de directives de négociations pour certains aspects d'évaluation de la conformité visant à faciliter nos échanges sans compromettre nos standards et pour des négociations tarifaires sur les biens industriels. Ces propositions de textes sont publiques et font toujours l'objet de discussions au Conseil des États membres.

 

Lors du Conseil informel des ministres des Affaires étrangères en formation Commerce le 22 février 2019, la position coordonnée belge était la suivante: un soutien de principe à ces négociations sectorielles et spécifiques et une demande de réaliser une étude d'impact durable. La Belgique a également insisté avec succès sur la nécessité de prendre en compte le retrait des États-Unis de l'accord de Paris et de consulter la société civile. Répondant à notre appel, ainsi que celui d'autres États membres, la Commission européenne a lancé une vaste consultation publique ce 8 mars, via le site internet de la DG Commerce.

 

Les négociations envisagées se distinguent fortement de celles du TTIP, en particulier par leur ampleur. S'agissant d'une discussion sectorielle portant sur les tarifs, aucun mécanisme d'arbitrage en matière d'investissements n'est prévu. Il en va de même pour les aspects de développement durable. J'ai cependant proposé à la commissaire Cecilia Malmström d'organiser un dialogue régulier avec les États-Unis et des échanges d'informations et de bonnes pratiques au sujet des éléments liés au commerce et au développement durable dans les accords de libre-échange. Pour rappel, les États-Unis incorporent des chapitres ambitieux sur les clauses environnementales et sociales, contenant des normes contraignantes dans leurs propres accords. Des synergies pourraient être développées en marge des négociations actuelles. Ces échanges formeraient ainsi une sorte d'axe de coopération supplémentaire.

 

En conclusion, je rappelle qu'il s'agit de négociations limitées dans le cadre d'une relation existante vaste et complexe et dans le respect des règles de l'Organisation mondiale du commerce. Pour plus de détails sur le contenu de ce qui est en cours et sur la consultation, je vous invite à consulter le site internet de la DG Commerce.

 

02.03  Véronique Waterschoot (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, je vous remercie pour vos réponses. Je me réjouis d'une position globalement positive qui a été défendue en matière de consultation des citoyens et qui contient une étude d'impact durable. Je ne crois pas que vous ayez précisé qu'elle devait être préalable à la négociation de ces accords. Nous sommes semble-t-il d'accord avec la prise en compte de l'accord de Paris et la sortie des États-Unis de celui-ci. Mais de quelle manière cela sera-t-il pris en compte? Nous ne le savons pas! Je n'étais pas informée de la consultation lancée le 8 mars. Je vais dès lors me renseigner.

 

Mais selon les ONG, qui sont bien informées, il s'agirait bien d'un TTIP 2.0. Le 18 février, 100 ONG et groupements de la société civile européens ont demandé aux États membres de rejeter ces mandats. En quelques semaines, un demi-million de citoyens ont signé cette demande. Si c'est aussi "blanc" que ce que vous annoncez ici, comment se fait-il que les associations qui travaillent de près sur ces dossiers ne perçoivent pas cette "blancheur"?

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

03 Question de Mme Gwenaëlle Grovonius au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la participation de la Belgique à la Commission des stupéfiants de l'ONU" (n° 28934)

03 Vraag van mevrouw Gwenaëlle Grovonius aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de vertegenwoordiging van België in de Commission on Narcotic Drugs van de Verenigde Naties" (nr. 28934)

 

03.01  Gwenaëlle Grovonius (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, organisée le mois prochain, la Commission des stupéfiants est le principal organe de prise de décision au sein des Nations Unies pour le contrôle des drogues. Alors que d'importants débats s'y tiennent pour le moment, notre pays n'y serait pas représenté, si on en croit un débat tenu à ce sujet au Parlement de la COCOF avec la ministre de la Santé au niveau bruxellois.

 

Monsieur le ministre, pouvez-vous m'indiquer, au niveau fédéral, quel a été le calendrier de concertation avec les entités fédérées dans ce cadre? Quand celles-ci ont-elles été invitées à participer à une réunion du CoorMulti? Les entités fédérées ont-elles pu exprimer leur position? Si oui, quelles étaient-elles? Si non, pourquoi? Quand et par qui la position belge a-t-elle été fixée? Pourquoi la Belgique n'enverra-t-elle pas de ministre à la session ministérielle? Sera-t-elle tout de même représentée?

 

03.02  Didier Reynders, ministre: Monsieur le président, madame Grovonius, une réunion CoorMulti en vue de fixer les positions de la Belgique à la 62ème session de la Commission des stupéfiants a eu lieu le jeudi 7 mars, conformément à la pratique courante dans les domaines de compétence mixte. Cette réunion faisait suite à celle du 7 janvier dernier, qui avait esquissé les premiers contours du positionnement belge. À l'ordre du jour de ces deux réunions figurait notamment la question de la représentation de la Belgique, en particulier au segment ministériel qui se tiendra les 14 et 15 mars.

 

L'invitation à la coordination du 7 mars a été adressée par le secrétariat de CoorMulti à toutes les parties prenantes fédérées et fédérales concernées en date du 26 février 2019. L'invitation à la réunion du 7 janvier a été envoyée le 21 décembre 2018. À l'instar des autres participants, les entités fédérées représentées lors de la réunion CoorMulti ont eu l'occasion de participer à la discussion collective menant à une position belge sur les différents points de l'ordre du jour. Les conclusions des débats sont reflétées dans le procès-verbal de cette réunion, qui aura valeur d'instruction pour la délégation belge.

 

Aucun des ministres compétents pour les questions relatives aux stupéfiants n'ayant manifesté son intention de participer au volet ministériel de la prochaine Commission des stupéfiants, la CoorMulti a convenu que la Belgique serait représentée par l'ambassadeur et représentant permanent de la Belgique auprès des organisations internationales à Vienne. Je pense que c'est assez clair par rapport à cette situation.

 

03.03  Gwenaëlle Grovonius (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

04 Vraag van de heer Vincent Van Peteghem aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de Syriëconferentie" (nr. 28978)

04 Question de M. Vincent Van Peteghem au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la conférence sur la Syrie" (n° 28978)

 

04.01  Vincent Van Peteghem (CD&V): Mijnheer de minister, de Syrische burgeroorlog woedt nu reeds acht jaar. Het is nog te vroeg om reeds te praten over een grootschalige naoorlogse reconstructie, maar de eerste stappen tot heropbouw moeten, waar mogelijk, nu reeds kunnen worden gezet.

 

Welke concrete initiatieven zal België de komende weken nemen of ondersteunen bij de Europese Unie, de VN-Veiligheidsraad en de Internationale Coalitie tegen IS om de situatie in Noordoost-Syrië te de-escaleren? Kunt u hierbij een onderscheid maken tussen maatregelen op het vlak van diplomatie, humanitaire hulp en heropbouwinspanningen?

 

Kunt u ook een gedetailleerd overzicht geven van alle Belgische inspanningen in Noordoost-Syrië? Bent u voorstander van een uitbreiding van de geografische reikwijdte van het EU Trust Fund for Syria naar projecten in Syrië zelf? Zo ja, welke concrete initiatieven zult u hiertoe de komende weken en maanden nemen?

 

Plant u tijdens de aankomende Syriëconferentie een extra humanitaire inspanning? Zo ja, om hoeveel geld gaat het? Welke initiatieven zult u nemen en ondersteunen tijdens de komende Syriëconferentie om de concrete steun aan de Syrische civiele maatschappij op het terrein te verhogen?

 

Plant uw departement in 2019 vredesopbouwprojecten in Syrië te financieren? Zo ja, hoeveel geld wordt hiervoor exact vrijgemaakt? Zult u tijdens de conferentie een extra inspanning aankondigen betreffende de steun aan de VN-bewijzenbank voor schendingen van het internationaal recht? Zo ja, om hoeveel geld gaat het?

 

04.02 Minister Didier Reynders: Mijnheer Van Peteghem, de aankondiging van de VS om zijn troepen uit het noordoosten van Syrië terug te trekken, dreigde inderdaad het fragiele evenwicht in de regio in gevaar te brengen. Ondertussen heeft de VS zijn beslissing bijgestuurd en beslist om toch aanwezig te blijven op het terrein, alsook in het luchtruim.

 

Het is een goede zaak. Dat neemt niet weg dat we erover moeten blijven waken dat de situatie niet escaleert. De VS vraagt daarom ook aan zijn partners om een deel van het werk te doen.

 

Mijn diensten onderzoeken momenteel een aantal projecten die specifiek gefocust zijn op de stabilisatie van het noordoosten.

 

Doordat de regering in lopende zaken is, zijn er echter budgettaire beperkingen. Daarnaast voorziet België uiteraard in een aanzienlijke bijdrage in humanitaire hulp, waarvan een deel ook voor het noordoosten wordt gebruikt.

 

Als penhouder van humanitaire zaken in de VN-Veiligheidsraad heeft België bovendien een bijzondere aandacht voor de humanitaire situatie in Syrië.

 

De Europese Unie heeft eveneens een aantal financieringsmechanismen die ingezet worden voor de stabilisatieprojecten. Het European Neighbourhood Instrument heeft onlangs een project ter waarde van 18 miljoen euro goedgekeurd voor het noordoosten van Syrië.

 

België is er voorstander van dat de mogelijkheid onderzocht wordt om ook projecten binnen Syrië door het Madadfonds te laten financieren. De Belgische vertegenwoordiger in de beheerraad van het Madadfonds heeft die positie al meermaals verdedigd. Het is echter belangrijk dat de EU-middelen op de meest efficiënte manier gebruikt worden en dat er geen ongewilde politieke gevolgen zijn.

 

Tijdens de Brussel III-conferentie van 14 maart zal ik een nieuwe humanitaire bijdrage van 23,6 miljoen euro aankondigen. Dat is een voorlopige bijdrage voor 2019, gelet op de budgettaire beperkingen van de regering in lopende zaken.

 

België heeft steeds groot belang gehecht aan de rol van de Syrische civiele maatschappij, zowel in het politiek proces als in een toekomstig democratisch Syrië. In de marge van de Brussel III-conferentie zal ik samen met de hoge vertegenwoordiger Mogherini gastheer zijn van een diner in het Egmontpaleis voor Syrische vrouwen die een belangrijke rol kunnen spelen in het politiek proces in Syrië. Normaal moet ik daar vanavond naartoe.

 

Mijn diensten onderzoeken inderdaad de mogelijkheid om de vredesopbouwprojecten in Syrië te financieren in 2019. De behandeling van de projectaanvragen is nog bezig. België heeft al twee keer een bijdrage gegeven en onderzoekt of er ook in 2019 een nieuwe bijdrage kan worden gedaan. Met onze totale bijdrage van 1 miljoen dollar en 500 000 euro is ons land een van de grootste donoren van dat mechanisme in Syrië.

 

04.03  Vincent Van Peteghem (CD&V): Mijnheer de minister, dank u voor het antwoord. Het is inderdaad een goede zaak dat de VS zijn inspanningen in Syrië bijgestuurd heeft, maar het zal van belang zijn om te zorgen voor een verdere de-escalatie. We moeten erover waken dat de situatie niet opnieuw escaleert. Het is goed dat ons land daarvoor de nodige middelen inzet en inspanningen levert. Ik kan alleen hopen dat we daar in de toekomst, ook na de periode van lopende zaken, nog meer inspanningen voor kunnen leveren.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

05 Vraag van mevrouw Rita Bellens aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "B-FAST" (nr. 28990)

05 Question de Mme Rita Bellens au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "B-FAST" (n° 28990)

 

05.01  Rita Bellens (N-VA): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, op 26 februari had ik een vraag ingediend en vanochtend kreeg ik de gevraagde informatie, waarvoor dank. Ik heb deze echter nog niet kunnen doornemen; daarvoor was het net iets te kort dag.

 

Er waren reeds hervormingen gestart inzake B-FAST. Mijn vraag was of alle benodigde verslagen opgemaakt waren en of alles al binnen was. Die informatie heb ik dus ontvangen.

 

Wanneer krijgt het Parlement inzage in alle verslagen? Wat zijn de resultaten van de verslagen? Kan B-FAST nog als onafhankelijke organisatie functioneren of is het wenselijk dat het wordt opgenomen in een breder geheel?

 

Waar liggen de problemen nog bij de hervorming van B-FAST? Ik stel deze vraag omdat het dossier zolang bleef aanslepen bij de administratie.

 

05.02 Minister Didier Reynders: Mijnheer de voorzitter, mevrouw Bellens, ik kan bevestigen dat alle doorlichtingen over de werking van B-FAST zijn afgerond. De hervorming van de structuur gaat nu verder op het technisch niveau van het planningscomité.

 

De verslagen werden samen met een begeleidende nota aan het Parlement bezorgd. Het komt het politiek niveau toe om te debatteren houden over de werking van B-FAST en de toekomstige omkadering. Deze verslagen zullen zeker een voedingsbodem vormen voor de basis van het debat.

 

Onder meer op basis van de audits is gebleken dat de hervorming van B-FAST een genuanceerde aanpak vereist. Ik stel voor om zo snel mogelijk na de verkiezingen een debat te houden, niet alleen over de verschillende audits en de genomen maatregelen maar ook over de toekomst van een dergelijke organisatie.

 

Ik meen dat nu alle documenten ter beschikking van de parlementsleden zijn gesteld. Het is misschien nuttig om ze niet alleen te lezen, maar ook om naar een nieuwe visie te gaan voor de volgende legislatuur. In lopende zaken kan echter geen debat meer worden georganiseerd over de toekomst van B-FAST.

 

05.03  Rita Bellens (N-VA): Mijnheer de minister, dat was altijd de vraag van mijn fractie. Meten is weten. Zodra men over alle doorlichtingen beschikt, kan men nagaan waar het wenselijk, nuttig en efficiënt is om wijzigingen door te voeren.

 

Ik weet dat sommige fracties altijd hebben gedacht dat het onderliggende doel van onze fractie was om de zaak op te doeken. Dat is niet het geval. Ik ben de afgelopen jaren constructief geweest. Ik heb drie jaar gewacht op het resultaat van de verslagen en vandaag zijn ze er.

 

Mijnheer de minister, uw voorstel dat u vorige keer deed in antwoord op mijn vraag en dat u vandaag herhaalt, om daarover een debat te organiseren, vind ik zeker interessant. Het lijkt mij alleen een beetje te kort dag, mijnheer de voorzitter, om dat nog tijdens deze legislatuur te doen, gelet op de aanwezigheden in onze commissie.

 

De voorzitter: Misschien krijgen wij de kans, als de legislatuur wat verlengd wordt en wij dus wat meer tijd hebben.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

06 Vraag van mevrouw Rita Bellens aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de bomexplosie bij het OVSE-hoofdkwartier in Donetsk" (nr. 28991)

06 Question de Mme Rita Bellens au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "l'explosion d'une bombe au quartier général de l'OSCE à Donetsk" (n° 28991)

 

06.01  Rita Bellens (N-VA): Mijnheer de minister, de situatie in het oosten van Oekraïne, op de Krim, is sinds jaren geëscaleerd en verworden tot een bevroren conflict op ons Europese continent. De Minskgroep doet zijn best om tot een onderhandelde oplossing te komen, net als de Structured Dialogue onder leiding van ambassadeur Huynen. Ondertussen blijft de situatie op het terrein precair, vooral ook voor de OVSE-observatiemissies. De bomontploffing in de buurt van het OVSE-hoofdkantoor riep bij ons enkele vragen op.

 

Mijnheer de minister, zijn er bij de bomexplosie slachtoffers gevallen? Is er schade aan het OVSE-hoofdkwartier?

 

Wat is de analyse van onze diplomatieke post ter plaatse? Zijn er risico's voor de OVSE-missies? Hebben we er een idee van wie er achter de explosie zit?

 

Hoe ver staat het met een oplossing van het conflict in Oekraïne bij de Minskgroep en de Structured Dialogue?

 

Hoe ver staat het met een oplossing voor de annexatie van de Krim? Is dat ook een onderdeel van de besprekingen in de Minskgroep en de Structured Dialogue?

 

06.02 Minister Didier Reynders: Mijnheer de voorzitter, mevrouw Bellens, op 18 februari vonden er in Donetsk twee explosies plaats op respectievelijk 100 en 300 meter van de basis van de speciale observatiemissie van de OVSE in Oekraïne. Er vielen geen slachtoffers en er was geen schade aan de basis. De explosies veroorzaakten wel materiële schade aan het dak en de muur van een gasdistributiestation en aan de muur van een residentieel appartements­gebouw. Er zijn geen aanwijzingen van dat die explosies tegen de observatiemissie gericht waren.

 

Onderzoek door de OVSE na de explosies wees uit dat de kraters veroorzaakt werden door de ontploffing van explosieven zonder omhulsel van een ongedefinieerd type.

 

De veiligheid van het personeel is een topprioriteit voor de OVSE en de staten die deelnemen aan die missie. In de voorbije twee jaar werd dan ook nog meer dan tevoren ingezet op de veiligheidsprocedures, waaronder de operaties, en ook de fysieke veiligheid van waarnemers en infrastructuur.

 

De Minskakkoorden blijven de enige basis voor een duurzame oplossing van het conflict in Oekraïne. De trilaterale contactgroep en zijn werkgroepen komen regelmatig samen in Minsk, maar het afgelopen jaar werd er weinig concrete vooruitgang geboekt inzake de implementatie van de Minskakkoorden.

 

Niettemin zijn er enkele positieve elementen, met name de daling van het aantal burgerslachtoffers, de herstelling van kritieke infrastructuur nabij de contactlijn en de verlenging van de speciale status van de Donbass in Oekraïne door het Oekraïense parlement.

 

In de Structured Dialogue zelf wordt het conflict in Oekraïne echter niet rechtstreeks behandeld. De Minskakkoorden hebben betrekking op het conflict in het oosten van Oekraïne en niet op de situatie in de Krim en in Sebastopol vijf jaar geleden. Ook in de Structured Dialogue komt dat niet rechtstreeks aan bod.

 

Ik hoef u er niet aan te herinneren dat de illegale annexatie van de Krim aanleiding gaf tot internationale sancties tegen Rusland, ook vanwege de Europese Unie. Er zijn echter geen rechtstreekse onderhandelingen gaande, om de annexatie ongedaan te maken. Het dossier komt wel regelmatig ter sprake op diverse multilaterale fora, zoals de Verenigde Naties, de NAVO en de Europese Unie.

 

Gelet op het feit dat er binnenkort presidentiële verkiezingen en na de zomer ook parlementaire verkiezingen in Oekraïne plaatsvinden, zal het niet gemakkelijk zijn om vooruitgang te boeken. Ik pleit altijd voor een correcte en complete implementatie van de Minskakkoorden. Ik ben echter niet erg optimistisch over de komende maanden.

 

06.03  Rita Bellens (N-VA): Mijnheer de minister, indien ik het goed begrijp, luidt de conclusie dat de bomaanslag niet rechtreeks tegen de OVSE was gericht. Dat is niet onbelangrijk in het licht van de verkiezingswaarnemingen over veertien dagen.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

07 Vraag van mevrouw Rita Bellens aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "het INF-verdrag" (nr. 28995)

07 Question de Mme Rita Bellens au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "le traité FNI" (n° 28995)

 

07.01  Rita Bellens (N-VA): Mijnheer de voorzitter, mijnheer de minister, het INF-verdrag is ondertussen opgezegd door beide onder­tekenaars. Rusland heeft verkozen niet in te gaan op het ultimatum van de VS, dat gesteund werd door de NAVO-partners. De voormalige INF-partners zijn dus niet langer gebonden aan de letter van de overeenkomst. Dat maakt het mogelijk om raketten voor de middellange afstand te stationeren in Europese landen. Dat is een situatie waarvan wij eind jaren tachtig dachten dat ze definitief achter de rug was.

 

Hoe verloopt de verdere afwikkeling van de opzegging van het INF-verdrag? Welke rol spelen de NAVO en eventueel ons land daarin?

 

Bestaan er andere internationale verdragen die het onmogelijk maken raketten voor de middellange afstand te plaatsen in ons land? Zo ja, welke en van welke van die verdragen maken wij deel uit?

 

Zullen de VS opnieuw raketten voor de middellange afstand ontplooien in ons land of in andere Europese landen? Kan ons land weigeren die raketten te laten plaatsen op het grondgebied en zullen wij dat doen?

 

07.02 Minister Didier Reynders: Mijnheer de voorzitter, mevrouw Bellens, op 1 februari hebben de Verenigde Staten hun terugtrekking uit het Intermediate-Range Nuclear Forces-verdrag aangekondigd, ten gevolge van het niet respecteren van het verdrag door Rusland. Die terugtrekking wordt pas na zes maanden effectief.

 

De NAVO en België spelen geen directe rol, aangezien zij geen partij zijn bij het verdrag. De NAVO heeft wel op 1 februari een verklaring afgelegd. In die verklaring steunden de geallieerden de analyse van de Verenigde Staten dat "Rusland zijn verplichtingen uit hoofde van het INF-verdrag ernstig heeft geschonden". Daarnaast riepen zij Rusland op om zijn verplichtingen na te komen door zijn omstreden kruisraketsysteem te vernietigen. België heeft zich daarbij aangesloten en heeft Moskou overigens meermaals opgeroepen om gehoor te geven aan die bekommernissen.

 

Het INF-verdrag is het enige verdrag dat middellangeafstandsraketten verbiedt die vanaf de grond gelanceerd worden. Bijgevolg was het INF-verdrag gedurende meer dan 30 jaar een cruciale pijler van de wapenbeheersing en de Euro-Atlantische veiligheid. Bijgevolg betreurt België sterk de inbreuk op het INF-verdrag. Ook als het binnen enkele maanden effectief zou verdwijnen, zal België blijven ijveren voor verdere stappen in de internationale ontwapeningsagenda.

 

In dit stadium is het te vroeg om reeds de concrete gevolgen van het verdwijnen van het INF in te schatten. Er worden echter analyses gemaakt bij de NAVO om de gevolgen voor de veiligheid van de alliantie te bestuderen.

 

Wij hebben al contact gehad met onze Amerikaanse collega's. Ik was enkele weken geleden nog in Washington en ik heb daar toen gevraagd welke andere pistes er mogelijk waren. Ook op Europees vlak proberen wij, net als de NAVO, andere pistes te volgen.

 

Er kan een nieuw onderhandelingsproces komen tussen de VS en Rusland, wat echter niet evident is. Er kan anders ook een multilaterale aanpak komen met ten minste de VS, Rusland en China. Ook dat is uiteraard niet evident.

 

De Europese Unie zal dus verdere inspanningen moeten leveren. Wij zijn bereid om inspanningen te doen om met het INF verder te gaan, wat volgens mij zeer moeilijk zal zijn, of om tot een ander kader te komen voor dezelfde problematiek.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

08 Questions jointes de

- Mme Véronique Waterschoot au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "le retrait de l'Union européenne des négociations concernant le traité des Nations Unies sur les entreprises et les droits humains" (n° 29067)

- Mme Gwenaëlle Grovonius au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "le traité 'Business and Human Rights' de l'ONU" (n° 29071)

08 Samengevoegde vragen van

- mevrouw Véronique Waterschoot aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de terugtrekking van de Europese Unie uit de onderhandelingen over het VN-verdrag over bedrijven en mensenrechten" (nr. 29067)

- mevrouw Gwenaëlle Grovonius aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "het VN-verdrag over bedrijven en mensenrechten" (nr. 29071)

 

08.01  Véronique Waterschoot (Ecolo-Groen): Merci monsieur le président. Monsieur le ministre, le mois dernier, je vous interrogeais à propos de la négociation en cours du traité sur les entreprises et les droits humains, initiée par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, en vue d'asseoir la primauté des droits humains sur les intérêts économiques et les droits des investisseurs. Vous nous informiez alors que l'Union européenne était encore indécise sur l'attitude à adopter, et que si l'Union européenne décidait de participer au processus de négociation via une contribution écrite à la première version du texte – le "Zero Draft" –, la Belgique soutiendrait cette initiative.

 

Dans l'hypothèse où l'Union devait ne pas remettre de contribution écrite, la Belgique entendait réévaluer sa position. Selon la presse, ce 8 mars, la Commission européenne, arguant de soucis de procédure, a décidé de ne plus participer aux négociations. Pour sa part, la France a remis un avis écrit.

 

Monsieur le ministre, confirmez-vous cette décision de l'Union européenne? Quelles en sont les raisons et est-elle définitive?

 

La Belgique a-t-elle par ailleurs déposé une contribution écrite au Zero Draft? Notre pays entend-il rester engagé dans le processus de négociation? Au cas où il serait encore indécis, quand en décidera-t-il?

 

08.02  Gwenaëlle Grovonius (PS): Monsieur le président, monsieur le ministre, lors de la troisième réunion du groupe de travail intergouvernemental sur le traité "Business and Human Rights" de l'ONU qui s'est tenue à Genève en octobre 2017, la conclusion du compte rendu faisait la demande expresse aux États et différentes parties prenantes de commenter et faire des propositions sur les draft elements présentés par l'Équateur. Or, il semble qu'à ce jour, la Belgique n'ait toujours pas remis sa contribution et que l'Union européenne se retire du processus.

 

Monsieur le ministre, confirmez-vous cette information concernant le retrait de l'Union européenne? La Belgique resterait-elle malgré tout dans le processus et compte-t-elle faire parvenir sa contribution dans les plus brefs délais afin de faire preuve d'une position constructive dans le cadre de ce dernier? Quels ont été les éléments décidés ou discutés à la réunion du CoorMulti le 15 janvier dernier?

 

08.03  Didier Reynders, ministre: Monsieur le président, chères collègues, malgré l'initiative prise par notre pays de plaider en faveur d'un plus grand engagement européen dans le processus de négociation, l'Union européenne a effectivement décidé, fin février, de ne pas contribuer aux négociations pour le moment. Notre pays regrette le désengagement de l'Union européenne.

 

Deux raisons principales expliquent la décision de l'Union européenne. Premièrement, les lignes rouges de l'Union européenne n'ont pas été satisfaites jusqu'ici ni sur le fond concernant le champ d'application de l'instrument (activité transnationale uniquement) et la cohérence avec les principes directeurs des Nations Unies, ni en ce qui concerne les préoccupations relatives au processus de négociation. Deuxièmement, le processus manque de soutien à cause d'une absence de participation de la plupart des pays industrialisés. Par conséquent, à ce stade, le processus a peu de chance d'aboutir au développement de mécanismes de réparation efficaces pour les victimes ainsi que sur la création de conditions de fonctionnement équitables pour les entreprises.

 

Lors de la réunion CoorMulti du 15 janvier (avant cette décision de l'Union européenne), la Belgique avait adopté la position suivante:

- a. si l'Union européenne décidait de s'engager dans le processus de négociation, la Belgique soutiendrait pleinement cet engagement qu'elle préconisait déjà;

- b. si l'Union européenne décidait de se retirer du processus de négociation mais qu'un groupe important d'États membres de l'Union européenne souhaitait s'engager dans le processus à titre national, notre pays pourrait rejoindre ce groupe et participer au processus à titre national;

- c. si l'Union européenne décidait de se retirer du processus de négociation mais qu'aucun groupe important d'États membres ne souhaitait s'engager dans le processus à titre national, la position de la Belgique devrait être redéfinie.

 

Aujourd'hui, nous nous trouvons dans ce dernier scénario. Le retrait de l'Union européenne du processus de négociation met en effet les États membres dans une position plus complexe que celle de savoir s'il est politiquement souhaitable de participer à cette négociation en commun ou à titre national. Bon nombre des questions soulevées par le projet de traité relèvent des compétences exclusives de l'Union en matière de politique commerciale ou de compétences mixtes.

 

Il n'est pas évident de déterminer sur quels points en particulier les États membres peuvent, non d'un point de vue politique mais juridique, s'engager dans une négociation. C'est ce qui explique que jusqu'ici seule la France ait fait une contribution limitée à un point particulier sur lequel elle dispose déjà d'une législation nationale. C'est pourquoi la Belgique était et est toujours en faveur d'une position commune de l'Union européenne dans ce dossier et pourquoi la Belgique n'a jusqu'à présent pas déposé de contribution écrite dans le cadre du processus de négociation.

 

En vue des développements européens, il a été décidé de créer un groupe de travail technique composé de représentants du gouvernement fédéral ainsi que des entités fédérées. Ce groupe procédera à l'analyse du contenu de la position belge et de la façon dont notre engagement peut se poursuivre. Je continue de penser que nous pourrions aller vers une contribution écrite si, du moins, elle porte sur des compétences pour lesquelles la Belgique peut entrer dans cette négociation. Nous verrons si les entités fédérées, notamment, nous feront parvenir un certain nombre de propositions en la matière.

 

08.04  Véronique Waterschoot (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, je vous remercie.

 

Il faut regretter que l'Union européenne se retire du processus à ce stade car cette attitude est perçue comme une stratégie pour entraver tout progrès vers des normes contraignantes pour les droits humains et le développement durable.

 

J'entends la complexité juridique et la situation dans laquelle la Belgique se trouve pour savoir sur quels points elle pourrait faire sa contribution écrite. Cependant, la France l'a fait. J'imagine donc que la Belgique pourrait le faire.

 

08.05  Didier Reynders, ministre: (…)

 

08.06  Véronique Waterschoot (Ecolo-Groen): Oui, la France n'a fait une contribution que sur un point, mais si la Belgique en faisait de même, ce serait déjà un signal important diplomatiquement et vis-à-vis de la société civile. Je suis certaine qu'ils apprécieraient.

 

Le groupe technique gouvernement fédéral/entités fédérées est certainement nécessaire mais où en est-on dans le planning? Sauf erreur de ma part, la date limite pour la remise des avis écrits était fixée au 22 février dernier.

 

La concertation intrabelge est indispensable mais il serait regrettable que d'un point de vue diplomatique, elle soit assimilée à un retrait ou à des tergiversations de la part de la Belgique quant à son soutien à ce traité et aux négociations. Peut-on espérer dans cette période d'élections que la concertation intrabelge avance vite de manière à pouvoir rapidement déposer une contribution écrite? Je crains que la réponse soit négative? Je déplore le signal qui sera donné par notre absence de soutien concret à ces négociations.

 

08.07  Gwenaëlle Grovonius (PS): Monsieur le ministre, je vous remercie pour tous ces éléments de réponse.

 

Il est évidemment regrettable que l'Union européenne se soit retirée du processus. J'entends qu'en ce qui concerne la Belgique, les différents scénarios ont été étudiés et que des réunions doivent encore se tenir prochainement pour réexaminer la situation.

 

Nous ne manquerons pas de revenir vers vous pour savoir ce que vous aurez décidé dans le cadre de ces réunions. Nous espérons que la Belgique continuera à jouer un rôle moteur pour faire avancer ce traité important pour le respect des droits humains et le développement durable.

 

L'incident est clos.

Het incident is gesloten.

 

09 Question de Mme Véronique Waterschoot au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales, sur "la participation des femmes aux réunions européennes" (n° 29073)

09 Vraag van mevrouw Véronique Waterschoot aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse en Europese Zaken, en van Defensie, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen, over "de deelname van vrouwen aan vergaderingen in het kader van de Europese Unie" (nr. 29073)

 

09.01  Véronique Waterschoot (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, les 7 et 8 mars derniers, dans le cadre de la présidence roumaine de l’Union européenne, des représentants des parlements nationaux et du Parlement européen ont participé à une conférence interparlementaire sur la politique étrangère et de sécurité commune (PESC) et sur la politique de sécurité et de défense commune (PSDC), à Bucarest.

 

Lors de la conférence, force a été de constater que les panels d’experts étaient plus que majoritairement masculins: durant la première journée, aucune femme n’était présente comme oratrice. Du côté des participants, l’inégalité de représentation des genres était également importante.

 

Alors que la conférence fut incapable de produire des conclusions ou recommandations partagées par l’ensemble des participants et que la présidence roumaine s’est contentée d’une déclaration commune des deux chefs de délégation des parlements de Roumanie et de l’Europe, les députées ont, pour leur part et à l’initiative de la délégation belge, adopté une déclaration commune visant à partager leur vision inclusive de la défense, basée sur le dialogue, la démocratie, la diplomatie, le développement, entendus comme fondation des stratégies de paix et de sécurité en Europe.

 

Monsieur le ministre, mes questions sont les suivantes. Estimez-vous acceptable que l’égalité des genres ne soit pas assurée au niveau des orateurs participant à de telles réunions européennes? Dans le cas contraire, entendez-vous faire part de votre désapprobation au niveau du Conseil européen et à votre partenaire roumain? Existe-t-il des instruments permettant de progresser sur cette question pour de futures réunions similaires? Avez-vous connaissance de la déclaration des députées européennes? Soutenez-vous l’initiative, et de quelle manière entendez-vous y faire écho? D'avance, je vous remercie pour vos réponses.

 

09.02  Didier Reynders, ministre: Madame Waterschoot, il revient évidemment à la présidence tournante d'organiser les événements qu'elle estime importants. La conférence interparlementaire - je le souligne - à laquelle vous faites allusion s'adressait uniquement aux représentants du Parlement européen et des parlements nationaux. Mes services n'ont pas été invités à assister à la conférence. Il m'est dès lors difficile de me prononcer sur la manière dont l'événement s'est déroulé. J'entends et je lis vos remarques en la matière.

 

Je partage en effet votre préoccupation. Il est important de toujours veiller à une bonne représentation des genres. Vous constaterez que j'y veille dans cette salle, avec l'aide des parlementaires encore présents. Les délégations, elles aussi, ont un rôle important à jouer à cet égard. À ma connaissance, il n'existe pas d'instructions spécifiques sur la gestion de la représentation des genres pour organiser des réunions de la présidence européenne. Mes services n'ont pas encore pu prendre connaissance de la déclaration des députées européennes à laquelle vous faites référence. Nous allons le faire. Je n'éprouve pas de difficultés à relayer cette préoccupation auprès de la présidence roumaine une fois que nous en aurons pris connaissance.

 

Cela dit, j'insiste aussi sur le caractère interparlementaire de cette conférence. C'est pourquoi je suis quelque peu étonné que les parlements, soit n'aient pas été associés à son organisation, soit ne se soient pas montrés plus attentifs à l'égalité des genres en ce domaine.

 

Vous connaissez le souci qui est le mien - le président le sait encore plus - en termes de séparation des pouvoirs. Je ne voudrais donc pas aller trop loin dans mes remarques relatives au positionnement des parlements nationaux et du Parlement européen.

 

09.03  Véronique Waterschoot (Ecolo-Groen): Monsieur le ministre, je comprends votre commentaire quant au caractère original de ma question, puisqu'elle concernait une conférence interparlementaire, mais elle se tenait sous les auspices de la présidence de l'Union européenne. Cela étant, je voulais porter cette situation à votre connaissance. C'était, pour moi, un plaisir de vous transmettre la déclaration que nous avons signée et que d'autres femmes vont encore signer.

 

Plus généralement, je me réjouis que vous partagiez ma préoccupation. Hier, nous avons entendu des experts de haut niveau s'exprimer à propos du respect des valeurs européennes, plus particulièrement au regard du cas hongrois et de la tache d'huile en termes d'atteinte à celles-ci et à l'État de droit. L'égalité des genres et la place des femmes font en effet partie de ces valeurs.

 

C'est pourquoi une stratégie de prévention de ces dérives affectant les femmes consiste, au moins, à exprimer notre désaccord à propos d'une réunion interparlementaire. Dès lors, je vous encourage - même dans des discussions informelles - à évoquer cette question avec vos homologues. Cela pourrait faire office d'exemple.

 

Het incident is gesloten.

L'incident est clos.

 

De voorzitter: Ik meen dat hiermee de laatste vraag werd gesteld voor deze legislatuur. De minister kan met een clean sheet vertrekken, want er is geen enkele vraag meer hangende. Dank u wel.

 

De openbare commissievergadering wordt gesloten om 16.19 uur.

La réunion publique de commission est levée à 16 h 19.